Modéliser les dynamiques d’opinion : augmenter le modèle DeGroot

Ivan Conjeaud – Economie/Parcours IA

Introduction

That social influences shape every person’s practices, judgments and beliefs is a truism to which anyone will readily assent” (“L’influence sociale façonne les pratiques, jugements et croyances de toutes personnes, voilà un truisme qu’on acceptera facilement”). Il s’agit là des premiers mots de Solomon Asch, en introduction de son article “Opinions and Social Pressure” (Opinions et pression sociale) [2]. Il y proposait une expérience désormais bien connue : les sujets sont invités à effectuer un exercice de ”jugement visuel” (visual judgement) qui consiste à comparer la longueur de différentes lignes tracées sur des feuilles de papier. Après avoir vu les lignes en question, les sujets, tous dans la même pièce, annoncent à voix haute leurs réponses l’un après l’autre. Cette expérience triviale n’a aucun intérêt tant qu’on n’a pas précisé que de tous les sujets, un seul n’est pas un collaborateur de Solomon Asch. Le résultat est sans appel : même dans le cas où le jugement de la majorité est clairement faux, une part non négligeable (35%) des sujets s’y conforme.

Plusieurs économistes se sont appliqués à montrer que le conformisme est bien souvent une attitude rationnelle quand l’information se fait rare. Banerjee (1992) [3] et Bickchandani (1992) [4] furent les premiers à introduire cette idée, et démontrèrent que le ”comportement moutonnier” (herding) est inévitable dans de telles situations. L’´économiste postule généralement qu’il existe un état caché du monde (un state of Nature, modélisé par un nombre) que les agents essayent de découvrir en utilisant rationnellement (c’est-à-dire de manière bayésienne) l’information disponible. L’opinion, ou la croyance d’un agent est l’estimation faite de cet état : il s’agit donc désormais d’un nombre, ou dans certains cas d’une distribution de probabilité, pour l’évolution desquels on peut définir une règle correspondant à l’usage fait par l’agent de l’information disponible. Dans le cas des articles de Banerjee et de Bickchandani, les agents sont supposés faire le meilleur usage de l’information disponible, et mettre à jour leurs croyances en suivant les principes bayésiens. Cette hypothèse, particulièrement forte, n’est souvent pas très réaliste.

Pour pallier à ce problème, certains modèles utilisent des règles heuristiques (rule of thumb) pour l’évolution des croyances des agents, c’est-à-dire des règles simples ne requérant pas d’importantes capacités cognitives mais, du coup, n’étant pas optimales. Parmi ces modèles, nous distinguons deux familles en ce qui concerne la modélisation des opinions : les modèles à seuil et les modèles continus, de type DeGroot. Dans le premier cas, l’ensemble des opinions, ou comportements disponibles est supposé fini, et bien souvent binaire. Un individu peut se prononcer en faveur ou en défaveur d’une politique publique, adopter ou ne pas adopter un nouveau produit : les possibilités sont nombreuses. La règle qui dicte le passage d’un état à l’autre, par exemple de la non-adoption d’un nouveau produit à son adoption, se résume à un seuil : si la proportion d’individus dans l’entourage d’un agent ayant adopté le produit excède un certain seuil, alors il adopte ledit produit. Ce type de modèle se prête particulièrement bien aux simulations informatiques, qui servent à explorer l’effet de certaines topologies (c’est-à-dire la forme des réseaux décrivant la structure des relations de voisinage entre agents) sur les dynamiques de propagation. La deuxième famille modélise l’opinion comme un nombre réel, pouvant donc prendre une infinité de valeurs, et considère également des agents reliés entre eux par des liens, définissant un réseau. L’évolution de l’opinion des agents est donnée par une relation fonctionnelle entre leur opinion et celle de leur voisin, c’est-à-dire que l’opinion d’un individu est une fonction de l’opinion de celle de ces voisins.

Ces deux types de modèles, qui postulent des règles simples, sont faciles à simuler numériquement. Ils permettent alors d’étudier la diffusion des opinions avec une perspective ”système complexe”, c’est-à-dire une configuration dans laquelle l’interaction d’un grand nombre d’entités suivant des règles simples permet l’émergence de phénomènes complexes, qu’on ne saurait découvrir en étudiant lesdites règles seules. Nous inscrivons notre travail dans cette optique, avec pour objectif de développer un nouveau modèle de propagation des opinions se basant sur le modèle DeGroot [6] afin d’en dépasser certaines limitations.

Le Modèle DeGroot : Interprétation, Résultats, Limites

Notre point de départ est le modèle DeGroot [6]. Comme nous l’avons évoqué, ce modèle est non bayésien, c’est-à-dire que la mise à jour des opinions n’est pas celle qu’adopterait un individu complètement rationnel. Pour un économiste, cela est susceptible de représenter un défaut important. Cependant, ce choix est intéressant à plusieurs égards. En plus de sa simplicité mathématique, il a l’avantage de faire écho aux travaux du psychologue Anderson [1], et des travaux empiriques ont montré qu’il était plus à même d’expliquer des prises de décisions concrètes que les traditionnels modèles bayésiens [5]. 

Le Modèle et son Interprétation

Le modèle repose sur des agents reliés entre eux et formant un réseau, ou graphe. Cette structure est donnée, et il est tout à fait envisageable que lesdits liens soient orientés (c’est-à-dire que A est relié à B n’implique pas que B soit relié à A, pensons à la structure follower/following sur Twitter), ou encore pondérés (il est envisageable que le lien qu’entretient un agent avec son conjoint est de plus grande intensité que celui qu’il entretient avec un collègue de travail). Chaque agent dispose d’une opinion initiale, ou signal dans un langage d’économiste. A chaque période de temps, chaque agent met à jour son opinion et la change par une moyenne pondérée de l’opinion de ses voisins (y compris potentiellement lui-même). Ce processus a lieu pendant un nombre de périodes défini à l’avance, ou jusqu’à convergence. Formellement, l’équation qui régit ce processus est :

où Xj,t est l’opinion de l’agent j à la période t, wj,i est le poids que l’agent i attribue à l’opinion de l’agent j dans la formation de son opinion. Deux interprétations sont possibles pour ce processus de mise à jour des opinions. Tout d’abord, l’interprétation originale, celle de DeGroot, consiste à comprendre ce modèle comme un processus heuristique d’apprentissage. Il existe un état caché du monde, que les agents essayent de percer. Leur opinion initiale, ou plutôt dans ce cas leur signal, est aléatoire et distribué conditionnellement à cet état du monde : typiquement, on suppose qu’en moyenne le signal donne le véritable état du monde, mais ses réalisations peuvent être différentes. Si les agents pouvaient échanger entre eux sans contrainte, c’est-à-dire s’ils étaient tous reliés, le meilleur usage qu’ils pourraient faire des signaux de chacun serait d’en faire la moyenne. C’est cette idée qui est généralisée ici, avec toutefois des agents dont la structure des interactions est contrainte (ils ne peuvent échanger leur signal qu’avec leurs voisins directs).

Ce n’est pas sur cette interprétation que nous fondons notre travail. Nous comprenons plutôt l’opinion comme une opinion à proprement parler, et non une estimation faite d’un état du monde sur la base de signaux. Dans ce cas, le mécanisme de mise à jour se comprend comme un ajustement des agents aux opinions de leur voisins, avec l’idée que plus une population interagit, et plus elle devient similaire. A noter qu’effectuer une moyenne pondérée est équivalent à minimiser une certaine distance dans un certain espace, dit autrement, mettre à jour sa propre opinion comme une moyenne pondérée des opinions de ses voisins, c’est minimiser la distance entre son opinion et celles de ses voisins. Un tel phénomène pourrait s’interpréter de différentes façons : peut-être qu’une interaction répétée avec des individus d’opinions différentes conduit à faire siennes leurs opinions, selon le temps passé avec eux ou l’intensité de la relation (ce qui correspondrait aux poids), peut-être aussi qu’il est très désagréable d’interagir avec des individus dont les opinions sont éloignées. Toujours est-il que le principe fondamental de cette mise à jour des opinions est le suivant : plus des individus interagissent, et plus ils sont similaires. 

Résultats et limites

La deuxième interprétation que nous donnons au modèle DeGroot introduit assez naturellement les résultats principaux. En particulier, dans son article DeGroot [6] montre que les opinions des agents convergent vers une unique valeur (atteignant donc un consensus) sous des conditions relativement lâches (en particulier, il suffit que les agents assignent un poids non nul à leur propre opinion à la période précédente). L’opinion de consensus est une moyenne pondérée des opinions initiales, et le poids donné à chaque agent est lié à une mesure de centralité : plus un agent est central dans le graphe considéré, et plus son opinion initiale a du poids dans le consensus final. En résumé donc, puisque l’interaction répétée des agents conduit à ce qu’ils se ressemblent de plus en plus, ils finissent par être indifférenciés. Dans le cadre de la première interprétation, le résultat est plus intéressant : en échangeant leurs informations de manière naïve, les agents sont capables de produire une croyance commune qui est reliée à l’état du monde. A partir de maintenant, nous nous concentrons sur l’interprétation en termes d’opinions, et non en termes d’estimations. Ce résultat est d’une simplicité élégante, et a une interprétation très claire : le mécanisme de mise à jour des opinions tel que postulé par DeGroot est un mécanisme convergent, c’est-à-dire qu’il conduit à une homogénéisation des agents. Ce résultat tient cependant si on fait l’hypothèse que le réseau d’interactions est fixe et exogène, ce qui est discutable. Il serait en effet plus naturel de supposer que le réseau d’interactions est caractérisé par de l’homophilie, c’est-à-dire que des agents sont d’autant plus susceptibles d’interagir qu’ils sont similaires. Dans notre cadre, cela peut être modélisé par le fait que le poids accordé par un agent à l’opinion d’un autre est décroissant de la distance entre leurs opinions, ou dit autrement, deux agents interagissent d’autant moins que leurs opinions sont éloignées. Comme l’illustre la figure 1, un consensus est atteint sans homophilie, mais plus une fois qu’on l’y introduit.

En réalité, le modèle DeGroot possède une autre propriété, visible dans la figure 1, qui le limite considérablement : la polarisation y est toujours décroissante, peu importe la forme que prennent les poids que les agents attribuent à leurs voisins. Par polarisation décroissante nous entendons ici une propriété spécifique. Rappelons simplement d’abord qu’une opinion est modélisée ici par un nombre réel, c’est-à-dire prenant des valeurs entre −∞ et +∞, il existe donc, à chaque période, dans notre population d’agents, un agent avec la ”plus haute opinion” et un agent avec ”la plus basse opinion”. La polarisation décroissante fait référence au fait que, la différence entre la plus haute opinion et la plus basse opinion décroît toujours. Illustrons par un exemple. Supposons que l’opinion en question concerne le mariage homosexuel : une opinion avec une valeur très haute correspond, par exemple, au fait d’être très en accord avec l’idée du mariage homosexuel, quand une opinion avec une valeur très basse correspond, au contraire, au fait d’y être absolument opposé. Le mécanisme du modèle DeGroot postule qu’une population d’agents reliés par des liens d’interactions discutent de cette question, et ajustent leurs opinions au cours de leurs interactions. La polarisation décroissante dans ce cas implique que, à chaque période, l’opinion du plus fervent défenseur de la cause LGBT et celle du plus conservateur des militants de la ”Manif pour tous” se rapprochent inexorablement[1]. Tout phénomène de polarisation ou de radicalisation est donc exclu dans cette approche, ce qui est une limite sérieuse à ce modèle en ce qui concerne les dynamiques d’opinion[2].

GSM-DeGroot: augmenter le modèle DeGroot

L’impossibilité pour le modèle DeGroot à engendrer de la polarisation est le point de départ de notre travail de modélisation. Nous proposons un nouveau modèle, le GSM-DeGroot (Global Steering Mechanism) qui consiste en une augmentation du modèle DeGroot.

Le Modèle et son interprétation

Nous conservons la manière de représenter les agents comme reliés par des liens définis par un réseau, et ayant une opinion modélisée par un nombre réel. Nous supposons que la mise à jour des opinions s’effectue toujours partiellement par le même mécanisme de moyenne pondérée à chaque période. La différence réside dans le fait qu’en plus d’être décrit par une opinion à une certaine période (un nombre réel entre −∞ et +∞), chaque agent est aussi décrit par un état binaire (soit 0 soit 1). Cet état est aléatoire, et déterminé à chaque période en fonction de l’opinion de l’agent de sorte que plus l’opinion est haute, plus la probabilité pour l’agent d’entrer dans l’état 1 est importante (et réciproquement pour une opinion basse et l’état 0). A chaque période, l’état de la population (par exemple compris comme le nombre d’agents dans l’état 1) interagit avec les opinions individuelles des agents à travers un mécanisme d’agrégation (steering mechanism). Le mécanisme d’agrégation modifie la mise à jour des opinions en y rajoutant une composante : à chaque période, chaque individu reçoit un retour de l’état général de la population. La manière dont l’état général de la population affecte un individu dépend de sa réaction à l’information, qui peut être soit positive, soit négative. Formellement, le processus de mise à jour est régi par l’équation suivante,

où βi désigne la réaction à l’information de l’agent i (−1 ou 1), St est le nombre d’agents dans l’´état 1 à la période t, et g une fonction croissante telle que g(0)=0 modélisant la manière dont est traitée l’information concernant St .

Cette formulation est très générale et est susceptible de représenter plusieurs situations dans lesquelles un mécanisme d’agrégation de l’information est à l’œuvre. Prenons un premier exemple, celui d’une manifestation. Derrière la décision de participer ou non à une manifestation un jour donné se cachent une kyrielle de facteurs, parmi lesquels, une opinion sur une certaine question. Pour reprendre notre exemple précèdent, un individu ayant une opinion très en faveur de la légalisation du mariage homosexuel est susceptible de participer à une manifestation en soutien aux droits LGBT avec une probabilité d’autant plus importante que son adhésion est forte. Bien évidemment, de multiples autres facteurs entrant en jeu, l’adhésion forte à la défense des droits LGBT ne suffit pas à provoquer la participation à une manifestation de soutien, raison pour laquelle nous adoptons un point de vue probabiliste. Dans notre cadre, la force de l’adhésion à la cause LGBT correspond à l’opinion (la variable continue), et la décision de participer ou non à une manifestation de soutien correspond à l’état (la variable binaire). Les opinions de chacun concernant cette question sont partagées, débattues et confrontées dans l’interaction quotidienne des agents avec leurs relations sociales, il s’agit de la composante ”DeGroot” de notre modèle. Imaginons qu’il existe une chaîne de télévision nationale, par exemple en continu, qui couvre l’´évènement de la manifestation de soutien aux droits LGBT, et que, plus les participants à cette manifestation sont nombreux, plus la couverture est intense. Cette couverture médiatique constitue une agrégation de l’information en ce qu’elle agrège des décisions individuelles (participer ou ne pas participer) pour les renvoyer aux individus. Imaginons qu’un individu recevant cette information n’y est pas indiffèrent, qu’elle affecte son opinion. Nous supposons alors que l’individu peut y réagir d’une manière positive, c’est-à-dire que la vue de manifestations de soutiens à la cause LGBT a tendance à rendre son opinion favorable à la cause LGBT, soit d’une manière négative, c’est-à-dire l’inverse, la vue de manifestations de soutiens a tendance à rendre son opinion défavorable à la cause LGBT. Pour saisir la généralité du modèle, considérons un autre exemple, dans un contexte diffèrent, celui des achats paniques. Les achats paniques sont des phénomènes courants pouvant prendre différentes formes : ruée vers les pâtes et le papier toilette à l’annonce du confinement en mars 2020 en France, queues interminables aux pompes à essence au moment du deuxième choc pétrolier de 1979, on pourrait même y ajouter les bank runscomme à Chypre en 2013. Dans notre cadre, la croyance concernant l’insuffisance des stocks, ou la gravité de la situation, constitue l’opinion (la variable continue), et motive la décision d’aller faire des stocks de pâtes, papier toilette, ou essence, ou encore d’aller retirer ses économies en liquide, qui sera pour nous l’état (la variable binaire). Les opinions concernant la gravité de la situation sont échangées, débattues, partagées sur les réseaux sociaux, entre amis, ou aux repas de famille : c’est la composante propagation de notre modèle. Un média national couvre les files d’attente immenses devant les magasins, le gouvernement fait une annonce pour rassurer concernant les stocks, ou encore les prix de l’essence se mettent à augmenter : voilà le mécanisme d’agrégation. Attardons-nous sur le dernier exemple, celui des prix. Un prix, en théorie économique, est précisément une agrégation d’information à l’échelle du marché : les décisions d’achats et de vente, individuelles, engendrent par les mécanismes d’ajustement de l’offre et de la demande un prix qui résume ce qu’il se passe sur le marché.[3] Une augmentation du prix de l’essence, correspondant à une augmentation soudaine de la demande d’essence créée par le mouvement de panique peut engendrer une réaction de deux types. Tout d’abord, très classiquement, une augmentation de prix peut décourager l’achat d’essence, constituant donc une réaction négative à l’information. Cependant, une augmentation des prix de l’essence peut être interprétée comme un signe que les prix vont continuer à augmenter, augmentant donc la probabilité pour un individu d’acheter de l’essence immédiatement, et constituant alors une réaction positive à l’information.

Propriétés et résultats

Contrairement au modèle DeGroot original, le GSM-DeGroot comporte une part importante d’aléatoire et son comportement est difficilement prévisible : en un certain sens, il décrit un système complexe d’entités interagissant entre elles à la fois localement et globalement. Comme nous l’avons exposé avec les exemples, notre modèle comporte deux mécanismes principauxé un mécanisme d’interaction local, entre pairs, et un mécanisme d’interaction global, le steering mechanism.

Ces deux mécanismes ont un effet contradictoire sur les opinions des agents. Le premier, qui correspond à celui du modèle original de DeGroot, a tendance à faire converger les agents vers un consensus. Le second, et cela constitue notre premier résultat, a tendance à les faire diverger, à cause de la réaction différenciée à l’information. En effet, nous montrons que, dans un modèle constitué seulement du steering mechanism la population finit par se diviser en deux groupes aux opinions opposées et extrêmes. Ainsi, nous savons que notre modèle est capable d’engendrer de la polarisation et de la radicalisation, ce qui n’´était pas le cas du modèle original.

Le comportement de notre modèle est entièrement déterminé par l’interaction non triviale de ces deux mécanismes, l’un l’emportant parfois sur l’autre. Notre principal résultat mathématique est que, contrairement au modèle DeGroot, il est impossible d’obtenir un consensus stable entre agents : c’est là l’effet du mécanisme d’agrégation de l’information qui limite la portée du mécanisme de propagation local. L’intuition derrière ce résultat est la suivante. Dans le modèle DeGroot, si tous les agents ont la même opinion, leur échange ne change rien : le système atteint un état stationnaire de consensus. Dans notre modèle, si tous les agents avaient la même opinion, leur échange via le mécanisme local ne changerait rien, mais il resterait tout de même l’effet de l’agrégation d’information pour modifier leur opinion. Dans le cas où nos agents atteignent temporairement un consensus, celui-ci est tout de suite balayé par l’effet du steering mechanism.

Bien que nous puissions déduire analytiquement quelques-unes des propriétés du modèle, dont celles que nous avons mentionné précédemment, une exploration plus en détail requière une approche plus expérimentale basée sur des simulations numériques effectuées avec différents paramètres. Notre modèle comporte de nombreux paramètres, mais nous en retenons ici trois principaux pour exposer son comportement. Tout d’abord, μ désigne la magnitude du ”choc informationnel” initial, ou encore l’opinion initiale moyenne dans la population. Ensuite, γ désigne l’intensité du mécanisme d’agrégation (typiquement l’importance accordée par les agents à l’information globale dans la formation de leur opinion). Enfin, β est la proportion d’agents ayant une réaction positive à l’information. Puisque nous utilisons plus d’un paramètre, il nous est impossible de visualiser les résultats d’une telle exploration en utilisant des courbes classiques. Les cartes de chaleurs, comme celles présentées en figure 2, permettent de visualiser une mesure (ici la polarisation à long terme) en fonction de deux paramètres (ici γ et μ) : plus la couleur d’une case est claire, et plus la valeur de la mesure pour le couple de paramètres correspondant à la case en question est élevée. Ici, nous voyons une différence qualitative importante selon les valeurs de β : dans le premier cas (a), la polarisation augmente avec μ et γ, dans le deuxième (b) la relation est inversée. Étant donné l’effet polarisant du steering mechanism, l’intuition voudrait que la polarisation de la population sur le long terme soit croissante avec μ et γ. Les choses ne sont cependant pas aussi simples, et β joue un rôle qualitativement important : il nous faut en effet distinguer deux cas de figure, β > 0.5 c’est-à-dire le cas où la majorité de la population réagit positivement à l’information, et β < 0.5 c’est-à-dire le cas où la majorité y réagit négativement. Dans le premier cas, chaque agent entrant dans l’état 1 provoque une augmentation de l’opinion chez une majorité d’agents et une diminution de l’opinion chez une minorité d’agents. Ceux pour qui l’opinion a augmenté sont plus susceptibles d’entrer à leur tour dans l’état 1, tandis que pour ceux dont l’opinion a décru sont moins susceptibles d’entrer dans l’état 1. On voit bien ici le caractère auto-corrélé du steering mechanism, de sorte que les deux régimes qualitatifs que nous avons définis correspondent à deux situations opposées : pour β > 0.5 le mécanisme global a tendance à s’auto-alimenter, tandis que pour β < 0.5 il a tendance à s’auto-réguler. Ceci explique que dans le premier cas, la polarisation à long terme est plus importante pour γ grand (donc pour un mécanisme intense) et μ grand (une opinion initiale haute), tandis que l’inverse se produit dans le deuxième cas.

Ce résultat est un parmi d’autres qui visent à explorer les dynamiques qualitatives de notre modèle, dont le comportement complexe dépend étroitement de l’interaction entre deux mécanismes, ainsi que de la structure du réseau d’interactions sociales. En particulier, une des grandeurs de premier intérêt est le nombre d’agents dans l’´état 1 au cours du temps. Comme le montre la figure 3, la forme de cette courbe dans le temps peut prendre une importante variété de formes selon les paramètres choisis, ce qui rend possible la reproduction de formes spécifiques (typiquement celles de données d’intérêt) en choisissant les paramètres avec soin.

Confrontation aux données

Une partie importante de notre travail a consisté en une confrontation du modèle à des données issues de Twitter. Il s’agit d’une tâche particulièrement difficile et délicate, dont le but était de vérifier qu’il était possible de faire sens de telles données en utilisant notre modèle. Techniquement, notre problème se résume à trouver les paramètres qui reproduisent au mieux notre jeu de données. Cependant, la donnée de ces paramètres pour un jeu de données n’est pas interprétable en soi : nous sommes seulement en mesure de comparer les valeurs de ces paramètres pour des jeux de données concernant des sujets différents, ce qui implique que les sujets en question soient raisonnablement comparables.

Données et méthode d’optimisation

Pour cette raison, nous avons choisi de nous concentrer sur deux phénomènes ayant été discutés aux quatre coins du monde : les mouvements Black Lives Matter et MeToo. L’intérêt de ces deux mouvements pour notre approche est double. D’abord, ils collent bien, dans leur déroulement, à la manière dont fonctionne notre modèle. Un évènement initial (la portée duquel est modélisée par μ) créé le sujet et attribue des opinions aux individus, puis, alors que le sujet est discuté, relayé, débattu, en particulier sur les médias sociaux (ce qui constitue notre mécanisme d’interaction locale) s’additionnent diverses formes d’expression politiques, agrégées par les médias nationaux et autres plateformes numériques (constituant notre mécanisme d’agrégation). Ensuite, les différentes réceptions faites des deux phénomènes dans différentes parties du monde sont comparables en cela qu’il s’agit du même sujet, créé par le même évènement. Les différences observées entre aires culturelles pourront alors être attribuées à des causes structurelles (attitude des médias, structure du réseau d’interaction etc.).

