Comment se fabrique un ennemi commun.

Étude de cas sur l’appropriation politique et médiatique de l’installation d’un centre d’accueil et d’orientation pour migrants à Châteaudouble dans le Var.

Cet article est le second d’un diptyque, dont la première partie a été publiée le 11 octobre 2021

            Dans un précédent article, je suis revenu sur la construction d’un vivre-ensemble au village de Châteaudouble (Var) après qu’un Centre d’Accueil et d’Orientation recevant soixante-douze migrants a été installé entre le 17 septembre 2018 et le 1er mars 2020 dans ce petit village perché de 465 habitants de l’arrière-pays varois. Si de prime abord, toutes les conditions semblaient réunies pour que la cohabitation soit conflictuelle, les acteurs locaux se sont investi dans la construction d’un vivre-ensemble pacifié et le village a été ensuite souvent brandi comme un modèle de cohabitation harmonieuse.

            En quelque mois Châteaudouble est passé d’un symbole de ces petits village français victimes d’une « submersion migratoire » – pour reprendre les termes de Marine Lepen lors d’un discours à l’Assemblée Nationale –  à un modèle d’intégration réussie au contraire. Cependant on peut s’étonner de l’utilisation massive du lexique de l’intégration, alors qu’il n’a en fait jamais été question d’installer ces populations au village. En effet, ce centre n’était absolument pas destiné à durer dans le temps, et les migrants qu’il accueillait ne furent là que temporairement, dans l’attente du traitement de leurs démarches administratives. Dès lors, la question est plutôt celle de la construction d’un vivre-ensemble temporaire et d’un voisinage pacifié. De plus, j’ai noté dans l’article précédent les écarts entre les généralisations des titres de presse et la pluralité des positions exprimées à l’échelle locale. Ce retournement perceptif peut être expliqué l’imbrication des échelles locale et nationale, qui a résulté de l’appropriation de la situation locale par les médias et discours politiques nationaux. Châteaudouble s’est en effet retrouvé projeté à l’avant du débat national sur l’immigration par les médias nationaux (le JT de FR2, l’émission Quotidien sur TMC…) et les personnalités politique d’extrême droite d’ampleur nationale (Marine Le Pen, David Rachline, Louis Aliot). On pourrait même dire que la situation locale a subi une réduction dans le discours médiatique et politique de manière à la fondre et à la transformer en outil dans le débat national autour de l’immigration. Mais il semble que la polémique nationale a eu un effet de retour sur le conflit local, en en modifiant les enjeux et les discours des acteurs. Autrement dit, la construction médiatique et politique d’une polémique à partir de la “mise sur agenda” d’un sujet politique a eu un effet performatif sur le conflit local[i]. Je montrerai comment cette instrumentalisation de la situation a re-codé un risque de conflit local – conflit évité par ailleurs – dans les termes de la polémique nationale autour de l’intégration.

L’érection en symbole du village par le Rassemblement National et la reprise par les média nationaux.

            Commençons par préciser que le contexte politique de l’installation des migrants au village est chargé de beaucoup d’enjeux : l’accueil des premiers résidents est prévu le 17 septembre 2018, soit exactement la période à laquelle est prévu le vote à l’assemblée nationale de la loi “Asile et immigration” – finalement votée le 10 septembre 2018. Le débat national est donc très vif à ce moment-là, et la période entre l’annonce de l’installation du CAO et l’installation effective correspond à la période pendant laquelle le projet de loi était en pleine élaboration à l’assemblée nationale. La problématique de l’intégration est ainsi déjà présente dans la presse locale le 3 juillet 2018, ce qui indique que le débat national a déjà commencé à infuser sur la situation locale. Ce jour, Varmatin titre : « ‘Comment vont-ils réussir à s’insérer?’ : entre espoir et inquiétude avant l’arrivée de 72 migrants à Châteaudouble »[ii]. De même, Valeurs Actuelles relate le témoignage d’un villageois : “Je pense qu’il ne sera pas facile de les intégrer”[iii]. A cette époque, il semble que les villageois aient déjà en tête les termes du débat national autour de l’immigration en parlant de la situation locale : “Vu ce qui se passe de partout, je suis opposé, j’ai pas honte de le dire” déclare un voisin à FR3 le même jour[iv], faisant certainement référence aux incidents relayés dans les médias ailleurs en France et en Europe. De même, dans un débat avec le maire au café du village, relayé par FR3 dans Enquête de Région – on ne connaît pas la date de cette discussion mais elle a eu lieu avant l’arrivée des migrants – un villageois s’inquiète : “le seul problème qu’il y a c’est qu’il y a nous ça se passera bien 29[v], et ailleurs ça se passe pas bien. Partout tu vois à la télé, que ce soit à Menton, à Sospelle dans toutes les trucs…”[vi]. On voit ainsi, comment la “mise sur agenda” du sujet migratoire par les médias de masse contribue à façonner l’opinion publique et ainsi l’opinion des acteurs du terrain, tel que le suggèrent McCombs et Shaw (1972). Mais c’est seulement à la fin de l’été que les médias et partis politiques d’extrême droite s’emparent du cas de Châteaudouble. Ainsi le 22 août le site AgoraVox publie un article au ton polémique dont l’hostilité est palpable[vii] mais surtout le 9 septembre – soit la veille du vote à l’assemblée nationale – est organisée la manifestation au village des militants de Génération Nation (GN), avec pour projet d’ériger le village en “symbole” d’après les termes du responsable local de Génération Nation : “C’est un symbole car les clandestins vont s’installer dans une maison de retraite qui a fermé parce qu’elle était trop isolée” déclare-t-il au Figaro 32[viii]. Dès lors, la polémique est lancée et les médias nationaux s’en emparent, comme le JT de France 2 deux jours plus tard qui titre “A Chateaudouble, un centre d’accueil pour migrants fait polémique”[ix]. C’est le lendemain qu’intervient la visite de Marine Le Pen, qui emploie le même vocabulaire : “C’est vrai que Châteaudouble est un symbole, parce que c’est un petit village” rapporte l’émission Quotidien[x] ou encore “Ce petit village de Châteaudouble est symbolique de ce qui se passe dans toute la France aujourd’hui” à Europe 1[xi]. C’est cette visite qui projette le village à l’avant de la polémique nationale, puisque les médias nationaux (BFMTV, le JT de France 3, CNEWS, TMC, et les quotidiens nationaux comme Le Monde et Europe 1) et même internationaux (les presses italienne, allemande et britannique notamment) accompagnent et relayent la visite de la présidente du Rassemblement National. Le lendemain, d’autres médias d’extrêmes droite tentent encore ce “coup de communication”, comme Égalité et Réconciliation[xii], et une vidéo de la visite est postée sur la chaîne Youtube de Marine Le Pen[xiii], dissimulant bien-sûr les heurts qu’elle a rencontrés. Dernière étape du montage de la polémique par le Rassemblement National, Frédéric Boccaletti, responsable du RN dans le Var, porte plainte pour “entrave à la liberté de circulation, insultes et menaces”, dénonçant un “laxisme total du préfet” du département. On comprend bien la stratégie qui a consisté à tenter d’ériger le village en symbole pour appuyer le discours du rassemblement national à l’échelle nationale, ce qui est passé par la fabrication d’une image réductrice du village dont on a vu le peu de rapport qu’elle entretient avec la réalité des positions au village, et par laquelle les membres du Front National se sont peut-être eux-même laissés illusionner. En effet, ce coup de communication fut un échec et le discours de Marine Le Pen a été déconstruit par la presse, l’émission Quotidien en première ligne, qui a démontré que les manifestants n’étaient pas des “militants anti-fa venus de Marseille” comme elle le prétendait mais bien des villageois[xiv]. Cette visite est un tournant dans les discours médiatiques sur le village qui passent brutalement du registre de l’inquiétude à celui de la réussite.

La construction d’un contre-symbole : Châteaudouble, un modèle d’intégration réussie ?

            Cependant, la déconstruction du discours du Rassemblement National n’a pas contribué à faire dégonfler la polémique. Au contraire, le village a été constitué en contre-modèle, un modèle d’intégration réussie, ce qui a paradoxalement encore plus contribué à l’ancrer dans le débat national. Un mois plus tard, le 15 octobre c’est encore la problématique de l’intégration qui est traitée par Europe 1[xv]. Mais c’est surtout un an plus tard, à l’ouverture de la saison 2019, alors que les médias réalisent un “bilan” de la situation, que l’on voit cette problématique resurgir. Ainsi, le 20 juillet 2019, France 3 présente à nouveau le village en modèle d’intégration : “Ce village du Var accueille une soixantaine de réfugiés dans un centre depuis un peu moins d’un an et leur intégration est exemplaire”[xvi]. Mais c’est surtout l’émission Quotidien qui réactive la polémique un an plus tard et utilise à son tour le village de Châteaudouble dans le débat autour de l’immigration qui refait surface à travers son billet “Le Moment de vérité : retour à Châteaudouble, un an après l’installation de 104 migrants”[xvii]. L’analyse de la présentation qui en est faite révèle le schéma opérationnel de la réduction en symbole du village :

  1. Yann Barthès lance le reportage en disant « hier à l’assemblée était organisé un grand débat sur l’immigration ».
  2. Un extrait du discours de Marine Le Pen à l’assemblée est diffusé : « Que de temps perdu, alors que notre pays vit une véritable submersion. Oui une submersion, j’ose le terme, car il décrit la réalité de flux ininterrompus qui déferlent sur nos villes, sur nos bourgs et maintenant depuis votre politique irresponsable d’implantation rurale de migrants, jusqu’au moindre village. »
  3. La journaliste de faire la transition : « Alors justement, en parlant de village, nous on a décidé de retourner à Châteaudouble ».
  4. Un reportage présentant de manière univoque une cohabitation harmonieuse est diffusé et applaudi par le public et les journalistes.

A travers ces 4 étapes, on voit comment un an plus tard, l’émission Quotidien reconstitue symétriquement Châteaudouble en symbole et l’insère à nouveau dans le débat national comme outil pour décrédibiliser le discours du RN. C’est finalement ce contre-symbole qui a perduré, et qui a été repris par la presse locale au moment de la fermeture du centre. Ainsi le sous-préfet du Var reprend le lexique de l’exemplarité en déclarant à Varmatin le 16 janvier 2020[xviii] :

In fine, les mauvais esprits prédisaient le pire, mais les faits sont là : ce CAO a été exemplaire. Les jeunes hommes présents n’ont pas fait parler d’eux et personne dans le village ou aux alentours n’a eu à se plaindre de quoi que ce soit. Il était facile d’attiser les peurs et les haines, mais ce sont des êtres humains…”.

On observe aussi le même type de généralisations sur le point de vue des villageois dans les titres de presse qu’au début de la crise, mais cette fois pour mettre en scène la tristesse du village au départ des réfugiés – alors que la majorité des villageois ne sont en réalité jamais entré en contact avec eux. France 3 titre par exemple le 18 janvier : “à Châteaudouble, le “pincement au cœur” des habitants face au départ des demandeurs d’asile”[xix].

Conclusion

            La réduction en symbole de la situation de ce village l’a projeté à l’avant du débat national sur l’immigration et l’intégration et c’est ainsi qu’il fut traversé par des problématiques qui dépassaient largement l’enjeu local, et qui avaient même peu de rapport avec la situation objective du village. Cet exemple a montré comment les discours sur le conflit contribuent à former des représentations qui agissent en retour sur les acteurs du conflit eux-mêmes en produisant des effets performatifs.

            Ces analyses trouvent une résonance particulière dans le contexte actuel de démobilisation politique à l’échelle locale, comme l’ont montré les taux de participation exceptionnellement bas des dernières élections régionales et départementales. L’usage récurrent de ces techniques de « réduction en symbole » des situations locales visant à fabriquer des ennemis communs chimériques, fondant la complexité des problématiques locales dans des discours politiques généraux, explique probablement le sentiment de nombreux citoyens que le personnel politique est déconnecté de leurs préoccupations réelles. Face au péril raciste, cet exemple suggère qu’un discours politique retrouvant un peu de pragmatisme et de complexité s’avérerait plus efficace sur le long terme que les stratégies de positionnement symétrique[xx].


Maxence Dutilleul est élève en 3e année à l’ENS Paris-Saclay et suit cette année le master 2 « Institutions, Organisations, Economie et Société » de PSL. Il s’intéresse principalement à la sociologie économique de la monnaie et de la finance. Dans cet article il rend compte d’un travail réalisé pour le cours de « Sociologie du conflit » en Licence 3 de Sociologie à l’ENS Paris-Saclay.

[i]McCombs M., Shaw D., “The agenda-setting function of mass media”, Public Opinion Quarterly,  36 (2), 1972, 176-187.

[ii]E.E. et G.R., « “Comment vont-ils réussir à s’insérer?”: entre espoir et inquiétude avant l’arrivée de 72 migrants à Châteaudouble », Varmatin (Draguignan), 03/07/2018 à 10:02, https://www.varmatin.com/faits-de-societe/comment-vont-ils-reussir-a-sinserer-entre-espoir-etinquietude-avant-larrivee-de-72-migrants-a-chateaudouble-243274 (29/04/20)

[iii]« Châteaudouble : 72 migrants pour 470 habitants », Valeurs Actuelles, 03/07/20 à 17:46, https://www.valeursactuelles.com/societe/chateaudouble-72-migrants-pour-470-habitants-96937 (29/04/20).

[iv]Francis Malory et Alexandre Dequidt, « Châteaudouble dans le Var accueillera 72 migrants en septembre », France 3 PACA, 03/07/18, https://www.youtube.com/watch?v=5_0jqXQDQ-E (29/04/20).

[v]Ici sous entendu “tu me dis que ça se passera bien”

[vi]Nathalie Jourdan, Richard de Silvestro, Fabrice Gras, Eric El Koubi, Francis Malory Huss, Alexandre Dequidt, Thomas Gauthier, “Bienvenue à Châteaudouble” dans Enquêtes de Région, Enquête de Région, France 3 PACA, 15/04/19,  https://www.youtube.com/watch?v=B6jKKXxZ0E4 (29/04/20).

[vii]Grégory Roose, « VAR : installation de 72 migrants dans le petit village de Chateaudouble », AgoraVox, 22/08/18, https://www.agoravox.fr/actualites/article/var-installation-de-72-migrants207024 (29/04/20).

[viii]Vincent-Xavier Morvan, « Avec ses migrants, le petit village de Châteaudouble voit rouge » (reportage), Le Figaro, Publié le 9 septembre 2018 à 18:50, mis à jour le 10 septembre 2018 à 11:55, https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/09/09/01016-20180909ARTFIG00130-avecses-migrants-chateaudouble-voit-rouge.php (29/04/20).

[ix]« Var : à Chateaudouble, un centre d’accueil pour migrants fait polémique », France 2 (JT 13h), 11/09/2018, https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/var-a-chateaudouble-un-centre-daccueil-pour-migrants-fait-polemique_2935767.html (20/04/20).

[x]« Moment de vérité : qui a perturbé la visite de Marine Le Pen à Châteaudouble ? », Quotidien, TMC, 14/09/18, https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/moment-de-verite-aperturbe-visite-de-marine-pen-a-chateaudouble.html (29/04/20).

[xi]« VIDÉO – Marine Le Pen chahutée dans un village du Var, le RN-Var porte plainte », Europe1, 12/09/2018 à 17h30, https://www.europe1.fr/politique/marine-le-pen-dans-un-village-du-var-quidoit-accueillir-des-demandeurs-dasile-3753878 (20/04/20).

[xii]« Un village du Var préfère faire barrage à Marine Le Pen qu’aux 72 migrants envoyés par l’UE », site web « Egalité et Réconcilliation », 13/09/2018, https://www.egaliteetreconciliation.fr/Unvillage-du-Var-prefere-faire-barrage-a-Marine-Le-Pen-qu-aux-72-migrants-envoyes-par-l-UE52154.html (29/04/20).

[xiii]« Marine Le Pen à Châteaudouble », Chaîne Youtube de Marine Le Pen, 12/09/18, https://www.youtube.com/watch?v=uWVXSQluXFk (20/04/20).

[xiv]« Moment de vérité : qui a perturbé la visite de Marine Le Pen à Châteaudouble ? », Quotidien, TMC, 14/09/18.

[xv]« À Chateaudouble, “tout se passe bien” avec les migrants qui viennent d’arriver », Europe1 (reportage), 15/10/18, https://www.europe1.fr/societe/a-chateaudouble-tout-se-passe-bien-avec-lesmigrants-qui-viennent-darriver-3778769 (29/04/20).

[xvi]« Repas de la fraternité entre migrants et habitants de ce village du Var », France 3 PACA, 20/07/19, https://www.youtube.com/watch?v=1ybNmYxC1DM (29/04/20).

[xvii]« Le Moment de vérité : retour à Châteaudouble, un an après l’installation de 104 migrants » (vidéo), Quotidien, TMC, 08/10/19, https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/lemoment-de-verite-retour-a-chateaudouble-un-an-apres-linstallation-de-104-migrants80203268.html (29/04/20).

[xviii]Carine Bekkache, « Le centre d’accueil des migrants sur le point de fermer ses portes à Chateaudouble », Var-matin, 16/01/2020, https://www.varmatin.com/vie-locale/le-centre-daccueildes-migrants-sur-le-point-de-fermer-ses-portes-a-chateaudouble-448124 (29/04/20).

[xix]Benjamin Hourticq, « Var : à Chateaudouble, le “pincement au cœur” des habitants face au départ des demandeurs d’asile », France 3 PACA, 18/01/2020 à 18:50, https://france3regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/var/var-chateaudouble-pincement-au-coeurhabitants-face-au-depart-demandeurs-asile-1775955.html (29/04/20).

[xx]Ce dernier paragraphe relève d’un propos personnel qui tente de comprendre comment ce cas peut éclairer la situation actuelle, et non d’un constat établit avec des méthodes scientifiques. Il s’agit pour le discours scientifique de jouer un rôle citoyen, sans pour autant mélanger les deux registres.

Pour citer cet article : Dutilleul Maxence, « Comment se fabrique un ennemi commun. », publié sur Saclay des champs le 18 octobre 2021 : http://saclaydc.hypotheses.org/?p=303

Construire la co-habitation sur un territoire rural. Étude de cas sur l’installation d’un centre d’accueil et d’orientation pour migrants à Châteaudouble dans le Var.