Deux problèmes majeurs se posent cependant. Premièrement, il est extrêmement difficile d’obtenir et de traiter des données concernant les opinions des individus directement, encore plus si l’on veut que celles-ci varient au cours du temps. Des techniques de TALN (Traitement Automatique du Langage Naturel, ou NLP) peuvent être utilisées, mais sont difficiles à mettre en œuvre, surtout s’il s’agit de résumer une opinion à un nombre. Par conséquent, au lieu de traiter les opinions comme des variable observées, nous les traitons comme des variables latentes, c’est-à-dire déterminant le comportement de la variable observée sans pouvoir l’être. Pour variable observée nous préférons utiliser le nombre d’agents dans l’état 1, qui dans un sens résume l’état de la population au cours du temps. Comme données nous utilisons la fréquence d’utilisation des mots-dièse ”BlackLivesMatter” et ”MeToo” dans le volume total des tweets écrits dans une certaine langue, fourni par StoryWrangler[4]. L’idée est que l’utilisation d’un mot-dièse peut être vue comme l’état 1, dans lequel un individu ayant une haute opinion de l’importance de ces mouvements entre avec une grande probabilité. En utilisant les données pour différentes langues (une quinzaine pour MeToo, une trentaine pour BlackLivesMatter), notre but est d’avoir une représentation de plusieurs aires linguistiques et culturelles pour les comparer entre elles. Nous sommes bien entendu conscients de l’approximation ainsi faite : il est par exemple difficile d’admettre que l’anglais corresponde à une aire linguistique et culturelle bien définie en raison de son statut de lingua franca sur Internet, tout comme nous ne sommes pas en mesure de savoir d’où viennent véritablement les données concernant l’espagnol ou le portugais.

Le deuxième problème est que nous n’avons pas accès à la structure du graphe d’interactions, ce qui aurait permis de simuler notre modèle en utilisant un graphe concret et réel. Par conséquent, nous utilisons des graphes synthétiques, c’est-à-dire engendrés de toute pièce par ordinateur pour simuler le modèle. Il ne s’agit toutefois pas de choisir arbitrairement un graphe : nous choisissons notre graphe dans une classe bien définie, les Stochastic Block Models. Ce type de graphe modélise plusieurs communautés (les blocks), plus ou moins reliés entre eux selon la valeur d’un paramètre, que nous appelons r. Ce dernier indique à quel point les communautés sont séparées : une valeur de r très faible trahit des communautés qui n’interagissent quasiment pas.

Ainsi, notre problème peut se résumer comme suit. Pour chaque langue considérée, nous voulons trouver les valeurs de μ, γ et r telles qu’en simulant notre modèle avec elles nous reproduisons au mieux la forme de la courbe de la fréquence d’utilisation du mot-dièse d’intérêt au cours du temps. Formulé de cette manière, il s’agit d’une suite de problèmes de minimisation dont les solutions sont trouvées grâce à des algorithmes méta-heuristique, dont la description est hors de propos ici. Bien que notre modèle comprenne de nombreux paramètres, nous ne retenons que les trois évoqués plus haut, d’une part pour faciliter la résolution, d’autre part parce que ces paramètres sont interprétables.

Résultats

Le résultat du processus d’optimisation est un ensemble de triplets de paramètres (μ∗, γ∗, r∗), un pour chaque langue considérée. Afin d’effectuer des comparaisons, nous classons ces langues en catégories : langues européennes et langues non-européennes pour le mot-dièse MeToo, langues d’Europe de l’ouest, d’Europe du nord, d’Europe centrale et orientale, et non-européennes pour le mot-dièse BlackLivesMatter. En ce qui concerne le mot dièse MeToo, nous trouvons une valeur moyenne de μ∗ et de γ∗ plus grandes pour les langues européennes, et une valeur de r∗ plus petite. Nous interprétons cette différence comme suit : la magnitude du ”choc informationnel”, μ∗, a été plus importante en Europe et en Amérique que dans le reste du monde, et la valeur de γ∗ plus élevée laisse penser que le sujet y a reçu plus d’attention médiatique que dans le reste du monde. Quant à la valeur de r∗, le fait qu’il soit plus bas pour les langues européennes indique que la situation y est mieux décrite par un graphe synthétique fortement communautarisé, indiquant en un sens que le sujet y a été plus controversé.

Ces interprétations, en particulier celles concernant les valeurs de μ et γ sont à prendre avec précaution. En effet, une incertitude subsiste sur l’effet de la méthode utilisée pour l’optimisation sur les valeurs optimales de ces paramètres. La mesure que nous utilisons pour quantifier la différence entre deux courbes (celles des données et celles fournie par le modèle) est invariante d’échelle, ce qui est susceptible d’avoir un effet non-trivial sur les valeurs trouvées par l’algorithme concernant ces deux paramètres. D’ailleurs, en ce qui concerne Black Lives Matter nous ne trouvons pas la même différence pour ces deux paramètres en comparant les langues d’Europe de l’ouest et celles d’Europe centrale et orientale, alors que la différence concernant la valeur de r∗ est très marquée : celle pour les langues d’Europe centrale et orientale est plus du double de celle pour les langues d’Europe de l’ouest, suggérant le même type d’interprétation que précédemment. La figure 4 montre deux exemples dans lesquels la différence est particulièrement marquée, bien que pas véritablement visible : pour le russe, nous trouvons r∗ = 0.485, pour l’anglais, r∗ = 0.057. Notons qu’en termes d’effet sur le modèle une valeur plus élevée de r a tendance à faire décroître le nombre d’individus dans l’´état 1 plus rapidement, et donc en un sens à ”apaiser” plus rapidement la population : la force du mécanisme d’agrégation décroit avec lui, réduisant d’autant la polarisation des opinions. Cela suggère donc que la polémique engendrée par Black Lives Matter dans le monde russophone a été moins longue et moins intense que dans le monde anglo-saxon.

Conclusion

Malgré son élégance et sa simplicité, le modèle DeGroot pèche par son incapacité à engendrer de la polarisation et son répertoire relativement limité de comportements. Le modèle que nous avons proposé, qui se base sur ce même modèle en y ajoutant une composante globale et aléatoire, permet d’enrichir grandement la gamme de phénomènes reproductibles. C’est l’interaction entre les deux principales forces de notre modèle, l’une conduisant les agents à se ressembler, l’autre les conduisant à se polariser, qui créé cette diversité et permet l’émergence de polarisation. Cependant, l’ajout de complexité dans le modèle DeGroot se paye par une plus grande difficulté à déduire les propriétés mathématiques du GSM-Degroot. Le travail sur le modèle devient alors beaucoup plus exploratoire, de sorte que de nombreuses zones d’ombres demeurent. Enfin, la question de la confrontation aux données réelles, que nous avons à peine évoquée ici, est, bien entendu, d’une importance capitale. Les résultats donnés par l’optimisation du modèle sur des données Twitter concernant MeToo et Black Lives Matter sont encourageants et seront l’objet d’un travail plus approfondi.

Ivan Conjeaud est élève en 4e année à l’ENS Paris-Saclay et suit  
cette année le master 2 “Analyse et Politiques Economiques” à l’Ecole  
d’Economie de Paris. Il s’intéresse principalement aux systèmes  
complexes, aux sciences sociales computationnelles et à la théorie des  
jeux. Dans cette article, il synthétise son travail de recherche  
effectué pendant son année ARIA (Année de Recherche en Intelligence  
Artificielle) au Centre Borelli (CNRS – ENS Paris-Saclay) et à  
l’Institut Max Planck, dans le cadre du parcours IA de l’ENS  
Paris-Saclay.

Références

[1] N.H. Anderson. Foundations of Information Integration Theory. Academic Press, New York, 1981.

[2] Solomon E Asch. Opinions and social pressure. Scientific American, 193(5):31–35, 1955.

[3] Abhijit V Banerjee. A simple model of herd behavior. The quarterly journal of economics, 107(3):797–817, 1992.

[4] Sushil Bikhchandani, David Hirshleifer, and Ivo Welch. A theory of fads, fashion, custom, and cultural change as informational cascades. Journal of political Economy, 100(5):992–1026, 1992.

[5] A.G. Chandrasekhar, H. Larreguy, and J.P. Xandri. Testing models of social learning on networks: Evidence from a lab experiment in thefield. NBER Working Paper, 214068, 2015.

[6] Morris H DeGroot. Reaching a consensus. Journal of the American Statistical Association, 69(345):118–121, 1974.


Notes

[1] Les détenteurs des opinions les plus extrêmes ne sont pas nécessairement les mêmes d’une période à l’autre. Cependant, ces deux positions ne peuvent s’éloigner.

[2] Ce résultat est particulièrement robuste, et ne suppose pas la fixité du réseau d’interactions.

[3] La qualité de cette agrégation, c’est-à-dire savoir si le prix reflète toute l’information disponible sans biais est une question toute différente. Même si ce n’est pas le cas, le prix reste une agrégation de l’information.

[4] https://storywrangling.org/

Le champ du possible des analyses historiques

Par Tancrède de Logivière

Introduction

Constamment, l’événement de faible importance, celui qui n’eut qu’un écho très limité, est placé dans une catégorie, un champ historiographique bien particulier, duquel il ne pourrait s’extraire. Il y a pourtant un véritable intérêt à envisager l’événement historique, aussi modeste qu’il puisse paraître, dans toute sa richesse et dans toutes ses facettes. L’enjeu de cet article est de montrer, à travers l’exemple d’une controverse relative aux origines de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 (DDHC dans la suite de cet article) qui eut lieu en 1902, qu’il existe une infinité de possibles pour penser un événement en histoire. Partant, il ne sera rien dit ici des véritables origines philosophiques et intellectuelles de ce texte fondateur qui irrigue encore aujourd’hui le droit français. En revanche, cet article s’attachera à montrer la richesse de la palette laissée à l’historienne et à l’historien pour rendre compte du passé dans toutes ses dimensions. Cette controverse est en effet à la jonction de différents courants historiographiques : l’histoire transnationale (qui se concentre sur les interactions et interdépendances des sociétés), l’histoire culturelle (centrée, quant à elle, sur la culture d’une société donnée), l’historiographie (c’est-à-dire l’étude de la manière dont on fait de l’histoire), etc. Surtout, alors qu’il s’agit d’un sujet relevant a priori de l’histoire du droit, il importe ici de montrer comment l’historien généraliste peut s’en emparer pour y appliquer ses méthodes. L’histoire du droit est en effet, contrairement à ce que l’on pourrait penser intuitivement, une discipline distincte de l’histoire générale : elle dispose de sa propre agrégation – du supérieur, d’un recrutement académique fort différent – étudiants comme professeurs ayant le plus souvent reçu une formation juridique, et d’une méthode tout autre, négligeant bien souvent les courant historiographiques que l’on vient de citer[i].

Cette étude est issue d’un mini-mémoire rédigé l’an dernier et qui fera l’objet de développements plus complets dans un mémoire de Master 2 cette année. Des sources de diverses natures ont été utilisées, notamment des archives dépouillées aux Archives de Sciences-po, des traités et articles parus dans des revues juridiques comme Les Annales des sciences politiques, fondées en 1886 pour recueillir des articles rédigés par des élèves et professeurs de Sciences-po, ou La Revue du droit public et de la science politique en France et à l’étranger, fondée en 1894. Enfin, ont également fait l’objet d’un intérêt tout particulier les lettres des juristes français et allemands compilées dans un ouvrage d’Olivier Motte (1989-1990).

La controverse dont il est question eut lieu en 1902, par publications interposées, entre Émile Boutmy (1835-1906), le fondateur de l’École libre des sciences politiques, aujourd’hui l’IEP de Paris[ii], et Georg Jellinek (1851-1911), publiciste d’origine autrichienne – le terme « publiciste » désignant un juriste spécialisé en droit public – resté célèbre pour sa définition de la souveraineté comme « compétence de la compétence »[iii]. L’enjeu de celle-ci était de déterminer les origines philosophiques et intellectuelles de la DDHC, Boutmy soutenant des origines strictement françaises, Jellinek affirmant que les membres de l’Assemblée nationale chargée de la rédaction d’une Constitution s’étaient largement inspirés des bills of rights américains et, au-delà, de la Réforme protestante du XVIe siècle. Ce n’est cependant pas la seule chose qui se joue à travers ce débat scientifique : après la défaite de 1870 lors de la guerre franco-prussienne, il s’agit de la légitimité d’une Troisième République issue de cet épisode douloureux qu’il s’agit de préserver.

Partie 1 : Les péripéties d’une publication

L’histoire transnationale implique singulièrement de se concentrer tant sur les traductions des ouvrages, qui permettent d’éliminer la barrière de la langue dans l’accès à certaines idées, que sur les relations interpersonnelles que certains acteurs peuvent nouer avec des homologues étrangers. Ainsi, en 1895, Georg Jellinek publie en Allemagne Zur Geschichte der Erklärung der Menschenrechte (Histoire de la Déclaration des droits de l’homme) qui est fort bien accueillie par la critique allemande[iv]. Tant qu’elle ne fut pas traduite, cette œuvre n’eut guère d’écho en France. Or, dès l’automne 1899, tout juste de retour en France, un étudiant français d’origine grecque, Georges Fardis, qui venait de suivre les séminaires de Jellinek à l’Université d’Heidelberg, se met en tête de traduire en français les traités juridiques de son ancien maitre. Certaines lettres écrites durant le mois de décembre 1901 par Ferdinand Larnaude (1853-1942), futur doyen de la Faculté de droit de Paris et directeur de La Revue du droit public et de la science politique, lettres adressées à Jellinek, laissent penser que ce dernier avait à cœur la réception de son essai en France[v]. C’est donc assez aisément que Fardis obtient l’autorisation de Jellinek de traduire cette œuvre. On le comprend également, le développement de relations interpersonnelles et transnationales doit beaucoup à certains lieux privilégiés, notamment les Universités ou les colloques internationaux, Larnaude et Jellinek s’étant rencontrés à cette occasion à Vienne en 1890[vi].

Mais l’histoire de la diffusion des idées se doit également de s’intéresser aux maisons d’éditions. En effet, les lettres adressées par George Fardis à Jellinek, une fois qu’il eut fini la traduction de l’essai de Jellinek en décembre 1900, révèlent que toutes celles-ci ne se valent guère[vii]. Dans le milieu de l’édition des ouvrages juridiques au début du XXe siècle, la maison Giard & Brière fait ainsi l’objet d’une vive critique de l’étudiant d’origine grecque, celui-ci l’accusant de laisser le travail de traduction à des « traducteurs d’occasion, travaillant à la ligne » qui n’hésitent pas à défigurer la pensée de l’auteur dont ils tâchent de rendre les idées, tout en prétendant que ce travail est effectué par d’éminents juristes (Max Boucard et Gaston Jèze en l’espèce). Le choix d’une bonne maison d’édition est donc un enjeu non négligeable des échanges de savoirs : une traduction qui falsifie la pensée d’un auteur n’est guère sans conséquence sur la réception de ce dernier dans un autre pays. De même, la plus ou moins grande renommée de cette maison a une incidence sur la publicité qui lui est faite. C’est en ce sens que Georges Fardis se tourne finalement vers l’Ancienne librairie Thorin et fils, libraire des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, de l’École normale supérieure et du Collège de France.

L’importance de la publicité apparaît également à travers des revues qui s’attachent notamment à faire des compte-rendus des ouvrages récemment parus. Concernant l’essai de Jellinek, celui-ci fit ainsi l’objet de nombreuses recensions dans les revues françaises, notamment La Révolution françaiseLe Moniteur judiciaire de Lyon, ou encore la Revue critique d’Histoire et de Littérature. Georges Fardis n’avait en effet pas manqué d’envoyer des exemplaires à cette fin à ces différents périodiques[viii]. De manière générale, La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Contribution à l’histoire du droit constitutionnel moderne de Jellinek (selon le titre retenu par Fardis), fit l’objet d’un accueil relativement enthousiaste[ix]. L’essai est même présenté à l’Académie des sciences morales et politiques en séance publique, le 15 février 1902[x]. C’est à cette occasion qu’Émile Boutmy prend connaissance du contenu de celui-ci et annonce, presqu’instantanément, sa volonté de rédiger un article pour répondre au publiciste allemand. Parmi les vecteurs des échanges transnationaux, les revues et conférences jouent donc un rôle non négligeable. La critique du fondateur de l’École libre des sciences politiques paraît dès le mois de juillet 1902, dans Les Annales des sciences politiques. Georg Jellinek rédige lui aussi fort rapidement sa réponse et souhaite la voir publiée le plus vite possible. Après quelques tribulations, l’article en question, traduit également par Georges Fardis, est publié dans Le Revue du droit public et de la science politique, à la fin de l’année 1902.

Partie 2 : Deux argumentations opposées

Évaluer les intentions réelles des deux adversaires est une mission périlleuse pour l’historienne et l’historien. Rédacteur de la préface de La Déclaration des droits de Jellinek, Ferdinand Larnaude écrit : « C’est d’abord le problème des origines qui se trouve ici résolu d’une manière définitive. C’est aux États-Unis que nous avons été chercher la déclaration des droits […]. Ce qu’on croyait jusqu’à présent être une œuvre de la Révolution n’est, en réalité, qu’un produit de la Réforme et des luttes qu’elle a engendrées[xi] ». Et en effet, l’intention avouée par Jellinek est de déterminer les sources de la DDHC et ainsi, de rompre avec une historiographie qui l’analyse davantage en termes de ruptures que de continuités avec la pensée politique antérieure. A contrario, Boutmy ne peut s’empêcher de voir dans l’entreprise du juriste allemand une tentative de minimiser l’importance de la Déclaration, une tentative d’attribuer à l’Allemagne les lauriers d’une telle œuvre, ce dont se défendra Jellinek dans sa réponse[xii]. On le comprend, cette controverse dépasse largement un simple conflit historiographique. Après la défaite de 1870, le dialogue transnational ne peut faire fi des intentions réelles ou supposées des auteurs de part et d’autre des Vosges et c’est en fonction de celles-ci que sera analysé le contenu de l’œuvre. 

Au-delà des intentions insondables du publiciste et du politologue, les arguments avancés pour déterminer les sources véritables de la DDHC permettent à l’historiographe de mieux comprendre la manière de faire de l’histoire du droit à l’orée du XXe siècle. Influencés par la méthode des historiens positivistes, les deux protagonistes se fondent ainsi sur des sources et des archives. Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, ils ne s’en tiennent pas là. On voit en effet poindre une perspective d’histoire transnationale dans leur argumentaire. Le premier point de désaccord concerne l’influence que l’on peut attribuer à Jean-Jacques Rousseau sur la DDHC. Outre l’histoire du droit, il s’agit donc également d’une controverse sur l’histoire de la philosophie. Pour Jellinek, « le contrat social ne se réduit qu’à une seule clause, à savoir l’aliénation complète de tous les droits de l’individu à la communauté[xiii] ». Le jusnaturalisme, c’est-à-dire la doctrine juridique affirmant que certains droits, notamment les droits fondamentaux, sont au-dessus du droit positif, serait donc expressément rejeté par l’auteur du Contrat social. Émile Boutmy affirme quant à lui que le professeur d’Heidelberg a mal compris ou mal rendu la pensée de Rousseau : après l’aliénation des biens et de la personne de l’individu à l’État, ce dernier restitue tous les biens et droits qui ne lui sont pas nécessaires. Les deux protagonistes de la controverse rejettent tous deux la Déclaration d’indépendance des États-Unis comme source d’inspiration. Selon Jellinek, celle-ci serait à chercher dans les bills of rights rédigés par les Treize colonies avant l’indépendance des États-Unis. Pour étayer son propos, il se fonde notamment sur les cahiers de doléance rédigés pour les états généraux de 1789 et sur un passage des mémoires de La Fayette où celui-ci expose son intérêt pour les Constitutions des États particuliers de l’Union. Enfin, sur la traduction en français de ces textes, dès 1778. Réfutant ces arguments, Boutmy affirme que la DDHC est l’aboutissement de tout un siècle de réflexions politiques, alimentées par Locke, Voltaire, Montesquieu et Rousseau. Si les méthodes d’une histoire transnationale sont donc encore balbutiantes, elles n’en sont pas moins déjà inscrites dans cette controverse.

La suite du débat est largement exégétique, reposant sur l’interprétation de textes. Jellinek comme Boutmy reprennent en effet la Déclaration des droits de 1789 et la compare, article par article, avec les bills of rights des Treize colonies. Il ne paraît pas nécessaire de décrire exhaustivement le contenu de cette comparaison. De manière générale, Jellinek se borne, dans sa Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, à mettre les articles de la DDHC en vis-à-vis des articles des bills of rights qui lui sont le plus proches, pour en montrer implicitement la filiation. A contrario, Boutmy s’attache à montrer toutes les différences entre ces textes, en soulignant les divergences terminologiques ou stylistiques. La dernière opposition concerne enfin, non plus les sources de la DDHC, mais celles des bills of rights. Jellinek affirme ainsi que la première de toutes les libertés consacrées fut la liberté religieuse, posée par la Réforme, et que d’elle découlèrent toutes les autres. Boutmy, lui-même protestant, réfute une telle analyse. Pour lui, le protestantisme se fonde sur une foi plus solide, fort éloignée de considérations religieuses libérales.

Partie 3 : Pour une histoire de la rhétorique

Le dernier intérêt de cette controverse pour l’historienne et l’historien réside dans la conservation des brouillons d’Émile Boutmy, dans lesquels le chercheur peut suivre pas à pas la construction de son argumentaire et de sa rhétorique. C’est là une source précieuse pour mieux comprendre la pensée profonde du fondateur de l’École libre des sciences politiques sur l’argumentaire du publiciste d’origine autrichienne. Il s’agit donc ici d’insister sur un courant historiographique encore en construction, l’histoire de la rhétorique. Ainsi, dans ses brouillons, Boutmy reprend le cadre des chapitres de l’essai de Jellinek pour construire sa propre argumentation. Or, dans la version finale, il adopte un plan indépendant de celui de son contradicteur. Comparés avec le texte final, ces brouillons sont intéressants à deux égards : des arguments développés dans les brouillons sont absents du texte final, et vice versa.

En effet, dans les premiers, Boutmy insiste à plusieurs reprises sur le fait que la terminologie employée par les rédacteurs de la DDHC diffère de celle des bills of rights : les accents sont autrement plus philosophiques dans l’une et juridique dans les autres[xiv]. Un tel argument disparaît pourtant de la version parue dans Les Annales des sciences politiques. Comment l’expliquer ? Sans doute le politologue savait que cette distinction serait fort critiquée, étant donné le nombre d’avocats ayant participé à la rédaction de la Déclaration de 1789. Par ailleurs, Boutmy développe autrement plus son argumentation dans ses brouillons pour prouver que c’est bien « l’esprit du XVIIIesiècle » qui a accouché de la DDHC : il cherche ainsi à démontrer que ce sont « des imitations réciproques, des transports d’un pays à l’autre[xv] » qui en sont à l’origine. Un argument qui disparaît dans le texte publié. Sans doute entrait-il en contradiction avec un autre argument qu’il va développer dans les pages suivantes de son carnet. Il affirme ainsi se méfier d’une méthode consistant à remonter la généalogie des idées par analogies (il rédigera trois versions de cette affirmation et n’en retiendra finalement aucune dans sa réponse à Jellinek), ajoutant : « La cause la plus probable d’une théorie est avant tout à chercher dans la société où elle a germé[xvi] ». Pour construire une rhétorique puissante, il fallait en effet démontrer que « l’esprit du XVIIIe siècle » était avant tout un esprit français.

Le chercheur se doit de prendre également en considération ce qui a été ajouté dans la version publiée, et qui n’apparait pas dans les brouillons. Cela apparaît très nettement dans la comparaison article par article. Boutmy y multiplie en effet les références à Rousseau et au Contrat social afin de démontrer l’influence du Genevois sur la DDHC. Plus intéressants encore sont les commentaires laissés par le politologue dans ses brouillons. On y voit un esprit autrement plus consensuel que ce que laisse suggérer l’article final. Par exemple, pour la critique de l’article 3, Boutmy note dans ses carnets : « En somme, Jellinek a raison, et c’est bien la forme bien plus que le fond qui diffère[xvii] ». Il n’a donc pas hésité à noircir quelque peu le trait de sa critique pour emporter la conviction de ses lecteurs. 