Cet article est le premier d’un diptyque, dont la seconde partie sera publiée le 15 octobre 2021

Face au scandale médiatique et politique de la “Jungle de Calais”, présentée comme le « plus grand bidonville d’Europe », avec ses quelques 6000 personnes en octobre 2015, et surtout à l’afflux massif de migrants à la fin de l’été 2015, le gouvernement français a annoncé le 21 octobre 2015 un plan de répartition des clandestins sur tout le territoire afin de dés-engorger la « jungle »i. Dès lors, les exilés sont envoyés dans des centres d’accueil et d’orientation (CAO), gérés par des associations mandatées par les Préfectures, à travers la France. Ces centres ont pour but d’offrir à ces personnes les conditions d’élaboration de projets futurs et, si tel est leur choix, d’entamer des démarches de demande d’asile en France. À un mois des élections régionales, cette politique fut immédiatement critiquée, par tous les bords politiques et les associations d’aide aux migrants. Elle s’est poursuivie néanmoins jusqu’au démantèlement total de la jungle de Calais. D’un côté les associations d’aide aux migrants y voyaient une fausse solution, consistant à dissoudre le problème plutôt qu’à le traiter, avec le risque que se recréent et se multiplient des camps clandestins à d’autres endroits. De l’autre, des partis politiques d’extrême droite, dont le Rassemblement National, réactivaient la rhétorique du grand remplacement, dénonçant “la submersion” migratoire des campagnes françaises.

Châteaudouble, petit village perché de 465 habitants en Dracénie dans l’arrière-pays varois, est l’une de ces communes ayant accueilli un CAO. A l’origine annoncée pour quelques mois – entre un et neuf mois-, l’installation du centre, accueillant en permanence soixante-douze migrants, s’est étendue du 17 septembre 2018 au 1er mars 2020. De prime abord, toutes les conditions semblaient réunies pour que la cohabitation soit conflictuelle : le nombre de migrants accueillis – 15% de la population municipale -, l’isolement du village situé dans les hauteurs de Draguignan avec très peu d’activité et de moyens de transports vers la côte urbanisée, et enfin le profil des clandestins – soixante-douze hommes jeunes et seuls – rendaient l’intégration des nouveaux arrivants improbable aux yeux des villageois. Du côté de certains villageois, l’intégration de cette population n’était pas seulement improbable, elle n’était pas souhaitable. Dans ce village où Marine Le Pen avait obtenu 45,53% des voix au deuxième tour de l’élection présidentielle de 2017, on pouvait légitimement supposer une certaine hostilité des villageois face à l’arrivée de migrants clandestins. Qui plus est, les villageois semblaient s’inquiéter pour l’avenir de ce village rural dont l’activité et la population sont en retrait par rapport à la côte dynamique. Si ces inquiétudes ont donné lieu au début à des manifestations d’hostilité laissant prévoir un risque de conflit entre villageois et migrants, aucun incident ne fut à déplorer jusqu’à aujourd’hui, et le village a été ensuite souvent brandi comme un modèle de cohabitation harmonieuse : le 24 janvier 2020, Var-Matin titrait par exemple “Le départ des migrants de Châteaudouble provoque émotion et tristesse dans le cœur des villageois”ii.

Je tenterai donc de montrer comment Châteaudouble nous donne un exemple de fabrication ex-nihilo d’un vivre-ensemble entre des populations étrangères l’une à l’autre, que l’on peut analyser dans les termes de la négociation et de la médiation. Après être revenu sur les facteurs de conflictualité de la situation du village, je montrerai les moyens de construire un vivre-ensemble qui ont été mobilisés dans ce cas précis.

Une situation de conflit potentiel

Une cohabitation imposée.

Pendant les deux mois qui ont précédé l’arrivée des migrants à Châteaudouble, deux manifestations d’hostilité au projet d’installation signalent l’ouverture d’un conflit, ou à tout le moins un risque élevé de conflit. Premièrement, le 13 juillet 2018 le conseil municipal décide d’annuler la “manifestation républicaine” prévue à l’occasion de la fête nationale. Deuxièmement, le 9 septembre 2018, une vingtaine de militants de Génération Nation (GN) (anciennement Front national de la jeunesse) déploient une banderole “Stop Migrants” et un drapeau tricolore dans le village. “Nous sommes venus soutenir la population et protester contre la colonisation de nos villages”, explique Dorian Munoz, responsable local de GN, au Figaro qui titre le même jour “Avec ses migrants, le petit village de Châteaudouble voit rouge”iii.

Bien que les titre des journaux interprètent ces manifestations comme des signes d’hostilité adressés aux migrants, la réalité au village est plus nuancée, comme le montre un reportage de France 3 PACA le 3 juilletiv : certains y voient une opportunité d’amener de la vie au village, tandis que le voisinage du centre s’inquiète de possibles nuisances. L’annulation des festivités du 13 juillet s’adresse bien plus à l’État qu’aux futurs arrivants : selon Var-Matin cette annulation est un geste symbolique qui fait suite à “la non-concertation de l’État sur les conditions d’implantation de réfugiés au village”v. En effet, l’installation du CAO est décidée de manière unilatérale par les Préfecture dans les communes disposant de locaux disponible pour accueillir les clandestins. C’est donc bien l’absence de consultation des acteurs locaux qui suscite ces manifestations d’hostilité au village. Quant à la manifestation des militants de GN, la citation ci-dessus laisse comprendre qu’il ne s’agit pas d’habitants du village, mais de militants des alentours ayant fait le déplacement. Ceci n’exclut pas qu’il ait pu y avoir des motivations racistes au rejet de cette nouvelle population, mais relativise le constat univoque de certains media.

Le village comme les réfugiés se trouvent donc placés en septembre 2018 dans une situation que ni les uns ni les autres n’ont choisie, et sur laquelle il n’ont aucun pouvoir de négociation : Fouad, réfugié afghan et peintre en bâtiment, déclare “Je pense que la vie va être un peu difficile au début. On nous a mis ici, on ne nous a pas demandé notre avis” dans un reportage de France 3 du 17 septembrevi. De son côté, le Maire confesse “ça me dépasse”, témoignant ainsi de son impuissance face à la situation. C’est donc notamment l’absence de consultation des acteurs locaux qui a créé cette situation de conflit potentiel. En imposant unilatéralement cette installation, le gouvernement et la Préfecture ferment la porte à tout possibilité de négociation, et ne restent plus aux acteurs que des modes agonistiques d’expression du mécontentement. Bien qu’à l’origine destinée à l’Etat, il était alors à craindre que cette hostilité ne se retourne contre les migrants lors de leur arrivée. Mais avant de montrer comment cette situation de conflit latent a pu être dépassée, examinons les raisons de l’inquiétude des villageois.

Un « village imprenable » : la question de l’appartenance du territoire.

Si l’on regarde simplement les résultats électoraux du Front National (45,53% au deuxième tour de l’élection présidentielle de 2017) on pourrait conclure hâtivement qu’il s’agit d’un village en partie acquis aux idées du Front National, et donc opposé aux migrants pour des raisons idéologiques. Pourtant un événement intervenu juste avant l’installation du CAO suggère que la situation est plus complexe. Le 12 septembre 2018, Marine le Pen s’est rendue en personne au village, à l’invitation de David Rachline – Maire de Fréjus, une commune voisine-, pour tenter un “coup de communication”. Elle amène avec elle des journalistes, des médias nationaux et prévoit une déambulation au village. Dès son arrivé, un comité « d’accueil » est présent pour manifester contre sa venue et tenter de l’empêcher d’avancer dans le village, criant « le village emmerde le Front National ». Elle restera en tout et pour tout 20 minutes, subissant les insultes des villageois, diffusées par exemple dans l’émission Quotidien sur TMCvii. Outre les insultes, Marine Le Pen et David Rachline sont chassés du village par des villageois perchés sur un tracteur, criant « à l’attaque! » ou encore « on va les écraser! », comme le montrent nombre de vidéos rediffusées sur les réseaux sociaux.

On peut s’étonner de cet accueil, mais surtout des mots qui sont prononcés par les villageois à l’encontre de la présidente du RN. En effet les villageois s’écrient de nombreuses fois “rentrez chez vous!”, “c’est notre village ici!”, ou encore “on les a pas invités ces gens là” (JT de France 3 le soir mêmeviii). Ces mots, quelques jours plus tôt, on aurait attendu qu’ils soient prononcés à l’encontre des migrants : ils relèvent d’une rhétorique communautaire et d’un lexique de l’appartenance au territoire. Lorsque les villageois sont interviewés, ils expriment leur hostilité face à toute tentative d’appropriation politique du village : Laure, une habitante, déclare par exemple « Nous n’avons pas besoin de parti politique dans notre village, on est assez grand pour gérer les affaires qui s’y passent » (reportage de France 3 le 17 septembreix). De même, le Maire Georges Rouvier, lorsque il apprend face caméra, dans le reportage “Enquête de Région” sur France 3 diffusé le 15 avril 2019, l’arrivée de Marine Le Pen, s’offusque de na pas avoir été prévenu et déclare “je vois pas pourquoi je la recevrais quoi”x. Cette étonnante mise en équivalence dans les discours de la venue de Marine Le Pen et de celle des migrants – “moi j’en pense rien, que chacun reste à sa place et c’est tout. S’ils sont là et qu’ils dérangent dégunxi ben ils resteront là, maintenant s’ils sont là et qu’ils foutent le bordel beh ça se passera comme ça c’est passé avec elle, voilà” déclare un villageois interviewé dans l’émission Enquête de Région sur France 3 – indique une volonté de protéger la communauté villageoise de toute appropriation et de lutter pour l’indépendance du village : “on a juste voulu défendre notre village contre une récupération politique” déclare un villageois dans Quotidien le 12 septembre 2018xii. Et le narrateur de dire “Les contre-manifestants posent sous la devise de la république, fiers d’avoir été à la hauteur de la réputation du village, imprenable”. La sociologie de la ruralité nous donne ici des outils pour comprendre les discours des acteurs à travers les concepts d’appartenance au territoire et d’autochtonie (Retière 2003 ; Renahy 2005). Cet enjeu est d’ailleurs exprimé dans une dispute entre une villageoise et un membre du RN accompagnant Marine Le Pen diffusée par Enquête de Région, la première s’écriant “la terre elle est à tout le monde” à quoi le second répond “oui mais la France elle est aux Français”.

L’angoisse du déclin rural, entre peurs et enthousiasme.

Cette volonté de protection de la communauté villageoise est à mettre en relation avec une peur pour l’avenir du village exprimée par certains. Tout d’abord, les villageois semblent s’inquiéter du déclin démographique du village. Certains voient dans l’installation des migrants une occasion de gonfler les rangs des villageois : “c’est de la vie pour la commune” et “c’est un bien parce que cette maison elle sert à rien pour l’instant, il y a plus personne donc c’est pas la peine de laisser des bâtiments vides. Après je pense que ça peut amener du monde au village en plus parce qu’il est en train de se mourir un petit peu” déclarent deux villageois (reportage, France 3 PACA, 13 juillet 2018xiii). D’autres au contraire s’inquiètent du faible nombre de villageois par rapport au nombre de migrants, comme le Maire de Chateaudouble dans le même reportage : “moi je suis inquiet en tant que maire parce que la Commune de Chateaudouble, bon ben on fait 380 habitants répartis avec Rebouillon, et je trouve que ça fait beaucoup au niveau de notre village quoi”. Enfin ce villageois par exemple explique à Valeurs Actuelles le 3 juillet qu’il ne croit pas en la capacité de ces 72 hommes seuls de redonner de la vie : “Je pense qu’il ne sera pas facile de les intégrer. C’est plutôt mal perçu dans le cœur du village. Depuis samedi, tout le monde en parle. Il aurait été plus intéressant d’accueillir des familles notamment pour augmenter l’effectif de l’école et la crèche”xiv. De plus les villageois s’inquiètent du déclin économique du village, notamment du départ du boulanger du village – “ça peut faire vivre le village un peu, animer au niveau des commerçants, parce qu’il n’y a plus de commerçants, le boulanger est parti” déclare un villageois (JT de France 2, 11 septembre 2018xv) -, de la fermeture d’un des deux restaurants du village, et de la baisse du nombre de touristes de passage en raison de la fermeture de la route ralliant les Gorges du Verdon à Draguignan qui autrefois passait par le village.

Pourtant, à regarder les statistiques du village, aucune ne semble indiquer que ce village connaît un “déclin”. Au contraire, la population municipale a augmenté de 275 habitants entre 1975 et 2016, et le solde démographique du village est supérieur à la moyenne nationale :

A l’échelle locale cependant, le dynamisme démographique du village est en recul par rapport au reste du département, ce qui s’explique probablement par l’attractivité de la côte par rapport à l’arrière-pays :

Enfin d’un point de vue économique la faible attractivité du territoire est attestée par le très faible taux de concentration des emplois : pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la commune, il y a à Châteaudouble 38,9 emplois en moyenne, ce qui indique que les habitants vont généralement travailler dans les communes voisines.

Ce déclin, ressenti relativement aux dynamiques locales ou réel, semble être vécu par les habitants comme une menace pour l’avenir du village, et ainsi pour leur autochtonie : il est d’autant plus important pour les villageois de défendre l’indépendance du village que celui-ci se trouve dans une dépendance croissante vis-à-vis des villes de la côte, Fréjus en tête – dont on peut rappeler que David Rachline est le maire ce qui contribue à expliquer l’hostilité des habitants à l’égard de M. Rachline et de Mme Le Pen le 12 septembre 2018. Ce lien entre les conditions concrètes d’existence et les visions du monde, plus précisément les affinités et comportements politiques communautaires des habitants des campagnes en déclin est par exemple explicité par Benoît Coquard selon le mode du “Déjà, nous” (Coquard 2019).

La construction d’un vivre-ensemble.

Si certains sont donc opposés, d’autres expriment des témoignages d’hospitalité : « Moi je veux que ces gens-là ils sachent que nous on va les accueillir, qu’ils ont intérêt de se tenir à carreau quand même hein. Mais on va faire pour que ça se passe bien » (Quotidien, TMC, 14/09/2018).

Dans la mesure où les deux populations se trouvaient dans un voisinage “forcé”, ils n’avaient en effet d’autre choix que d’apprendre à cohabiter. Pour ainsi dire, tous avaient intérêt à ce que tout se passe bien, et c’est donc une négociation de nature intégrative qui s’est mise en place.

La médiation comme moyen de développer une compréhension réciproque.

Une première étape nécessaire à la construction d’un vivre-ensemble fut d’apaiser les tensions. Pour cela, on peut mentionner un certain nombre de supports de médiation, humains et non-humains, qui se sont mis en place de manière à permettre la compréhension réciproque des villageois et des migrants, en somme de développer une empathie. Comme le montrent en effet Roger Fisher et William Ury (1981), le développement d’une inter-subjectivité est un principe central en vue d’une négociation intégrative, envisagée comme un processus créatif, ici du vivre-ensemble, et non comme une opposition frontale ou un jeu à somme nulle.

En premier lieu, ce sont les acteurs associatifs qui ont fait office de tiers-médiateur entre les demandeurs d’asile et les villageois d’une part, et entre les demandeurs d’asile et l’administration d’autre part. Les CAO sont en effet gérés par des associations mandatées par les Préfectures, et à Châteaudouble il s’agit du “Forum Réfugiés Cosi”, une association de dimension nationale qui emploie 7 salariés au centre et des bénévoles. Tout d’abord, elle fait office de médiateur avec les villageois et les médias : c’est elle qui organise les visites à l’intérieur du centre, mobilise éventuellement des traducteurs quand c’est nécessaire et qui est l’interlocuteur prioritaire sur place. L’association a aussi joué un rôle très important dans l’organisation d’événements collectifs pour permettre aux réfugiés et aux villageois de se rencontrer. En outre l’association sert d’intermédiaire entre les réfugiés et l’administration française, pour la réalisation et le dépôt de leurs éventuelles demandes d’asile notamment. L’association présente d’ailleurs elle-même son mandat dans les termes de la négociation : “Dans ces domaines, d’être un interlocuteur privilégié des pouvoirs publics aux plans local, départemental, régional, national, européen et international (notamment le HCR et les autres agences de l’ONU), tant pour la négociation des meilleures conditions possibles d’accueil et d’insertion des réfugiés que pour la promotion et la défense des droits de l’Homme et de l’état de droit”xvi.

Par ailleurs, le développement d’une inter-subjectivité entre les acteurs en présence passe par des supports de médiation non-humains. Dans les échanges que j’ai eus avec les villageois il revient de manière récurrente que le terrain de football a permis le développement de nombreuses sociabilités entre les jeunes du village et les résidents du centre. Ainsi, un jeune du village me dit : “Beaucoup de foot dans notre City à Sainte- Anne, des repas, la fête donc musique dance…, jeux de carte”. De même dans le reportage Enquête de Région, le terrain de foot est présenté comme “le rendez-vous quotidien avec les jeunes de Châteaudouble”. C’est également ce que rapporte Elie, avec qui j’ai pu m’entretenir, et aussi dans le reportage de Quotidien du 08 octobre 2019xvii : “Le foot a pu aider aujourd’hui pour faire les premières rencontres, mais à l’heure d’aujourd’hui on les connaît tous, ils nous connaissent donc si on vient c’est juste pour jouer comme si c’était nos potes quoi”.

On peut également mentionner les concerts qui ont lieu tous les vendredi soir pendant l’été au village, qui sont l’occasion de danser collectivement, comme le déclare ainsi une villageoise à Var-Matin le 20 juillet 2019xviii. Ces supports sont autant de médiateurs de la relation entre les résidents du centre et les villageois, qui permettent de développer une compréhension réciproque et ainsi de faire baisser les tensions, comme me l’explique un villageois lors d’un entretien après que je lui demande “à ton avis pourquoi ça c’est si bien passé?” : “La simple compréhension et juste une ouverture d’esprit des plus franche. On n’est pas des animaux quand même.”

Le partage des ressources d’autochtonie.