Conclusion

Derrière l’apparente simplicité de cette controverse – deux hommes s’opposant sur les sources véritables de la DDHC – on voit la grande richesse des outils et des courants historiographiques auxquels l’historienne ou l’historien peuvent faire appel pour comprendre tous les tenants et aboutissants d’un événement historique. On voit aussi que ces mêmes outils et courants peuvent avoir une certaine pertinence pour une histoire du droit qui se concentre traditionnellement sur les normes positives et les doctrines juridiques. Enfin, ce travail a tâché de mettre en exergue l’intérêt de certaines sources, les brouillons et les carnets, pour faire une histoire de la rhétorique.

Tancrède DE LOGIVIERE est normalien en troisième année de scolarité au Département d’enseignement et de recherche SHS. Actuellement en Master 2 Histoire politique des mondes contemporains des Universités Paris-Saclay et Panthéon-Sorbonne, il suit également une formation en droit public au sein de cette dernière
Université.


[i] Jean-Louis Halpérin, « L’Histoire du droit constituée en discipline : consécration ou repli identitaire ? », Revue d’histoire des sciences humaines, 2001/1, p. 9-32.

[ii] Pour plus d’informations sur Émile Boutmy, voire : Pierre Favre, « Les Sciences d’État entre déterminisme et libéralisme. Émile Boutmy (1835-1906) et la création de l’École libre des sciences politiques », Revue française de sociologie, 1981, 22-3, p. 431.

[iii] Pour plus d’informations sur Georg Jellinek, voire : Olivier Jouanjan, Une Histoire de la pensée juridique en Allemagne, 1800-1918, Paris, Presses universitaires de France, 2015, p. 283-284.

[iv] Georg Jellinek, Die Erklärung der Menschen- und Bürgerrechte. Ein Beitrag zur modernen Verfassungsgeschichte, Leipzig, 1895.

[v] Olivier Motte, Lettres inédites des juristes français du XIXe siècle conservées dans les archives et bibliothèques allemandes, Bonn, Éditions Röhrscheid, 1989-1990, t. 2, p. 1143, lettre de Ferdinand Larnaude à Georg Jellinek, en date du 25 décembre 1901.

[vi] Ibid., p. 1141, lettre de Ferdinand Larnaude à Georg Jellinek, en date du 10 novembre 1893.

[vii] Ibid., t. 1, p. 646, lettre de Geordes Fardis à Georg Jellinek, sans date (probablement fin 1901).

[viii] Voire par exemple : Alphonse Aulard, La Révolution française. Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1901, 21e année, p. 568.

[ix] Georg Jellinek, La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Contribution à l’histoire du droit constitutionnelle moderne[1895], Paris, Albert Fontemoing, 1902.

[x] Olivier Motte, op. cit, t. 1, p. 652, lettre de Geordes Fardis à Georg Jellinek, en date du 25 février 1902.

[xi] Georg Jellinek, La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, op. cit., p. VII.

[xii] Émile Boutmy, « La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen et M. Jellinek », Annales des sciences politiques, 1902, 17, p. 415-443.

[xiii] Georg Jellinek, La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, op. cit., p. 10.

[xiv] Archives de Sciences-po (ASP), Paris, 8 SP 2 – Boutmy 2, Cahier 6, p. 3.

[xv] Ibid., p. 21.

[xvi] Ibid., p. 69.

[xvii] Ibid., p. 3.

L’animal et la mort

Antoine Schiano di Lombo, de l’ENS Paris-Saclay, signe dans Lectures, un compte-rendu de l’ouvrage de Charles Stépanoff, L’animal et la mort. Chasses, modernité et crise du sauvage.

S’inscrivant dans les questionnements portant sur la crise écologique de notre temps, L’Animal et la mort de Charles Stépanoff interroge la transformation du lien que les hommes entretiennent avec leur environnement au prisme de la pratique de la chasse. Dans un contexte de baisse de notre seuil de tolérance à la violence envers la nature, la chasse comme pratique de mise à mort d’un animal peut choquer. Mais contre l’idée que cette pratique ne serait qu’une rémanence d’une violence anthropique archaïque héritée des tréfonds de l’histoire humaine, Charles Stépanoff s’attache à développer son fondement, ses spécificités, sa diversité et son inscription dans un contexte social.

Lire la suite : https://journals.openedition.org/lectures/55635

« Norbert Elias in Troubled Times », compte-rendu par Pierre-Emmanuel Metzger–Debrune

Lectures publie un compte-rendu de Norbert Elias in Troubled Times, rédigé par Pierre-Emmanuel Metzger–Debrune, actuellement en quatrième année à l’ENS Paris-Saclay :

Norbert Elias in Troubled Times est le quatrième ouvrage de la collection « Palgrave Studies on Norbert Elias », consacrée aux approches éliasiennes en sciences sociales. Cet ouvrage collectif, dont les textes sont issus d’une Elias Conference qui s’est tenue à Bruxelles en 2018, donne un aperçu d’un domaine de recherche, la Figurational Sociology, qui cherche à rapporter les faits sociaux et historiques aux configurations et aux processus dans lesquels ils s’inscrivent et dont ils sont le produit. 

https://journals.openedition.org/lectures/55368

“Hypersensible” ? Circulation médiatique et réflexivité pratique

Sur SocioArgu : Socio-informatique et argumentation, Alex Maignan, de l’ENS Paris Saclay, propose une exploration de l’hypersensibilité au regard des articles de presse :

[ce texte] s’inscrit dans une enquête plus vaste portant sur la sociogenèse d’une « catégorie psy »  : l’hypersensibilité. Ce texte poursuit deux objectifs : esquisser d’une part les logiques et les dynamiques de circulation médiatique de cette catégorie psy émergente, et expliciter d’autre part, dans une démarche réflexive, les différentes opérations qui m’ont permis de parvenir à ces premiers résultats.

Pour lire la suite du texte “Hypersensible” ? Circulation médiatique et réflexivité pratique, c’est sur SocioArgu

« Nous on crève de faim pendant ce temps-là »

Samuel Legris, en quatrième année à l’ENS Paris Saclay, a publié, dans la revue Savoir-Agir, en novembre 2021, un article intitulé « Nous on crève de faim pendant ce temps-là ». La persistance du « déjà, nous » chez des Gilets jaunes ruraux :

Le surgissement du mouvement des Gilets jaunes à l’automne 2018 a rendu visible la pérennité d’un « nous » populaire et la succession semaine après semaine des « actes » du mouvement amenait à s’interroger sur sa consolidation. Alors que les travaux sociologiques des quinze dernières années avaient mis l’accent sur la fragmentation des classes populaires, la constitution d’un bloc populaire s’est imposée comme un des enjeux du mouvement des Gilets jaunes. Plusieurs enquêtes ethnographiques conduites sur des ronds-points occupés ont révélé le reflux de la « conscience sociale triangulaire » (« ceux d’en bas/ nous/ceux d’en haut »), conceptualisée par Olivier Schwartz, au profit d’une représentation du monde social plus binaire et protestataire. 

Pour lire la suite : https://www.cairn.info/revue-savoir-agir-2021-3-page-81.htm

Les habits verts de l’école : l’environnement dans l’enseignement secondaire (1971-1996)

Par Juliette Dronne

« Comment éviter que les jeunes ne vivent dans cette terreur de la fin du monde due à la pénurie, à l’empoisonnement de l’environnement, à la destruction atomique, terreur qui fait d’eux des révoltés, des drogués, des désespérés ?[1] » Cette crainte, formulée par l’Inspecteur général Louis François au colloque international d’Aix-en-Provence sur l’éducation à l’environnement de 1972, frappe par sa pertinence une cinquantaine d’années plus tard. Certes, cette « terreur » est désormais moins causée par le nucléaire que par le climat. Toutefois, les acteurs de l’enseignement secondaire des années 1970 n’ignoraient pas la question environnementale. Elle n’a cessé d’être à l’ordre du jour, avec un écart important entre sa place modeste et confuse dans les textes officiels et sa traduction réelle sur le terrain et dans les manuels scolaires. 

Nous tirons ce constat d’une étude d’un corpus d’archives du ministère de l’Education ainsi que d’un échantillon de 41 manuels scolaires de géographie[2], destinés aux élèves de classes de Troisième ou de Seconde, publiés entre 1971 et 1996[3], édités dans l’une des cinq premières maisons d’édition (Belin, Bordas, Hachette, Hatier, Nathan)[4]

Un contexte favorable 

L’histoire récente de l’éducation à l’environnement semble traversée par deux tendances. D’une part, l’actualité des crises environnementales et leurs réponses politiques créent une demande sociale d’initiation à ce thème en germination. Au début de la période, ces crises sont multiples :  débats sur l’aménagement du territoire symbolisés par la lutte contre l’implantation des premières centrales nucléaires, dégradation du « cadre de vie » érigée en problème public par Valéry Giscard d’Estaing[5], craintes sur l’épuisement des ressources portées par les travaux à résonance internationale du Club de Rome, incertitudes sur le modèle productiviste[6], psychoses provoquées par les smogs et les marées noires… En géographie et en histoire contemporaine, la question d’aborder de tels sujets en classe se pose puisqu’ils peuvent se prêter à une étude locale ou prolonger des thèmes au programme, comme le secteur industriel en France[7]. Mais cet enseignement est malaisé tant ces problématiques, prises en charge par les récits militants, échappent encore aux discours politiques dominants. De plus, elles sont souvent mêlées à l’étude de la nature, qui se situe dans la continuité directe de la tradition des leçons de choses de l’école primaire tertio-républicaine. 

D’autre part, les mutations pédagogiques se révèlent propices à l’intégration de l’environnement dans les pratiques d’enseignement. Il existe des affinités électives entre la médiation environnementale et « l’ouverture de l’école à la vie », dans le sillage des « années 68 ». Au sens propre, apprendre l’environnement passe par la découverte concrète du milieu hors des murs de l’école, à l’occasion de travaux pratiques, de sorties ou de classes de nature. Plus largement, le thème s’accorde bien avec des tendances pédagogiques nouvelles : les méthodes dites « actives », l’engouement pour l’interdisciplinarité ou encore l’enseignement du temps présent en histoire[8]. Ces mutations pédagogiques sont à comprendre dans un contexte de démocratisation de l’enseignement secondaire marqué par l’avènement du collège unique avec la loi Haby de 1974. La composition sociale des classes change : elles sont désormais plus hétérogènes et plus populaires. Il s’agit alors autant de dispenser des « savoirs » que des « savoir-faire » et des « savoir-être »[9]. Le respect et la protection de la nature en font partie. 

Une histoire institutionnelle de l’environnement à l’école 

Dans les textes, l’ éducation à l’environnement s’institutionnalise en même temps que la création du ministère de l’Environnement en janvier 1971 : un « Protocole en 21 points » est signé entre ce nouveau ministère et celui de l’Education dès novembre de la même année[10]. Les principaux points de cet accord témoignent toutefois d’une ambition modérée. Ils soutiennent par exemple la création d’une documentation sur l’environnement pour les enseignants, pour beaucoup bien peu familiers de ce thème. Ils réaffirment aussi l’importance des études de milieu à travers l’ouverture des parcs naturels régionaux aux groupes scolaires. Des centres permanents d’initiation à l’environnement (CPIE) sont créés à proximité de ces parcs pour loger des élèves en voyage scolaire. Ces « maisons de la nature »[11] les immergent dès le point du jour dans ces espaces préservés. Les sept premiers CPIE sortent de terre entre 1972 et 1977 puis ils essaiment dans l’Hexagone jusqu’à atteindre le nombre de 40 en 1990[12]

Comme dans les autres domaines de l’action publique cibles des politiques environnementales, les décideurs se servent des cadres préexistants pour promouvoir l’éducation à l’environnement[13]. Il n’est pas question de remettre en cause les paradigmes dominants ni de bouleverser le temps scolaire en créant une dotation horaire propre. Plusieurs dispositifs permettent donc indirectement de « verdir » l’enseignement. L’ « initiation au monde moderne », dispensée par les enseignants du premier cycle à partir de 1972, peut intégrer l’environnement[14] ; les « 10% pédagogiques » attribuent 10% du temps scolaire à des projets librement choisis par les chefs d’établissement[15] ; la « Mission d’action culturelle en milieu scolaire », créée en 1976 pour financer des projets de sensibilisation au patrimoine culturel, s’élargit de fait au patrimoine naturel[16]. Avec cette mission, des stages pour enseignants sont notamment organisés : le temps d’une journée, par exemple, ceux de l’académie de Créteil suivent des conférences sur « les problèmes de la pollution agricole et industrielle de la vallée de la Marne »[17] tandis que ceux de l’académie de Caen étudieront « le remembrement à Proussy »[18]. Enfin, les Projets d’action éducative (PAE) sont développés à partir de 1981 pour promouvoir des formes d’apprentissages alternatives (artistiques, sportives, de sensibilisation à l’environnement)[19]. Leur organisation est laissée à la discrétion des chefs d’établissement. Toutefois, en 1993, seuls 14% des PAE seront consacrés à l’éducation à l’environnement[20].

La fin de la décennie 1970 doit correspondre à un tournant de ce nouvel enseignement. En janvier 1977, le ministre réformateur René Haby crée une commission ministérielle chargée de réfléchir aux réformes en faveur de l’éducation à l’environnement. Quarante-deux membres représentant plusieurs ministères, l’Inspection générale et l’Institut national de recherche pédagogique (INRP) se réunissent pendant un an et demi à cette fin[21]. Si beaucoup de propositions de ce laboratoire d’idées seront laissées dans un tiroir, il aura le mérite de faire accoucher une circulaire aux objectifs ambitieux, de quatre pages, publiée dans le Bulletin officiel le 29 août 1977[22]. Elle professe l’adoption d’une triple attitude par les élèves : « d’observation », « de compréhension » et « de responsabilité »[23]. Elle encourage les méthodes actives et les études de milieu afin de leur donner « une vision plus clairvoyante et plus critique de [leur] milieu habituel de vie. »[24]Elle défend en outre une conception centralisée de l’éducation à l’environnement. 

Cependant, les initiatives les plus audacieuses semblent plutôt émaner de chefs d’établissement ou de recteurs volontaristes, témoignant parfois d’une sincère sensibilité écologiste. Ainsi, dans l’académie de Poitiers, une « Opération Connaissance et protection du cadre de vie » est menée pendant trois années scolaires, de 1976 à 1979. Diverses activités en lien avec des problématiques locales sont lancées dans 240 établissements de niveau secondaire de l’académie[25]. Elles mobilisent des méthodes actives : sorties d’observation dans la forêt, collectes d’information dans le marais poitevin menacé par la montée du niveau de la mer, création de pièces de théâtre, réalisation de films documentaires. Le recteur Jean-Claude Maestre s’en félicite : « A partir des thèmes étudiés – l’eau, la forêt, l’urbanisme… le passage d’une autoroute dans une commune – les jeunes expriment une grave préoccupation et même une inquiétude : celle de voir notre capital naturel dégradé et menacé. »[26]

En parallèle, la coopération précoce entre le ministère de l’Environnement et le ministère de l’Education fait long feu. Deux nouveaux protocoles d’accord majeurs sont négociés sur la période. Celui de Christian Beullac et Huguette Bouchardeau de 1983 est marqué par la généralisation de l’environnement dans la formation continue des enseignants du secondaire[27]. Celui de Jack Lang et Ségolène Royal de 1993 pose quant à lui pour principe qu’un enfant doive bénéficier, au cours de sa scolarité, d’au moins un PAE consacré à l’environnement[28]. Il se traduira par l’opération « 1000 défis pour ma planète », véritable label qui associe un établissement scolaire avec un partenaire régional et accorde des aides financières ciblées[29]. Mais malgré cette continuité de l’action publique, on a l’impression d’une forte hétérogénéité géographique et d’un recyclage de dispositifs qui au départ ne visent pas l’éducation à l’environnement. L’application de ces mesures, non contraignantes, se heurte à la bonne volonté de ceux qui les mettent en œuvre localement.

Une notion flottante

Par ailleurs, les politiques éducatives négligent largement la question des programmes scolaires. La circulaire de 1977 soutenait que l’environnement devait « imprégner l’enseignement dans son ensemble »[30] et non être intégré spécifiquement dans le curriculum. En géographie, c’est seulement en 1981 et en classe de Seconde qu’apparaît dans les programmes un chapitre spécifique, sous la mention « Problèmes de l’environnement : les relations entre l’homme et la nature »[31]. Dans les programmes de 1987 et 1995, ce chapitre disparaît au profit de directives plus générales et plus vagues. Le premier fait ainsi figurer cette remarque liminaire : « L’étude des problèmes de l’environnement et des relations entre l’Homme et son milieu est conduite sur l’ensemble du travail de l’année »[32]. En dehors de ce programme pionnier, à la lecture des intitulés des programmes d’autres classes du secondaire, rien n’interdit aux enseignants de traiter les chapitres avec une approche environnementaliste. Ainsi, en Troisième, dans le programme de géographie de 1973, la section sur « L’évolution récente de l’agriculture »[33] n’empêche pas de consacrer une partie du cours sur la pollution des eaux ou l’érosion des sols en lien avec la modernisation agricole. De même, dans le programme d’histoire de 1978, la section à la formulation très vague « La civilisation d’aujourd’hui : la remise en cause des valeurs traditionnelles et les changements de vie »[34] autorise à première vue à proposer un regard critique sur la société de consommation. 

Au-delà de cette faible présence de l’environnement dans les programmes, son flou sémantique est un problème majeur. L’environnement renvoie en effet davantage à un agrégat de thèmes qu’à une notion close[35], aussi bien dans la littérature grise du ministère de l’Education que dans les balbutiements du « ministère de l’impossible », pour reprendre l’expression de Robert Poujade. L’inspecteur général Brassart l’avoue lui-même en 1971 : « L’introduction d’un enseignement ou d’une éducation de l’environnement se fera par étapes de façon progressive, pragmatique… et limitée[…] on ne sait pas très bien encore ce que veut dire le mot « environnement » ; on sait seulement que les domaines qu’il recouvre sont très vastes »[36]. La liste des thèmes liés à l’environnement donnés à titre d’exemples dans une circulaire sur « l’initiation au monde moderne » de 1972 est une véritable liste à la Prévert : « le problème des eaux usées et le réseau d’égouts, celui de l’enlèvement des ordures, des décharges et des usines d’incinération, […] la pollution des eaux des rivières, de l’atmosphère, […] la construction des nouveaux quartiers et leur équipement commercial, social, éducatif, […] la conservation ou la création d’espaces verts dans le cadre de la cité […] la lutte contre la pollution des rivières de la région […] l’industrialisation de la région et ses conséquences sur l’agriculture […] la préservation des forêts et des espaces verts, poumons des villes »[37]

La contemporanéité des manuels scolaires

Face à cette absence de définition claire dans les textes, nous pouvons dans un deuxième temps nous pencher sur les manuels scolaires. Ce sont en effet les premiers outils pédagogiques dont disposent les élèves du secondaire au quotidien. Supports matériels et éditoriaux des savoirs prescrits par l’Etat à une période donnée, ils sont investis d’un fort pouvoir symbolique. Les comités de rédaction disposent néanmoins d’une marge de liberté par rapport aux programmes. Des géographes à la sensibilité environnementaliste peuvent en faire partie, comme Rémy Knafou, auteur de manuels Belin à partir des années 1980, spécialiste des externalités négatives du tourisme[38]. Ces manuels véhiculent des représentations éclatées de l’environnement, qui semblent davantage inspirées par les discours médiatiques et militants de l’heure que par les directives des programmes, largement muets sur ce thème, on l’a vu. Au-delà de leur intérêt comme sources en histoire de l’éducation, les manuels scolaires peignent ainsi un certain rapport des Français à l’environnement[39]

Une brève analyse quantitative des 41 manuels de notre échantillon révèle la prégnance de cette thématique en géographie dans le secondaire. En recensant l’ensemble des unités éditoriales (chapitres, sous-chapitres, paragraphes, pages documentaires) dont le titre porte l’un des syntagmes d’une liste de termes appartenant au champ lexical de l’environnement[40], on relève en tout 136 titres, dont 14 titres de chapitres et 59 titres de paragraphes. Si ces titres sont très inégalement répartis, tous les manuels étudiés contiennent au moins un titre contenant l’un des syntagmes choisis.C’est ensuite une analyse qualitative des discours et des images contenus dans ces manuels très hétérogènes qui nous a permis de dégager quelques constats sur la place de l’environnement. 

Tout d’abord, les manuels abordent les problèmes des relations entre nature et société de manière précoce et de façon concomitante avec l’actualité chaude. Un chapitre de six pages consacré à « L’environnement et la pollution »[41] figure ainsi dans le Nathan de 1973 alors que rien n’y contraint dans les textes officiels. L’approche de l’environnement y est hygiéniste et esthétique, avec un référentiel humain très marqué. Les auteurs déplorent les nuisances palpables : la « diminution de la qualité de la vie », « l’envahissement des déchets », les « brouillards de pollution » ou encore la « défiguration des campagnes ». Cet exemple est représentatif des discours des manuels de cette décennie sur l’environnement. D’autre part, sur toute la période, le délai entre la survenue d’un événement et son apparition dans les manuels est faible. Des photographies apocalyptiques du naufrage de l’Amoco Cadiz apparaissent par exemple dans les manuels Bordas, Hachette et Nathan dès 1981[42], soit trois ans après la marée noire. Un constat semblable peut être fait en prenant les exemples de Tchernobyl, des pluies acides ou de l’assèchement brutal de la mer d’Aral.

Carte imagée des pollutions en France métropolitaine : Yves Lacoste et al., Géographie. Classe de troisième. La France, Paris, Nathan, coll. Lacoste-Ghirardi, 1973, p. 239.

On remarque aussi que l’apparition des pages documentaires dans les manuels du secondaire favorise l’introduction d’approches environnementales. Ces pages, constituées d’un court texte introductif, de documents textuels ou iconographiques et de questions destinées au élèves, favorisent la réflexion individuelle, en accord avec la pédagogie active. Bien qu’elles ne présentent pas le même régime de vérité que les pages de cours, elles permettent de les prolonger par des exemples visuels, percutants et plus internationaux. Un exemple illustre cette transformation éditoriale rapide : pour la classe de Seconde, tandis que le Belin de 1981 ne comptait aucune page documentaire[43], celui de 1993 en compte 54 sur 207[44]. Parmi elles, 22 sont consacrées à des thèmes liés à l’environnement et qui font écho à des préoccupations embrassées par l’écologie politique jusqu’à nos jours, comme la déforestation de l’Amazonie, la détérioration de la Grande barrière de corail ou encore la sanctuarisation de l’Antarctique. Le passage du « modèle de l’encyclopédie » au modèle du « cahier d’activité illustré », pour reprendre les expressions du géographe Daniel Niclot[45], favorise ainsi les approches environnementalistes des enseignants. 

Troisièmement, nous constatons que les manuels, pourtant a priori les véhicules de savoirs stables, traduisent l’absence de consensus dans le débat public contemporain. Les manuels dépassent ainsi leurs fonctions traditionnelles en s’emparant de « questions socialement vives »[46], c’est-à-dire de questions qui ne sont tranchées ni dans les savoirs académiques, ni par les médias, ni au sein de l’institution scolaire. Pour trois exemples que nous avons étudiés, le changement climatique, le nucléaire et la modernisation agricole, plusieurs manuels contemporains voire un même manuel peuvent présenter des discours divergents. Par exemple, la question du changement climatique n’est abordée dans les années 1970 que ponctuellement, à travers le réchauffement localisé lié au chauffage urbain et aux pots d’échappement, nommé « thermopollution ». Puis, jusqu’aux manuels édités en 1993, il est frappant de voir que le réchauffement climatique global d’origine anthropique est présenté comme une hypothèse scientifique douteuse mais possible. Tandis que d’autres manuels de la même période seront plus lucides sur cette hypothèse, un manuel Hatier de 1981 pourra ainsi défendre une posture d’incertitude radicale : « Il est impossible de dire si le réchauffement engendré par ce même accroissement [du taux de gaz carbonique] l’emportera sur le refroidissement causé par l’apport incessant de poussières industrielles à l’atmosphère : certains annoncent la fonte de la banquise, d’autres une période glaciaire »[47]. Dans des pages documentaires d’un manuel Belin de 1993 consacrées au changement climatique[48], le « trou dans la couche d’ozone » et l’ « effet de serre » sont des phénomènes « discutés », « en débat ». Dans l’édition suivante, celle de 1996, ils deviennent des certitudes scientifiques, ce que confirme bien la formulation de la question de synthèse posée aux élèves : « Dites dans quelle mesure l’homme est capable d’agir sur le climat, à l’échelle globale. »[49] Peut-être la réception différée de la première Conférence des parties à Berlin en 1995, où la question du climat a été centrale, a-t-elle joué un rôle dans ce changement d’approche. 