Qui plus est, la construction du vivre-ensemble doit passer par le développement d’une manière d’habiter le territoire pour les nouveaux arrivants. C’est ce que souligne Fouad dès le premier jour au micro du 13h de France 2 le 18 septembrexix : « Les jeunes doivent être dans des métropoles, des grandes villes, quelque chose comme ça. Mais là je suis arrivé dans ce village, je dois faire avec, je dois vivre ici ». Pour cela, il s’agit de “domestiquer” l’environnement par des formes d’agencements à l’échelle de la proximité, de construire un rapport personnel à son environnement d’habitation, en somme de s’approprier les lieuxxx. Des formes de transactions socialesxxi autour des ressources locales se sont ainsi mises en place en vue de la construction d’une manière d’habiter ensemble. Bien entendu, ces formes de négociations ou d’arrangements au quotidien restent limitées dans la mesure où cet habitat n’a été que temporaire. Un premier type de transaction sociale que l’on a pu observer a consisté en un partage de ces ressources d’autochtonie entre les réfugiés et les villageois, à travers des activités de découverte des traditions provençales pour les uns (soupe au pistou, Aïoli, musique et traditions populaires…) et des traditions de leurs pays d’origine pour les autres (traditions culinaires, art africain, musique…). Par exemple, le 20 juillet 2019 est organisé à l’initiative des résidents du centre, de l’association et de la mairie un “Repas de la fraternité entre migrants et habitants” (France 3 Côte d’Azur ce même jourxxii). Comme l’explique le Maire à France 3 PACA il s’agit de permettre un échange culturel pour les “intégrer” : « Depuis qu’il y a des migrants à Châteaudouble on essaye de les intégrer avec nous, essayer de faire des trucs ensemble, et là on avait pensé grâce aux associations, tout du bénévolat qui sont là comme vous avez pu le voir de faire un repas avec la population, avec tout le monde, avec leurs spécialités et aussi bien sûr les traditions provençales ».

On peut mentionner d’autres échanges : par exemple certains villageois et habitants des alentours avaient l’habitude de venir au centre les bras chargés, comme dans le reportage d’Enquête de Région où un couple vient rendre visite aux résidents apportant un panier de légumes et des sacs de fruits secs; certains migrants ont aussi été invités chez des villageois pour la Noël, comme le raconte Cheik dans le même reportagexxiii. Ces formes de don/contre-don sont autant de transactions sociales qui permettent de créer du lien et de développer des manières de vivre-ensemble. La construction d’un habitat commun est aussi passée par une phase d’appropriation de l’environnement local : il a fallu apprendre à composer avec l’isolement, avec la ruralité de manière à développer un rapport personnel au territoire. Premièrement, pour pallier l’isolement géographique du centre, il a été convenu entre les salariés de l’association forum-réfugié et la mairie, de mettre à disposition des résidents un service de transport leur permettant de se rendre plusieurs fois à Draguignan, la ville la plus proche, sans voiture personnelle. Par ailleurs des activités de découverte du paysage environnant ont été mises en place, par exemple à travers des balades organisées entre villageois et migrants dans les forêts alentours. Enfin, l’appropriation de leur lieu de vie est aussi passée par un sommaire aménagement des espaces entourant le centre : les migrants et bénévoles du centre réalisaient régulièrement des travaux de jardinage autour du centre, mais surtout entretenaient un potager créé collectivement sur un lopin de terre à proximité.

Conclusion

Il est indéniable qu’il existait des tensions dans les mois qui ont précédé l’arrivée des réfugiés au village de Châteaudouble, qui se sont d’ailleurs matérialisées dans des actes d’hostilité manifestes et qui apparaissaient à tous comme les signes annonciateurs d’un conflit. Il semble que ce soit l’absence de concertation avec les acteurs locaux qui cause ces tensions car elle empêche toute possibilité de négociation. L’enjeu de cette hostilité était très connecté aux enjeux ruraux du territoire : les villageois affichent leur volonté de défendre le village contre toute appropriation, qu’elle soit par un parti politique ou par les réfugiés. Tant dans leur attitude de protestation face à la non-concertation de l’État, que dans leur hostilité au Rassemblement National ou aux migrants ils affichent une volonté de défendre l’indépendance du village, défense qui est souvent justifiée par une peur du déclin rural. Face à ce risque de conflit, une première étape fut d’apaiser les tensions et les réticences des deux populations, qui étaient placées dans une situation que ni l’une ni l’autre n’avaient choisie et qui se trouvaient donc contraintes d’apprendre à vivre-ensemble. Pour cela un ensemble de supports de médiation ont été mobilisés pour permettre de développer une compréhension réciproque. Par la suite, il s’est agit de mettre en place une sorte de négociation intégrative, afin de trouver des arrangements sur les manières d’habiter ensemble. On a ainsi pu observer un ensemble de transactions sociales autour de ressources locales et des ressources d’autochtonie (culture locale, paysages…), qui ont permis d’une part aux nouveaux résidents de s’approprier leur lieu de vie, et d’autre part de trouver des manières de partager ce lieu avec les villageois. Bien entendu cette négociation resta très inachevée dans la mesure où l’installation des réfugiés sur place n’était que provisoire. Pourtant, c’est le lexique de l’intégration et non celui de la cohabitation qui était sur toutes les lèvres. Ce glissement de problématique et l’appropriation médiatique et politique du cas de Chateaudouble qui en est la raison sera l’objet d’un second article.

 

Maxence Dutilleul est élève en 3e année à l’ENS Paris-Saclay et suit cette année le master 2 “Institutions, Organisations, Economie et Société” de PSL. Il s’intéresse principalement à la sociologie économique de la monnaie et de la finance. Dans cet article il rend compte d’un travail réalisé pour le cours de “Sociologie du conflit” en Licence 3 de Sociologie à l’ENS Paris-Saclay.

i« La “Jungle” de Calais, plus grand bidonville d’Europe », France 3 Hauts-de-France, publié le 03/11/2015 à 16:49, mis à jour le 03/11/2015 à 17:23, https://france3-regions.francetvinfo.fr/hautsde-france/la-jungle-de-calais-plus-grand-bindonville-d-europe-843851.html (29/04/20)

iiCarine Bekkache, « VIDÉO. Le départ des migrants de Châteaudouble provoque émotion et tristesse dans le cœur des villageois », Var-matin (Châteaudouble), 25/01/2020 à 07:45, https://www.varmatin.com/faits-de-societe/video-le-depart-des-migrants-de-chateaudoubleprovoque-emotion-et-tristesse-dans-le-coeur-des-villageois-452214 (29/04/20).

iiiVincent-Xavier Morvan, « Avec ses migrants, le petit village de Châteaudouble voit rouge » (reportage), Le Figaro, Publié le 9 septembre 2018 à 18:50, mis à jour le 10 septembre 2018 à 11:55, https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/09/09/01016-20180909ARTFIG00130-avecses-migrants-chateaudouble-voit-rouge.php (29/04/20).

ivFrancis Malory et Alexandre Dequidt, « Châteaudouble dans le Var accueillera 72 migrants en septembre », France 3 PACA, 03/07/18, https://www.youtube.com/watch?v=5_0jqXQDQ-E (29/04/20).

vB.G, « Le conseil municipal annule la Fête nationale pour protester contre l’arrivée des réfugiés au village », Varmatin (Draguignan), Publié le 13/07/2018 à 10:20, Mis à jour le 13/07/2018 à 12:06, https://www.varmatin.com/vie-locale/le-conseil-municipal-annule-la-fete-nationale-pour-protestercontre-larrivee-des-refugies-au-village-245887 (29/04/20).

vi« Migrants : les premiers réfugiés arrivent à Châteaudouble », France 3 National (19/20), 17/09/18, https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/mig

vii« Moment de vérité : qui a perturbé la visite de Marine Le Pen à Châteaudouble ? », Quotidien, TMC, 14/09/18, https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/moment-de-verite-aperturbe-visite-de-marine-pen-a-chateaudouble.html (29/04/20).

viii« Migrants : tensions dans un village du Var pendant la visite de Marine Le Pen », France 3 National (19/20), 12/09/2018, https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/migrantstensions-dans-un-village-du-var-pendant-la-visite-de-marine-le-pen_2937681.html (20/04/20).

ix« Migrants : les premiers réfugiés arrivent à Châteaudouble », France 3 National (19/20), 17/09/18, https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/migrants-les-premiers-refugiesarrivent-a-chateaudouble_2944989.html (29/04/20).

xNathalie Jourdan, Richard de Silvestro, Fabrice Gras, Eric El Koubi, Francis Malory Huss, Alexandre Dequidt, Thomas Gauthier, “Bienvenue à Châteaudouble” dans Enquêtes de Région, Enquête de Région, France 3 PACA, 15/04/19, https://www.youtube.com/watch?v=B6jKKXxZ0E4 (29/04/20).

xiSignifie « personne » en provençal.

xii« Moment de vérité : qui a perturbé la visite de Marine Le Pen à Châteaudouble ? », Quotidien, TMC, 14/09/18, https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/moment-de-verite-aperturbe-visite-de-marine-pen-a-chateaudouble.html (29/04/20).

xiiiLaurent Verdi, « Ce village du Var annule la fête nationale pour protester contre l’arrivée de migrants », France 3 PACA, publié le 13/07/2018 à 15:37, mis à jour le 13/07/2018 à 18:45, https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/var/ce-village-du-var-annulefete-nationale-protester-contre-arrivee-migrants-1512141.html (29/04/20).

xiv« Châteaudouble : 72 migrants pour 470 habitants », Valeurs Actuelles, 03/07/20 à 17:46, https://www.valeursactuelles.com/societe/chateaudouble-72-migrants-pour-470-habitants-96937 (29/04/20).

xv« Var : à Chateaudouble, un centre d’accueil pour migrants fait polémique », France 2 (JT 13h), 11/09/2018, https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/var-a-chateaudouble-un-centre-daccueil-pour-migrants-fait-polemique_2935767.html (20/04/20).

xvihttps ://www.forumrefugies.org/l-association/notre-mandat-nos-valeurs

xvii« Le Moment de vérité : retour à Châteaudouble, un an après l’installation de 104 migrants » (vidéo), Quotidien, TMC, 08/10/19, https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/lemoment-de-verite-retour-a-chateaudouble-un-an-apres-linstallation-de-104-migrants80203268.html (29/04/20).

xviiiM.B., « À Châteaudouble, il y a de l’humanisme ! » Var-matin (Draguignan), 20/07/2019 à 10:27, https://www.varmatin.com/vie-locale/a-chateaudouble-il-y-a-de-l-humanisme–399196 (29/04/20).

xix« Migrants : quel accueil pour les premiers réfugiés de Châteaudouble ? », JT de 13h, France 2, 18/09/18, https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/migrants-quel-accueil-pour-lespremiers-refugies-de-chateaudouble_2946093.html (29/04/20).

xxBulle S., “Domestiquer son environnement. Une approche pragmatiste d’un territoire confiné : le camp de réfugiés de Shu’faat à Jérusalem “, Asylon(s), N°2, 2007, Terrains d’ASILES.

xxiRémy J., « Négociations et transaction sociale », Négociations, 2005, 3, 81-95.

xxii« Repas de la fraternité entre migrants et habitants de ce village du Var », France 3 PACA, 20/07/19, https://www.youtube.com/watch?v=1ybNmYxC1DM (29/04/20).

xxiiiNathalie Jourdan, Richard de Silvestro, Fabrice Gras, Eric El Koubi, Francis Malory Huss, Alexandre Dequidt, Thomas Gauthier, “Bienvenue à Châteaudouble” dans Enquêtes de Région, Enquête de Région, France 3 PACA, 15/04/19, https://www.youtube.com/watch?v=B6jKKXxZ0E4 (29/04/20).

 

Pour citer cet article : Dutilleul Maxence, « Construire la co-habitation sur un territoire rural. Étude de cas sur l’installation d’un centre d’accueil et d’orientation pour migrants à Châteaudouble dans le Var », publié sur Saclay des champs le 11 octobre 2021 : http://saclaydc.hypotheses.org/?p=287

Le rôle des « évènements d’Algérie [1] » (1954-1962) dans le développement de l’enseignement en milieu pénitentiaire



Au cours du printemps 1950, dans la lignée de la réforme « Amor[2] », le ministre de la Justice prend contact avec le ministre de l’Éducation nationale afin de solliciter le recrutement d’instituteurs et de professeurs en milieu pénitentiaire[3]. Malgré un accueil très favorable du ministère de l’Éducation nationale – concrétisé par la mise en place d’une expérience pilote à la maison centrale de Caen[4] – l’enseignement en milieu pénitentiaire est très vite délaissé. En 1954, alors que débute la guerre d’Algérie, le projet semble même enterré : le conflit nécessite une mobilisation extrême du ministère de la Justice, laissant peu de place pour des questions encore subsidiaires. Les parquets connaissent un véritable engorgement et doivent faire face à des milliers de procédures pour atteintes à la sûreté de l’État, associations criminelles, coups et blessures, assassinats[5… En 1958, le crédit budgétaire qui permettait au ministère de la Justice de payer les vacations des instituteurs est intégralement supprimé[6]. Pourtant, c’est au cœur de cette même période que l’enseignement en milieu pénitentiaire fait sa pleine entrée dans le droit. Fruit d’une réflexion remontant à la Résistance et mûri par les travaux de la Quatrième République, le Code de procédure pénale entre en vigueur le 2 mars 1959 sur le territoire métropolitain et le 1er mars 1962 dans les départements d’outre-mer. Une section entière s’intitule « De l’enseignement » : les articles D450 à D456 disposent la nécessité pour les détenus d’ « acquérir ou développer les connaissances qui leur seront nécessaires après leur libération en vue d’une meilleure adaptation sociale » ; ils fixent un enseignement primaire « dans toutes les prisons pour peines ainsi que dans les maisons d’arrêt les plus importantes[7] ». Celui-ci est obligatoire pour les moins de vingt-cinq ans qui ne maîtrisent pas les savoirs de base (lecture, écriture et calcul) et facultatif pour les autres prisonniers. Les détenus analphabètes et les nationaux ne parlant pas la langue française se voient d’autre part proposer des « cours spéciaux ». Il paraît surprenant qu’après plusieurs siècles pendant lesquels des voix se sont élevées en faveur de l’enseignement en milieu pénitentiaire[8], ce soit précisément au moment où survient le conflit algérien que point une volonté légalement affirmée de systématisation de l’enseignement en milieu carcéral. Si des évolutions structurelles ne doivent pas être sous-estimées – à l’instar de l’importance grandissante de l’enseignement dans la société, alors que s’ouvre un demi-siècle qui est celui de « l’explosion scolaire[9] » -, il semble intéressant de se demander si les évènements d’Algérie ont joué un rôle – et si oui, lequel – dans le développement de l’enseignement en milieu pénitentiaire.

Méthodologie

Cet article se fonde principalement sur des archives écrites. Le fonds « Germaine Tillion » de la Bibliothèque Nationale Française (B.N.F) contient notamment des correspondances et des notes de l’ethnologue entrée en 1959 dans le cabinet du ministre de l’Éducation nationale. Il comprend également le rapport de Michel Philibert[10], un philosophe qui fut chargé, durant l’été 1959, de dresser un état des lieux de l’enseignement en milieu pénitentiaire dans les prisons de métropole et d’Algérie. Le fonds du « Bureau de la personnalisation des parcours scolaires et de la scolarisation des élèves handicapés » des Archives nationales de Pierrefitte-sur-Seine[11] contient quant à lui des documents administratifs – des correspondances inter-ministérielles, des rapports, des études, des comptes rendus de réunions, des circulaires, des notes… – révélateurs du pilotage national de l’enseignement en milieu pénitentiaire depuis 1959. La plateforme Criminocorpus[12], enfin, recense les Rapports annuels de l’Administration pénitentiaire depuis 1945.

Résultats

Une conjonction de deux facteurs semble expliquer pourquoi les évènements d’Algérie constituent un jalon fondamental dans le développement de l’enseignement en milieu pénitentiaire.

En premier lieu, la scolarisation des détenus algériens a constitué une préoccupation ministérielle prégnante. Les ministres avaient en effet conscience que parmi les détenus politiques incarcérés pour leur lutte pour l’indépendance de l’Algérie, se trouvait « une partie des cadres de l’Algérie de demain[13] ». Or, l’apprentissage du français et des connaissances de base à cette élite présentait l’indéniable atout d’anticiper la possibilité – et la cordialité – des futures relations franco-algériennes, particulièrement dans le cas où l’Algérie obtiendrait effectivement son indépendance. Michel Philibert écrit ainsi dans son rapport :

« Contribuer à l’instruction [des détenus algériens] durant leur détention est une oeuvre utile à leur destinée personnelle ultérieure, et utile à la France comme à l’Algérie ; ceci en toute hypothèse et quelle que soit la forme prise ensuite par les relations entre les deux communautés. »

Ces considérations concernent le caractère pratique des relations franco-algériennes, mais aussi l’image de la France dans sa politique extérieure. Ainsi, oeuvrer pour le développement de l’éducation en prison serait un moyen de redorer le blason français, terni par des années de conflit :

« Il fait très vivement souhaiter, à la fois par humanité et aussi dans le désir légitime de préserver l’influence à venir de notre culture en Algérie, qu’aux éléments purement répressifs de son activité, la France, ou l’Administration pénitentiaire qui a le périlleux devoir de l’incarner auprès des détenus, associe ou pour parler net, substitue, des éléments éducatifs[14]. »

Cette préoccupation d’ordre politique fut d’autant plus suivie d’effet qu’elle se double d’une préoccupation sociale. En effet, se trouvent alors à un niveau décisionnaire important deux personnalités sensibles au sort des prisonniers et à leur instruction. Le ministre de la Justice Edmond Michelet est un homme marqué par son passé de résistant durant la Seconde Guerre mondiale : chef de la Région 5 du mouvement « Combat », il est interné durant six mois à la prison de Fresnes en 1943, déporté un mois dans le camp de Sarrebruck puis conduit à Dachau en septembre 1943 jusqu’à la libération du camp par les Alliés en 1945[15]. Dès son installation place Vendôme en janvier 1959, il annonce aux magistrats : « J’aime autant vous prévenir, moi je suis du côté de ceux qu’on enferme[16] ». Au sein du cabinet de l’Éducation nationale, il trouve un répondant efficace en l’ethnologue Germaine Tillion, qui entretient des liens particuliers avec l’Algérie puisqu’elle a fait de l’Aurès[17] son premier terrain d’étude. Elle aussi est particulièrement marquée par la Seconde Guerre mondiale : membre-clé du Réseau de résistance du Musée de l’Homme[18], elle est arrêtée en août 1942 à Paris et incarcérée à la prison de la Santé puis de Fresnes, avant d’être déportée dans le camp de Ravensbrück jusqu’à la fin de la guerre. Alors qu’elle a participé à la mise en place d’un dispositif d’éducation populaire – les « centres sociaux » – en Algérie, une question la préoccupe particulièrement : celle de l’enseignement dans les prisons.Dans une de ses notes[19] probablement établie dans le courant du mois de juin 1959[20], Germaine Tillion écrit ainsi :

« Il faut signaler, en particulier, le cas de 2 000 Nord-africains, condamnés à de longues peines, en majorité analphabètes, et auxquels il devient presque impossible de trouver un travail manuel, à cause de la récession actuelle. Pour les détenus analphabètes, il faudrait pouvoir organiser des cours élémentaires de lecture, d’écriture et de calcul[21]. »

Le constat du manque de personnel et de la sur-représentation des détenus nord-africains incarcérés pour des motifs politiques amène Germaine Tillion à formuler une préconisation : « Pour aider le Ministère de la Justice à assumer sa tâche éducative, il est nécessaire d’assurer la coopération de ce Ministère avec celui de l’Éducation nationale ».

En second lieu, la scolarisation a constitué une demande émanant des détenus eux-mêmes. Le 18 juin 1959, un mouvement de protestation éclate à la prison de Fresnes, sous la forme d’une grève de la faim. Impulsée par la Fédération de France du Front de libération nationale (F.L.N) – une organisation du F.L.N sur le sol français, lancée en 1954 sous l’impulsion de Mohamed Lebjaoui -, elle est très rapidement étendue à l’ensemble des établissements pénitentiaires et suivie par la majorité des détenus F.L.N. Le comité de détention envoie une lettre au garde des Sceaux Edmond Michelet, réclamant entre autres « la possibilité d’organiser des cours au sein de la détention[22] ». L’Administration pénitentiaire reste pourtant sourde aux revendications et, sur ordre du cabinet du Premier ministre Michel Debré, coupe l’eau du robinet de chaque cellule. Douze jours plus tard, face à l’obstination des détenus politiques, des négociations sont entamées à l’hôpital de Fresnes entre deux des six chefs historiques du F.L.N[23] et des représentants du garde des Sceaux. L’accord est néanmoins fragile et se brise quelques jours plus tard. Le 17 juillet 1959, une seconde grève de la faim est donc entamée. Elle dure dix-huit jours : l’Administration pénitentiaire, réfractaire à la modification du régime, tente de freiner les revendications[24]. Pourtant, au terme de six journées de négociations, le 4 août 1959, est édictée une note de service ministérielle, plus connue sous le nom de « circulaire Michelet[25] ». Elle généralise le « régime A », associé au caractère politique de la détention, à tous les détenus incarcérés pour des faits en lien avec leur combat pour l’indépendance de l’Algérie[26]. Mohand Zeggagh, qui est alors le plus jeune détenu politique algérien dans les prisons françaises, a récemment décrit en ces termes l’accord auquel aboutissent les négociateurs :

« Pour la première fois, nous obtenions un régime politique dit « A » pour plus de 5000 détenus algériens F.L.N en France qui nous permettait :

  1. de pouvoir organiser dans des salles, des cours d’alphabétisation en arabe et en français ;
  2. de nous abonner aux journaux de notre choix ;
  3. de recevoir des livres sans censure et sans être sanctionnés pour la lecture de livres comme ceux de Victor Hugo, Jean-Jacques Rousseau, Emile Zola, etc[27]. ».


Conclusion

Les « évènements d’Algérie » ont donc joué un rôle décisif dans le développement de l’enseignement en milieu pénitentiaire : pendant des années aux prises avec ceux qu’elle considère comme « l’ennemi[28] », c’est pourtant pour les détenus politiques algériens, destinés à devenir des interlocuteurs du gouvernement français, que l’Administration pénitentiaire fait une place à l’enseignement entre ses murs. Un long chemin reste à parcourir – la première convention signée entre les ministères de l’Éducation nationale et de la Justice date de 1995 -, mais les portes des prisons sont désormais ouvertes aux enseignants…

Clara Marcoin termine sa scolarité à l’ENS Paris-Saclay. Cet article est tiré du travail réalisé pour son mémoire de recherche de master 2.


[1] S’il est aujourd’hui courant d’évoquer la « guerre d’Algérie », la période qui s’étend de 1954 à 1962 est désignée dans les rapports de l’Administration pénitentiaire sous la dénomination des « évènements d’Algérie ».

[2] La « réforme Amor », du nom de Paul Amor, premier directeur de l’Administration pénitentiaire en 1944, donne comme objectif premier à la peine « l’amendement et le reclassement social du condamné ».

[3] Avant 1950, ce sont principalement les éducateurs, fonctionnaires de l’Administration pénitentiaire chargés de la rééducation morale des détenus, qui assurent la formation scolaire. Ces derniers ne possèdent donc ni les compétences ni le temps nécessaires pour enseigner, puisqu’ils sont déjà accaparés par leurs autres fonctions.

[4] En avril 1951, deux cours sont mis en place : l’un est dédié à la préparation du Certificat d’Études Primaires (C.E.P) pour adultes, l’autre est destiné aux prisonniers illettrés. Les résultats très encourageants – quatre candidats sur dix reçus au C.E.P dès la première session d’examen, en juillet 1951 – appellent à une généralisation de l’expérience : l’année suivante, celle-ci est étendue au sein de quatre autres maisons centrales et une dizaine de maisons d’arrêt.

[5] Sylvie THÉNAULT, « Justice et droit d’exception en guerre d’Algérie (1954-1962) », Les Cahiers de la Justice, vol. 2, n°2, 2013, pp. 71-81.

[6] Bien que le crédit ait été réintroduit l’année suivante conformément aux dispositions du décret du 23 décembre 1958, sa disparition engendre la suppression irrémédiable de nombreux cours.

[7] Les maisons d’arrêt accueillent les personnes placées en détention provisoire et les détenus condamnés à une peine inférieure ou égale à deux ans ; les établissements pour peine sont quant à eux réservés aux personnes condamnées définitivement.

[8] En 1838, l’Inspecteur général des prisons Charles Lucas écrivait déjà dans son essai De la réforme des prisons : « L’éducation seule peut servir d’instrument pénitentiaire. La question de l’emprisonnement pénitentiaire est une question d’éducation. » [De la réforme des prisons ou de la théorie de l’emprisonnement, de ses principes, de ses moyens et de ses conditions pratiques, Paris, Legrand et J. Bergounioux, 1836].

[9] CROS Louis, Lexplosion scolaire, CUIP, Paris, 1961, 181p.

[10] BNF, NAF 28481, « L’enseignement dans les prisons, Michel Philibert, Rapport d’enquête, été 1959 ».

[11] Ce fonds a été créé par l’arrêté du 20 juillet 2010 et chargé d’assurer une scolarisation adaptée pour les élèves aux besoins éducatifs particuliers, dans le cadre de l’éducation dite « spécialisée ». Il a été versé aux archives en 2012 et regroupe l’ensemble des documents produits et reçus par le Bureau entre 1959 et 2010.

[12] criminocorpus.org

[13] BNF, NAF 28481, « L’enseignement dans les prisons, Michel Philibert, Rapport d’enquête, été 1959 ».

[14] Ibidem, p.21.

[15] Ces faits sont issus d’une interview d’Edmond Michelet réalisée à Dachau le 6 mai 1945 par une équipe de militaires américains tournant un film sur le camp libéré. Celle-ci a été vendue par la National Archives and Record Administration au United States Holocaust Memorial Museum en septembre 1994.
https://collections.ushmm.org/search/catalog/irn1000758

[16] ORVAIN Pierre, AYMARD Pierre, SCHMELK Robert, HERTEVENT Jeanne [et al…], La PRISON pour quoi faire ?, « Juger n’est pas seulement punir », par Robert Schmelck [5e Colloque des Compagnons de la Fraternité Edmond Michelet, octobre 1979, Aubazine, Paris, S.O.S, 1980].

[17] L’Aurès est une région située au Nord-Est de l’Algérie, dans laquelle vit le groupe berbère des Chaouis. Elle joue un rôle-clé dans le déroulement de la Toussaint rouge, le 1er novembre 1954, et est ensuite très durement réprimée.

[18] Un des premiers réseaux de résistance, né spontanément après l’appel du général de Gaulle.

[19] BNF, NAF 28481, « Coopération entre le ministère de l’Éducation nationale et le ministère de la Justice pour l’organisation de cours aux internés ».

[20] Cette date est avancée d’après celle des autres courriers recensés et la supposition de Michel Philibert établie dans son rapport.

[21] BNF, NAF 28481, « Coopération entre le ministère de l’Éducation nationale et le ministère de la Justice pour l’organisation de cours aux internés ».

[22] Lettre du Centre de Détention de Fresnes au garde des Sceaux, 18 juin 1959, citée dans KESSEL Patrick et PIRELLI Giovanni, Le peuple algérien et la guerre. Lettres et témoignages 1954-1962, Paris, Maspero, 1962, p.361.

[23] BITAT Rabah et BOUDIAF Mohamed.

[24] AGERON Charles-Rober, « Edmond Michelet et la guerre d’Algérie », in De « lAlgérie française » à lAlgérie algérienne. Volume 1, sous la direction de AGERON Charles-Robert, Saint-Denis, Bouchène, 2005, pp. 455-470.

[25] Circulaire du 4 août 1959, « relative aux abonnements à certains quotidiens, colis, prière, enseignement scolaire », note de service OG 813 GA/GB.

[26] En avril 1957, ce régime spécial avait déjà été accordé par François Mitterrand, alors garde des Sceaux, aux détenus algériens possédant les plus grandes responsabilités politiques.

[27] Le Monde a publié le 9 août 2017 le témoignage de Mohand Rachid Zeggagh, incarcéré à Fresnes, qui exprime un sentiment de reconnaissance à l’égard de Simone Veil : « Simone Veil a sauvé de nombreuses vies algériennes, en toute discrétion ».

[28] LAYANI Fanny, « Ce que la guerre fait aux prisons. L’impact de la guerre d’indépendance algérienne sur les prisons de métropole », Criminocorpus, mis en ligne le 9 septembre 2019.

Pour citer cet article : Marcoin Clara, “Le rôle des « évènements d’Algérie »  (1954-1962) dans le développement de l’enseignement en milieu pénitentiaire”, publié sur Saclay des champs le 3 octobre 2021 : https://saclaydc.hypotheses.org/256

Comment l’analyse économique peut-elle prendre en compte le risque de points de basculement dans le système climatique ?

Evaluer le coût du changement climatique est essentiel pour définir les stratégies d’atténuation et orienter les stratégies d’adaptation. Une mesure généralement retenue est le coût social du carbone, c’est-à-dire la valeur actualisée des dommages provoqués par l’émission d’une tonne supplémentaire de gaz à effet de serre. Le coût social du carbone constitue une mesure phare de lutte contre le changement climatique comme l’indique le volontarisme affiché par l’administration Biden à ce sujet suite au mandat Trump. Il permet par exemple de discuter de la définition d’une taxe carbone sur les émissions de gaz à effet de serre. Le coût social du carbone peut être calculé à partir de modèles intégrés économie-climat comme le modèle DICE (Nordhaus, 2008). Ce modèle intègre à un modèle macroéconomique de croissance optimale à la Ramsey un module climatique dynamique qui interagit avec l’économie : le climat est affecté par l’économie via la température qui dépend du niveau des émissions (donc de l’activité), et il diminue le niveau du revenu total via une fonction de dommage qui affecte la productivité de l’économie. Le planificateur social global maximise alors de manière intertemporelle l’utilité de différentes générations sur un horizon donné à l’aide d’un taux d’actualisation. Mais la présence de risques catastrophiques de faible probabilité d’occurrence aux conséquences importantes peut rendre caduque le calcul intertemporel (Weitzman, 2009).

Un type particulier de risque catastrophique est le risque de points de basculement dans le système climatique (tipping points). Une fois dépassés certains seuils de concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, l’état du système climatique pourrait être radicalement modifié. Différents éléments susceptibles de connaître un tel basculement aux conséquences économiques importantes ont été identifiés dans la littérature (Lenton et al., 2008). Ces possibles points de basculement sont par exemple la désintégration des calottes glaciaires de l’Antarctique occidental ou du Groenland, le dépérissement de la forêt amazonienne ou des forêts boréales, l’arrêt de la circulation méridienne de retournement de l’océan Atlantique, la fonte des pergélisols, la mort des récifs coralliens, ou encore des changements dans les moussons (Afrique de l’Ouest, Inde). Les modèles intégrés économie-climat déterministes ne sont pas en mesure de bien considérer ces incertitudes : de nouveaux modèles stochastiques ont ainsi été développés (Lemoine, Traeger, 2014, Cai, Lontzek, 2019). Contrairement aux modèles avec une fonction de dommage déterministe, ces modèles stochastiques intègrent des variables d’incertitude comme un tipping point aléatoire qui dépend du niveau des températures et entraîne un choc durable sur l’économie. La prise en compte de ces incertitudes dans des modèles intégrés stochastiques modifie substantiellement le niveau du coût social du carbone (Lontzek et al., 2015) par rapport aux résultats obtenus dans les modèles déterministes ; prendre en compte ces incertitudes dans le calcul intertemporel de la politique climatique optimale est donc nécessaire.

Dans le calcul intertemporel de maximisation de l’utilité sociale, le choix de la forme fonctionnelle de l’utilité sociale a un impact déterminant sur le niveau et la dynamique du coût social du carbone à travers le temps. Les formes des préférences collectives utilisées traditionnellement le sont notamment en raison de leurs propriétés mathématiques qui rendent la résolution du programme dynamique d’optimisation sur un large horizon possible et plus facile. Il en va par exemple ainsi de l’additivité du modèle d’espérance d’utilité, ou encore du caractère récursif de la formulation des préférences dites à la Epstein-Zin (1989). Mais ces formes de préférence collective posent deux problèmes.

Le premier problème est d’ordre éthique. Les formes des préférences collectives évoquées plus haut sont dites utilitaristes et escomptées, c’est-à-dire qu’un planificateur social maximise l’utilité sociale (la consommation agrégée) à travers le temps en appliquant un facteur d’escompte au bien-être des générations futures. Ce facteur d’escompte repose sur plusieurs paramètres, dont certains sont justifiés : il en va ainsi de l’élasticité de l’utilité marginale ou de l’aversion pour le risque du planificateur social. Le premier dispose qu’une unité supplémentaire de consommation procure plus d’utilité à un pauvre qu’à un riche, la génération actuelle étant plus pauvre que les générations futures en raison des hypothèses faites sur la croissance future dans le modèle DICE. Le second paramètre peut jouer dans le sens contraire (Ha-Duong, Treich, 2004) en encourageant le planificateur social à moins consommer aujourd’hui pour diminuer le risque climatique. Un paramètre additionnel de préférence pure pour le présent est néanmoins utilisé pour l’escompte : ce paramètre, qui a fait l’objet d’une querelle importante entre Nordhaus (2008) et Stern (2007), donne arbitrairement aux générations futures un poids moins important dans le calcul et pousse donc à décaler dans le temps les mesures destinées à réduire les émissions.

Le second problème posé par ces formes de préférences traditionnellement utilisées est leur difficulté à bien rendre compte des choix sociaux en situation intertemporelle risquée. Tout d’abord, ces formes de préférence ne permettent pas d’analyser l’aversion du planificateur social pour le risque intertemporel. La forme additive a par exemple pour hypothèse une neutralité du planificateur social par rapport à ce risque intertemporel. La forme Epstein-Zin incorpore une aversion pour le risque mais cette forme fonctionnelle ne respecte pas certaines propriétés essentielles dans des contextes intertemporels risqués (Bommier, Le Grand, 2013) : elles peuvent ne pas être monotones ce qui implique qu’un agent plus averse au risque peut de manière peu intuitive choisir une épargne de précaution plus faible qu’un agent moins averse au risque.

Dans un travail en cours réalisé au CIRED sous la direction de Céline Guivarch, nous utilisons un modèle économie-climat stochastique avec un tipping point aléatoire qui dépend du niveau de la température et inflige une fois franchi un dommage irréversible à l’économie sous la forme d’une hausse du niveau des dommages climatiques. Nous utilisons une forme alternative de préférences sociales, les préférences multiplicatives, plus adaptées aux situations intertemporelles risquées. Développé par Bommier, Lanz et Zuber (2015), ce critère de choix social intertemporel ne mobilise pas le paramètre contesté de préférence pure pour le présent. Par ailleurs, cette forme fonctionnelle est monotone. Enfin, elle permet d’analyser l’aversion du planificateur social pour le risque intertemporel.

Le passage à cette forme de préférences sociales sensibles au risque intertemporel modifie notamment la valeur actuelle du coût social du carbone. Ainsi, en calibrant le paramètre d’aversion pour le risque intertemporel (Bommier, Lanz, Zuber, 2015) et en gardant tous les paramètres égaux, passer de la forme fonctionnelle additive à la forme multiplicative est équivalent à une multiplication de la valeur du choc économique généré par le potentiel tipping point par un facteur de 5 à 6 pour une calibration moyenne de l’élasticité de l’utilité marginale.

Equivalence entre les cas additif et multiplicatif dans le niveau de choc pour obtenir un même niveau actuel de coût social du carbone pour différents ϴ (élasticité de l’utilité marginale).

            De la même manière, en comparant ceteris paribus un changement dans la forme fonctionnelle à un changement dans un autre paramètre (la préférence pure pour le présent), on observe que passer de la forme additive à la forme multiplicative est équivalent pour la valeur actuelle du coût social du carbone à diminuer la valeur de la préférence pure pour le présent du niveau fixé par Nordhaus à celui défendu par Stern dans leur célèbre polémique.

Equivalence entre les cas additif et multiplicatif dans le niveau de préférence pure pour le présent (ϱ) pour obtenir un même niveau actuel de coût social du carbone.

Ce travail préliminaire sur les préférences sociales multiplicatives permet d’introduire une nouvelle dimension au débat sur le choix social intertemporel sur les questions d’économie et de climat. Ce choix ne dépend pas seulement de la valeur de certains paramètres, mais également de la forme fonctionnelle utilisée dans le calcul. Notre but n’est pas d’indiquer qu’une forme fonctionnelle est la meilleure mais simplement d’attirer l’attention sur les hypothèses sous-jacentes du modèle utilitariste escompté traditionnellement utilisé pour définir la politique climatique optimale et d’essayer de trouver la forme fonctionnelle la plus adaptée aux contextes intertemporels risqués. Passer de modèles économie-climat déterministes à des modèles stochastiques implique de questionner l’ensemble des éléments du calcul.

Notre travail permet d’envisager de nouvelles directions en intégrant par exemple la question de l’inégalité face au risque intertemporel. Ainsi, un travail intéressant pourrait être d’envisager des risques climatiques aléatoires aux conséquences hétérogènes selon les régions du monde afin de questionner les aspects distributionnels du changement climatique et des politiques climatiques (Dennig et. al, 2015). Des formes complémentaires de critères de choix social conséquentialistes pourraient alors être explorées en complément de l’approche utilitariste : c’est par exemple le cas du prioritarisme (Adler et. al, 2017).

Romain Fillon a suivi cette année le master 2 EEET (Economie de l’environnement, de l’énergie et des transports) de l’Université Paris-Saclay. Il rend compte dans cet article du travail réalisé lors d’un stage de recherche au CIRED (Centre international de recherche sur l’environnement et le développement), sous la direction de la climatologue Céline Guivarch.