Enfin, sur des thématiques plus sociales, certains manuels outrepassent leur rôle en faisant des incursions militantes dans des chapitres d’histoire contemporaine. Plusieurs manuels des années 1980 fustigent par exemple la consommation de masse[50] avec une approche environnementaliste en glissant des propos normatifs, comme le Hachette de 1984 : « Le temps passé dans les transports, les cadences de travail imposées par les machines, le bruit, la pollution… occasionnent beaucoup de fatigue, la publicité crée sans cesse des besoins nouveaux, et du même coup des insatisfactions. Les tensions nerveuses provoquées par la vie contemporaine expliquent la recherche de la détente, de l’évasion hors du cadre habituel de vie et du contact avec la nature. »[51] Relayant des critiques proches de celles de l’Ecole de Francfort[52], du philosophe André Gorz ou d’écologistes libertaires comme Pierre Samuel[53], ils dénoncent l’éloignement de l’homme moderne de la nature, les besoins superflus, le gaspillage des objets jetables et le matraquage publicitaire, véritable « pollution visuelle ». Ces critiques tarissent la décennie suivante tandis que les pages de cours s’allègent et se standardisent, dans l’objectif de préparer aux épreuves du brevet et du baccalauréat. Par la suite, avec la subordination de l’enseignement de l’environnement à celui du développement durable imposée par les textes officiels de 2004 et 2007, les discours des manuels scolaires tendent à devenir acritiques[54]

Conclusion 

Ainsi, les tâtonnements institutionnels sur la place de l’environnement à l’école ont peu à voir avec son apparition quasi généralisée dans les manuels de géographie. La précocité et le volontarisme des politiques scolaires des années 1970 sont certes remarquables : protocoles interministériels, commissions de recherche, circulaires d’orientation, projets déconcentrés. Ces politiques s’accordent bien avec des modes pédagogiques plus « libres ». Elles ont néanmoins peu d’effets d’ampleur au-delà des activités parascolaires (sorties, voyages de classe, projets d’action éducative) et de l’introduction d’une sémantique de l’environnement. Cette dernière reste toutefois imprécise, ainsi que l’illustre la définition très large posée lors de la conférence d’Aix-en-Provence et reprise dans la circulaire matricielle de 1977 : « l’ensemble à un moment donné des aspects physiques, chimiques, biologiques et des facteurs sociaux et économiques susceptibles d’avoir un effet direct ou indirect, immédiat ou à terme, sur les êtres vivants et les activités humaines. »[55]Profitant de la liberté éditoriale dont ils bénéficient, les manuels scolaires composent quant à eux avec des programmes scolaires qui intègrent faiblement l’environnement, à l’exception de ceux de la classe de Seconde à partir de 1981. Malgré ce manque de cadrage, ils traitent largement la thématique. Ils sont alors pris entre la tentative de proposer un savoir stable dans le temps – mais encore mal fixé – et d’intégrer l’actualité vibrante des crises environnementales, avec un parti pris parfois militant, se plaçant ainsi entre les idéaux de transmission intellectuelle et de formation civique.

Juliette Dronne termine sa scolarité à l’ENS Paris-Saclay. Cet  
article est tiré du travail réalisé pour son mémoire de recherche de  master 2.


Notes

[1] AN 19770679/12, Colloque international d’Aix-en-Provence, rapports remis par les participants des différents pays, résumé de l’exposé de Monsieur François, juin 1972.

[2]  Ou d’histoire-géographie lorsqu’ils n’existent que sous ce format.

[3] 1971 correspond à la date de création du ministère de l’Environnement ; 1996 à l’entrée en vigueur du programme de Seconde de 1995. 

[4] AN 19800285/8, « Recensement des manuels scolaires qui seront disponibles à la rentrée des classes 1975 pour les élèves de premier cycle (6e , 5e , 4e , 3e ) à partir de l’annuaire édité par le cercle de la Librairie ».

[5] AN 19850679/10, Charte de la Qualité de la Vie. Pour un nouvel art de vivre, Introduction de Valéry Giscard d’Estaing, déclaration prononcée en Conseil de ministres le 4 janvier 1978.

[6] Serge Audier, « 7. La vague de « contestation » des années 1960-1970, foyer d’un renouveau écologique », L’âge productiviste. Hégémonie prométhéenne, brèches et alternatives écologiques, Paris, La Découverte, 2019, p. 515-585.

[7] Au tournant des années 1970, la géographie scolaire se rapproche des sciences économiques et sociales : Christine Vergnolle-Mainar, La géographie dans l’enseignement, une discipline en dialogue, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011.

[8] AN 20190070/2, Inspection générale d’histoire et de géographie, « 1992-1993 : L’état des disciplines histoire, géographie, éducation civique », novembre 1993, Groupe de travail « Enseigner le temps présent en géographie ».

[9] François Audigier, « Les Éducation à… Quels significations et enjeux théoriques et pratiques ? Esquisse d’une analyse », Recherches en didactiques, 2012, vol. 13, n°1, p. 25-38.

[10] AN 19810222/3, « Relevé des décisions du Conseil interministériel du mardi 2 novembre 1971 à 15 heures 30 consacré à l’environnement », 12 novembre 1971 ; « Protocole en 21 points », Conseil restreint du 2 novembre 1971.

[11] Marie Jacque, « L’éducation à l’environnement : entre engagements utopistes et intégration idéologique », Cahiers de l’action, vol. 47, n° 1, 2016, p. 13-19.

[12] AN 19970515, Rapport de Pierre Giolitto, Inspecteur général, « L’éducation à l’environnement dans le système éducatif français », février 1990.

[13] Pierre Lascoumes, L’Eco-pouvoir. Environnements et politiques, Paris, La Découverte, 1994 : L’auteur montre que l’environnement n’est pas un domaine sectoriel mais doit infuser l’ensemble des politiques publiques ; le premier ministère de l’Environnement, sans budget, n’est qu’une « administration de mission ». 

[14] BOEN n°21, Circulaire n°72-204 du 16 mai 1972. 

[15] AN 19870426/1, Intervention de Robert Poujade, ministre de la Protection de la nature et de l’environnement, au cours de la séance du Sénat du vendredi 7 décembre 1973.»

[16] Jean-Pierre Babelon et André Chastel, La notion de patrimoine, Paris, Liana Lévi, 1994, p. 11.

[17] AN 19850679/19, Lettre « Organisation d’un stage académique sur l’étude du patrimoine culturel local », J. Dehaussy, Recteur de l’Académie de Créteil, 20 juin 1978.

[18] AN 19850679/19, Note « Stages d’étude des patrimoines locaux, CRDP de Caen – 21 rue du Moulin au Roy, 11-12-13 mai 1976.

[19] Camille Le Cor, « Le projet à travers des textes officiels de l’Éducation nationale », Spécificités, vol. 5, n° 1, 2012, p. 175-190.

[20] AN 19970515/2, Dossier « Les nouvelles mesures sur l’éducation à l’environnement », Direction de l’information et de la communication du ministère de l’Education nationale et de la Culture, 14 janvier 1993.

[21] AN 19810222/3, Education et environnement – rapport de la commission présidée par M. l’Inspecteur général GOURLAOUEN, juin 1978.

[22] BOEN n°10, « Instruction générale sur l’instruction des élèves en matière d’environnement », 29 août 1977, p. 2507-2510. 

[23] Ibid., p. 2508.

[24] Ibid., p. 2510.

[25] AN 19850679/19, Livret « Connaissance et protection du cadre de vie – bilan d’un action pédagogique coordonnée », Avant-propos par Jean-Claude Maestre, Recteur de l’Académie de Poitiers, 1979, p. 2.

[26] AN 19850679/19, Livret « Connaissance et protection du cadre de vie – académie de Poitiers – 1978-79 – travaux réalisés par les établissements, p. 2.

[27] BOEN n°5, « Protocole d’accord du 15 février 1983 (Education nationale ; Environnement) », p. 629.

[28] AN 19970515/2, « Protocole entre le Ministère de l’Education nationale et de la Culture et le ministère de l’Environnement » ; Dossier « Les nouvelles mesures sur l’éducation à l’environnement », Direction de l’information et de la communication du ministère de l’Education nationale et de la Culture, 14 janvier 1993.

[29] AN 19970515/2, Lettre de François Bayrou, ministre de l’Education nationale aux recteurs et inspecteurs d’académie, 20 juillet 1993.

[30] « Instruction générale sur l’instruction des élèves en matière d’environnement », BOEN n°10, 29 août 1977, p. 2508 ; « L’étude de l’environnement doit imprégner l’enseignement », Le Monde, 24 octobre 1972.

[31] BOEN n° spécial 1, 5 mars 1981, Finalités et objectifs de l’enseignement de l’histoire, de la géographie et de l’instruction civique dans les lycées. Programmes de Seconde.

[32] Arrêté du 5 février 1987, BO spécial n°1, Programme de classe de Seconde.

[33] BOEN n° 37, Nouveaux programmes d’histoire, de géographie et d’instruction civique des classes du premier cycle du second degré, 10 septembre 1969, p. 3047.

[34] Programme d’histoire, géographie, économie, éducation civique des classes de quatrième et de troisième des collèges, Bulletin officiel de l’éducation nationale, n° spécial 1, 16 novembre 1978.

[35] Florian Charvolin, « 4. Mesures », L’invention de l’environnement en France. Chroniques anthropologiques d’une institutionnalisation, La Découverte, 2003, p. 65-83 : Dans son travail de généalogie institutionnelle de l’environnement, l’auteur fait le même constat : « L’environnement est cette totalité dont il importe de préciser la spécificité d’autant plus qu’elle paraît floue et fourre-tout. »

[36] 19770498/2, Annexe à la note « L’environnement et l’éducation nationale », R. Brassart, 28 septembre 1971.

[37] BOEN n°21, Circulaire n°72-204 du 16 mai 1972, p. 1447.

[38] Il est l’auteur d’un ouvrage récent sur ce sujet : Rémy Knafou, Réinventer le tourisme : Sauver nos vacances sans détruire le monde, Paris, Editions du Faubourg, 2021, 128 p.

[39] L’historien de l’éducation Alain Choppin formule bien cette thèse triviale : « le manuel est révélateur, parce qu’il dit autant que par ce qu’il tait, de l’état des connaissances d’une épique ainsi que des principaux aspects et stéréotypes d’une société » : Alain Choppin, Les Manuels scolaires : histoire et actualité, Paris, Hachette Éducation, 1992, p. 19.  

[40] Cette liste est la suivante : « environnement », « nature », « écologie », « pollution », « poubelle », « cadre de vie », « qualité de la vie », « sauvegarde » (ce syntagme et les suivants ne sont conservés que s’ils sont suivis par l’un des compléments du nom qui suit : « de l’environnement », « de la nature », « du milieu », « de l’espace », « de la planète », « des équilibres », « des ressources »), « protection », « préservation », « dégradation », « agression », « perturbation », « menace », « massacre ». Nous ajoutons les pluriels de ces noms, les verbes de la même racine et leurs formes adjectivales.

[41] Yves Lacoste et al., Géographie. Classe de troisième. La France, Paris, Nathan, coll. Lacoste-Ghirardi, 1973, p. 236-241. 

[42] Jacques Bethemont (dir.), Géographie Seconde, Paris, Bordas, coll. Jacques Bethemont, 1981, p. 258-259 ; Jacques Martin et Lucien Pernet(dir.), Géographie du temps présent, Paris, Hachette, 1981, p. 299 ; Bernard Bret et al., Géographie générale. 2e Paris, Nathan, coll. Lacoste-Ghirardi, p. 55.

[43] Jean-Pierre Allix et al., Images de la Terre et des Hommes. Géographie. Classe de Seconde, Paris, Belin, 1981, 271 p.

[44] Rémy Knafou (dir.), Géographie 2e . Espaces/milieux et sociétés, Paris, Belin, 1993, 207 p.

[45] Daniel Niclot, « Cent ans d’évolution des manuels de géographie pour la classe terminale en France : les profondes transformations du rapport aux savoirs scolaires en géographie. » Revue des sciences de l’éducation, volume 35, numéro 2, 2009, p. 129–153.

[46] Alain Legardez et Laurence Simmoneaux, L’école à l’épreuve de l’actualité : enseigner les questions vives, Issy-les-Moulineaux, E.S.F., 2006, 246 p.

[47] André Bras et Jean Brignon (dir.), Géographie. Classe de Seconde, Paris, Hatier, 1981, p. 250. 

[48] Rémy Knafou (dir.), Géographie 2e . Espaces/milieux et sociétés, Paris, Belin, 1993, p. 62-63. 

[49] Rémy Knafou (dir.), Géographie. Les Hommes et la Terre. 2e, Belin, 1996, p. 134-135. 

[50] Emmanuel-Paul Désiré, François Lebrun et Valéry Zanghellini (dir.), Espaces & civilisations 3e. Histoire Géographie Economie Education civique, 1980, Paris, Belin, p. 234 ; Jeannine Guigue (dir.), Histoire géographie 3e, Paris, Bordas, 1984, p. 36 ; Jean-Michel Lambin (dir.), Histoire/géographie 3e, Paris, Hachette, 1984, p. 208 ; Jean-Michel Lambin, Jacques Martin et Pierre Desplanques (dir.), Histoire/géographie 3e, Paris, Hachette, 1989, p. 144 ; Jean Brignon (dir.), Histoire géographie initiation économique 3e, Paris, Hatier, 1989, p. 162.

[51] Jean-Michel Lambin (dir.), Histoire/géographie 3eop. cit., p. 298. 

[52] Max Horkheimer et Theodor W. Adorno, trad. E. Kaufholz, « La production industrielle de biens culturels » in La Dialectique de la raison, Paris, Gallimard, 1974, p. 129-176.

[53] Pierre Samuel, Les Écologistes présentés par eux-mêmes, Verviers, Nouvelles éditions Marabout, 1977.

[54] Patrick Matagne, « Éducation à l’environnement, éducation au développement durable : la double rupture », Éducation et socialisation [En ligne], n°33, 2013.

[55] Rapport du Congrès international d’Aix-en-Provence, cité dans « Instruction générale sur l’instruction des élèves en matière d’environnement », BOEN n°10, 29 août 1977, p. 2507-2510.  

« Stella gialla » – L’antisémitisme fasciste dans les kiosques de Paris

Dans la Revue Alarmer, Corentin Santilli propose la synthèse de deux mémoires de recherche soutenus à l’École normale supérieure Paris-Saclay, sous la codirection de Marie-Anne Matard-Bonucci et Olivier Wieviorka, respectivement en juillet 2020 (« Le fascisme italien en France au prisme du fascisme dans la Péninsule : miroir fidèle ou miroir fêlé ? Le Faisceau de Paris (1922-1931) ») et 2021 (« Le Faisceau de Paris (1922-1944). Une « Petite Italie » fasciste en France ? »).

Le 2 juin 1942, le journal des Italiens de France, La Nuova Italia, fait paraître un article au vitriol dans son édition de Paris. Non signé, écrit en italien, celui-ci est intitulé « Stella gialla » (Étoile jaune), une étoile de David accompagnant au demeurant le texte…

Pour lire la suite : « Stella gialla » – L’antisémitisme fasciste dans les kiosques de Paris, RevueAlarmer, mis en ligne le 2 février 2022, https://revue.alarmer.org/lantisemitisme-fasciste-dans-les-kiosques-de-paris/

Sociologie du conflit

Sur Lectures, Esther Cariel, Paul Brument et Tristan Ingrao proposent le compte-rendu de Sociologie du conflit de Sylvaine Bulle et Federico Tarragoni :

Sylvaine Bulle et Federico Tarragoni proposent dans cet ouvrage une relecture des classiques de sciences sociales au prisme du conflit, entendu ici comme l’ensemble des dynamiques sociales de critique des rapports de domination, ainsi qu’une présentation des recherches récentes sur les nouvelles formes de conflictualité.  Ce manuel, une des premières synthèses sur le sujet en France, a pour objectif de saisir sociologiquement les conditions d’émergence du conflit, ainsi que les effets qu’il induit sur l’organisation sociale. Les auteurs remettent les conflictualités au cœur de l’analyse du changement social, ne la limitant pas à la seule efficacité de l’action collective. La posture du sociologue est également interrogée quant à la manière de concilier engagement et rigueur scientifique. Un des apports du livre réside dans cette réflexion sur la sociologie publique…

https://journals.openedition.org/lectures/54708

Le rallye carbone 2021 : quel impact pour les entreprises polluantes ?

Corentin Bru

INTRODUCTION

Alors que les engagements climatiques des Etats ont pris davantage d’ampleur à l’automne 2021 lors de la COP 26 à Glasgow, les industries les plus contributives au réchauffement climatique subissent des pressions croissantes de la part des différentes parties prenantes (législateurs, régulateurs, investisseurs, consommateurs, …). Cette pression, notamment réglementaire, se matérialise dans les outils économiques de politiques environnementales mobilisés par les décideurs publics. Concernant les émissions de gaz à effet de serre (GES), le principal instrument utilisé par les “planificateurs” est le système d’échange de droits à polluer. Ce resserrement de la contrainte réglementaire se traduit logiquement par une hausse du « coût de pollution » pour les émetteurs de GES, dans les faits on observe une forte hausse des prix des quotas d’émission de CO2 sur le marché européen. Cette situation inédite sur le marché carbone permet d’analyser l’impact boursier de l’évolution du “coût de pollution” pour les entreprises des secteurs fortement émissifs en CO2 et identifier quels secteurs et quelles entreprises apparaissent les plus à risque face une transition de l’économie vers un modèle bas-carbone.

FONCTIONNEMENT DU MARCHE ETS

Cet instrument est privilégié notamment par la Commission Européenne depuis 2005. La Commission, ayant pris des engagements forts de réduction des émissions de GES, a donc renforcé la contrainte sur le plafond d’émissions pour l’ensemble des installations couvertes par la directive 2003/87[1].

Figure 1 – Répartition sectorielle des émissions de GES de l’EU ETS (2016, MTE)

Le système d’échange de quotas d’émission de l’UE (SEQE-UE) ou EU Emission Trading Scheme (EU ETS) a pour objectif de limiter la quantité de gaz à effet de serre émise par les installations industrielles au sein de l’Union Européenne. La quantité de quotas d’émissions est déterminée en amont par la Commission Européenne, puis ces quotas sont alloués (gratuitement ou par enchères) aux entreprises opérant sur les installations couvertes par le système. Ensuite,durant la période de conformité les entreprises soumises à la directive doivent restituer la quantité de quotas correspondante à la quantité effective de gaz à effet de serre émise durant la période. Ce système d’échange est organisé en marché, permettant aux différents acteurs d’acheter ou vendre des quotas d’émissions en fonction de leurs besoins. Le recours à ce type d’outil est notamment plébiscité par la théorie économique (Coase, 1960) car la libre négociation entre les agents permet d’atteindre l’optimum économique[2]quelle que soit l’allocation initiale des droits de propriété. En effet l’instauration d’un marché de droits à polluer réduit in fine le coût total de dépollution : pour chaque transaction, un effort de réduction des émissions est transféré vers un pollueur dont le coût de dépollution est plus faible. De plus, l’autre avantage de cet instrument de politique publique est que son impact environnemental est certain[3]. Ainsi depuis, 2005 l’EU ETS s’applique à plus de 11000 installations fixes, de différents secteurs émissifs (production d’électricité, chaleur, acier, ciment, raffinage, verre, papier, …) et couvre environ 45% des émissions de GES de l’Union Européenne.

L’IMPACT DU COUT DE POLLUTION POUR LES ENTREPRISES EMETTRICES DE CO2

Dès lors qu’un marché existe et que l’on est en capacité de déterminer un prix du CO2, il est possible de le faire correspondre à un « coût unitaire de pollution » pour les entreprises émettrices de gaz à effet de serre. Une hausse de ce « coût de pollution » a une influence négative sur les bénéfices des entreprises. Cet impact sur les bénéfices et donc sur la « valeur » de l’entreprise[4] est généralement anticipé par les marchés financiers et se reflète dans le cours de bourse des entreprises[5]. Outre cette influence sur les bénéfices, avec un prix du carbone à ces niveaux là (supérieur à 60 EUR/tCO2), certains modèles d’affaires historiques apparaissent menacés, car des alternatives de produits ou de process décarbonées deviennent ,au moins, aussi compétitives. En effet les alternatives décarbonées sont historiquement plus coûteuses, mais cet arbitrage est modifié par le renchérissement de la solution carbonée via la hausse du coût de pollution[6]. Plus le niveau du prix du carbone augmente plus le risque pour les installations “conventionnelles” de ne plus être compétitive est important.

UNE VASTE LITTERATURE…

Une vaste littérature s’est, par le passé, intéressée à l’effet d’une variation du prix des quotas d’émissions sur la valeur de l’entreprise. 

Figure 2 – Littérature : prix du carbone et “marché actions”

Figure 3 – Evolution du système ETS (Source : MTE)

Au vu de cette littérature (voir Figure 2) le prix du carbone sur le marché ETS semble avoir un impact significatif sur la performance boursière des firmes soumises à ce marché, notamment pour les producteurs d’électricité européens qui, de manière assez contre-intuitive, voient leur cours de bourse augmenter à la suite d’une hausse du prix du CO2. Les différents auteurs justifient cette particularité par :

  • L’allocation historique, relativement généreuse, des quotas en fonction des émissions passées, en particulier lors de la phase I : la plupart des producteurs d’électricité étaient donc « long » en terme de quotas, ainsi une hausse du prix du carbone signifiait une hausse potentielle des gains à la vente de leurs quotas excédentaires ; 
  • La possibilité pour les producteurs d’électricité de répercuter l’éventuelle hausse des coûts d’achat de quotas directement à leurs clients. 

…DEPASSEE PAR L’EVOLUTION RECENTE DU PRIX DU CARBONE


Cependant cette littérature s’est principalement penchée sur les phases I et II du système d’échange de quotas européens, et partiellement sur la phase III alors que le « coût de pollution » pour les entreprises soumises à l’EU ETS apparaissait insignifiant. Le passage de la phase III à la phase IV a été particulièrement marqué par une hausse rapide du prix du carbone (Voir Figure 3). En effet le seuil des 30 EUR/tCO2 n’a été franchi pour la première fois qu’à l’été 2020, malgré l’existence du marché depuis 2005, ce premier pic avait été atteint après l’annonce du plan de relance post COVID-19. Quelques mois plus tard, début mai 2021, la vente d’un contrat à terme EUA (pour décembre 2021) a dépassé les 50EUR/tCO2, marquant une hausse des prix de +50% par rapport au début de l’année 2021. Or c’est lors de ce premier semestre 2021 que le Trilogue européen a conclu un accord provisoire sur la loi sur le climat. Celui-ci a consacré les objectifs pour i) la neutralité climatique de l’UE d’ici 2050 et ii) la réduction des émissions de gaz à effet de serre en Europe « d’au moins 55% » d’ici à 2030 par rapport aux niveaux de 1990. Le prix étant un vecteur d’information, celui du carbone (EUA price) reflète l’anticipation par les marchés d’un resserrement de la contrainte réglementaire sur les émissions de gaz à effet de serre dans l’UE. En effet, le resserrement de la contrainte réglementaire devrait réduire l’offre de pollution (i.e. l’offre de droits à polluer) et à moyen terme la demande restant relativement stable, cela a pour conséquence une pression à la hausse sur le prix de ces droits à polluer. Ainsi le marché ETS a commencé à internaliser le caractère ambitieux de ces objectifs. Pour situer le contexte, le nouvel “objectif 2030” signifie que les réductions d’émissions au cours des neuf prochaines années devront être 2,5 fois supérieures à celles réalisées au cours des dix dernières années en Europe. Cette internalisation des objectifs européens de décarbonation dans la durée peut avoir un impact financier matériel sur les entreprises soumises au système d’échange de quotas, le coût pour émettre une tonne de CO2 n’ayant jamais était aussi élevé. 