Bibliographie indicative

Adler, M.D., Anthoff, D., Bosetti, V., Garner, G., Keller, K., Treich, N. 2017. Priority for the Worse Off and the Social Cost of Carbon. Nature Climate Change, 7: 443–449.

Bommier, A., Le Grand, F., 2013. A Robust Approach to Risk Aversion. CER-ETH Working Paper

Bommier, A., Lanz, B., Zuber, S., 2015. Models-as-usual for unusual risks? On the value of catastrophic climate change. Journal of Environmental Economics and Management 74, 1-22.

Cai, Y., Lontzek, T. S., 2019. The Social Cost of Carbon with Economic and Climate Risks. Journal of Political Economy 127(6), 2684-2734.

Dennig, F., Budolfson, M., Fleurbaey, M., Siebert, A., Socolow, R. (2015). “Inequality, climate impacts on the future poor and carbon prices”, Proceedings of the National Academy of Science.

Epstein, L.G., Zin, S.E., 1989. Risk aversion, and the temporal behavior of consumption and asset returns: a theoretical framework. Econometrica 57. 937-969.

Ha-Duong M., Treich N., 2004. Risk aversion, intergenerational equity and climate change. Environmental and Resource Economics 28.

Lemoine, D., Traeger, C., 2014. Watch your Step: Optimal Policy in a Tipping Climate. American Economic Journal: Economic Policy, 6, 137-166.

Lenton, T. M., Held, H., Kriegler, E., Hall, J. W., Lucht, W., Rahmstorf, S., Schellnhuber, H. J., 2008. Tipping elements in the Earth’s climate system. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America (PNAS) 105(6), 1786-1793.

Lontzek, T., Cai, Y., Judd, K. L., Lenton, T. M., 2015. Stochastic integrated assessment of climate tipping points indicates the need for strict climate policy. Nature Climate Change 5(5), 441-444

Nordhaus, W.D., 2008. A Question of Balance: Weighting the Options on Global Warming Policies. Yale University Press, New Haven, CN.

Stern, N. H., 2007. The Economics of Climate Change: The Stern Review. Cambridge University Press, Cambridge, UK

Weitzman, M. L., 2009. On modeling and interpreting the economics of catastrophic climate change. The Review of Economics and Statistics 91(1), 1-19.

Pour citer cet article : Fillon Romain, « Comment l’analyse économique peut-elle prendre en compte le risque de points de basculement dans le système climatique ? », publié sur Saclay des Champs le 22 septembre 2021. Lien : https://saclaydc.hypotheses.org/248

L’aubaine pandémique ? La presse des alternatives de santé face au coronavirus

Sur le carnet Hypothèses “Socio-informatique de l’argumentation” du GSPR, dirigé par Francis Chateauraynaud, découvrez cet article d’Adrien Thâm Kurek, étudiant en 4e année à l’ENS Paris-Saclay, qui a consacré ses deux années de master de sociologie à l’étude des médecines alternatives.
Dans ce billet, il nous propose un autre regard sur la crise sanitaire, à travers une analyse de la couverture de l’épidémie de Covid par la presse des alternatives de santé, menée grâce au logiciel Prospéro développé par l’équipe du Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive.

À moitié vide ou à moitié plein ? Les fondements évolutionnistes et cognitifs de l’optimisme et du pessimisme

La recherche en sciences comportementales s’est construite sur sa capacité à identifier des biais cognitifs : des erreurs de raisonnement prédictibles qui nous éloignent du comportement rationnel et maximisateur postulé par l’économie néoclassique [1]. Dans la liste – désormais excessivement longue – des biais cognitifs recensés par les chercheurs, il en est deux qui surprennent, tant il semble difficile de concevoir qu’ils puissent exister en même temps.

En effet, les humains auraient d’une part un biais « optimiste » ou « positif », c’est-à-dire une tendance à se représenter le réel d’une manière plus positive qu’il ne l’est réellement. Par exemple, les travaux sur l’effet better-than-average suggèrent que nous avons tendance à surestimer notre compétence ou notre capacité à mener à bien un projet [2]. De plus, nous tendons à surestimer la probabilité d’évènements positifs (réussite professionnelle…) et sous-estimer celle d’évènements négatifs (accidents, maladies graves…) par rapport à leur probabilité réelle [3].

Dans le même temps, les chercheurs ont identifié un biais strictement opposé : un biais de « pessimisme » ou de « négativité », qui nous fait voir le monde comme moins plaisant, plus dangereux, plus négatif qu’il ne l’est vraiment. Ainsi, nous surestimons le risque de nombreux dangers [4] et sommes bien plus tentés de croire puis de transmettre de mauvaises que de bonnes nouvelles [5].

Comment rendre compte de ces deux biais, a priori contradictoires ? La psychologie humaine est-elle spontanément pessimiste ou optimiste ? Voyons-nous le verre à moitié vide ou à moitié plein ?

En réalité, cette apparente contradiction s’explique en partie par l’utilisation trop générale des concepts de biais positifs ou négatifs. Ainsi, notre disposition à l’optimisme ou au pessimisme est largement tributaire du contexte dans lequel nous nous situons. En particulier, elle dépend de notre humeur.

Qu’est-ce qu’une humeur ?

La notion d’humeur, commune dans le langage courant, a un sens bien précis en psychologie cognitive, et trouve son origine dans la littérature sur le comportement des animaux. Elle désigne un état affectif qui survient en réaction à un évènement positif ou négatif mais perdure dans le temps après celui-ci [6]. L’humeur se distingue donc de l’émotion, puisque cette dernière est une réaction courte et immédiate à un évènement, et du trait de caractère, qui est une disposition relativement constante tout au long de la vie. De façon intuitive, « être de bonne humeur » n’est donc pas la sensation subite de joie qui se produit juste après réception d’une bonne nouvelle, mais l’état de bien-être subséquent qui peut perdurer plusieurs heures ou plusieurs jours. De plus, l’humeur n’est pas qu’un simple ressenti : comme nous le verrons, elle détermine une bonne partie de notre comportement. L’humeur nous permet donc de nous calibrer à un état du monde pendant une certaine durée.

La capacité d’avoir des humeurs est établie chez l’humain et se retrouve chez plusieurs animaux, y compris les chevaux ou les abeilles [7-8]. Plusieurs chercheurs en biologie évolutionniste ont ainsi proposé que les variations d’humeur pourraient remplir une fonction favorisant notre survie. Dans un monde où un état de l’environnement à temps t (par exemple, une certaine quantité de prédateurs, ou un certain niveau d’abondance en ressources) permet de prédire l’état de l’environnement à temps t + 1, il est rationnel que des évènements positifs ou négatifs dans le présent conditionnent notre appréhension de l’environnement dans le futur proche [6]. Par exemple, si le fait d’être licencié aujourd’hui prédit des difficultés financières sur une certaine durée, on peut s’attendre à ce que le licenciement ne déclenche pas seulement une émotion de peine immédiate, mais également une humeur maussade qui persiste dans le temps.

Crucialement, plusieurs travaux suggèrent que, contrairement à l’intuition commune, l’humeur ne varie pas selon un seul axe – allant d’une « mauvaise » à une « bonne humeur », mais selon deux axes. Le premier mesure la sensibilité aux récompenses, c’est-à-dire notre disposition à détecter des opportunités réjouissantes dans notre environnement, et donc à exprimer de l’enthousiasme, de la motivation, et du dynamisme (similaire au concept intuitif de « bonne humeur »). Le second axe mesure la sensibilité aux menaces – ou anxiété -, c’est-à-dire notre disposition à détecter des menaces dans l’environnement [6]. Ainsi, bonne humeur et anxiété peuvent être interprétés comme une adaptation de notre psychologie aux caractéristiques de notre environnement.

Figure 1 : Schéma récapitulatif des deux dimensions de l’humeur, adapté et traduit de [6].

Bien qu’elle puisse apparaitre contre-intuitive, la bi-dimensionalité de l’humeur est confortée par tout un faisceau de preuves. Tout d’abord, chaque axe d’humeur se manifeste par des comportements spécifiques et adaptés. Une forte sensibilité aux récompenses – c’est-à-dire notre croyance que l’environnement regorge d’opportunités désirables – se traduit dans notre psychologie par des états mentaux qui nous poussent précisément à en profiter : motivation élevée, un plus grand espoir en l’avenir et un puissant désir d’engager de nouvelles activités – pensez à ce que vous ressentiriez en cas de promotion professionnelle ou lorsque vous tombez amoureux. A l’inverse, une faible sensibilité aux menaces se manifeste par des états mentaux appropriés : un sentiment de relaxation et de détente [9].

A l’inverse, chaque axe d’humeur possède sa propre pathologie. Une sensibilité à la récompense trop faible provoque des symptômes dépressifs tandis qu’une sensibilité à la récompense trop élevée provoque des troubles anxieux. Dépression et anxiété sont souvent corrélées dans les faits, mais sont bien considérés comme des pathologies distinctes. Les symptômes dépressifs sont précisément ceux qu’on attendrait d’une personne qui prévoit très peu de récompenses ou d’opportunités dans son environnement : faible motivation, perte d’espoir en l’avenir [hopelessness], et fatigue. Parallèlement, les symptômes anxieux sont ceux qu’on attendrait d’une personne qui perçoit beaucoup de dangers dans son environnement : une vigilance accrue, une inquiétude constante, et une prudence plus marquée. Contrairement à ce qui a pu être proposé, la dépression clinique et les troubles anxieux ne peuvent pas être considérés comme des mécanismes utiles pour l’humain : il s’agit plus probablement de dérèglements extrêmes de mécanismes qui nous sont généralement utiles, comme une humeur maussade occasionnelle ou un niveau d’anxiété raisonnable [9-10].

Enfin, un certain nombre d’études suggèrent que des évènements distincts sont associés à chaque axe d’humeur : les troubles dépressifs semblent être causés par des évènements qui rendent l’environnement moins riche en opportunités comme des humiliations ou des échecs, tandis que les troubles anxieux sont causés par l’exposition répétée à des dangers ou menaces [11].

Variations d’humeurs et biais optimistes/pessimistes

Comment la notion d’humeur, telle que nous l’avons décrite, permet-elle de résoudre le paradoxe évoqué au début de ce texte, à savoir la présence concomitante de biais à la fois optimistes et pessimistes ? Une partie de la réponse provient probablement de facteurs contextuels. Il est très probable que nous ayons tous en nous aussi bien la capacité à l’optimisme qu’au pessimisme, selon les expériences que nous vivons au sein de notre environnement et donc, selon notre humeur. Certaines circonstances peuvent augmenter notre estimation des menaces ou diminuer celle des récompenses dans notre environnement et nous rendre ainsi plus pessimiste. D’autres circonstances peuvent avoir l’effet inverse et nous rendre plus optimiste. En bref, une partie des résultats discordants sur l’optimisme et le pessimisme humain reflète probablement la sensibilité de notre humeur à un environnement variable.

Plusieurs études corroborent cette hypothèse, et plusieurs facteurs influençant l’humeur ont été identifié chez l’humain. Notre humeur semble ainsi particulièrement déterminée par notre niveau de richesse : une étude réalisée sur plus de 15000 britanniques montre qu’un plus haut revenu est associé à une augmentation de l’optimisme – mesuré par un questionnaire validé expérimentalement [12]. Ce résultat, malgré l’impossibilité d’établir le sens de la causalité, peut être interprété dans un sens cohérent avec l’approche de l’humeur décrite plus haut : les individus les mieux lotis matériellement sont probablement moins exposés à des évènements menaçants et plus exposés à des opportunités, ce qui devrait calibrer leur humeur en conséquence. Au-delà de facteurs « extérieurs », il est très probable que notre humeur soit également affectée par notre condition physique. En effet, un état physique altéré – par une maladie ou une blessure par exemple – nous rend plus vulnérable aux menaces et moins en capacité de saisir des opportunités : un tel état devrait être associé à une humeur globalement plus pessimiste. Plusieurs études confortent cette hypothèse. Par exemple, les individus qui se perçoivent comme particulièrement vulnérables aux maladies (que ce soit à cause de leur âge, de dysfonctionnements du système immunitaire, ou d’autres raisons) sont bien plus susceptibles de détecter des éléments indiquant la présence de pathogènes dans leur environnement, ce qui semble refléter une plus forte sensibilité aux menaces – du moins celles de nature sanitaire [13].

Un cas particulier : l’impact du COVID-19 sur l’anxiété

En 2020, j’ai eu l’opportunité de tester ces hypothèses dans le cadre de l’épidémie naissante de COVID-19, sous la direction des chercheuses en sciences cognitives Lou Safra (Sciences Po-Cevipof) et Coralie Chevallier (PSL). En effet, le COVID-19 constitue un exemple intéressant d’un choc soudain susceptible de rendre notre environnement plus menaçant et anxiogène. Si l’approche de l’humeur décrite dans cet article est pertinente, nous devrions donc observer un effet significatif de l’épidémie sur notre sensibilité aux menaces.

Pour vérifier cela, nous avons recruté en ligne 277 participants britanniques pour répondre à un questionnaire et surtout réaliser une tâche cognitive mesurant la sensibilité aux menaces. Au cours de cette tâche, les participants étaient exposés à deux types de ligne sur un écran, l’une étant légèrement plus courte que l’autre. A chaque apparition, ils devaient catégoriser la ligne comme courte ou longue. Tous les participants étaient dotés d’un même montant initial, mais, chaque erreur leur faisait perdre de l’argent. L’une des erreurs (identifier une ligne courte plutôt que longue) était associée d’une perte plus sévère que l’erreur inverse. Ce jeu très simple permet de mesurer la sensibilité aux menaces. En effet, à mesure que les participants s’y exercent, ils apprennent implicitement à identifier de moins en moins la ligne la plus punie, et de plus en plus la moins punie. Les individus les plus anxieux, et donc qui ont la sensibilité aux menaces la plus développée, devraient être ceux qui apprennent le plus vite à éviter la ligne la moins punie.

Effectivement, en accord avec nos hypothèses, nous avons pu observer que plus les individus se déclarent vulnérable aux maladies, plus le fait d’être exposé au COVID-19 augmente leur sensibilité aux menaces, et donc les rend plus anxieux et pessimiste [14]. Ce résultat persiste même en comparant des individus de même niveau de richesse, d’éducation, et du même genre. Ainsi, le niveau de danger dans notre environnement pourrait avoir un impact immédiat sur notre humeur, en particulier sur notre anxiété, et donc sur notre propension à l’optimisme ou au pessimisme.

Conclusion

Ainsi, la recherche en sciences cognitives et comportementales montre que les niveaux d’optimisme ou de pessimisme sont largement tributaires de l’expérience que nous faisons de notre environnement, et donc du contexte. Ces résultats sont d’une importance capitale dans notre compréhension et traitement des troubles de l’humeur comme la dépression ou l’anxiété qui touchent plus de 25% de la population européenne chaque année. Ils nous invitent à aller au-delà des solutions immédiates (mise en place de cellules d’écoute et d’accueil, sensibilisation sur le lieu de travail…) pour cibler les causes structurelles de ces maladies. La pauvreté, la précarité de l’emploi, les violences (en particulier faites aux femmes), le manque d’accès aux soins, sont autant de situations qui peuvent exposer les individus à davantage de menaces, réduire leurs opportunité et donc, in fine, déclencher des humeurs dépressives et anxieuses. C’est donc en grande partie à nos politiques publiques de déterminer si nous verrons demain le verre à moitié vide ou à moitié plein.

Venant de terminer sa scolarité à l’ENS Paris-Saclay, Amine Sijilmassi est actuellement doctorant en sciences cognitives à l’Ecole Normale Supérieure et à Sciences Po Paris. Sa thèse porte sur les mécanismes cognitifs à l’œuvre dans la coopération de large-échelle, les identités ethniques et nationales, et les conflits inter-groupes.

Références

[1] Haselton, M. G., Bryant, G. A., Wilke, A., Frederick, D. A., Galperin, A., Frankenhuis, W. E., & Moore, T. (2009). Adaptive rationality: An evolutionary perspective on cognitive bias. Social Cognition, 27(5), 733-763.

[2] Kruger, J., & Dunning, D. (1999). Unskilled and unaware of it: how difficulties in recognizing one’s own incompetence lead to inflated self-assessments. Journal of Personality and Social Psychology, 77(6), 1121.

[3] Sharot, T. (2011). The optimism bias. Current biology, 21(23), R941-R945.

[4] Lieder, F., Griffiths, T. L., & Hsu, M. (2018). Overrepresentation of extreme events in decision making reflects rational use of cognitive resources. Psychological review, 125(1), 1.

[5] Fessler, D. M., Pisor, A. C., & Navarrete, C. D. (2014). Negatively-biased credulity and the cultural evolution of beliefs. PloS one, 9(4), e95167.

[6] Nettle, D., & Bateson, M. (2012). The evolutionary origins of mood and its disorders. Current Biology, 22(17), R712-R721.

[7] Mendl, M., Burman, O. H., & Paul, E. S. (2010). An integrative and functional framework for the study of animal emotion and mood. Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences, 277(1696), 2895-2904.

[8] Bateson, M., Desire, S., Gartside, S. E., & Wright, G. A. (2011). Agitated honeybees exhibit pessimistic cognitive biases. Current biology, 21(12), 1070-1073.

[9] Nesse, R. M. (2019). Good reasons for bad feelings: insights from the frontier of evolutionary psychiatry. Penguin.

[10] Nettle, D. (2004). Evolutionary origins of depression: a review and reformulation. Journal of Affective Disorders, 81(2), 91-102.

[11] Kendler, K. S., Hettema, J. M., Butera, F., Gardner, C. O., & Prescott, C. A. (2003). Life event dimensions of loss, humiliation, entrapment, and danger in the prediction of onsets of major depression and generalized anxiety. Archives of General Psychiatry, 60(8), 789-796.

[12] Robb, K. A., Simon, A. E., & Wardle, J. (2009). Socioeconomic disparities in optimism and pessimism. International Journal of Behavioral Medicine, 16(4), 331.

[13] Navarrete, C. D., & Fessler, D. M. (2006). Disease avoidance and ethnocentrism: The effects of disease vulnerability and disgust sensitivity on intergroup attitudes. Evolution and Human Behavior, 27(4), 270-282.

[14] L. Safra, A. Sijilmassi, C. Chevallier, Disease, perceived infectability and threat reactivity: A COVID-19 study, Personality and Individual Differences, Volume 180, 2021, 110945, ISSN 0191-8869, https://doi.org/10.1016/j.paid.2021.110945. (https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0191886921003202)

Pour citer cet article : Sijilmassi Amine, “À moitié vide ou à moitié plein ? Les fondements évolutionnistes et cognitifs de l’optimisme et du pessimisme.”, publié sur Saclay des Champs le 13 septembre 2021. Lien : https://saclaydc.hypotheses.org/?p=232

Réguler le risque émotionnel au travail

Margaux Rolland, étudiante en master de sociologie à l’ENS Paris-Saclay, a lu l’ouvrage de Thomas Bonnet, La régulation sociale du risque émotionnel au travail (Toulouse, Octarès, 2020).

À partir du constat selon lequel, en dépit des difficultés émotionnelles qui y sont associées, les professionnels des pompes funèbres, de l’hôpital et de la police mènent généralement à bien les tâches qui leur incombent, l’auteur cherche à identifier les fondements sociaux qui permettent cette bonne réalisation du travail.

Margaux Rolland nous en dit plus dans sa recension à découvrir sur Lectures !

« Make care » : des visières contre le Covid-19

Un programme de recherche présenté par Léo Chalet, Victor Chareyron et Maxence Dutilleul, étudiants en deuxième année à l’ENS Paris-Saclay, Volny Fages, enseignant au DER SHS & Emile Gayoso, post-doctorant,  à découvrir sur le site de La Vie des idées.

Cet article présente quelques analyses sur l’organisation et la nature de l’engagement des collectifs de makers pendant la crise liée au Covid-19 à travers le cas de la fabrication de visières de protection. Il s’agit de présenter le programme de recherche d’une enquête ethnographique en “terrain numérique” constituée d’observations en partie participantes et de 51 entretiens réalisés entre mars et novembre 2020. Cet article retrace l’émergence de règles organisationnelles structurant progressivement la mobilisation, tente de dégager les “répertoires organisationnels” (Clemens) dans lesquels elle puise et analyse la nature de l’engagement des makers, caractérisée de “convivialité attentionnée”, remettant l’affectif au centre de l’action technique.

Incendie de l’usine Lubrizol : comment prévenir les risques industriels ?

La catastrophe de l’usine Lubrizol à Rouen, fin septembre 2019, a réactivé les débats récurrents, aux niveaux local et national, sur la gestion des risques industriels et l’exposition des populations locales à des risques souvent mal connus. Comment prévenir les accidents industriels ? Comment protéger les habitantes et habitants ? Comment réduire les dégâts associés ?

Julia Paul-Venturine, récemment diplômée de l’ENS Paris-Saclay et actuellement en thèse d’économie à PSE-École d’économie de Paris et à l’Université Panthéon-Sorbonne, fait le point dans un article publié sur le blog de la revue Regards croisés sur l’économie

 

« La France vend des armes ». Une approche critique-pragmatique d’un dossier complexe (2017-2019)

Dans le cadre du séminaire Socio-informatique des alertes et des controverses animé par Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz (EHESS, 2020-2021), Pierre-Emmanuel Metzger–Debrune, étudiant en 3e année à l’ENS Paris-Saclay et actuellement en master de sociologie à l’EHESS, s’est intéressé aux dynamiques temporelles et aux jeux d’acteurs du dossier des ventes d’armes de la France, sur la période 2017-2019. À l’aide du logiciel Prospero, il a analysé un corpus de textes publiés par plusieurs acteurs du champ médiatique. Ses résultats démontrent la fécondité d’une approche critique-pragmatique pour l’examen d’un dossier complexe.

Une analyse à découvrir sur le Carnet Hypothèses Socio-informatique et argumentation – Sociologie argumentative des controverses, concepts et méthodes socio-informatiques.

Les services de renseignement du régime de Vichy en Tunisie (juillet 1940 – novembre 1942)

Après la débâcle de 1940, lors de la signature de l’armistice, les Allemands exigent la dissolution de l’ensemble des services de renseignement français, à l’exception du « Bureau des Menées Antinationales » (ou « BMA »), chargé de protéger l’armée du régime de Vichy contre les ingérences étrangères[1]. Toutefois, l’ancien chef du renseignement français, le colonel Louis Rivet, parvient dans la clandestinité à reconstituer une structure de renseignements pour le nouveau régime, via deux services « camouflés » aux Allemands : d’une part, celui des « Travaux Ruraux » (ou « TR »), chargé du contre-espionnage sous la direction du colonel Paillole ; et d’autre part, le service d’espionnage (ou « SR ») proprement dit, du Lieutenant-Colonel Perruche. Ces différentes structures vont, avec l’assentiment plus ou moins clair d’une partie de l’Etat-Major de l’armée de Vichy, continuer une action de renseignements dirigée en grande partie contre l’Axe, mais également dans une moindre mesure contre les Alliés et les gaullistes.

Comme l’écrit l’historienne Claude d’Abzac-Epezy, ces services de renseignement sont « un de ces exemples de contradictions qui plongent les historiens dans la perplexité[2] » : ils représentent une partie du régime vichyste qui a effectivement, à plusieurs reprises, continué à affronter les Allemands après 1940. Leur exemple sera d’ailleurs mobilisé par les tenants de la théorie du « double-jeu » du Maréchal Pétain, selon laquelle les vichystes auraient en réalité tout fait pour lutter contre les Allemands en feignant la collaboration.

Mais cela est sans doute lié au fait que jusqu’à une date récente, les services de renseignement de Vichy ont été relativement peu abordés par les historiens, du fait de l’impossibilité d’accéder à leurs archives[3]. La vision de l’activité des services qui s’impose d’abord est donc celle des « anciens » du renseignement français, qui publient leurs mémoires après la guerre, comme le colonel Paillole[4]. Il relate la façon dont les services ont discrètement mais impitoyablement traqué les espions nazis en zone libre et en Afrique du Nord, de l’armistice jusqu’à l’invasion de la zone libre en novembre 1942. Il va également diffuser une vision particulière de l’activité des services pendant la guerre, qui sera reprise par tous les anciens des services : les agents de renseignement de Vichy, dès l’armistice, auraient en fait été obnubilés par l’idée de se venger des Allemands. Ils auraient transmis une grande partie de leurs renseignements aux Britanniques et aux Américains pour les aider dans leur lutte contre l’ennemi honni, et auraient également apporté une aide précieuse aux mouvements gaullistes, sans que ces derniers ne s’en rendent toujours compte, en arrêtant les espions allemands qui tentaient d’infiltrer les réseaux de résistants. Enfin, ils auraient mené toutes ces actions à l’insu du gouvernement collaborateur. Tout cela aurait presque fait d’eux des résistants avant l’heure. Les anciens des mouvements de résistants, dans leurs mémoires, montrent quant à eux une certaine circonspection face à cette version des faits[5]. Ils reconnaissent en général l’activité qui a été celle des services vichystes contre les espions allemands : le général de Gaulle lui-même, dans ses Mémoires de guerre, évoque « le service de renseignement [qui] continuait d’appliquer dans l’ombre des mesures de contre-espionnage[6] ». Mais ils mettent en doute l’action pro-gaulliste que les anciens des services spéciaux prétendent avoir menée.

En 2005, l’historien britannique Simon Kitson[7] parvient à réaliser un travail synthétisant l’action de ces services, en se basant sur des archives nouvellement disponibles. Il démontre que si les services ont bien fait de la « chasse aux espions nazis » leur priorité, ils n’ont en même temps pas hésité à arrêter certains gaullistes. Et si des contacts avec « l’Intelligence Service[8] » ont bien eu lieu, ils ont été beaucoup plus restreints que ce que le colonel Paillole laissait entendre. Enfin, Kitson montre que contrairement à ce que les anciens des services spéciaux prétendaient, le gouvernement était totalement au courant de leurs pratiques. Selon lui, leur action, plus qu’un soutien aux Alliés et aux gaullistes, a surtout consisté en une défense de la souveraineté du régime de Vichy. Elle éclaire d’ailleurs un de ses traits saillants : le maréchal et son gouvernement font le pari d’une collaboration étroite avec les Allemands ; mais ils tâchent en même temps de les garder à distance quand ceux-ci se font trop inquisiteurs, et ceci non dans le but de participer à leur défaite ou d’aider les Alliés, mais de défendre la souveraineté et la légitimité du régime pour pouvoir librement appliquer le programme de la « Révolution Nationale ».

Toutefois, Kitson parle très peu de la façon dont les services évoluent en contexte colonial, et notamment en Afrique du Nord, alors même que les services y possèdent plusieurs bureaux. Or en Tunisie, le climat qui règne de l’armistice de juin 1940 jusqu’au débarquement américain du 8 novembre 1942, est peut-être encore plus menaçant pour la souveraineté française qu’en métropole. En effet, les Italiens, qui s’introduisent dans le Protectorat[9] par l’intermédiaire de la Commission Italienne d’Armistice dès l’été 1940[10], ne cachent pas leur intention d’exercer une influence croissante sur le pays, pour, à terme, en prendre possession. Ils peuvent d’ailleurs s’appuyer sur une communauté italienne, aussi nombreuse que la communauté française, qui est tout à fait encadrée par des militants fascistes envoyés par l’Italie. S’ajoute à cela une certaine agitation de la population tunisienne, qui sous l’impulsion des partis indépendantistes Destouriens et Néo-Destouriens[11], réclame l’indépendance de façon de plus en plus virulente depuis le début des années 30. Enfin, comme dans tous les territoires de l’Empire, les autorités françaises craignent que la dissidence gaulliste, qui a réussi à gagner l’Afrique Equatoriale Française à sa cause, ne contamine les autres colonies.

Dans ce contexte particulier, il est d’abord clair que les services de renseignement du régime de Vichy n’ont pas cessé leur action contre l’Allemagne et l’Italie[12]. A travers les commissions d’armistice, l’Axe tente non seulement d’espionner l’armée de Vichy, mais aussi d’exercer une propagande à l’intention des Tunisiens, pour s’assurer de leur soutien si la guerre atteint leur pays[13]. Les Français ayant tout intérêt à faire barrage à ces actions pour préserver leur pouvoir colonial, les services de renseignement vont s’efforcer de surveiller les agents allemands et italiens, et leurs informateurs. Des agents de police, officiellement chargés d’assurer la sécurité des commissions d’armistice, rapportent notamment aux services de renseignement français les allées et venues aux alentours de leurs bâtiments. En juin 1942, les « Travaux Ruraux » possèdent également 5 agents infiltrés au sein du service de renseignement italien en Tunisie. Plusieurs espions de l’Axe seront arrêtés, emprisonnés, et parfois condamnés à mort.

Toutefois, dans le même temps, les services de renseignement s’attachent aussi à entraver l’action des indépendantistes tunisiens. Après 1940, il devient vital pour le régime de Vichy de s’assurer une mainmise ferme sur son empire colonial, ce dernier servant notamment à justifier aux yeux des Allemands l’utilité d’un gouvernement français indépendant. Par conséquent, le Bureau des Menées Antinationales de Tunisie renseigne par exemple l’Etat-Major sur l’état de l’opinion des civils tunisiens vis-à-vis des indépendantistes. Parallèlement, le bureau local des « Travaux Ruraux » s’attache à infiltrer certains groupes indépendantistes pour les espionner, et faciliter leurs arrestations futures. Le service parvient par exemple à se renseigner sur les activités que le docteur Habib Thameur, l’un des leaders du mouvement néo-destourien, mène depuis sa prison[14], grâce à un de ses codétenus, un ancien espion allemand arrêté par le service et qui accepte de collaborer pour voir sa peine réduite. Les « Travaux Ruraux » espionnent même Moncef Bey, le nouveau souverain tunisien à partir de l’été 1942, qui passe pour soutenir les indépendantistes.

De plus, les services de renseignement tentent de défendre la souveraineté du régime contre ses ennemis de l’intérieur : il s’agit par exemple, pour le Bureau des Menées Antinationales, de prévenir le départ de militaires ou de civils du Protectorat vers Malte, qui est un territoire anglais, pour rejoindre les gaullistes. De manière générale, les services guettent toute forme de sympathie pour le général de Gaulle au sein de l’armée comme de la population. Après la découverte fortuite d’un réseau gaulliste dans toute la Tunisie, le groupe « Mounier[15] », qui renseigne les Britanniques sur les mouvements des navires italiens et allemands depuis les côtes du Protectorat, le Bureau des Menées Antinationales participe à l’enquête visant au démantèlement du réseau. Quelques mois plus tard, le poste des « Travaux Ruraux » parvient aussi à infiltrer un informateur auprès de certains membres restants du mouvement.

Cependant, il semble que les services fassent preuve d’une certaine indulgence vis-à-vis des mouvements gaullistes, tant que ceux-ci se contentent d’aider les Britanniques plutôt que de subvertir l’autorité vichyste sur le Protectorat. Le poste des « Travaux Ruraux », qui a découvert l’identité du chef secret du « réseau Mounier » grâce à son infiltration, ne provoque pas son arrestation. Le service d’espionnage (« SR ») de l’armée de terre en Tunisie, ou du moins certains de ses membres, a également apporté un soutien logistique et des renseignements au groupe, le BCRA[16] en faisant parfois même état.

Ce paradoxe apparent se retrouve aussi dans l’attitude des services vis-à-vis des Alliés : d’une part, le contre-espionnage français semble parfois hostile aux Anglo-Américains, et tente de s’informer sur les menées de leurs agents en Tunisie. En juin 1942, les « Travaux Ruraux » possèdent ainsi deux agents infiltrés au sein des services de renseignement américains. Il s’agit en particulier de se renseigner sur les filières qui permettent à des soldats de rejoindre la dissidence gaulliste, et qui sont souvent liées aux consulats américains. Mais d’autre part, il est clair que le SR soutient régulièrement les services de renseignement alliés, avec l’assentiment au moins tacite d’une partie de l’état-major. Le SR de l’armée de terre organise par exemple, depuis Sfax, la récupération de documents sensibles dans les épaves des navires italiens coulés au large de la Tunisie, pour les transmettre aux Britanniques. Le SR de l’armée de l’air, dirigé par le lieutenant Lacat, est même directement en contact par radio, depuis Tunis, avec Malte, et transmet des informations à « l’Intelligence Service ».

La réalité n’est donc pas celle, dépeinte par les « anciens », de services qui se seraient totalement concentrés, dès 1940, sur le combat contre l’Axe et en faveur des Alliés. Comme l’avait montré Simon Kitson, ils ont en fait bien été des organes vichystes, et leur action a visé avant tout à défendre un régime qu’ils soutenaient : en participant à la répression des indépendantistes tunisiens, en combattant la dissidence gaulliste, et en s’efforçant parfois de tenir à distance les Anglo-saxons. Ce soutien a cependant aussi impliqué, et c’est là toute la complexité de leur action, de déployer des efforts considérables pour entraver l’action des agents de l’Axe, péril majeur pour la souveraineté française en Tunisie. Comme il a aussi parfois impliqué d’aider les Alliés dans leur combat, quand cela ne menaçait pas la souveraineté du régime. Ce soutien aux Anglo-Saxons n’a toutefois pas été général ni massif, et a parfois seulement été le fait d’officiers de renseignements agissant indépendamment de leur service, pour qui la germanophobie l’emportait sur la fidélité au régime.

Si ces services ont bien été vichystes dans toute la complexité du terme, leurs agents auront finalement un parcours typique des « vichysto-résistants[17] » : soutenant sincèrement dans un premier temps le régime de Vichy et son projet, comme le meilleur moyen de préserver la souveraineté française, ils changeront de camp après novembre 1942 et l’invasion de la zone libre par les Allemands, en constatant l’impéritie du régime du maréchal. En Tunisie, la majorité des officiers de renseignement rejoindront ainsi le général Giraud et les Anglo-Américains, débarqués en Afrique du Nord le 8 novembre 1942, et les appuieront dans leur combat contre l’Axe.

Matthieu Charrié est titulaire d’un M2 d’histoire de l’Université Paris-Saclay. Il est actuellement en 4e année de scolarité à l’ENS Paris-Saclay et prépare les concours administratifs au sein de l’Ecole d’affaires publiques de l’IEP de Paris.

[1] Après l’armistice, les Allemands autorisent le régime de Vichy à garder une petite « armée d’armistice », aux moyens très faibles, dans les zones qu’il contrôle (la zone libre en France, et les colonies).

[2] Claude d’Abzac-Epezy, L’armée de l’Air des années noires : Vichy, 1940 – 1944, Paris, Economica, 1998.

[3] Les archives classées « secrètes » ou « très secrètes » demandent en effet un délai particulier avant de pouvoir être consultées. Par ailleurs, une grande partie des archives du régime de Vichy, dérobées par les Allemands lors de l’invasion de la zone libre en novembre 1942, puis par les Soviétiques à Berlin en 1945, ne seront restituées à la France que dans les années 1990, après la chute de l’URSS.

[4] Paul Paillole, Services Spéciaux (1939-1945), Paris, Robert Laffont, 1975.

[5] Colonel Passy, Mémoires du chef des Services secrets de la France libre, Paris, Odile Jacob, 2000 [1ère éd. 1951].

[6] Charles de Gaulle, Mémoires de guerre. L’appel : 1940 – 1942, Pocket, Paris, 2010 [1ère éd. 1954], p. 283.

[7] Simon Kitson, Vichy et la chasse aux espions nazis, 1940 – 1942 : complexités de la politique de collaboration, Paris, Autrement, 2005.

[8] Nom du service de renseignement britannique.

[9] Le régime du Protectorat, institué en 1881 par le traité du Bardo, garantit le maintien de la Tunisie comme Etat souverain, et le Bey de Tunis reste l’autorité suprême ; mais les Français s’assurent une mainmise solide sur le pays, par l’intermédiaire d’un résident général nommé par le gouvernement français. Ce dernier est officiellement subordonné au Bey, mais dans les faits il lui dicte sa politique.

[10] Il s’agit de la Commission chargée de vérifier que les Français respectent bien les clauses de l’armistice, et notamment qu’ils procèdent au désarmement de la majorité de leurs troupes.

[11] Le Destour, dirigé par le cheikh Thaalbi, est un parti indépendantiste modéré, qui regroupe surtout des notables, et prône une émancipation progressive. Le Néo-Destour d’Habib Bourguiba est quant à lui un parti de masse, qui vise l’indépendance par une action plus directe, en organisant des manifestations et des grèves par exemple. Après les événements du 9 avril 1938, où des émeutes néo-destouriennes sont durement réprimées par les Français, le parti est interdit, et Bourguiba emprisonné puis exilé en France.