Figure 4 – Evolution du prix des quotas européens d’émissions de CO2 (en EUR/tCO2e). Source : Factset.

Cette situation inédite de Carbon Rally[7] permet d’observer l’impact que peut avoir la hausse du prix du carbone (désormais matériel pour les entreprises) sur les performances boursières des firmes les plus polluantes et de compléter la littérature existante sur le sujet, cette dernière n’ayant pas encore couvert, entre autres, la fin de de la 3ème phase de l’EU ETS pour l’ensemble des secteurs concernés par le système européen. Cet exercice est d’autant plus pertinent que le prix du carbone est encore amené à augmenter dans les années à venir – les analystes de Kepler Cheuvreux estiment que le prix du carbone devra passer à environ 130 EUR/tCO2 d’ici 2030 pour être aligné sur les ambitions du Green Deal (Pacte vert pour l’Europe).

Dans un second temps, il apparait opportun de mesurer l’impact que peut avoir une variation du prix du carbone sur le marché ETS directement sur le prix de l’action de chaque entreprise potentiellement impactée par une accélération de la transition bas-carbone. Cet objectif faisant notamment écho aux nouvelles exigences réglementaires (Article 173 de la LTECV et Article 29 de la LEC) pour les investisseurs de mesurer les différents risques climatiques – ici celui de transition – portant sur leurs portefeuilles d’actifs. Le risque de transition[8] correspond aux impacts financiers incertains qui résultent des effets de la mise en place d’un modèle économique bas-carbone (via un changement de réglementation) sur les acteurs économiques. C’est effectivement ce qu’il s’est passé au cours du premier semestre 2021 où la hausse du prix du carbone sur le marché ETS est concomitante aux annonces de la Commission Européenne sur les futures modalités du marché carbone européen.  Ce changement de paradigme réglementaire a un objectif clairement défini, celui de décarboner l’économie européenne, pour atteindre les objectifs climatiques que la Commission s’est fixée.

RESULTATS

J’utilise différents modèles de régression linéaire multiple pour mesurer l’impact de la variation du rendement du carbone sur les rendements boursiers des entreprises émettrices de gaz à effet de serre. Au global, il apparaît que l’impact soit négatif et significatif pour les entreprises couvertes par la directive 2003/87 i.e. toutes choses égales par ailleurs une hausse du prix du carbone entraîne une baisse du rendement boursier des entreprises. Dans une analyse secteur par secteur, les résultats montrent un impact négatif et significatif pour les entreprises pétrolières et cimentières. Alors que pour les entreprises génératrices d’électricité le coefficient de la variable d’intérêt (rendement du marché carbone), est conformément à la littérature existante, positif et significatif, laissant entendre que les producteurs d’électricité sont en capacité de répercuter – plus que proportionnellement – la hausse des coûts de conformité aux clients finaux. Cependant, en rajoutant au modèle de base une variable d’interaction pour contrôler de l’effet du mix énergétique des différentes entreprises, je constate que l’effet d’une hausse du prix du carbone sur le rendement boursier est en réalité positif seulement pour les producteurs d’électricité ayant recours à des énergies primaires décarbonnées. Et inversement plus le mix énergétique est dépendant de ressources fossiles plus l’impact est négatif. Ces résultats témoignent du fait que les investisseurs intègrent les informations signalées par le marché carbone dans leurs arbitrages sur les marchés actions. Par conséquent, pour un gérant de portefeuille une hausse du prix du carbone l’expose à un risque de transition accru.

CONCLUSION

En conclusion, ces résultats impliquent que les gérants de fonds désireux de réduire le risque de leurs portefeuilles devraient désinvestir progressivement leurs actifs des secteurs du pétrole, du ciment et des entreprises productrices d’électricité utilisant majoritairement des combustibles fossiles afin de réduire le risque (climatique de transition) à long terme de leurs portefeuilles. Néanmoins les modèles utilisés nécessiteraient un approfondissement afin de mieux prendre en compte la stratégie de couverture idiosyncratique des différentes entreprises concernées et de contrôler l’effet sur le cours boursiers d’autres événements financiers ou économiques. Enfin, il pourrait être intéressant d’étendre l’analyse aux opportunités de transition i.e. des entreprises proposant des alternatives décarbonées aux industries exposées au risque de transition précédemment cité, afin d’identifier les secteurs et entreprises bénéficiaires d’une hausse du prix des certificats de CO2 : je note, entre autres, le cas d’Aker Carbon Capture ASA, entreprise norvégienne de capture du CO2, qui a un modèle d’affaire fortement dépendant du prix du carbone, car elle permet aux industries les plus émissives de décarboner leurs activités.

Corentin Bru est normalien élève au Département d’enseignement et de recherches SHS, en cours de diplomation. Il a réalisé sa 4ème année en double diplôme avec l’ENS au sein du Master EEET (Economie de l’environnement) à AgroParisTech. Il a effectué ce mémoire de recherche au cours de cette dernière année d’étude. Depuis septembre 2021, il est analyste Investissement Responsable chez BDF Gestion (filiale de la Banque de France en charge de l’investissement des fonds propres et de la caisse de retraite de la Banque de France).

Bibliographie

Boutaba, M. A. (2009, Jun). Does Carbon Affect European Oil Companies’ Equity Values?. In NCCR Conference on the International Dimensions of Climate Policies. 

Coase, R. H. (1960). The problem of social cost. In Classic papers in natural resource economics (pp. 87-137). Palgrave Macmillan, London.

Harasheh, M., & Amaduzzi, A. (2019). European emission allowance and equity markets: evidence from further trading phases. Studies in Economics and Finance.

Mo, J. L., Zhu, L., & Fan, Y. (2012). The impact of the EU ETS on the corporate value of European electricity corporations. Energy, 45(1), 3-11.

Moreno, B., & da Silva, P. P. (2016). How do Spanish polluting sectors’ stock market returns react to European Union allowances prices? A panel data approach. Energy, 103, 240-250.

Oberndorfer, U. (2009). EU emission allowances and the stock market: evidence from the electricity industry. Ecological Economics, 68(4), 1116-1126.

Oestreich, A. M., & Tsiakas, I. (2015). Carbon emissions and stock returns: Evidence from the EU Emissions Trading Scheme. Journal of Banking & Finance, 58, 294-308.

Scholtens, B., & van der Goot, F. (2014). Carbon prices and firms’ financial performance: an industry perspective. Carbon Management, 5(5-6), 491-505.

Tian, Y., Akimov, A., Roca, E., & Wong, V. (2016). Does the carbon market help or hurt the stock price of electricity companies? Further evidence from the European context. Journal of Cleaner Production, 112, 1619-1626.

Veith, S., Werner, J. R., & Zimmermann, J. (2009). Capital market response to emission rights returns: Evidence from the European power sector. Energy economics, 31(4), 605-613.


[1] Directive 2003/87/CE du Parlement européen et du Conseil du 13 octobre 2003 établissant un système d’échange de quotas d’émission de gaz à effet de serre dans la Communauté.

[2] Ici, l’optimum économique est entendu comme la minimisation du coût total de dépollution.

[3] Relativement à un outil comme la taxe, car le système de quotas permet à l’autorité qui le met en place de définir la quantité de pollution (ici de C02) maximale qui peut être émise (Si la CE alloue X tCO2 de quotas, il n’y aura pas plus de X tonnes de quotas émises). La variable d’ajustement est le prix non pas la quantité.

[4] Plus précisément je fais référence à la valeur actionnariale, cette valeur correspond à la somme actualisée des bénéfices perpétuels.

[5] Le cours de bourse jouant en quelque sorte le rôle de proxy de la valeur de l’entreprise à un instant t. En effet selon la théorie de l’efficience des marchés, le cours de l’action est censé s’approcher de la « valeur fondamentale »

[6] Par exemple : électricité à base de charbon ou à base de renouvelables ; ciment avec ou sans clinker ; …

[7] En finance, un rallye est une période de hausses soutenues des cours d’un instrument financier.

[8] Définition de I4CE.

L’autonomie universitaire en question. Un cheval de Troie du néolibéralisme

Par Alice Leleu

Au cours de l’automne 2020, une nouvelle loi visant à réformer le système de recherche et d’enseignement supérieur – la Loi de Programmation de la Recherche (LPR) adoptée le 24 décembre 2020 – suscite de vives protestations de la part des employé.es du milieu universitaire, à la fois des chercheur.ses, des professeur.es et du personnel administratif et technique (BIATSS). Les raisons de cette opposition tiennent à l’intensification de la concurrence et à l’accroissement de la précarité pour les employé.es des universités impliquées par cette réforme, ainsi qu’à l’absence d’amélioration dans le financement de la recherche et de l’enseignement supérieur – et ce malgré les promesses gouvernementales.

Si les résistances ne permettent pas le retrait de la loi, cela peut en partie s’expliquer par le faible écho qu’elles ont dans l’espace public, cette réforme ne faisant pas rupture mais s’inscrivant à l’inverse dans la lignée des politiques menées depuis 2007.  La Loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU) adoptée cette année-là a pu en effet être considérée[1] comme un tournant dans les politiques universitaires et comme le point d’accélération dans la diffusion dans tendances néolibérales au sein de l’université française. Cette accélération passa par une autonomisation brutale des universités – le concept d’autonomie, régulièrement mis à l’agenda des politiques depuis 1968 sans jamais faire l’objet d’une définition rigoureuse, se voyant alors attribué un sens bien spécifique.

Dès lors, quelle généalogie du concept d’autonomie peut être faite dans le cadre du système universitaire français et comment s’articule-t-il à la montée en puissance du néolibéralisme en France ? Plus précisément, comment comprendre que ce soit l’acception néolibérale de cette notion qui l’ait emporté : cette évolution était-elle inscrite au sein même du projet d’autonomie universitaire ou doit-elle être lue à la lumière d’une récupération idéologique d’un concept équivoque ?

Pour tenter de répondre à ces questions, il s’agit d’abord de retracer l’histoire politique de l’université contemporaine en France, et d’analyser les différents usages, parfois contradictoires, dont a pu faire l’objet la notion d’autonomie, ainsi que les influences intérieures et extérieures qui ont pesé sur le destin de l’université française. Il sera alors possible de mieux comprendre l’état actuel de cette institution et les enjeux qui lui sont associés.

La construction de l’université française contemporaine (1968-1980)

Reconstruit en 1808 par l’empereur Napoléon 1er, le système d’enseignement supérieur français est à l’époque centralisé, hiérarchisé, structuré autour de facultés spécialisées et indépendantes les unes des autres et destiné à la formation professionnelle de l’élite nationale. Il perdure sous cette forme jusqu’au début de la seconde moitié du XXème, où les évolutions socio-démographiques, et en particulier l’augmentation du nombre d’étudiants et l’aspiration générale à plus de mobilité sociale, conduisent à sa remise en cause généralisée. 

Celle-ci débouche en 1968 sur les manifestations étudiantes durant lesquelles sont revendiqués un accroissement de l’autonomie et de la démocratie au sein des universités. La définition de l’autonomie donnée par les étudiant.es est alors essentiellement négative : il s’agit de libérer les universités de la tutelle de l’Etat.  

En réponse à ces revendications, le gouvernement promulgue la loi Faure qui marque la naissance de l’université contemporaine avec son triptyque « multidisciplinarité, participation et autonomie ». Cette loi modifie le mode de nomination des conseils d’administration des universités en mettant en place des élection générales dans chaque université, et elle fournit aux établissements une certaine autonomie budgétaire afin qu’ils puissent élaborer des projets d’éducation spécifique. Cependant, les établissements ne contrôlent ni les salaires de leurs employé.es, ni la structure des diplômes et dépendent encore du ministère pour l’allocation des postes de professeur.es, des crédits de recherches et des fonds pour l’enseignement et la maintenance des bâtiments. De plus, les universités ne sont pas autorisées ni à sélectionner les étudiant.es – que ce soit sur un critère de compétence ou par des frais d’inscription – puisque la loi prévoit une admission automatique en licence pour tous les lycéen.nes ayant obtenu le baccalauréat.

L’idéal démocratique sous-tendant la réforme est toutefois rendu inaccessible par la nature duale du système d’enseignement supérieur français où les universités font face aux Grandes Ecoles – un ensemble d’institutions parfois gratuites mais toujours sélectives. Cette spécificité du modèle français renforce les dynamiques de reproduction sociale puisque seul.es les étudiant.es les plus privilégié.es accèdent à ces établissements élitistes. L’iniquité du système est notable au niveau des dépenses publiques par étudiant qui passent de 15 760€ pour un étudiant en classes préparatoires à en moyenne 10 330€ pour un élève en licence à l’université.

la lente pénétration du néolibéralisme dans l’enseignement supérieur français : évaluation, massification et Union Européenne (1980-2007)

Quinze ans après la refonte du système, une nouvelle loi est adoptée, marquant le premier tournant vers un paradigme néolibéral. La réforme de 1984 a en effet pour ambition d’accentuer la concurrence entre les universités et d’évaluer la ‘qualité’ de l’enseignement supérieur en termes économiques. Ceci est rendu possible par la mise en place d’une politique contractuelle pour la recherche et par la création d’un Comité National d’Evaluation chargé de ‘mesurer la performance’ de système d’enseignement supérieur.

En parallèle, un statut spécial est établi pour les enseignant.es-chercheur.ses qui leur garantit une autonomie relative en les mettant à l’abri des fluctuations du marché du travail. Leurs salaires, licenciements, recrutements et promotions sont en effet strictement régulé.es au niveau national de sorte qu’iels peuvent refuser les tâches non spécifiées dans leurs obligations statutaires.

Si ce statut peut être considéré comme un progrès social, la réduction du nombre de fonctionnaires[2] à l’université à partir des années 1980 la montée en puissance du néolibéralisme à l’échelle mondiale, amoindrit sa portée, et ce alors même qu’on assiste au même moment à une explosion du nombre d’étudiant.es[3]. Cette diminution reflète l’inquiétude grandissante des pouvoirs publics au sujet de l’équilibre budgétaire. La conjonction de la baisse du budget alloué aux universités et de la hausse du nombre d’étudiant.es débouche sur une diminution importante du financement par étudiant et une détérioration des conditions de travail des universitaires. 

Toutefois, cette dégradation de l’état des universités est remise en cause sous la pression de l’Union Européenne qui développe au cours des années 1990 un nouveau paradigme de développement économique centré autour du concept de société de la connaissance, définie par la Commission Européenne comme « société dont les processus et les pratiques sont fondés sur la production, la diffusion et l’utilisation des connaissances ». Les universités tiennent une place centrale dans ce modèle puisque ce sont elles qui forment la main d’œuvre qualifiée et qui produisent la recherche appliquée utilisable par l’industrie. L’Union européenne enjoint donc les pays européens à réformer leurs systèmes universitaires et à augmenter les moyens alloués à la recherche et à l’enseignement supérieur.

Au niveau européen, la première étape de la refonte consiste dans la mise en place du processus de Bologne en 1999 qui uniformise les curriculums et diplômes par l’institution d’un schéma de formation unique, le fameux licence-master-doctorat. Au-delà de l’idée louable de promouvoir la mobilité estudiantine, l’institution des crédits ECTS produit de facto un marché européen de l’enseignement supérieur puisqu’il transforme le savoir en une marchandise substituable et échangeable[4]. La stratégie de Lisbonne poursuit la mise au pas du système universitaire en affirmant la nécessité de l’adaptation des établissements aux enjeux de compétitivité et d’emploi, et le renforcement des liens entre les universités et le monde du travail.

En France, cela aboutit notamment à flouter les frontières entre institutions de recherche publique et entreprises privées puisque les chercheur.ses se voient autorisé.es à passer d’un secteur à l’autre et que des modes d’évaluation managériale sont mis en place dans les universités. Toutefois, le virage de l’économie de la connaissance reste en grande partie un vœu pieu puisque la situation financière des universités françaises demeure précaire.

De la LRU à la LPR : une accélération des réformes néolibérales (2007-2020)

Depuis 2007 et la LRU, le concept d’autonomie est à nouveau au cœur des politiques universitaires, accompagné cette fois-ci de son corollaire qu’est la notion de responsabilité. Il est utilisé par les gouvernements comme justification à des politiques visant à rendre les universités pleinement responsables de leurs situations, la responsabilité individuelle étant par ailleurs un des maître mot de la rhétorique néolibérale. L’autonomie serait alors le moyen d’améliorer la qualité des universités françaises en l’absence de financements supplémentaires.

Pour accroître cette indépendance, les universités sont par exemple encouragées par la LRU à créer des fondations financièrement autonomes[5] dans lesquelles peuvent siéger des entreprises à but lucratif. Elles sont par ailleurs poussées, dans le cadre du Plan Campus qui accompagne la loi,  à établir des partenariats public-privé pour la conception des nouveaux campus – l’alliance du privé et du public devant permettre des gains d’efficacité grâce à la complémentarité des deux secteurs[6].

La tendance à la privatisation de l’université passe aussi par le progressif développement de frais d’inscription. Ainsi en 2013, sous un gouvernement cette fois-ci affilié à gauche, une nouvelle loi autorise les universités à proposer des diplômes universitaires (DU) en plus des diplômes réglementés au niveau national – formations pour lesquelles des frais de scolarités peuvent être appliqués. Une nouvelle étape du développement est franchie avec la réforme « Bienvenue en France » de 2019 qui autorise les établissement à facturer aux étudiant.es non-européen.nes des frais près de 20 fois supérieurs à ceux exigés des étudiant.es français.es.

Un autre axe de la transformation de l’université[7] vers un modèle entrepreneurial passe par la modification des relations entre l’Etat et les universités. Ainsi, la loi de 2013 introduit des accords pluriannuels entre les acteurs sociaux, dans lesquels sont établis des « projets de performance » pour les universités et qui servent de base pour décider des financements alloués par l’Etat[8]. Ce type d’accord est calqué sur le modèle des contrats commerciaux, avec un engagement des deux parties, mais aussi des plans de sauvetage et des mécanismes incitatifs. 

En parallèle, l’Etat développe l’utilisation des appels projets pour financer la recherche. L’allocation des financement publics par ces canaux extra-budgétaires est une manière pour les universités les plus privilégiées d’obtenir plus de moyens que leurs ‘concurrentes’.

Toutes ces réformes sont soutenues par une certaine idée de l’excellence, de plus en plus évaluée à l’aune des classements internationaux des universités, à une époque où le marché de l’enseignement supérieur s’est libéralisé au niveau international. En conséquent, les critères sur lesquels ces classements s’appuient – notamment le nombre de publications ou de chercheur.ses reconnu.es dans les universités – remplacent les critères traditionnels. 

Or, cette focalisation sur une évaluation quantitative de la qualité de la recherche et de l’enseignement et sur l’attractivité du système universitaire français à l’international, passe à côté de l’incapacité des indicateurs numériques d’exprimer une réalité aussi complexe que la qualité de l’éducation ; la compétitivité pouvant s’accroître au détriment de la situation des étudiant.es et des universitaires déjà présent.es sur le sol national. 

L’heure du bilan des politiques universitaires : vers une autonomie de la pénurie ?

En réalité, à l’inverse des ambitions affichées, la plupart des réformes passées sous un régime d’austérité budgétaire affaiblissent les universités bien plus qu’elles ne les renforcent. L’étendard de l’autonomie sert alors surtout à ce que le manque de ressources expérimenté par les établissements soit attribué à la mauvaise gestion des institutions et non plus à la baisse des financements publics. 

Pourtant, il est évident que l’appauvrissement est un obstacle majeur à toute réelle autonomie. Par exemple, concernant le transfert de propriété des biens immobiliers aux universités depuis 2007, dans la mesure où le gouvernement l’instaure sans allouer en parallèle suffisamment de moyens pour l’entretien des bâtiments, nombre d’universités aujourd’hui propriétaires de leurs locaux ne sont pas en mesure de subvenir aux frais de maintenance. 

Plus surprenant peut-être, les mécanismes de responsabilisation impactent aussi la qualité de l’enseignement dispensé. Générant de nouvelles tâches et dépenses administratives – dépenses de communication pour attirer les étudiant.es ou de management pour se conformer aux objectifs de performance – ces évolutions obligent de nombreuses universités à réduire leurs dépenses de fonctionnement. 

Source : https://www.lemonde.fr/blog/piketty/2017/10/12/budget-2018-la-jeunesse-sacrifiee/

Cela entraîne une dégradation des conditions d’enseignement et un rétrécissement de l’offre de formation pour les départements considérés comme moins attractifs et une réduction du nombre de travaux dirigés, au ratio professeur-étudiant.es considéré comme trop élevé. La segmentation du corps enseignant en sort aussi renforcée : les universitaires les mieux installé.es peuvent se dédier à la recherche – plus valorisée au niveau institutionnel – tandis que la majorité des vacataires se voit attribuer la plus grosse part de la charge d’enseignement.

Une telle évolution n’est pas sans rappeler la libéralisation de l’enseignement supérieur en Grande Bretagne sous Margaret Thatcher. Comme leurs homologues britanniques, les universités françaises voient la dépense moyenne par étudiant.e diminuer, ce qui mène inéluctablement à une augmentation du nombre d’élèves par classe et une baisse de l’argent alloué à l’entretien des bâtiments dont l’état se détériore progressivement[9]. Face à une telle situation, l’introduction de la sélection à l’entrée en licence décidée en 2019 dans le cadre de la loi relative à l’orientation et à la réussite des étudiants (ORE) ne saurait être une solution pour améliorer l’attractivité des universités française vis-à-vis des étudiant.es qu’iels soient français ou étrangers.

De même, le recours massif aux appels à projets peut être considéré comme un autre obstacle à l’instauration d’une véritable autonomie des universités. En effet, ce mode d’allocation de fonds mène à un gaspillage important de temps et à un sous-financement de la recherche[10] puisque les chercheur.ses, surtout lorsqu’iels sont issu.es d’universités de taille moyenne, passent de plus en plus de temps et d’énergie à monter des dossiers de projets qu’iels ne pourront souvent même pas mener à termes car n’étant pas retenus par l’organisme financeur[11]. En conséquence, avec un budget national prédéfini et stable, la meilleure performance de certains établissements entraîne mécaniquement une réduction du budget du reste du système.

Concernant l’utilisation de grilles d’évaluation quantitative, elle conduit Arnaud Mercier à qualifier le concept d’autonomie promu depuis 2007 de « hold-up sémantique » puisque les universités n’ont jamais été autant sujettes à l’évaluation que depuis lors[12]. Si l’idée d’évaluation n’est pas un problème en soi, le fait que les critères sur lesquels les universités sont actuellement jugées soient quasi-exclusivement des taux chiffrés de diplomation, de débouchés, d’emploi et de publications, est plus questionnable. En effet, cela conduit à une centralisation du pouvoir dans les mains des présidents d’université qui deviennent les nouveaux gestionnaires de l’allocation efficace des moyens, au détriment des capacités d’initiative des départements et des universitaires.

Finalement, il est difficile d’imaginer que la précarisation des chercheur.es et des enseignant.es débouchera sur une plus grande liberté de la recherche. Or, malgré la bonne situation financière de certaines universités, la tendance est à une précarisation généralisée de leurs employé.es depuis 2007. Les dernières réformes ébranlent encore un peu plus la sécurité de l’emploi en laissant les universités maîtresses de leurs salarié.es sans leur fournir les fonds adéquats pour créer des postes permanents[13]

En conséquence, de nombreuses universités en difficultés budgétaires gèlent les postes vacants et les promotions, et augmentent le nombre de postes CDD et de vacataires – la plupart étant occupés par des étudiant.es. En 2013, seul un tiers des professeurs sont des enseignant.es-chercheur.es et de nombreuses heures supplémentaires sont accomplies par des jeunes chercheurs, les doctorants représentant 35,7% des chargés de cours.

Sauver l’idée d’autonomie, une alternative pour l’enseignement supérieur

Si le tableau dressé peut sembler pessimiste, cela ne signifie pas que rien n’est possible ni qu’il faille renoncer à l’idée d’autonomie universitaire. A l’inverse, on pourrait tenter de redynamiser le débat autour de ce concept clé mais problématique. C’est d’ailleurs ce à quoi invite Thomas Piketty lorsqu’il cherche à relégitimer les notions de décentralisation et d’indépendance des universités, en promouvant une politique d’autonomie qui inclurait des moyens financiers adéquats et une stabilité à long-terme des financements pour la recherche[14].

Sans revenir naïvement à l’idéal humboldtien de l’université comme lieu où la société se reflète et discute de ses valeurs, il semble essentiel de remettre au cœur du débat la question des finalités et objectifs de l’université, aujourd’hui posé.es en termes d’adéquation au marché du travail et de rentabilité. 

Pour cela, il serait judicieux de se souvenir que les étudiant.es de mai 68 ne revendiquaient pas l’autonomie seule, mais couplée avec la démocratie, et c’est peut-être cette dernière dimension qui a manqué aux dernières réformes et évolutions de l’université française. Une solution serait alors de repenser la construction de l’université comme espace démocratique, afin de pouvoir décider en commun de la définition à donner au concept – si malléable – d’autonomie.

Alice Leleu est étudiante en 4e année à l’ENS Paris-Saclay et suit cette année un master 1 « Psychanalyse, Philosophie et Economie Politique » à l’Université Toulouse Jean-Jaurès dans le cadre d’un parcours interface. Elle est tout particulièrement intéressée par les questions touchant au développement et aux effets du néolibéralisme sur la société et les individus. Dans cet article, elle synthétise son mémoire de Master 2 réalisé pour le Master d’économie internationale EPOG et qui avait pour titre « l’autonomie universitaire en France : un cheval de Troie du néolibéralisme ? Une analyse de 12 années de politiques universitaires ». Ce travail de recherche a été effectué par le biais d’une analyse de contenu d’un corpus de textes législatifs et de rapports publics produits depuis 2007, appuyé sur une revue de littérature puisant autant dans le champ historiographique pour ce qui concerne l’histoire de l’université en France que dans le champ économique pour les questions ayant trait aux caractéristiques du néolibéralisme contemporain.

Bibliographie

Albouy, Valérie, and Thomas Wanecq. 2003. ‘Les Inégalités Sociales d’accès Aux Grandes Écoles’. Insee.

Ardoino, Jacques, and Michel Debeauvais. 1987. ‘Les Forteresses Vides de l’enseignement Supérieur’. Le Monde Diplomatique, 1 January 1987.

Blanchet, Philippe. 2020. ‘Le Projet de Loi de Programmation Pour La Recherche Poursuit Les Attaques Contre Le Statut Particulier Des Universitaires Pour s’ Emparer de l’Université’. Langage et Societe, no. 1: III–VII.

Charle, Christophe, and Jacques Verger. 2012. Histoire Des Universités: XIIe-XXIe Siècle. PUF.

Condette, Jean-François. 2019. ‘« Mai 1968 En Perspective » Ruptures et Continuités, Accélérations et Résistances à La Réforme Dans Le Champ Éducatif (1968-1975)’. Histoire@ Politique, no. 37.

Fridenson, Patrick. 2010. ‘La politique universitaire depuis 1968’. Le Mouvement Social 233 (4): 47–67. https://doi.org/10.3917/lms.233.0047.

Garcia, Sandrine. 2009. ‘Réformes de Bologne et économicisation de l’enseignement supérieur’. Revue du MAUSS 33 (1): 154–72. https://doi.org/10.3917/rdm.033.0154.

Jalley, Émile. 2002. ‘Loi Faure ( 1968) et décret Savary ( 1984) : histoire d’un naufrage institutionnel’. Connexions 78 (2): 47–75. https://doi.org/10.3917/cnx.078.0047.

Laval, Christian, and Louis Weber. 2002. Le Nouvel Ordre Éducatif Mondial. Nouveaux regards ParisSyllepse.

Mercier, Arnaud. 2012. ‘Dérives des universités, périls des universitaires’. Questions de communication, no. 22 (December): 197–234. https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.6903.

Mérindol, Jean-Yves. 2010. ‘Les universitaires et leurs statuts depuis 1968’. Le Mouvement Social 233 (4): 69. https://doi.org/10.3917/lms.233.0069.

Prost, Antoine, and Jean-Richard Cytermann. 2010. ‘Une histoire en chiffres de l’enseignement supérieur en France’. Le Mouvement Social 233 (4): 31. https://doi.org/10.3917/lms.233.0031.

Vatin, François. 2012. ‘Expansion et crise de l’Université française: Essai d’interprétation historique et statistique’. Commentaire Numéro 139 (3): 823. https://doi.org/10.3917/comm.139.0823.


[1] Sur ce point, on peut consulter les travaux de Vinokur, notamment l’article « La loi relative aux libertés et responsabilités des universités: essai de mise en perspective » parue en 2007 dans La revue de la régulation.

[2] Beaucoup se souviennent de l’expression de Claude Allègre, ministre de l’Education Nationale, qui affirma en 1997 la nécessité de « dégraisser le mammouth ».

[3] Le nombre d’étudiant.es augmenta de 213 000 en 1960 à 2 201 000 en 2006.

[4] Voir à ce sujet Le nouvel ordre éducatif mondial de Laval et Weber et les travaux de Garcia comme ‘Réformes de Bologne et économicisation de l’enseignement supérieur’ (2009).

[5] L’Etat octroie des exemptions d’impôts aux sociétés faisant des dons aux universités et à ces fondations, cet argent étant par ailleurs comptabilisé dans le budget alloué à la Recherche.

[6] Voir à ce sujet l’étude sur les modes internationaux de financements de l’enseignement supérieur de Johnstone, « Financing higher education worldwide: Who pays? Who should pay? ».

[7] A ce sujet, le livre d’Hugo Harari Kermadec intitulé Le classement de Shanghai – L’université marchandisée est particulièrement éclairant.

[8] Pour s’assurer que les universités agissent conformément aux critères de performance, des agences indépendantes sont mandatées par le gouvernement pour les évaluer.

[9] Selon un rapport de la Cour des comptes de 2015, 56% du parc universitaire français était considéré en ruine en 2014.

[10] Voir le rapport parlementaire de Montchalin, Hérin, and Hetzel ‘Rapport d’information en conclusion des travaux de la Mission d’évaluation et de contrôle (MEC) sur l’évaluation du financement public de la recherche dans les universités’ (2018).

[11] 54% des financements de l’ANR sont dirigés vers 12 universités sur les 67 existantes.

[12] Arnaud Mercier, « Dérives des universités, périls des universitaires », Questions de communication, 1 décembre 2012, no 22, p. 197‑234.

[13] La LPR de 2020 poursuit cette logique de précarisation en ajoutant une « tenure track » ou pré-titularisation de 5 ou 6 ans pour les universitaires avant l’obtention d’un poste permanent. 

[14] Thomas Piketty, « Autonomie des universités : l’imposture », Revue du MAUSS, 2009, vol. 33, no 1, p. 283.

Le musée des instruments du conservatoire national de Paris dans l’institutionnalisation des sciences de la musique (1864-1997)

Louis Petitjean

Introduction

Aujourd’hui situé au cœur de l’Établissement Public à Caractère Industriel et Commercial (EPIC) « Cité de la Musique – Philharmonie de Paris » et dénommé musée de la musique (MdM), le Musée des instruments du conservatoire national de Paris (MI) est une institution très ancienne qui voit le jour en 1864, bien que le projet naisse au cours de la Première République (Gétreau, 1989). C’est au cours de cette période que l’on constate le commencement d’un processus de« patrimonialisation musicale », entendu comme le mouvement historique « de constitution de la musique comme patrimoine, à savoir, étymologiquement, à la fois un héritage du passé, volontiers monumental, et une possession dont on jouit » (Maisonneuve, 2014). Cette appropriation par l’État du patrimoine artistique de la noblesse va de pair avec sa diffusion auprès de tou·te·s – le Louvre ouvre ses portes en 1793 – et donc avec la construction du sentiment d’appartenance à une identité commune, la « nation ». 

Le MI ouvre ses portes en 1864, à la suite de l’acquisition par l’État en 1861 de la collection d’instruments réunie par Louis Clapisson. Il est rattaché directement au Conservatoire national de musique de Paris (CNSMP) puisqu’il est logé dans ses murs, d’abord dans l’ancienne école royale de chant et de déclamation, puis rue de Madrid à partir de 1911. Mais c’est seulement à compter des années 1960 que le musée se développe véritablement, sous l’impulsion de Geneviève Thibaut de Chambure (1902-1975), aristocrate de Neuilly-sur-Seine qui développe une politique active d’élargissement des collections et de rapprochement avec les institutions scientifiques. Lorsque la Comtesse prend sa retraite, le flambeau est donné à Josiane Bran-Ricci puis à Florence Gétreau1. Sous l’impulsion de la vision scientifique du musée défendue parGeorges Henri Rivière (1897-1985), la Comtesse de Chambure s’attache à instituer des rapports organiques entre le Musée et le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS). Ce lien organique est constitutif d’un rapport nouveau aux collections patrimoniales : les musées doivent être des laboratoires des sciences humaines, et non plus des simples greniers où sont s’empoussièrent les objets témoins de la culture matérielle de l’humanité. C’est dans cette perspective que nous discuterons l’idée que le musée a été un des lieux de l’institutionnalisation de nouvelles disciplines des sciences musicales, la conservation et la restauration d’une part, l’organologie et l’iconographie musicale de l’autre. 

Nous inscrivons ce travail dans une histoire des « sciences musicales » que représentent la constellation des savoirs autour de la musique, de la fabrication de ses objets et de leur préservation (facture et conservation), à la science des instruments (organologie), en passant par sa théorisation (musicologie). Il est important de penser ce phénomène d’institutionnalisation comme un processus social, un parcours vers la reconnaissance par l’État et par les scientifiques eux-mêmes de ces disciplines. Le projet de cet article est de retracer les contextes et les parcours au cours desquels une science s’est érigée comme telle, sans pour autant accorder trop d’importance aux individualités savantes que nous allons rencontrer. En effet, « les savants ne sont jamais des ‘génies singuliers’ qu’en fait l’histoire hagiographique : ce sont des sujets collectifs qui actualisent toute l’histoire pertinente de leur science […] et qui travaillent au sein des collectifs avec des instruments qui sont eux-mêmes de l’histoire collective objectivée » (Bourdieu, 2001).

1. L’atelier de restauration : les prémices du Centre de Recherche sur la Conservation (CRC)

Très vite après sa prise de fonction en 1961, la Comtesse de Chambure décide d’installer au sein du Musée instrumental un atelier de restauration. Cet atelier, officiellement créé en octobre 1966, est dans un premier temps destiné à la restauration des clavecins, sous la direction de l’américain Frank Hubbard, historien du clavecin et restaurateur. A partir de 1968, l’atelier s’ouvre à la restauration des orgues et des pianos : deux temps partiels sont créés, avec en 1971, l’arrivée de Michel Robin, futur grand ami de Florence Gétreau. Lorsque la Comtesse de Chambure prend sa retraite en 1973, Josiane Bran-Ricci obtient deux autres temps partiels, consacrés à la restauration de la lutherie. 

Jusqu’alors, le monde de l’artisanat possédait l’exclusivité de l’expertise technique sur les instruments, au sein duquel un « savoir-faire » était transmis au sein de grandes familles de facteurs. En étant présent dans l’enceinte même du musée, l’atelier a été un moyen d’extraire la restauration de son cadre marchand, ce qui participe à l’élaboration de sa définition scientifique. A ce titre, il « se démarquait ainsi nettement de la pratique traditionnellement employée jusqu’à présent au musée, laquelle consistait à confier la remise en état d’instruments à des luthiers ou artisans extérieurs2». Mais cela ne s’est pas fait sans heurts.

En 1977, un rapport des restaurateur·trice·s de cet atelier critique le fonctionnement de l’atelier, limité par des problèmes de communication et de hiérarchie, et précise que « jusqu’à présent, l’atelier a été voué à vivre au jour le jour, dans un isolement d’autant plus néfaste qu’il manque de moyens matériels ; faute d’une programmation et d’une définition de son rôle, aucune étude systématique n’y a été entreprise, aucun travail réellement scientifique n’a pu aboutir3 ». Les auteur·trice·s de ce rapport préconisent une définition plus claire du statut des membres de l’atelier, pour éviter certains problèmes qui semblent avoir vu le jour dans le passé, comme le fait que certains « instruments du Musée [aient été] restaurés dans des ateliers privés et non dans les locaux du Conservatoire4 ».

Une autre revendication porte sur la titularisation des temps partiels. Cette contractualisation à demi-teinte implique que les restaurateurs sont jusqu’ici obligés de compléter leur travail avec une activité en dehors des murs du Musée.S’affirmer comme un espace scientifique propre – l’atelier s’étant d’ailleurs renommé « laboratoire » par la suite – passe par une re-nomination des emplois. Mais la dichotomie science/technique crée un effet de résistance à cette nouvelle donne que veulent imposer les organologues : on peut voir dans un autre rapport sur les équipes du musée daté de 1985 que trois branches du travail au musée sont bien définies, séparant le « personnel scientifique » (les conservateurs et leurs adjoints) du « personnel technique » (les restaurateurs) et du « personnel administratif et de service » (les secrétaires et les agents de sécurité)5. Le démantèlement de cette opposition stricte, perçue comme nécessaire, a constitué la première étape du changement paradigmatique dans la science des instruments. 

Par la suite, l’atelier de restauration du musée poursuit sa route, en étant intégré au nouveau musée lors de l’ouverture de la Cité de la musique en 1995. Il fait désormais l’objet d’un véritable laboratoire CNRS, nommé « Équipe Conservation Recherche – Musée de la musique (ECR-MdM) ». En 2014, cette équipe est intégrée à l’Unité de Service et de Recherche (USR) n°3224 nommée Centre de Recherche sur la Conservation (CRC), aux côtés du Laboratoire de Recherche sur les Monuments Historiques (LRMH) et du Centre de Recherche sur la Conservation des Collections (CRCC) héritier du centre de restauration du Museum national d’histoire naturelle (Mnhn) créé en 19636. La restauration jouit aujourd’hui d’un spectre scientifique très large : 

« Cette unité [le CRC] est constituée d’une cinquantaine de scientifiques regroupant des chimistes, physiciens, biologistes, historiens de l’art ou historiens des sciences et des techniques, répartis sur trois sites géographiques. Leurs travaux s’intéressent aux objets de muséums, de musées, d’archives et de bibliothèques mais également aux monuments historiques, et visent en particulier la connaissance des matériaux du patrimoine et l’étude de leurs processus d’altération, ainsi que le développement de méthodes de conservation préventive et curative.7 »

L’internalisation d’un savoir technique sur les instruments (la perce, les matériaux utilisés, le degré de tension des cordes, etc.) au musée a rendu possible des réflexions plus larges sur leur conservation et leur restauration utiles au monde muséal en général. Un argument similaire peut être développé à propos des savoirs musicologiques. Car outre l’atelier de restauration, un petit groupe de recherche sur les instruments de musique créé en 1967 par la Comtesse a eu un parcours institutionnel similaire, de son premier rattachement au CNRS à l’Institut de Recherche en Musicologie (IReMus).Œuvrant de concert avec l’atelier, il a été au centre de l’institutionnalisation de sous-disciplines aujourd’hui répandues en musicologie, l’organologie et l’iconographie musicale. 

2. La lente institutionnalisation de l’organologie et de l’iconographie musicale

(a) La science en collectif : des niches de recherche en sciences musicales

A partir des années 1970, le CNRS impose sa volonté de construire la science via des collectifs. Cette décennie apparaît « comme une période d’épanouissement des collectifs, en géographie comme dans d’autres disciplines. Le CNRS a vraisemblablement joué un rôle important dans cette dynamique : il a fourni des opportunités, des crédits et un affichage à différents projets, notamment à travers les Recherches coopératives sur programme (RCP)» (Orain et Sol, 2007).

En janvier 1967, la Comtesse de Chambure créée, avec le CNRS, le RCP n°143, composé de deux sections : la section I s’intitule « rapport entre la construction interne et externe des instruments de musique et leur qualité sonore », et la section II « iconographie musicale ». Le groupe travaille directement au domicile de la Comtesse, la section II étudiant d’ailleurs principalement les fonds de la collection personnelle de cette dernière. Très vite, l’équipe produit une documentation organologique sur les instruments à vent, basée sur l’utilisation de « sonagrammes, radiographies, mensurations », et des « enregistrements d’instruments anciens en état de jeu, notamment ceux restaurés dans le cadre de l’atelier de restauration du Musée »8. La section II a aussi produit un travail de collecte, de fichage et d’organisation de 10000 documents d’iconographie musicale. Les cours d’organologie dispensés au musée sont aussi un lieu de rencontre entre des musiciens professionnels, élèves du conservatoire et artisans, avec l’équipe scientifique de cette RCP. 

En 1973, la Comtesse prend sa retraite, laissant ce groupe sans successeur. Après une année de tribulations, le groupe se transforme en janvier 1974 en Équipe de Recherche Associée (ERA 588), et Jacques Thuillier, alors professeur d’histoire de l’art à Paris-IV, est choisi par la Comtesse alitée pour en prendre la direction. Futur professeur au collège de France, il dirige la thèse d’une jeune étudiante récemment entrée dans l’équipe du musée, Florence Gétreau. On note que la Comtesse assure toujours « la co-direction de l’équipe, par faveur spéciale du CNRS », aussi parce que le lieu de travail de l’ERA est toujours son domicile privé, « en raison de sa haute personnalité »9. L’année 1975 voit la disparition de la Comtesse et la vente de son hôtel particulier, laissant ainsi le groupe sans véritable local de travail. Oscillant entre leCNRS, l’Université Paris IV et le musée, il poursuit son travail tout au long des années 1980. 

Enfin, en 1982, un centre de documentation organologique est créé au sein du musée, le Centre d’études et de recherches documentaires en organologie (CERDO) (Verrier, 2000). On pourrait penser que le groupe de recherche créé par la Comtesse aurait naturellement été intégré, au même titre que le CERDO, au projet du nouveau musée. Pourtant, ce n’a pas été le cas, et on retrouve ce groupe sur « l’étude interne et externe des instruments de musique » au musée des Arts et des Traditions Populaires (ATP) à partir de 1994 : 

« Lorsque je quitte la Cité de la musique pour les ATP, une grande partie de l’équipe du laboratoire CNRS, fondé par Madame de Chambure, puis dirigé par Jacques Thuillier puis par moi-même à partir de 1992, me suit. L’équipe était constituée au départ de douze personnes : trois chercheurs, des ingénieurs d’études et des membres de l’équipe scientifique du musée de la Musique.10 »

(b) Les enjeux de pouvoir autour de la direction des équipes de recherche

Bien qu’il existe une collection d’instruments de musique aux ATP, le laboratoire d’organologie s’éloigne de sa principale source de données. Pourquoi cet éloignement ? Une histoire proche des acteur·ice·s nous permet d’émettre des hypothèses quant aux raisons profondes de ce phénomène.

En avril 1991, la DMF publie un avis de vacance du poste de directeur·rice du nouveau musée de la musique. La personne choisie finalement pour la direction du musée est Marie-France Calas, alors directrice du département de l’audiovisuel à la Bibliothèque Nationale de France. Peu après, Florence Gétreau est « évincée » du musée : 

« On m’a convoquée, au mois de septembre [1993], à la Direction Générale, […] en me disant : ‘Florence, tous les personnels actuels du Musée, on va leur proposer des contrats de droit privé dans la nouvelle structure, puisqu’on deviendra un Établissement Public à Caractère Industriel et Commercial’[…] On ne vous prendra pas dans la nouvelle équipe.’ Bam. […] Carrément. ‘On ne vous propose pas de contrat à la Cité’. Tout simplement. ‘Vous avez trois mois pour faire vos bagages’.11 »

Comme l’évoque un de ses collègues, « tout le monde pensait que ça serait Florence qui serait nommée »12 à la direction du nouveau musée. La question de sa compétence était indiscutable, son sujet de recherche auquel elle avait déjà consacré plus de quinze années de sa vie étant le musée lui-même et ses collections (Gétreau, 1990). Elle aurait pâti d’une sur-qualification en la matière et de trop peu d’expérience dans les grandes institutions. 

On peut aussi évoquer la question de son statut professionnel. En 1990, une réforme du métier de conservateur·rice et des musées en général organise la fusion de plusieurs corps de conservation épars. Ce « nouveau corps des ‘conservateurs du patrimoine’ regroupe les conservateurs des musées, des archives, de l’Inventaire, de l’archéologie et les inspecteurs des Monuments historiques » (Sallois, 2008). La restructuration du métier de conservateur·rice s’effectue notamment par le biais de l’unification de la formation par la création d’un Institut National du Patrimoine (INP) la même année. Les conservateur·rice·s déjà en poste sont alors intégrés au corps, sans distinction de parcours :

« Les conservateurs en poste au moment de la réforme (au nombre d’environ 600) recrutés dans le passé, dans le cadre d’une ‘liste d’aptitude’ dont la gestion était contrôlée par la DMF [Direction des Musées de France], ont été intégrés à titre individuel dans le nouveau corps en dépit de l’extrême diversité des niveaux de formation, des carrières et des responsabilités réellement assumées (Sallois, 2008). »

A ce titre, Florence Gétreau déclare dans son habilitation à diriger des recherches que c’est « l’expérience acquise au Musée Instrumental [qui] nous permit d’y être nommée conservateur (1979) » (Gétreau, 2006). Ce n’est que lors de la réforme de 1990 qu’elle est véritablement intégrée au corps des conservateurs, tout en restant à cette période conservatrice-adjointe du musée instrumental, statut ne reposant pas sur des bases juridiques claires. On aurait donc préféré Marie-France Calas, étant depuis 1977 directrice d’un département de la BnF, « véritablement » conservatrice. 

On peut pour finir envisager la question sous le prisme plus critique des affinités de réseau. Certains témoignages ont affirmé que cette nomination provenait du cercle d’influence de Pierre Boulez : 

« Les autres scandales d’influence Boulézienne, c’est justement le musée de la musique. […] tout le monde pensait qu’elle serait évidemment directrice, c’était la seule personne compétente, et non, quelqu’un a été parachuté du cercle Boulézien.13 »

La place de Pierre Boulez, dont nous n’avons pas le temps de discuter ici, a été considérable dans les orientations prises dans la réalisation de la Cité de la musique. Néanmoins, ce témoignage d’un ancien chercheur au Groupe de Recherche Musicales (GRM) doit être pris avec les plus grandes précautions, dans la mesure où la relation entre l’Institut de recherche et de coordination acoustique/musique (Ircam), créé et dirigé par Pierre Boulez, et le GRM, a été conflictuelle,les deux étant des institutions financées par l’État et travaillant sur des sujets similaires.

Quoi qu’il en soit, nous ne disposons pas d’assez d’éléments pour trancher, et tout cela nous ne dit pas les raisons de son éviction ; il est néanmoins intéressant de voir que si cette histoire a fait scandale dans le monde des musicologues, c’est parce que des enjeux bien différents de la simple compétence scientifique sont entrés en jeu dans la création du nouveau musée de la musique. Comme le rappelle François Mairesse, « le système français, dans les grands musées, est d’abord fondé sur les connaissances scientifiques : le directeur est choisi de préférence parmi les conservateurs (lorsqu’il ne s’agit pas d’un ‘parachutage’, ce qui continuera d’être régulièrement le cas) » (Poulard et Tobelem, 2015). Ainsi, la thèse du parachutage, si rien ne nous permet aujourd’hui de l’infirmer complètement, semble crédible, Marie-France Calas étant alors parallèlement administratrice à l’Ircam depuis 1984.