[12] Les archives des services de renseignement vichystes en Tunisie sont consultables au Service Historique de la Défense à Vincennes – elles se trouvent pour certaines au sein du « fonds de Moscou », l’ensemble des archives rapatriées de Russie dans les années 1990 (série GR7NN), ainsi qu’au sein d’un fonds récemment constitué regroupant les archives des services secrets français de cette époque en Afrique du Nord (série GR28P13).

[13] Les Italiens et les Allemands combattent en effet, dès 1940, contre les troupes anglaises dans la Libye voisine, et les combats menacent régulièrement de s’étendre jusqu’en Tunisie – ce qui arrivera finalement à partir de novembre 1942

[14] Emprisonné à partir de l’automne 1940, Habib Thameur continue en effet de transmettre des directives à son mouvement depuis sa prison.

[15] Du nom d’un de ses fondateurs, André Mounier.

[16] Service de renseignement gaulliste, basé à Londres.

[17] Vergez-Chaignon, Bénédicte, Les Vichysto-résistants de 1940 à nos jours, Paris, Perrin, 2008.

Pour citer cet article : Charrié Matthieu, “Les services de renseignement du régime de Vichy en Tunisie (juillet 1940 – novembre 1942)”, publié sur Saclay des Champs le 29 juin 2021. URL : http://saclaydc.hypotheses.org/?p=134

Philosophie du corps augmenté : peut-on faire corps avec la technique ?

Mieux comprendre Terminator grâce à la phénoménologie de Merleau-Ponty ?

C’est ce que nous propose de faire Héloïse Eloi-Hammer, qui a mené des études de sociologie et de philosophie lors de sa scolarité à l’ENS Paris-Saclay, dans un article à découvrir sur le site Outsiders.

Ce site, dédié à la formation et aux recherches des jeunes chercheurs et chercheuses en sciences humaines et sociales, a été récemment créé par Roxane Bonnardel-Mira & Julia Descamps, diplômées de l’ENS Paris-Saclay.

La privatisation de l’eau peut-elle améliorer la santé des populations des pays en développement ? Etude de l’expérience marocaine de privatisation de la distribution d’eau

Résumé
Conformément aux recommandations des économistes du consensus de Washington, de nombreux pays en développement ont développé des partenariats publics-privés afin de promouvoir une gestion de l’eau plus efficiente. Pourtant, la littérature économique montre que la privatisation de l’eau n’améliore pas toujours la qualité ni l’accessibilité de l’eau. La relation entre les privatisations de l’eau et la santé des populations ayant été peu étudiée dans la littérature économique, hormis quelques études portant sur des pays latino-américains, cet article utilise la méthode des doubles différences sur des données microéconomiques de santé marocaines issues des enquêtes DHS1 pour les années 1992, 1995, 2003-2004. A l’exception de la ville de Casablanca, la privatisation de l’eau n’a pas conduit à une amélioration de la santé des marocains, mesurée par la prévalence des diarrhées et par des retards de croissance. Des phénomènes d’exclusion par le prix, des inefficiences dans la gestion de l’eau ou des comportements compensatoires de la part des foyers peuvent expliquer pourquoi la privatisation de l’eau apparaît même parfois comme un facteur de détérioration de la santé des populations.

«Water and Sanitation is one of the primary drivers of public health. I often refer to it as “Health 101”, which means that once we can secure access to clean water and to adequate sanitation facilities for all people (…) a huge battle against all kinds of diseases will be won».

Lee Jong-Wook

A travers ces mots, le docteur Lee Jong-Wook, alors directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé, met en exergue le rôle primordial que joue la gestion de l’eau sur la santé des populations des pays en développement. C’est pourquoi le sixième objectif du développement durable vise à accroître l’accès des populations à une eau propre, et plus globalement à améliorer les dispositifs d’assainissement de l’eau.

Malgré d’importants progrès, l’OMS rappelle qu’aujourd’hui 1.8 million de personnes meurent toujours chaque année de maladies diarrhéiques (dont le choléra). Parmi eux, 90% sont des enfants de moins de cinq ans vivant dans des pays en développement. En particulier, 88% des maladies diarrhéiques sont dues à l’utilisation d’eau de mauvaise qualité ou à des problèmes d’hygiène. En cela, l’accès à une eau de bonne qualité est un facteur déterminant de la santé des populations des pays en développement. Or, à titre d’exemple, selon la Banque Mondiale, les systèmes de canalisation de la plupart des pays africains conduisent à des pertes d’eau de 50 à 70%, à cause de fuites. C’est notamment pour résoudre ce problème que la privatisation des systèmes de distribution d’eau a été préconisée par la Banque Mondiale et le Fond Monétaire International dès les années 1990.

La privatisation de l’eau désigne l’opération par laquelle un organisme public transfère la gestion de l’eau à une compagnie privée en charge d’une mission de service public. Cette dernière gère alors l’exploitation des systèmes de distribution et d’assainissement d’eau, en général au sein d’un partenariat public-privé.

Selon la théorie économique, la privatisation de l’eau vise en effet à réaliser des gains d’efficience dans les activités d’assainissement et de distribution d’eau, tout en tenant compte des particularités de l’eau en tant que bien économique. En termes économiques, si l’eau au sens large est un bien commun (Hardin, 1968) l’eau potable s’apparente plutôt à un bien de club : l’eau « du robinet » est en général non rivale, -c’est-à-dire que la consommation d’eau par un individu ne diminue pas les possibilités pour un autre individu d’en consommer-, mais exclusif, car la distribution et le traitement de l’eau sont coûteux, ce qui incite à établir un prix de marché à laquelle l’eau potable est accessible. Or, les biens de club sont produits par des industries dites de réseau : en effet, leur production nécessite des équipements et des infrastructures lourds, générant des coûts fixes élevés1 comparés aux couts variables2. En conséquence, la production à grande échelle génère des rendements d’échelle croissants, c’est-à-dire que le coût marginal3 diminue avec la quantité produite. C’est pourquoi il apparaît optimal d’instaurer un monopole naturel (Sharkey, 1982) pour minimiser le coût marginal. Pour limiter le pouvoir de marché4 inhérent à l’existence d’un monopole, et cela afin d’éviter l’exclusion des personnes les plus pauvres du marché de l’eau, une régulation publique est dès lors nécessaire, et cela d’autant plus que le marché de l’eau est sujet à un autre type de défaillance de marché : la production d’eau génère des externalités, soit des effets externes non pris en compte par le marché. Il peut s’agir d’externalités environnementales, de genre (dans les pays en développement, le coût d’opportunité pour aller chercher l’eau étant important pour les femmes, Devoto et al, 2012) et aussi et en particulier ici, de santé, car l’accès et la qualité de l’eau sont directement liés à de nombreuses maladies.

Dès lors, l’existence de défaillances de marché est-elle un argument contre la privatisation de l’eau ? Pas nécessairement, puisque le concept même de partenariat public-privé consiste à confier la production d’un bien à un acteur privé en charge d’une mission de service public sous le contrôle d’un régulateur public. Dans le cas de l’eau, il s’agit en général de contrats de concession par lesquels une personne publique (régie, collectivité publique…) concède la gestion de l’assainissement et/ou des réseaux de distribution d’eau à un concessionnaire. La personne publique reste propriétaire de l’actif (infrastructures etc.). Elle devient également propriétaire des nouveaux investissements réalisés par son partenaire et peut en disposer librement à la fin du contrat de concession (en général, 25-30 ans). Ainsi, la privatisation de l’eau permet de réaliser de nouveaux investissements et d’entretenir les infrastructures sans accroître la charge fiscale des populations concernées, ce qui paraît particulièrement adapté aux pays en développement au regard des faiblesses fiscales qui les caractérisent fréquemment. De plus, selon la théorie néoclassique, la logique de maximisation du profit des entreprises privées les incite à réaliser des gains d’efficience, en tirant notamment profit des ressources comme de l’expertise technologique et des innovations dont elles disposent. Enfin, les théories d’économie politique et en particulier l’école du choix public soulignent que la mise en place de partenariats publics-privés peut limiter les risques de clientélisme et de corruption, sources d’inefficiences, en marginalisant des acteurs directement ou indirectement engagés dans la compétition électorale aux bénéfices d’experts (théorie des inefficiences X, Leibenstein, 1996).

Le but de cette étude économétrique est précisément de vérifier si la privatisation de l’eau au Maroc a permis de générer des gains d’efficience, soit une amélioration de la qualité de l’eau et de son accessibilité pour les populations locales, ou si au contraire, des phénomènes d’exclusion par les prix ou une mauvaise gestion de l’eau ont diminué l’accès de certaines populations à l’eau. Le canal choisi ici est ainsi celui de la santé car il s’agit d’un canal peu étudié, très lié à la qualité et à l’accès des populations à l’eau, et source de nombreuses externalités qui influent directement sur le développement économique et social des pays.

Revue de littérature

L’étude de la littérature économique ne permet en effet pas de conclure quant à l’impact des politiques de privatisation de l’eau sur la gestion de l’eau et l’accès à l’eau des populations. Ainsi, les régressions menées par Clarke et al (2004) sur des données Boliviennes, Brésiliennes et Argentines ne révèlent aucun effet significatif de la gestion privée de l’eau sur le taux de couverture en eau des populations locales. De façon analogue, Wallsten et al (2005) trouvent « peu de différence entre les systèmes publics et privés » de gestion de l’eau quant à son accessibilité. Inversement, Mc Kenzie et Mookherjee (2003) observent un effet positif de la privatisation de l’eau sur les possibilités d’approvisionnement en eau des populations les plus pauvres d’Argentine, Bolivie, Mexique et Nicaragua, mais aussi une augmentation du prix de l’eau.

De façon générale, la littérature économique ayant évalué l’impact des privatisations d’eau dans les pays en développement porte presque exclusivement sur l’Amérique Latine. Ainsi, les études quantitatives portant sur l’Afrique et notamment sur le Maroc sont très peu nombreuses, alors même que les pays africains ont des caractéristiques très spécifiques qui peuvent influer sur l’objet d’étude : le Maroc est ainsi un pays très rural (38% de sa population) et est le pays le plus inégalitaire d’Afrique du Nord. Ainsi, pour des raisons climatiques comme socio-économiques, l’accès à une eau de qualité est un véritable enjeu pour ce pays.

Une des rares études empiriques mesurant l’impact de la privatisation de l’eau en Afrique est celle de Kilpatrick et al (2006) qui ne trouvent pas de gains d’efficience consécutifs à la privatisation de l’eau. En revanche, les études qualitatives portant sur cette thématique sont plus nombreuses : l’étude socio-économique de Saadi (2012) est plutôt pessimiste quand à l’impact de la privatisation de l’eau dans la ville marocaine de Casablanca sur la qualité de l’eau et rappelle l’ampleur des protestations populaires.

Les études empiriques qui évaluent l’impact de la privatisation de l’eau sur la santé sont encore plus rares et révèlent également des résultats hétérogènes. Galiani et al (2003) trouvent un impact positif et significatif de la privatisation de l’eau sur la santé, mesuré par une baisse de 5% dans les taux de mortalité infantile, dans son étude sur l’expérience argentine de privatisation de l’eau. Alors que Barrera-Osorio et al (2007) observent une baisse de 15% dans la prévalence de la diarrhée dans les zones rurales de Colombie, ils trouvent néanmoins que la privatisation de l’eau provoque un déclin de 50% de l’accès à l’eau dans les zones rurales et une hausse de prix de 7 à 11% pour les plus pauvres. Une des rares études portant sur le Maroc est celle de Devoto et al (2011), qui ne constatent aucun effet sur la qualité de l’eau ni sur les maladies liées à l’eau dans la ville de Tanger. Toutefois, cette étude ne vise pas à évaluer l’impact de la privatisation de l’eau sur la santé mais à mesurer le coût d’opportunité et les inégalités de genre liées aux pratiques genrées d’approvisionnement en eau. En cela, l’approche présentée ici complète celle de Devoto et al., en étudiant des données microéconomiques mais représentatives de la population totale, et sous le prisme de l’économie publique.

Stratégie d’estimation et données utilisées

Un processus marocain de privatisation de l’eau a commencé en 1997 avec l’octroi d’une concession à Lydec, filiale de l’entreprise française Suez dans la zone de Casablanca. Deux autres vagues de privatisation ont suivi en 1999 et en 2002 avec des contrats de concessions de gestion de l’eau remportés dans les villes de Rabat et Tanger par deux filiales de Veolia, respectivement Redal et Amendis. Dans le reste du pays, le secteur de l’eau est toujours géré par les régies municipales (31%) ou par l’Office Nationale de l’Eau Potable (28%). En 2015, un processus de remunicipalisation de la gestion de l’eau a commencé mais n’a pu être étudié ici faute de données disponibles.

Ainsi, les expériences de privatisation marocaines offrent des contrefactuels spatio-temporels5 permettant de mesurer l’impact de la privatisation de l’eau sur la santé.


Par conséquent, la principale stratégie d’estimation utilisée ici est une double différence : il s’agit de mesurer l’impact causal de la privatisation de l’eau sur plusieurs indicateurs de santé (principalement : la prévalence et la sévérité de la diarrhée chez les enfants de moins de cinq ans, des indicateurs anthropométriques mesurant les retards de croissance et les problèmes de malnutrition, la mortalité juvénile).

Figure 1 : Carte du réseau de distribution de l’eau au Maroc.
Figure 2 : Consommateurs d’eau potable urbaine par fournisseur.
Source : DRSC (2003), except Régies Directes estimates. Alternative and self-provision not accounted for.

 

Cet impact correspond en effet à la variation de ces indicateurs de santé avant (soit en 1995) et après le processus de privatisation de l’eau (soit en 2003-04) dans chaque groupe étudié, et toutes choses égales par ailleurs. Pour mesurer l’impact pur de la privatisation de l’eau, une hypothèse doit nécessairement être posée : il s’agit de l’hypothèse de tendance commune, selon laquelle les caractéristiques inobservables des individus de chaque groupe doivent varier de façon identique dans chaque groupe entre les deux périodes, à moins que les caractéristiques inobservables des individus du groupe traité soient identiques à celles des individus du groupe de contrôle à chaque période (c’est-à-dire avant et après la privatisation).

Les données utilisées ici pour connaître les différents modes de gestion de l’eau ont été obtenues auprès de Suez, de Veolia et de l’ONEP. Les données de santé ont, quant à elles, été extraites de l’Enquête sur la Population et la Santé Familiale réalisée par le ministère de la santé marocain en partenariat avec la Banque Mondiale (Demographic and Health Survey). Ces données sont disponibles pour les années 1992 (avec 9 526 individus interrogés), 1995 (avec 4 753 femmes âgées de 15 à 49 ans interrogées) et 2003-04 (avec 16 798 femmes âgées de 15 à 49 ans interrogées).

Pour compléter cette approche, une autre méthode économétrique a été utilisée : il s’agit du « generalized difference-in-difference propensity score matching ». Cette méthode consiste dans un premier temps à associer à chaque individu du groupe traité (soit ceux qui vivent dans les communes où la privatisation de l’eau a eu lieu) un ou des individus du groupe de contrôle sur la base de leurs caractéristiques observées en commun. (Heckman, Ichimura, Todd, 1997). L’objectif est ainsi de constituer des groupes de traitement et de contrôle constitués d’individus similaires et ne différant que (ou presque) par leur exposition au traitement. Dans un second temps, il s’agit d’appliquer la méthode des doubles différences sur chaque nouveau groupe traité et de contrôle ainsi constitués. En cela, cette méthode permet de réduire le biais de sélection, c’est-à-dire le fait que les individus des deux groupes ne sont pas toujours comparables. Une limite à cette méthode résulte dans l’impossibilité de prendre en compte les caractéristiques inobservables des individus lors de l’étape d’appariement. Toutefois, on peut supposer qu’un certain nombre de caractéristiques inobservables sont corrélées aux caractéristiques observables sur le fondement desquels a été effectué l’appariement, ou encore que les caractéristiques des individus appariés évoluent de façon similaire entre les deux périodes. Finalement, la principale limite de cette méthode réside dans la nécessité de réduire la taille de l’échantillon et donc la variance (dispersion), pour pouvoir comparer des individus les plus similaires possibles et donc réduire le biais de sélection.

Résultats et interprétation des résultats 

Dans l’ensemble, cette étude révèle l’absence d’effet bénéfique sur la santé de la privatisation de l’eau.

En effet, la méthode des doubles différences indique que la privatisation de l’eau n’a causé aucun effet significatif sur la prévalence de la diarrhée.

Les estimations réalisées par la méthode des doubles différences (dont la validité repose sur l’hypothèse de tendance commune) indiquent même que la privatisation de l’eau a eu des effets négatifs sur les indicateurs anthropométriques des enfants. En effet, la privatisation de l’eau a causé un déclin de plus de 26% des ratios de poids-pour-taille et de poids-pour-âge des jeunes enfants (résultats significatifs au seuil de 95%). Ces estimations montrent également que la privatisation de l’eau pourrait avoir renforcé les retards de croissance des enfants à long-terme. Par ailleurs, les indicateurs de mortalité infantile révèlent que le nombre d’enfants de moins de cinq ans décédés a diminué de façon moindre dans le groupe de traitement que dans le groupe de contrôle au cours de la période, avec un surplus de mortalité juvénile de 4% dans le groupe de traitement, comparé au groupe de contrôle, entre 1995 et 2003 (résultats significatifs au seuil de 95%). Toutefois, à la différence des autres indicateurs étudiés, les indicateurs de mortalité ne sont pas robustes à la stratégie d’estimation, ce qui prouve que les effets de la privatisation de l’eau sur la santé sont ténus.

Ces résultats sont cohérents avec ceux obtenus à partir de données déclaratives des médecins marocains sur les maladies liées à l’eau. Les régressions effectuées sur ces indicateurs révèlent en effet que la privatisation de l’eau entretient une relation causale forte avec le nombre de patients souffrants de fièvre typhoïde (+227 cas dans le groupe de traitement), de dysenterie (+229 cas), de diarrhée persistante (+734 cas) ou de malnutrition (+6 243 cas). Tous ces coefficients sont significatifs au seuil de 99%.

D’un point de vue général, les résultats obtenus par la méthode des doubles différences après appariement des individus (matching-generalized-difference-in-difference) confirment les résultats obtenus. Ils montrent en particulier que la privatisation de l’eau n’a pas eu d’effet significatif sur la prévalence de la diarrhée, ni sur sa sévérité (symptômes de dysenterie). Ils révèlent également que la privatisation de l’eau au Maroc a eu un effet néfaste sur les indicateurs anthropométriques des enfants, mais n’a eu aucun effet sur l’indice de masse corporelle de leurs mères (contrairement aux résultats obtenus par la méthode ordinaire des doubles différences). Par ailleurs, les enfants souffrant préalablement de malnutrition ou de retard de croissance ne semblent pas impactés (pas d’aggravation). Cela peut s’expliquer par le fait que le gouvernement marocain s’est engagé au cours de la période (de 1990 à 2000) à combattre activement les phénomènes de sous-nutrition des enfants, en particulier dans les zones les plus désavantagées.