(c) L’étape finale de l’institutionnalisation : reconnaissance et fusion

Plus tard, la proximité scientifique qu’entretenaient Florence Gétreau et Catherine Massip, musicologue et conservatrice des bibliothèques, a rendu possible la création en 1996 de l’Institut de recherche sur le Patrimoine en France (IRPMF), et donc le retour de l’équipe dans une structure plus adaptée à ses objets de recherche. Ainsi, après les tumultes des années 1990, le groupe formé par la Comtesse parvient à trouver un second souffle, et « l’équipe CNRS d’organologie et d’iconographie, que j’avais entre-temps dirigée, était intégrée à une structure plus large dévolue à la musicologie, l’Institut de recherche sur le patrimoine musical en France (IRPMF) » (Gétreau, 2006).

En 2014, plusieurs autres groupes sont fusionnés au sein de l’IReMus. Lors de sa création, l’IRPMF fusionne avec des laboratoires de la Sorbonne, l’Observatoire Musical Français (OMF) et le groupe sur les Patrimoines et Langages Musicaux (PLM)14, ce qui le rapproche des centres de recherche universitaires, alors qu’elle était majoritairement rattachée au monde des bibliothèques, Catherine Massip ayant dirigé le département « musique » de la BibliothèqueNationale entre 1988 et 2012. Désormais, « c’est une énorme équipe, qui englobe aussi bien du personnel CNRS, que des enseignants-chercheurs […] C’est très dynamique, comme structure, sur le plan de la musicologie »15. Pour y voir plus clair, nous avons représenté de manière schématique les parcours institutionnels des équipes et des centres de rechercheévoqués dans cet article :

Figure 1: Le musée de la musique dans les sciences musicales françaises

Une des condition sine qua non de l’implémentation d’une discipline est toujours une lutte pour sa légitimation : pour ce faire, il faut s’investir sur le champ scientifique dans sa diversité, dans l’enseignement universitaire notamment. Il faut aussi arracher des crédits au bras scientifique de l’État – matérialisé par le CNRS – afin de pouvoir développer les apports de la discipline en question, et ainsi construire sa crédibilité scientifique et son utilité sociale. La construction d’un sous-champ, en l’occurrence celui des sciences de la musique, est le produit de combats entre des acteurs situés dans un espace social déterminé, lui-même fruit d’une histoire particulière. A ce titre, « le champ est donc histoire, ou produit de l’histoire, dont la structure est très exactement le résultat des luttes conduites au cours de l’histoire entre acteurs qui y occupent des positions opposées » (Champagne et Christin, 2009) :

« J’ai bien vu combien il fallait avoir les épaules solides, pour arriver à grappiller quelque chose au CNRS, c’est pas évident ! Donc plus on est de fous, plus on rit, dans ces histoires-là, il faut être assez fort. Le problème de l’URA, c’est qu’elle était effectivement toute petite : elle pouvait peser par l’importance des personnalités qui l’animaient, mais sûrement pas par l’importance, ni de ses crédits, ni de quoi que ce soit. Mais elle a eu un rôle extrêmement important parce qu’elle a eu une influence considérable sur l’implantation de l’iconographie et de l’organologie en France.16 »

Conclusion

L’histoire de l’organologie, qui débute dans la deuxième moitié du XIXe siècle, est intimement liée au musée d’instruments. Judith Dehail parle du lien entre les deux comme d’une « relation symbiotique » (Dehail, 2019). Si le cas est probant pour l’organologie, on peut défendre une position similaire pour des autres sous-disciplines de la musicologie : l’iconographie musicale pioche elle aussi dans les collections non-instrumentales du musée (du portrait à la peinture décrivant les salons bourgeois du XVIIIe), et la restauration des instruments de musique jouit d’un espace extra-marchand duquel elle peut produire un savoir sociotechnique de meilleure qualité, car non motivé et contraint par des intérêts économiques. 

Néanmoins, on ne peut pas réduire l’histoire de l’implémentation de l’organologie et de l’iconographie musicale ni celle de la restauration au groupe créé par la Comtesse dans les années 1960. S’il pose les bases intellectuelles et documentaires qui serviront par la suite, c’est aussi que la reconnaissance par les instances scientifiques de l’État – le CNRS, l’Université, la Bibliothèque Nationale – de ces sciences a eu un effet légitimant sur la production de ce savoir spécifique, notamment en élargissant le personnel dédié à la recherche et à la conservation, ou en donnant des vrais locaux à ces équipes. 

Si le musée a été une médiation privilégiée dans la construction des savoirs musicaux, il en a été probablement de mêmedans la formation des esthétiques musicales. On peut évoquer à ce titre le rôle important qu’a joué le musée dans le renouveau de la musique baroque dans les années 1970-1980. Étant le seul endroit à avoir conservé de manière consciencieuse les instruments dans leur état d’origine, certains musiciens, à l’instar de William Christie des Arts Florissants, « venaient travailler dans le Musée, sur les instruments du Musée ! Ils en ont gardé tous un souvenir … Pour eux, c’était le paradis, quoi17 ». Le musée a été l’archéologue de la musique baroque : non seulement en conservant et en restaurant les instruments de l’époque comme les violes de gambe ou les clavecins, mais aussi en produisant le savoir musicologique nécessaire pour comprendre la façon dont ces instruments étaient joués. Il faudrait donc, dans la lignée des travaux sur la médiation musicale (Hennion, 2007), évaluer la place du musée dans le renouveau de la musique baroque, autrement dit voir comment une institution patrimoniale a pu nourrir des débats esthétiques polarisants au cœur de la reconfiguration de la musique savante occidentale dans le dernier quart du XXe siècle.

Bibliographie

BOURDIEU, Pierre, Science de la science et réflexivité, Paris, Raisons d’agir, 2001.

CHAMPAGNE, Patrick et CHRISTIN, Olivier, Pierre Bourdieu : Une initiation, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2019, p. 147-183.

DEHAIL, Judith, « De la classification scientifique des instruments de musique. Le rôle du musée dans le développement de l’organologie », Revue d’anthropologie des connaissances, 13, 3, 2019, p. 781-792.

GÉTREAU, Florence, « Le Museum, section de musique : une utopie révolutionnaire et sa descendance », dans JULIEN, Jean-Rémy et KLEIN, Jean-Claude (dir.), Orphée Phrygien. Les musiques de la Révolution, Paris, Éditions Du May / Revue Vibration, 1989, p. 217-23.

________________, Le Musée instrumental du Conservatoire de Musique de Paris : Histoire et formation des collections, thèse de doctorat, Paris, Université Paris-Sorbonne, 1990.

________________, « Histoire des instruments et représentations de la musique en France : une perspective disciplinaire dans le contexte international », thèse d’habilitation à diriger des recherches, Tours, Université François Rabelais, 2006.

Hennion, Antoine, La passion musicale. Une sociologie de la médiation, Paris, Métailié, 2007.

GINOUVÈS, Véronique, DESCAMPS, Florence et GÉTREAU, FLORENCE, « Du musée instrumental du Conservatoire de Paris au musée des Arts et Traditions populaires. Entretien avec Florence Gétreau », Bulletin de l’AFAS. Sonorités, 46, 2020, p. 154-65.

MAISONNEUVE, Sophie, « L’industrie phonographique et la patrimonialisation de la musique dans la première moitié du XXe siècle », Le Temps des médias, 22, 1, 2014, p. 77-91.

ORAIN, Olivier et SOL, Marie-Pierre, « Les géographes et le travail collectif. La recherche coopérative sur programme à l’œuvre », La revue pour l’histoire du CNRS, 18, 2007, p. 1-7.

POULARD, Fréderic et TOBELEM, Jean-Michel (dir.), Les Conservateurs de musées. Atouts et faiblesses d’une profession,Paris, La Documentation française, 2015.

VERRIER, Patrice, « Le Centre de documentation du Musée de la musique ». Fontes Artis Musicae, 47, 2/3, 2000, p. 99-103.

1Cette dernière a constitué un fonds d’archives personnelles très éclairant sur le MI ainsi que sur le projet du nouveau musée de la musique à la Villette, sur lequel nous basons en partie ce travail. 

2Lettre manuscrite de Florence Gétreau (stagiaire au Musée instrumental) à Josiane Bran-Ricci (directrice du musée) concernant la demande de Jacques Vistel (directeur adjoint des Musées de France de 1978 à 1982) de rédaction d’une ébauche sur le Musée instrumental et sur le futurMusée de la musique, 19 janvier 1978 (Archives personnelles de Florence Gétreau). 

3Rapport d’activité de l’atelier de restauration, décembre 1977 (Archives personnelles de Florence Gétreau).

4Ibid.

5Note de Florence Gétreau sur le personnel du Musée instrumental et proposition d’embauches, 13 mai 1985 (Archives personnelles de Florence Gétreau). 

6Voir Fig.1 : « Le musée de la musique dans les sciences musicales françaises ».

7Présentation du Centre de Recherche sur la Conservation [https://crc.mnhn.fr/-Presentation-.html, consulté le 27/04/2021].

8Rapport de Florence Gétreau et Josiane Bran-Ricci sur la place de Geneviève Thibaut de Chambure durant ses années de direction du musée, février 1977 (Archives personnelles de Florence Gétreau). 

9Ibid.

10Véronique Ginouvès, Florence Descamps, et Florence Gétreau, « Du musée instrumental du Conservatoire de Paris au musée des Arts et Traditions populaires. Entretien avec Florence Gétreau », Bulletin de l’AFAS. Sonorités, 46, 2020, p. 160. 

11Entretien avec Florence Gétreau. 

12Entretien avec Jean-Michel Nectoux.

13Entretien personnel de François Delalande « Souvenirs de la Villette », p. 4.

14Voir Fig.1 : « Le musée de la musique dans les sciences musicales françaises ».

15Entretien avec Catherine Massip. L’IReMus est d’ailleurs aujourd’hui rattaché au Musée de la musique via Collegium Musicae, un groupement institutionnel lié à Sorbonne-Université (voir fig.1).

16Entretien avec Catherine Massip. 

17Entretien avec Florence Gétreau. 

Comment délivrer du droit ? Jalons pour une histoire des law centres britanniques

Pierre-Louis Sanchez

C’est en juillet 1970, dans le borough de Kensington et Chelsea, qu’ouvrent les portes du premier law centre britannique. Le North Kensington Neighbourhood Law Centre détonne alors dans l’univers de la délivrance de services juridiques. Située dans les locaux d’une ancienne boucherie, en plein de cœur de l’inner city[1], la structure accueille la population défavorisée du quartier. Les conseils juridiques y sont dispensés selon un principe de gratuité par quatre avocat·es salarié·es et six conseillers et conseillères. Financé par deux associations caritatives, le centre gère les problèmes du quotidien des membres de la communauté locale : les discriminations raciales, les évictions illégales et l’insalubrité des logements privés et sociaux, à titre d’exemples. Ce law centre londonien devient rapidement une référence dans tout le pays. Plusieurs structures similaires se développent dans son sillage : à Cardiff (1972), Liverpool (1973), Manchester (1975) et à Birmingham (1976). 

Si les raisons expliquant l’émergence de ces structures alternatives sont bien connues, l’examen de ce dispositif de soutien juridique implique de travailler sur des sources problématiques car relativement instables. J’exposerai le protocole d’enquête puis j’esquisserai des orientations analytiques potentielles.    

L’émergence d’une alternative   

Comment expliquer un tel bourgeonnement ? La littérature scientifique s’accorde sur l’existence, à la fin des années 1960, de « besoins non-satisfaits » sur le plan juridique (unmet legal needs) pour une partie de la population[2]. Les domaines du droit qui forment la poverty law – droits du logement, du travail, de la sécurité sociale ou encore de l’immigration, pour ne citer qu’eux – restent peu prisés des juristes et peu pratiqués. Du point de vue formel pourtant, depuis le passage du Legal Aid and Advice Act (1949), l’État est censé prendre en charge financièrement l’assistance judiciaire des plus modestes. Dans leur opus Lawyers and the Courts (1967), Brian Abel-Smith et Robert Stevens concèdent qu’au milieu des années 1960, « le conseil juridique [aux plus pauvres] n’a pas décollé ». 

Le manifeste Justice for All (1968) publié par la Society of Labour Lawyers revient sur cet état de fait. Rédigé à titre principal par le professeur de droit Michael Zander[3], ce texte appelle de ses vœux la création de « centres d’accès au droit »[4]. Ils auraient alors pour fonction de pallier les défaillances d’un legal aid scheme décrié à plusieurs égards (Byrom, 2018). Les critères bureaucratiques d’éligibilité et de recouvrement de l’assistance judiciaire (legal aid) étaient généralement méconnus des justiciables et, dans les rares cas contraires, manquaient de lisibilité. En outre, des juridictions de proximité comme les tribunals[5] n’entraient pas dans le champ d’application de la loi, laissant de côté toute la welfare law. Roy Goode (1975), impliqué dans le Camden Community Law Centre, a plus fondamentalement mis en cause la subordination de l’assistance judiciaire au modèle asymétrique de la prestation de services juridiques. Selon lui, cette doctrine valoriserait outre-mesure la posture de réserve de l’avocat·e[6]A contrario, en s’installant dans des quartiers défavorisés, en se liant aux groupes militants et aux associations locales, les centres d’accès au droit mettent à disposition leur expertise juridique pour la communauté.  

Ces nouvelles expérimentations sont solidaires des mutations qui affectent la profession d’avocat·e à la fin des années 1960 au Royaume-Uni. Sous l’effet du baby-boom et de l’allongement de la durée des études, son recrutement s’élargit. Pour partie, la profession se démocratise. Ian Duncanson (1981) met en évidence le rôle des facultés de droit dans le développement d’une véritable nébuleuse de juristes progressistes. À l’université, sociologues et juristes se côtoient dans les amphithéâtres. On y enseigne l’histoire de l’assistance judiciaire, celle de l’État providence et de ses fissures à partir des années 1960. Des juristes sensibles à la question sociale se regroupent par la suite dans des associations professionnelles réformistes[7].    

Pour autant, les réformes, telles que théorisées par ces activistes du droit, n’ont pas pour ambition le renversement total du système de délivrance des services juridiques. Michael Stephens (1993) montre comment, dans leur rhétorique, les law centres insistent sur leur différence par rapport aux cabinets privés : les affaires qu’ils prennent en charge ne se confondent pas avec celles des seconds qui maintiennent leur pré carré (droit de la famille, litiges matrimoniaux, transferts de propriété). L’idée d’une « complémentarité » entre ces deux unités – le centre et le cabinet – est ainsi largement reprise dans The Case for Law Centres(1983), édité par la Law Centres Federation.   

Figure 1 – Couverture de The Case for Law Centres (1983)

Figure 2 – Sommaire de The Case for Law Centres (1983) 

Épineuse méthodologie  

Comment, d’un point de vue socio-historique, rendre compte de l’évolution du mouvement ? La stratégie empirique à adopter pour décrire ce qu’il est advenu de ces établissements est loin d’être évidente. Une première option est de caractériser, en termes agrégés, le poids numérique de l’ensemble des centres au fil des années. En ce sens, Kevin Lancaster (2002) a utilisé les dates d’ouverture et de fermeture pour faire émerger des tendances chiffrées générales. De 1970 à 1980, il constate une croissance soutenue du nombre de centres dans tout le pays : en dix ans, 32 nouvelles organisations voient le jour. Les années 1980, au cours desquelles 35 centres sont créés, sont également celles des premières fermetures. Le bilan est plus contrasté pour la première moitié de la décennie 1990, alors que la situation financière de beaucoup de law centres se dégrade. Un plafond est alors atteint autour de 65 unités en opération. 

D’un point de vue méthodologique, cette approche se heurte à la dimension localisée, voire autarcique, du mouvement qui ne dispose pas – à ses débuts – d’instance centralisée répertoriant, à l’échelle du pays, les centres affiliés[8]. Recenser de façon exhaustive les law centres existants ou ayant existé reste malaisé. C’est précisément à la construction de cette liste que j’ai travaillé. Suivant une logique inductive, notre équipe de recherche a constitué une collection d’archives. Pour cela, le choix a été fait d’examiner les rapports annuels édités par les centres. Ces documents présentent l’avantage d’être standardisés, accessibles et publiés à intervalles réguliers. En travaillant à partir de sources diverses (littérature académique ou militante, registres gouvernementaux, sites Internet des centres, entretiens), nous avons d’abord dressé l’inventaire des centres dont l’existence passée ou présente était avérée. Fixer des cibles – le bilan de tel centre à telle date – a aussi permis de stimuler la collecte[9].

Sur la période considérée, à notre connaissance, 112 centres ont été identifiés[10]. Un total de 185 rapports annuels provenant de 57 unités différentes a pu être recueilli. En considérant tous les bilans reçus, nous obtenons la distribution temporelle suivante :   

Figure 3 – Répartition décennale des rapports annuels recueillis

Ce qu’apportent les rapports 

Ces considérations méthodologiques exposées, quelles analyses esquisser ? En regardant le graphique ci-dessus, force est de constater la dissymétrie de l’échantillon : les décennies 1970 et 1980 y sont sous-représentées. Cela s’explique d’abord par l’attrition propre aux archives privées. À mesure que les années passent, la probabilité que les documents soient abîmés, égarés ou jetés croît. De plus, cette inégale répartition renseigne sur les évolutions dans les usages et la portée des bilans annuels. S’ils sont plus accessibles à partir des années 1990, c’est qu’ils revêtent une importance nouvelle. En effet, l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement conservateur en mai 1979 sonne le glas de « l’optimisme exalté des premiers jours » (Goriely, 1996). Les fonds publics alloués, à l’échelle locale et nationale, sont drastiquement réduits sous les gouvernements Thatcher[11].

Partant, les centres doivent travailler à se rendre responsables (auprès de leurs financeurs actuels) et attractifs (auprès de financeurs potentiels). C’est là où le rapport annuel acquiert une signification toute particulière en termes gestionnaires. Le bilan du Plumstead Law Centre de 1995, dont on a reproduit le propos liminaire, l’illustre bien. Le compte-rendu annuel a pour fonction d’attester de l’exemplarité et du mérite de l’établissement. « The Law Centre has been successful in challenges it has made on behalf of clients in 1995 », peut-on ainsi lire. Le directeur présente les initiatives déployées au cours de l’année, telles que la création de nouveaux partenariats (« an emphasis on partnership ») et l’obtention d’une subvention (« grant from the National Lottery Charities Board »). Dans un contexte budgétaire tendu (« meeting our running costs is always a problem »), l’actuel financeur principal, le borough de Greenwich, est remercié et un appel aux dons est lancé (« We would welcome more donations ! »). 

Figure 4 – Chair’s report, Plumstead (1995)

Je propose d’ébaucher quelques-unes des perspectives ouvertes par l’analyse du contenu des rapports. Une première série d’explorations à conduire porte sur les membres du personnel, leurs positions et leurs carrières au sein du mouvement. Cela est d’autant plus nécessaire qu’une pierre angulaire des premiers centres était l’abolition des hiérarchies statutaires, professionnelles et salariales entre lawyers et nonlawyers. Examiner ces taxinomies permettrait de voir si cette norme et ce qu’elle implique en terme d’organisation horizontale du travail ont résisté aux transformations qui affectent le secteur du conseil juridique à partir des années 1990. Les deux nomenclatures attestent bien de la diversité des situations locales. Alors que le centre de Camden (1996) ne spécifie nulle part les positions des membres du staff, Southwark (2017) laisse à voir les hiérarchies entre et au sein-même des professions. 

Figure 5 – People, Camden (1996)
Figure 6 – Trustees & Staff, Southwark  (2017)

Une seconde piste concerne la manière dont les centres d’accès au droit se mettent en scène dans ces rapports. Ils se distinguent par leur recours massif aux contenus iconographiques (photographies, croquis, dessins). Quand on sait la prévalence qu’a l’écrit sur l’image dans l’univers juridique (Mulcahy, 2017), étudier les représentations graphiques des law centres – qui illustrent et médiatisent autant qu’elles dénoncent et subvertissent – constitue un enjeu de taille. Pour s’en convaincre, j’ai sélectionné quatre images qui mettent en perspective le thème de l’ancrage local dans une communauté, si cher aux law centres. La communauté, associée à la localité ou au voisinage, prend une forme topographique : Brent (1979) recense visuellement les quartiers où résident ses client·es, Carlisle, Copeland & Allerdale (1995) utilise un plan pour situer leurs locaux. L’ensemble des photographies mises en couverture ont été prises dans la rue : on voit des poussettes sur les trottoirs, des fresques et des devantures de magasins. C’est, en outre, l’idée de lien social qui est contenue dans le concept de communauté. Tower Hamlets (1998) fait, par exemple, le choix d’exposer une scène de la vie quotidienne où les voisins se rencontrent et où les contacts se nouent : le marché. Ce lien social peut aller jusqu’à s’incarner dans un mouvement social, comme c’est le cas pour Hackney (2011) où l’on remarque des pancartes et des drapeaux. La communauté est donc aussi un appui pour la mobilisation.  

En définitive, si l’histoire des law centres britanniques reste encore à écrire, j’espère que ce billet aura justifié l’intérêt qu’il y a à étudier à ces structures juridiques et aura contribué à mettre en lumière quelques-unes des pistes qui s’ouvrent pour mener à bien un tel examen.      

Figure 7 – Cartographie de l’origine des client·es, Brent (1979)
Figure 8 – Quatrième de couverture, Carlisle, Copeland & Allerdale  (1995)
Figure 9 – Photographie du marché, Tower Hamlets (1998)

Figure 10 – Première de couverture, Hackney (2011)
Les réflexions développées dans ce billet s’appuient sur une expérience de recherche effectuée au Centre for Socio-Legal Studies d’Oxford dans le cadre de mon Année de recherche pré-doctorale à l’étranger (ARPE). D’octobre 2020 à juin 2021, j’ai rejoint une équipe travaillant sur l’histoire des law centres au Royaume-Uni. Ce projet collectif, financé par l’Arts and Humanities Research Council (AHRC), s’étend sur quatre ans (2020-2024). Il repose sur un partenariat entre le Centre for Socio-Legal Studies, Queen’s University Belfast, le Law Centres Network et la British Library. Pour plus de détails, je renvoie au résumé du Centre : https://www.law.ox.ac.uk/news/2020-11-06-new-research-grant-awarded-csls-oral-history-radical-lawyering.Les points abordés ici doivent beaucoup aux échanges et aux discussions qui ont émaillé cette expérience. Je tiens à remercier tout particulièrement Linda Mulcahy, directrice du Centre et responsable du projet, pour ses remarques, sa confiance et son autorisation de reproduire une partie du contenu sur lequel j’ai travaillé.

Pierre-Louis Sanchez vient d’achever sa scolarité à l’École normale supérieure Paris-Saclay. Il débute actuellement une thèse de sociologie à l’Université de Paris, qui porte sur le travail des greffières et des greffiers dans l’institution judiciaire. 

Bibliographie 

Abel-Smith, B., & Stevens, R. (1967). Lawyers and the Courts : A social study of the English legal system, 1750-1965. Heinemann Educational Books.

Byles, A., & Morris, P. (1977). Unmet Need : The case of the neighbourhood law centre. Routledge & Kegan Paul.

Byrom, N. L. (2018). Exploring the impact of the cuts to civil legal aid introduced by the Legal Aid, Sentencing and Punishment of Offenders Act [2012] on vulnerable people : The experience of law centres. University of Warwick.

Campbell, R. (1992). The Inner Cities : Law Centres and Legal Services. Journal of Law and Society19(1), 101‑114. 

Duncanson, I. (1981). Legal Need in England and Wales in the Sixties and Seventies : A Retrospect. University of New South Wales Law Journal4(2), 113‑128.

Goode, R. (1975). The Operation of a Law Centre—The U.K Experience. Legal Service Bulletin1(10), 253‑257.

Goriely, T. (1996). Law for the Poor : The Relationship between Advice Agencies and Solicitors in the Development of Poverty Law. International Journal of the Legal Profession3(1‑2), 215‑248.

Lancaster, C. (2002). A break with tradition : The impact of the legal profession and the dominant paradigms of legal practice, legal needs and legal services on the development of law centres in Strathclyde and the West Midlands. University of Edinburgh.