Ces résultats sont hétérogènes lorsqu’on s’intéresse à des sous-groupes d’individus. En effet, les résultats obtenus sur l’échantillon entier d’individus (soit l’absence d’effet bénéfique et significatif sur la santé) reflètent principalement la situation des ménages urbains de classe moyenne. En réalité, les résultats diffèrent selon la compagnie qui a remporté le contrat de concession : alors que dans la zone du grand Casablanca la privatisation de l’eau a conduit à une baisse de 14% dans la prévalence de la diarrhée (significative au seuil de 99%), c’est une hausse respective de 7% (significative au seuil de 90%) dans la zone de Rabat-Salé et de 13% (significative au seuil de 95%) dans la zone de Tanger-Tetouan qui est mesurée. Ces résultats révèlent probablement des mécanismes d’apprentissage par l’expérience puisque la compagnie Lydec, présente à Casablanca, opère depuis plus longtemps que les filiales de Veolia, ce qui a pu lui permettre d’améliorer l’efficacité de son activité.

Par ailleurs, il semble que la privatisation de l’eau n’a pas affecté de la même manière les ménages selon leur niveau de richesse : ainsi, lorsque l’on compare les ménages les plus pauvres des deux groupes, on constate que la privatisation de l’eau s’est traduite par un surplus de 9% dans la prévalence de la diarrhée des enfants de moins de 5 ans du groupe traité, comparés à ceux du groupe de contrôle. Ce résultat est significatif au seuil de 95% et est robuste à l’appariement. Ce résultat pourrait résulter d’un mécanisme d’exclusion par les prix : de façon concomitante avec les vagues de privatisation de l’eau, les fontaines publiques ont en effet été supprimées dans les zones concernées. Cela a généré des difficultés pécuniaires dans l’approvisionnement en eau des populations les plus pauvres. Enfin, des mécanismes de comportements compensatoires (Benett, 2012) pourraient aussi expliquer l’absence d’effet positif de la privatisation de l’eau sur la santé (hormis dans la zone de Casablanca sur la prévalence de la diarrhée), dès lors que l’hygiène et la santé sont considérées comme tous les deux coûteux et substituables. Benett (2012) trouve en effet aux Philippines une corrélation positive entre la diarrhée et l’existence de canalisation d’eau. Selon, lui, la consommation d’eau potable dans les pays en développement pourrait amener les individus à délaisser d’autres facteurs bénéfiques à la santé pour respecter leur contrainte budgétaire plus serrée après leur consommation d’eau.

Conclusion

Les récentes manifestations et protestations de la population marocaine en vue d’obtenir une remunicipalisation de l’eau dans les zones de Rabat-Salé et Tanger-Tétouan et l’absence d’effet positif de la privatisation de l’eau sur la santé, en particulier dans ces zones géographiques, soulèvent de nombreuses questions. En particulier, cela invite à interroger l’efficacité des partenariats publics-privés et leur capacité à remplir des missions de service public. Les vagues de remunicipalisation de l’eau dans un certain nombre de pays développés tels la France, où de nombreuses communes ont décidé de ne pas renouveler leur contrat de concession, révèlent la difficulté des compagnies privées à réaliser les investissements nécessaires pour maintenir un accès large à une eau de qualité, sans exclure les plus pauvres par une pratique tarifaire trop élevée. La nature vitale de l’eau explique certainement le désir de nombreux états et municipalités de préserver leur contrôle sur le secteur de l’eau, comme aux Etats Unis notamment contrairement aux recommandations passées d’institutions telles la Banque Mondiale et le Fond Monétaire International.

 

Maillane Peretti, formée au département de sciences sociales de l’ENS Paris-Saclay, est titulaire d’un M2 en économie du développement  et d’un M2 Affaires publiques de l’Université Panthéon-Sorbonne. Elle est actuellement élève directrice d’hôpital à l’Ecole des hautes études en santé publique (EHESP). 

Bibliographie

Allain-El Mansouri, B., & BACCOUCHE, T. (2001). L’eau et la ville au Maroc. Rabat-Sale et sa périphérie, 20.

Bakker, K. (2010). Privatizing water: governance failure and the world’s urban water crisis. Cornell University Press.

Barja, G., & Urquiola, M. (2001). Capitalization, regulation and the poor: access to basic services in Bolivia.

Barrera‐Osorio, Felipe., Olivera, M., & Ospino, C. (2009). Does society win or lose as a result of privatization? The case of water sector privatization in Colombia. Economica, 76(304), 649-674.

Baumol, P., & Panzar, R. D. Willig (1982). Contestable markets and the theory of industry structure.

Bennett, D. (2012). Does clean water make you dirty? Water supply and sanitation in the Philippines. Journal of Human Resources, 47(1), 146-173.

A. K. Biswas, J. I. Uitto. (1999) Water for Urban Areas : Challenges and Perspectives. United Nations University Press.

Bouchaou, L. (2004). Les problèmes majeurs de la gestion de l’eau au Maroc. Science et changements planétaires/Sécheresse, 15(2), 187-194.

Bourguignon, F. (2008). Privatisation et développement: quelques leçons tirées de l’expérience. Revue d’economie du developpement, 16(4), 109-126.

Briand, A., & Lemaître, A. (2004). Privatisation de la distribution de l’eau potable en Afrique: une aubaine?. Actes de la journée d’études «Les territoires de l’eau, 98-115.

Budds, Jessica et Mc Granahan, Gordon. (2003) Are the debates on water privatization missing the point? Experiences from Africa, Asia and Latin America. Environment and Urbanization, vol. 15, no 2, p. 87-114.

Choukr-Allah R. (2011). Comparative study between Moroccan water strategies and WFD. In : Junier S. (ed.), El Mou jabber M. (ed.), Trisorio-Liu zzi G. (ed.), Tigrek S. (ed.), Sern egu et M. (ed.), Choukr-Allah. p. 1 81 -1 88

Clarke, G., Kosec, K., & Wallsten, S. (2004). Has private participation in water and sewerage improved coverage? Empirical evidence from Latin America. The World Bank.

Dehejia, R. H., & Wahba, S. (2002). Propensity score-matching methods for nonexperimental causal studies. Review of Economics and statistics, 84(1), 151-161..

Devoto, F., Duflo, E., Dupas, P., Parienté, W., & Pons, V. (2012). Happiness on tap: piped water adoption in urban Morocco. American Economic Journal: Economic Policy, 4(4), 68-99.

Doukkali, M. (2005). Water institutional reforms in Morocco. Water Policy, 7(1), 71-88.

Faruqui, N. I., Biswas, A. K., & Bino, M. J. (2001). Water management in Islam. IDRC, Ottawa, ON, CA.

Galiani, S., Gertler, P., & Schargrodsky, E. (2005). Water for life: The impact of the privatization of water services on child mortality. Journal of political economy, 113(1), 83-120.

Hailu, D., Osorio, R. G., & Tsukada, R. (2012). Privatization and renationalization: What went wrong in Bolivia’s water sector?. World Development, 40(12), 2564-2577.

Hall, D. (1999). Water and Privatisation in Latin America, 1999. Public Services International Research Unit, University of Greenwich, September.

He, L., Tyner, W. E., Doukkali, R., & Siam, G. (2006). Policy options to improve water allocation efficiency: analysis on Egypt and Morocco. Water International, 31(3), 320-337.

Heckman, J. J., Ichimura, H., & Todd, P. E. (1997). Matching as an econometric evaluation estimator: Evidence from evaluating a job training programme. The review of economic studies, 64(4), 605-654.

Heckman, J. J., & Todd, P. E. (2009). A note on adapting propensity-score-matching and selection models to choice based samples. The econometrics journal, 12(suppl_1), S230-S234.

Hodges, T. (2004) “Angola: Anatomy of an Oil State”. 2nd Edition. Oxford: Indiana University Press.

Hugon, P. (2007). Vers une nouvelle forme de gouvernance de l’eau en Afrique et en Amérique latine. Revue internationale et stratégique, (2), 65-78.

Kirkpatrick, C., Parker, D., & Zhang, Y. F. (2006). An empirical analysis of state and private-sector provision of water services in Africa. The World Bank Economic Review, 20(1), 143-163.

Kosec, K. (2014). The child health implications of privatizing Africa’s urban water supply. Journal of health economics, 35, 1-19.

Leibenstein, H. (1966). Allocative efficiency vs.” X-efficiency”. The American Economic Review, 56(3), 392-415.

McKenzie, D., Mookherjee, D., Castañeda, G., & Saavedra, J. (2003). The distributive impact of privatization in Latin America: Evidence from four countries [with comments]. Economia, 3(2), 161-233.

Miras, C. D., & Le Tellier, J. (2005). Gouvernance urbaine et accès à l’eau potable au Maroc: partenariat public-privé à Casablanca et Tanger-Tétouan.

Mulreany, J. P., Calikoglu, S., Ruiz, S., & Sapsin, J. W. (2006). Water privatization and public health in Latin America. Revista Panamericana de Salud Pública, 19, 23-32.

Mutin, G. (2009). Le Monde arabe face au défi de l’eau. Enjeux et Conflits. Institut d’Etudes Politiques de Lyon. Hal-00352860, version, 2

Nikoloski, Z., & Ajwad, M. I. (2013). Do economic crises lead to health and nutrition behavior responses? Analysis using longitudinal data from Russia. The World Bank.

Ostrom, E. E., Dietz, T. E., Dolšak, N. E., Stern, P. C., Stonich, S. E., & Weber, E. U. (2002). The drama of the commons. National Academy Press.

Pérard, E. (2009). Water supply: Public or private? An approach based on cost of funds, transaction costs, efficiency and political costs. Policy and society, 27(3), 193-219.

Polanyi, K., & Pearson, H. W. (1977). Livelihood of man. Academic Press.

Rawls, J. (2009). A theory of justice. Harvard university press.

Rosenbaum, P. R., & Rubin, D. B. (1985). Constructing a control group using multivariate matched sampling methods that incorporate the propensity score. The American Statistician, 39(1), 33-38.

Ruger, J. P. (2005). The changing role of the World Bank in global health. American journal of public health, 95(1), 60-70.

Saadi, M. S. (2012). Water privatization dynamics in Morocco: A critical assessment of the Casablancan case. Mediterranean Politics, 17(3), 376-393.

Saleth, R. M., & Dinar, A. (2005). Water institutional reforms: theory and practice. Water Policy, 7(1), 1-19.

Spronk, S. (2007). Roots of resistance to urban water privatization in Bolivia: The “New Working Class,” the crisis of neoliberalism, and public services. International Labor and Working-Class History, 71(1), 8-28.

Thomson, A. (2010) An Introduction to African Politics, 3rd Edition. New York: Taylor & Francis.

Troesken, W. (1999). Typhoid rates and the public acquisition of private waterwork, 1880–1920. The Journal of Economic History, 59(4), 927-948.

Wallsten, S., & Kosec, K. (2008). The effects of ownership and benchmark competition: An empirical analysis of US water systems. International Journal of Industrial Organization, 26(1), 186-205.

Williams, G. (2007) Why Structural Adjustment Is Necessary And Why It Doesn’t Work. Review of African Political Economy. 21 (60), pp.214-225

Yeboah, I. (2006). Subaltern strategies and development practice: urban water privatization in Ghana. Geographical Journal, 172(1), 50-65.

Liens internet:

https://www.who.int/water_sanitation_health/publications/facts2004/en/

http://www.un.org/millenniumgoals/

https://sustainabledevelopment.un.org/sdg6

http://www.serageldin.com/CommissionReport.pdf

http://www.worldbank.org/en/topic/water/publication/high-and-dry-climate-change-water-and theeconomy

https://www.hcp.ma/

.https://www.oxfam.org/sites/www.oxfam.org/files/etats_des_lieux_inegalites_maroc.pdf

https://www.unicef.fr/article/21-milliards-de-personnes-n-ont-pas-acces-l-eau-potable-salubre

http://www.latinobarometro.org/latNewsShow.jsp

http://www.remunicipalisation.org/

Rapports :

Azelmat M., Ayad M, Housni E. (1993). Enquête Nationale sur la Population et la Santé (EPPS-II). Ministère de la Santé publique, Direction de la Planification et des Ressources Finanicères, Services des Etudes et de l’Information Sanaitaire, Rabat, Maroc. Macro International Inc., Calverton, Maryland USA.

Azelmat M., Ayad M, Housni E. (1996). Enquête de Panel sur la Population et la Santé (EPPS). Ministère de la Santé publique, Rabat, Maroc. Macro International Inc., Calverton, Maryland USA.

Commission Permanente chargée des Affaires de l’Environnement et du Développement Régional du Maroc (2015). La gouvernance par la gestion intégrée des ressources en eau au Maroc : levier fondamental de développement durable. Conseil Economique, Social et Environnemental.

Ministère de la Santé [Maroc], ORC Macro, et Ligue des États Arabes. 2005. Enquête sur la Population et la Santé

Familiale (EPSF) 2003-2004. Calverton, Maryland, USA : Ministère de la Santé et ORC Macro.

Bzioui M. (2004). Rapport national 2004 sur les resources en eau au Maroc. UN WATER-AFRICA

Sommerfelt E., Stewart K. (1994) , Comparative studies 12, children’s nutritional status. Demographic and Health Surveys.

Division des statistiques générales, Haut Commissariat au plan (1992). Annuaire statistique du Maroc.

Division des statistiques générales, Haut Commissariat au plan (1995). Annuaire statistique du Maroc.

Division des statistiques générales, Haut Commissariat au plan (2003). Annuaire statistique du Maroc.

Division des statistiques générales, Haut Commissariat au plan (2004). Annuaire statistique du Maroc.

Lydec (2010). Note d’information. Ref. VI/EM/022/2010

PSIRU, France Eau Publique, Food & Water Watch, Corporate Accountability International, Remunicipalisation Tracker

World Bank (2004). Recent Economic Developments in Infrastructure (REDI), Water Supply and Sanitation Sector, report No. 29634-MOR

1 Demographic and Health Survey, Banque Mondiale

1 Coûts dont il faut s’affranchir pour commencer à produire.

2 Coûts générés par les activités de production une fois les investissements lourds réalisés.

3 Coût pour produire une unité supplémentaire d’eau.

4 Capacité à influer sur les prix et les quantités vendues

5 C’est-à-dire des éléments de comparaisons entre villes, selon si la gestion de l’eau est publique ou non, et dans le temps, c’est-à-dire avant et après la privatisation de l’eau

Pour citer cet article : Maillane Perreti, “La privatisation de l’eau peut-elle améliorer la santé des populations des pays en développement ? Etude de l’expérience marocaine de privatisation de la distribution d’eau.”, publié sur Saclay des Champs le 21 juin 2021. Lien : https://saclaydc.hypotheses.org/?p=61

Récit des expéditions de 1849-1850 dans les Alpes de Daniel Dollfus-Ausset (1893)

Édité à moins d’une dizaine d’exemplaires, le Récit des expéditions dans les Alpes de 1849-1850 de Daniel Dollfus-Ausset mérite que l’on s’y attarde pour mieux comprendre tout à la fois l’histoire de l’industrie mulhousienne, celle de la science des glaciers et celle du voyage dans les Alpes au 19e siècle.

Photographies à l’appui, Agathe Frochot nous fait découvrir ce récit étonnant sur le site de la Bibliothèque universitaire de l’Université de Mulhouse .

Elle en propose également une analyse dans un article récemment publié dans la revue Romantisme (2020/3, n° 189, p. 41-51) : Science, épreuve et passion des glaces chez Daniel Dollfus-Ausset (1797-1870)

Résumé : En 1843, l’industriel mulhousien Daniel Dollfus-Ausset (1797-1870) rejoint les expéditions glaciaires de Louis Agassiz et se prend de passion pour l’étude de ces masses figées par le froid qu’il continue à côtoyer, à parcourir et à analyser chaque été jusqu’à sa mort. Sa trajectoire de mécène, naturaliste, ascensionniste et ami des montagnards offre un prisme original pour l’étude du groupe de savants qui gravitent autour d’Agassiz. Leurs pratiques scientifiques ainsi que leurs productions textuelles et visuelles dessinent une « économie morale » spécifique dans laquelle la construction savante du monde des glaces s’accompagne de subjectivités marquées par une forte sensibilité aux paysages glaciaires.

Des visières à haut débit : un regard sociologique sur la mobilisation des makers face à la crise sanitaire.

Article publié par Léo Chalet (M1 Sociologie contemporaine, ENS Paris-Saclay, Université Paris-Saclay), Maxence Dutilleul (M1 Sociologie contemporaine, ENS Paris-Saclay, Université Paris-Saclay), Émile Gayoso (post-doctorant, IDHES) et Volny Fages (maître de conférences en épistémologie et histoire des sciences, ENS Paris-Saclay, IDHES) dans la série “Enjeux Numériques” des Annales des Mines (n° 14 – 2021 – p. 89-94).

Texte également disponible ici.

Résumé
Au printemps 2020, peu après l’annonce du premier confinement, un large mouvement de solidarité a mobilisé la communauté des makers qui s’est rapidement auto-organisée pour produire du matériel médical. Leur action la plus spectaculaire fut la production et la distribution gratuite, en quelques semaines, de centaines de milliers de visières de protection aux populations les plus exposées. Ce texte retrace l’émergence du mouvement en soulignant le rôle central joué par les dispositifs numériques dans l’organisation de l’action, dans la nature des échanges qui ont accompagné celle-ci, et dans la construction d’un espace public numérique convivial malgré la situation de confinement qui empêche les rencontres en face-à-face. Par des usages détournés de plateformes préexistantes, les makers se sont approprié des outils numériques, adaptant leur utilisation aux besoins et aux contraintes émergeant au fil de la crise.

Abstract
Last spring, shortly after the announcement of the first lockdown, a large solidarity movement mobilized the community of makers who quickly self-organized to produce medical equipment. Their most spectacular action was the production and free distribution, within a few weeks, of hundreds of thousands of protective face shields to the most exposed populations. This text traces the emergence of the movement by underlining the central role played by digital devices in the organization of the action, in the nature of the exchanges that accompanied it, and in the construction of a convivial digital public space in spite of the lockdown context that prevented face-to-face meetings. Through an unusual use of pre-existing platforms, the makers got hold of digital tools, adapting them to the needs and constraints that emerged during the crisis.