Mulcahy, L. (2017). Eyes of the Law : A Visual Turn in Socio-Legal Studies? Journal of Law and Society44, 111‑128. 

Stephens, M. (1993). Community Law Centres : Problems and Proposals. Journal of Social Policy22(1), 49‑68.

Subhedar, O. (2018). From a Butcher’s Shop to the Tory Cuts. Socialist Lawyer78, 19-23. 

Zander, M. (1979). Promoting Change in the Legal System. The Modern Law Review42(5), 489‑507.


[1] Dans l’article qu’il consacre à l’ « histoire radicale » du North Kensington Law Centre, Oliver Subhedar (2018) rappelle que les law firms de l’époque se concentraient dans les quartiers les plus riches de la ville et notamment à Holborn, dans la City de Londres.  

[2] Cette expression a été popularisée par Anthea Byles et Pauline Morris dans Unmet Need: The case of the neighbourhood law centre (1977), un ouvrage explorant le fonctionnement du North Kensington Law Centre. 

[3] Michael Zander, juriste britannique, est diplômé de Cambridge et d’Harvard. Suite à son expérience étatsunienne (1957-1959), il s’intéresse aux neighbourhood law firms que le gouvernement fédéral finance dans le cadre de la war on poverty à partir de 1964. Dans sa leçon inaugurale, de 1979, Zander confie avoir exercé en libéral avant que son intérêt pour « la réforme du système juridique » ne le pousse vers l’univers académique. En 1963, il rejoint la London School of Economics. Il devient chair du Département de droit en 1977. En parallèle, il a été legal correspondent au Guardian pendant vingt-cinq ans, de 1963 à 1988. 

[4] Je remercie Jean Bérard pour sa suggestion de traduction que je reprends ici. 

[5] Les tribunals ont à voir avec la litigiosité ordinaire des classes populaires britanniques. Les employment tribunals statuent sur les affaires de licenciements abusifs, de discrimination au travail ou bien de litiges autours des congés maternité ou paternité. Les social security tribunals tranchent notamment les litiges portant sur le versement des allocations sociales (chômage, maternité, handicap).   

[6] Dans le modèle traditionnel de délivrance des services juridiques, les professionnel·les attendent que les client·es leur soumettent des affaires. Toute forme d’engagement ou de promotion publicitaire de la part de l’avocat·e, disqualifiés comme étant du racolage (touting), sont proscrites.

[7] On a déjà cité la Society of Labour Lawyers. À partir de 1972, le Legal Action Group milite aussi pour une refonte d’ampleur des modalités de délivrance des services juridiques ainsi que pour la reconsidération du rôle et de l’expertise des non-juristes dans le domaine de la poverty law.  

[8] Il faut rappeler qu’avant 1974, date de création du Law Centres Working Group, les centres agissent en relative autonomie les uns par rapport aux autres. Certes, la Law Centres Federation (LCF) est fondée en 1978. Cependant, jusqu’aux années 1990, elle peine à concevoir une stratégie cohérente à l’échelle nationale et à coordonner les initiatives locales des law centres (Campbell, 1992).

[9] Le recueil s’est effectué par vagues successives avec l’allègement des mesures sanitaires. Parmi les donateurs et donatrices, se trouvent : une juriste retraitée passée par plusieurs centres (18/02/2021), un professeur de droit ayant dirigé un centre londonien (12/03/2021 et 24/03/2021), une avocate en exercice (16/04/2021), le directeur d’un centre(16/04/2021), le Law Centres Network (23/03/2021 et 17/05/2021) et le North Kensington Law Centre (24/05/2021).

[10] Ici, deux remarques s’imposent. La première tient au caractère évolutif de ce décompte qui, à mesure que nos connaissances se précisent, est amené à varier (à la hausse). La seconde observation porte sur nos parti-pris méthodologiques. Nous avons décidé de comptabiliser l’ensemble des appellations rencontrées afin de mieux saisir le contexte – historique, géographique, politique – d’activité de chaque centre. Par conséquent, les structures dont le nom a changé et celles qui ont fusionné ont été comptées délibérément plusieurs fois.

[11] Ainsi, à partir de 1984, le Département de l’Environnement gèle les nouvelles admissions à l’urban programme, subside très prisé des law centres. En 1986, le Greater London Council qui, sous la houlette travailliste, subventionnait nombre de centres londoniens est aboli. 

Comment se fabrique un ennemi commun.

Étude de cas sur l’appropriation politique et médiatique de l’installation d’un centre d’accueil et d’orientation pour migrants à Châteaudouble dans le Var.

Cet article est le second d’un diptyque, dont la première partie a été publiée le 11 octobre 2021

            Dans un précédent article, je suis revenu sur la construction d’un vivre-ensemble au village de Châteaudouble (Var) après qu’un Centre d’Accueil et d’Orientation recevant soixante-douze migrants a été installé entre le 17 septembre 2018 et le 1er mars 2020 dans ce petit village perché de 465 habitants de l’arrière-pays varois. Si de prime abord, toutes les conditions semblaient réunies pour que la cohabitation soit conflictuelle, les acteurs locaux se sont investi dans la construction d’un vivre-ensemble pacifié et le village a été ensuite souvent brandi comme un modèle de cohabitation harmonieuse.

            En quelque mois Châteaudouble est passé d’un symbole de ces petits village français victimes d’une « submersion migratoire » – pour reprendre les termes de Marine Lepen lors d’un discours à l’Assemblée Nationale –  à un modèle d’intégration réussie au contraire. Cependant on peut s’étonner de l’utilisation massive du lexique de l’intégration, alors qu’il n’a en fait jamais été question d’installer ces populations au village. En effet, ce centre n’était absolument pas destiné à durer dans le temps, et les migrants qu’il accueillait ne furent là que temporairement, dans l’attente du traitement de leurs démarches administratives. Dès lors, la question est plutôt celle de la construction d’un vivre-ensemble temporaire et d’un voisinage pacifié. De plus, j’ai noté dans l’article précédent les écarts entre les généralisations des titres de presse et la pluralité des positions exprimées à l’échelle locale. Ce retournement perceptif peut être expliqué l’imbrication des échelles locale et nationale, qui a résulté de l’appropriation de la situation locale par les médias et discours politiques nationaux. Châteaudouble s’est en effet retrouvé projeté à l’avant du débat national sur l’immigration par les médias nationaux (le JT de FR2, l’émission Quotidien sur TMC…) et les personnalités politique d’extrême droite d’ampleur nationale (Marine Le Pen, David Rachline, Louis Aliot). On pourrait même dire que la situation locale a subi une réduction dans le discours médiatique et politique de manière à la fondre et à la transformer en outil dans le débat national autour de l’immigration. Mais il semble que la polémique nationale a eu un effet de retour sur le conflit local, en en modifiant les enjeux et les discours des acteurs. Autrement dit, la construction médiatique et politique d’une polémique à partir de la “mise sur agenda” d’un sujet politique a eu un effet performatif sur le conflit local[i]. Je montrerai comment cette instrumentalisation de la situation a re-codé un risque de conflit local – conflit évité par ailleurs – dans les termes de la polémique nationale autour de l’intégration.

L’érection en symbole du village par le Rassemblement National et la reprise par les média nationaux.

            Commençons par préciser que le contexte politique de l’installation des migrants au village est chargé de beaucoup d’enjeux : l’accueil des premiers résidents est prévu le 17 septembre 2018, soit exactement la période à laquelle est prévu le vote à l’assemblée nationale de la loi “Asile et immigration” – finalement votée le 10 septembre 2018. Le débat national est donc très vif à ce moment-là, et la période entre l’annonce de l’installation du CAO et l’installation effective correspond à la période pendant laquelle le projet de loi était en pleine élaboration à l’assemblée nationale. La problématique de l’intégration est ainsi déjà présente dans la presse locale le 3 juillet 2018, ce qui indique que le débat national a déjà commencé à infuser sur la situation locale. Ce jour, Varmatin titre : « ‘Comment vont-ils réussir à s’insérer?’ : entre espoir et inquiétude avant l’arrivée de 72 migrants à Châteaudouble »[ii]. De même, Valeurs Actuelles relate le témoignage d’un villageois : “Je pense qu’il ne sera pas facile de les intégrer”[iii]. A cette époque, il semble que les villageois aient déjà en tête les termes du débat national autour de l’immigration en parlant de la situation locale : “Vu ce qui se passe de partout, je suis opposé, j’ai pas honte de le dire” déclare un voisin à FR3 le même jour[iv], faisant certainement référence aux incidents relayés dans les médias ailleurs en France et en Europe. De même, dans un débat avec le maire au café du village, relayé par FR3 dans Enquête de Région – on ne connaît pas la date de cette discussion mais elle a eu lieu avant l’arrivée des migrants – un villageois s’inquiète : “le seul problème qu’il y a c’est qu’il y a nous ça se passera bien 29[v], et ailleurs ça se passe pas bien. Partout tu vois à la télé, que ce soit à Menton, à Sospelle dans toutes les trucs…”[vi]. On voit ainsi, comment la “mise sur agenda” du sujet migratoire par les médias de masse contribue à façonner l’opinion publique et ainsi l’opinion des acteurs du terrain, tel que le suggèrent McCombs et Shaw (1972). Mais c’est seulement à la fin de l’été que les médias et partis politiques d’extrême droite s’emparent du cas de Châteaudouble. Ainsi le 22 août le site AgoraVox publie un article au ton polémique dont l’hostilité est palpable[vii] mais surtout le 9 septembre – soit la veille du vote à l’assemblée nationale – est organisée la manifestation au village des militants de Génération Nation (GN), avec pour projet d’ériger le village en “symbole” d’après les termes du responsable local de Génération Nation : “C’est un symbole car les clandestins vont s’installer dans une maison de retraite qui a fermé parce qu’elle était trop isolée” déclare-t-il au Figaro 32[viii]. Dès lors, la polémique est lancée et les médias nationaux s’en emparent, comme le JT de France 2 deux jours plus tard qui titre “A Chateaudouble, un centre d’accueil pour migrants fait polémique”[ix]. C’est le lendemain qu’intervient la visite de Marine Le Pen, qui emploie le même vocabulaire : “C’est vrai que Châteaudouble est un symbole, parce que c’est un petit village” rapporte l’émission Quotidien[x] ou encore “Ce petit village de Châteaudouble est symbolique de ce qui se passe dans toute la France aujourd’hui” à Europe 1[xi]. C’est cette visite qui projette le village à l’avant de la polémique nationale, puisque les médias nationaux (BFMTV, le JT de France 3, CNEWS, TMC, et les quotidiens nationaux comme Le Monde et Europe 1) et même internationaux (les presses italienne, allemande et britannique notamment) accompagnent et relayent la visite de la présidente du Rassemblement National. Le lendemain, d’autres médias d’extrêmes droite tentent encore ce “coup de communication”, comme Égalité et Réconciliation[xii], et une vidéo de la visite est postée sur la chaîne Youtube de Marine Le Pen[xiii], dissimulant bien-sûr les heurts qu’elle a rencontrés. Dernière étape du montage de la polémique par le Rassemblement National, Frédéric Boccaletti, responsable du RN dans le Var, porte plainte pour “entrave à la liberté de circulation, insultes et menaces”, dénonçant un “laxisme total du préfet” du département. On comprend bien la stratégie qui a consisté à tenter d’ériger le village en symbole pour appuyer le discours du rassemblement national à l’échelle nationale, ce qui est passé par la fabrication d’une image réductrice du village dont on a vu le peu de rapport qu’elle entretient avec la réalité des positions au village, et par laquelle les membres du Front National se sont peut-être eux-même laissés illusionner. En effet, ce coup de communication fut un échec et le discours de Marine Le Pen a été déconstruit par la presse, l’émission Quotidien en première ligne, qui a démontré que les manifestants n’étaient pas des “militants anti-fa venus de Marseille” comme elle le prétendait mais bien des villageois[xiv]. Cette visite est un tournant dans les discours médiatiques sur le village qui passent brutalement du registre de l’inquiétude à celui de la réussite.

La construction d’un contre-symbole : Châteaudouble, un modèle d’intégration réussie ?

            Cependant, la déconstruction du discours du Rassemblement National n’a pas contribué à faire dégonfler la polémique. Au contraire, le village a été constitué en contre-modèle, un modèle d’intégration réussie, ce qui a paradoxalement encore plus contribué à l’ancrer dans le débat national. Un mois plus tard, le 15 octobre c’est encore la problématique de l’intégration qui est traitée par Europe 1[xv]. Mais c’est surtout un an plus tard, à l’ouverture de la saison 2019, alors que les médias réalisent un “bilan” de la situation, que l’on voit cette problématique resurgir. Ainsi, le 20 juillet 2019, France 3 présente à nouveau le village en modèle d’intégration : “Ce village du Var accueille une soixantaine de réfugiés dans un centre depuis un peu moins d’un an et leur intégration est exemplaire”[xvi]. Mais c’est surtout l’émission Quotidien qui réactive la polémique un an plus tard et utilise à son tour le village de Châteaudouble dans le débat autour de l’immigration qui refait surface à travers son billet “Le Moment de vérité : retour à Châteaudouble, un an après l’installation de 104 migrants”[xvii]. L’analyse de la présentation qui en est faite révèle le schéma opérationnel de la réduction en symbole du village :

  1. Yann Barthès lance le reportage en disant « hier à l’assemblée était organisé un grand débat sur l’immigration ».
  2. Un extrait du discours de Marine Le Pen à l’assemblée est diffusé : « Que de temps perdu, alors que notre pays vit une véritable submersion. Oui une submersion, j’ose le terme, car il décrit la réalité de flux ininterrompus qui déferlent sur nos villes, sur nos bourgs et maintenant depuis votre politique irresponsable d’implantation rurale de migrants, jusqu’au moindre village. »
  3. La journaliste de faire la transition : « Alors justement, en parlant de village, nous on a décidé de retourner à Châteaudouble ».
  4. Un reportage présentant de manière univoque une cohabitation harmonieuse est diffusé et applaudi par le public et les journalistes.

A travers ces 4 étapes, on voit comment un an plus tard, l’émission Quotidien reconstitue symétriquement Châteaudouble en symbole et l’insère à nouveau dans le débat national comme outil pour décrédibiliser le discours du RN. C’est finalement ce contre-symbole qui a perduré, et qui a été repris par la presse locale au moment de la fermeture du centre. Ainsi le sous-préfet du Var reprend le lexique de l’exemplarité en déclarant à Varmatin le 16 janvier 2020[xviii] :

In fine, les mauvais esprits prédisaient le pire, mais les faits sont là : ce CAO a été exemplaire. Les jeunes hommes présents n’ont pas fait parler d’eux et personne dans le village ou aux alentours n’a eu à se plaindre de quoi que ce soit. Il était facile d’attiser les peurs et les haines, mais ce sont des êtres humains…”.

On observe aussi le même type de généralisations sur le point de vue des villageois dans les titres de presse qu’au début de la crise, mais cette fois pour mettre en scène la tristesse du village au départ des réfugiés – alors que la majorité des villageois ne sont en réalité jamais entré en contact avec eux. France 3 titre par exemple le 18 janvier : “à Châteaudouble, le “pincement au cœur” des habitants face au départ des demandeurs d’asile”[xix].

Conclusion

            La réduction en symbole de la situation de ce village l’a projeté à l’avant du débat national sur l’immigration et l’intégration et c’est ainsi qu’il fut traversé par des problématiques qui dépassaient largement l’enjeu local, et qui avaient même peu de rapport avec la situation objective du village. Cet exemple a montré comment les discours sur le conflit contribuent à former des représentations qui agissent en retour sur les acteurs du conflit eux-mêmes en produisant des effets performatifs.

            Ces analyses trouvent une résonance particulière dans le contexte actuel de démobilisation politique à l’échelle locale, comme l’ont montré les taux de participation exceptionnellement bas des dernières élections régionales et départementales. L’usage récurrent de ces techniques de « réduction en symbole » des situations locales visant à fabriquer des ennemis communs chimériques, fondant la complexité des problématiques locales dans des discours politiques généraux, explique probablement le sentiment de nombreux citoyens que le personnel politique est déconnecté de leurs préoccupations réelles. Face au péril raciste, cet exemple suggère qu’un discours politique retrouvant un peu de pragmatisme et de complexité s’avérerait plus efficace sur le long terme que les stratégies de positionnement symétrique[xx].


Maxence Dutilleul est élève en 3e année à l’ENS Paris-Saclay et suit cette année le master 2 « Institutions, Organisations, Economie et Société » de PSL. Il s’intéresse principalement à la sociologie économique de la monnaie et de la finance. Dans cet article il rend compte d’un travail réalisé pour le cours de « Sociologie du conflit » en Licence 3 de Sociologie à l’ENS Paris-Saclay.

[i]McCombs M., Shaw D., “The agenda-setting function of mass media”, Public Opinion Quarterly,  36 (2), 1972, 176-187.

[ii]E.E. et G.R., « “Comment vont-ils réussir à s’insérer?”: entre espoir et inquiétude avant l’arrivée de 72 migrants à Châteaudouble », Varmatin (Draguignan), 03/07/2018 à 10:02, https://www.varmatin.com/faits-de-societe/comment-vont-ils-reussir-a-sinserer-entre-espoir-etinquietude-avant-larrivee-de-72-migrants-a-chateaudouble-243274 (29/04/20)

[iii]« Châteaudouble : 72 migrants pour 470 habitants », Valeurs Actuelles, 03/07/20 à 17:46, https://www.valeursactuelles.com/societe/chateaudouble-72-migrants-pour-470-habitants-96937 (29/04/20).

[iv]Francis Malory et Alexandre Dequidt, « Châteaudouble dans le Var accueillera 72 migrants en septembre », France 3 PACA, 03/07/18, https://www.youtube.com/watch?v=5_0jqXQDQ-E (29/04/20).

[v]Ici sous entendu “tu me dis que ça se passera bien”

[vi]Nathalie Jourdan, Richard de Silvestro, Fabrice Gras, Eric El Koubi, Francis Malory Huss, Alexandre Dequidt, Thomas Gauthier, “Bienvenue à Châteaudouble” dans Enquêtes de Région, Enquête de Région, France 3 PACA, 15/04/19,  https://www.youtube.com/watch?v=B6jKKXxZ0E4 (29/04/20).

[vii]Grégory Roose, « VAR : installation de 72 migrants dans le petit village de Chateaudouble », AgoraVox, 22/08/18, https://www.agoravox.fr/actualites/article/var-installation-de-72-migrants207024 (29/04/20).

[viii]Vincent-Xavier Morvan, « Avec ses migrants, le petit village de Châteaudouble voit rouge » (reportage), Le Figaro, Publié le 9 septembre 2018 à 18:50, mis à jour le 10 septembre 2018 à 11:55, https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/09/09/01016-20180909ARTFIG00130-avecses-migrants-chateaudouble-voit-rouge.php (29/04/20).

[ix]« Var : à Chateaudouble, un centre d’accueil pour migrants fait polémique », France 2 (JT 13h), 11/09/2018, https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/var-a-chateaudouble-un-centre-daccueil-pour-migrants-fait-polemique_2935767.html (20/04/20).

[x]« Moment de vérité : qui a perturbé la visite de Marine Le Pen à Châteaudouble ? », Quotidien, TMC, 14/09/18, https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/moment-de-verite-aperturbe-visite-de-marine-pen-a-chateaudouble.html (29/04/20).

[xi]« VIDÉO – Marine Le Pen chahutée dans un village du Var, le RN-Var porte plainte », Europe1, 12/09/2018 à 17h30, https://www.europe1.fr/politique/marine-le-pen-dans-un-village-du-var-quidoit-accueillir-des-demandeurs-dasile-3753878 (20/04/20).

[xii]« Un village du Var préfère faire barrage à Marine Le Pen qu’aux 72 migrants envoyés par l’UE », site web « Egalité et Réconcilliation », 13/09/2018, https://www.egaliteetreconciliation.fr/Unvillage-du-Var-prefere-faire-barrage-a-Marine-Le-Pen-qu-aux-72-migrants-envoyes-par-l-UE52154.html (29/04/20).

[xiii]« Marine Le Pen à Châteaudouble », Chaîne Youtube de Marine Le Pen, 12/09/18, https://www.youtube.com/watch?v=uWVXSQluXFk (20/04/20).

[xiv]« Moment de vérité : qui a perturbé la visite de Marine Le Pen à Châteaudouble ? », Quotidien, TMC, 14/09/18.

[xv]« À Chateaudouble, “tout se passe bien” avec les migrants qui viennent d’arriver », Europe1 (reportage), 15/10/18, https://www.europe1.fr/societe/a-chateaudouble-tout-se-passe-bien-avec-lesmigrants-qui-viennent-darriver-3778769 (29/04/20).

[xvi]« Repas de la fraternité entre migrants et habitants de ce village du Var », France 3 PACA, 20/07/19, https://www.youtube.com/watch?v=1ybNmYxC1DM (29/04/20).

[xvii]« Le Moment de vérité : retour à Châteaudouble, un an après l’installation de 104 migrants » (vidéo), Quotidien, TMC, 08/10/19, https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/lemoment-de-verite-retour-a-chateaudouble-un-an-apres-linstallation-de-104-migrants80203268.html (29/04/20).

[xviii]Carine Bekkache, « Le centre d’accueil des migrants sur le point de fermer ses portes à Chateaudouble », Var-matin, 16/01/2020, https://www.varmatin.com/vie-locale/le-centre-daccueildes-migrants-sur-le-point-de-fermer-ses-portes-a-chateaudouble-448124 (29/04/20).

[xix]Benjamin Hourticq, « Var : à Chateaudouble, le “pincement au cœur” des habitants face au départ des demandeurs d’asile », France 3 PACA, 18/01/2020 à 18:50, https://france3regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/var/var-chateaudouble-pincement-au-coeurhabitants-face-au-depart-demandeurs-asile-1775955.html (29/04/20).

[xx]Ce dernier paragraphe relève d’un propos personnel qui tente de comprendre comment ce cas peut éclairer la situation actuelle, et non d’un constat établit avec des méthodes scientifiques. Il s’agit pour le discours scientifique de jouer un rôle citoyen, sans pour autant mélanger les deux registres.

Pour citer cet article : Dutilleul Maxence, « Comment se fabrique un ennemi commun. », publié sur Saclay des champs le 18 octobre 2021 : http://saclaydc.hypotheses.org/?p=303

Construire la co-habitation sur un territoire rural. Étude de cas sur l’installation d’un centre d’accueil et d’orientation pour migrants à Châteaudouble dans le Var.

Cet article est le premier d’un diptyque, dont la seconde partie sera publiée le 15 octobre 2021

Face au scandale médiatique et politique de la “Jungle de Calais”, présentée comme le « plus grand bidonville d’Europe », avec ses quelques 6000 personnes en octobre 2015, et surtout à l’afflux massif de migrants à la fin de l’été 2015, le gouvernement français a annoncé le 21 octobre 2015 un plan de répartition des clandestins sur tout le territoire afin de dés-engorger la « jungle »i. Dès lors, les exilés sont envoyés dans des centres d’accueil et d’orientation (CAO), gérés par des associations mandatées par les Préfectures, à travers la France. Ces centres ont pour but d’offrir à ces personnes les conditions d’élaboration de projets futurs et, si tel est leur choix, d’entamer des démarches de demande d’asile en France. À un mois des élections régionales, cette politique fut immédiatement critiquée, par tous les bords politiques et les associations d’aide aux migrants. Elle s’est poursuivie néanmoins jusqu’au démantèlement total de la jungle de Calais. D’un côté les associations d’aide aux migrants y voyaient une fausse solution, consistant à dissoudre le problème plutôt qu’à le traiter, avec le risque que se recréent et se multiplient des camps clandestins à d’autres endroits. De l’autre, des partis politiques d’extrême droite, dont le Rassemblement National, réactivaient la rhétorique du grand remplacement, dénonçant “la submersion” migratoire des campagnes françaises.

Châteaudouble, petit village perché de 465 habitants en Dracénie dans l’arrière-pays varois, est l’une de ces communes ayant accueilli un CAO. A l’origine annoncée pour quelques mois – entre un et neuf mois-, l’installation du centre, accueillant en permanence soixante-douze migrants, s’est étendue du 17 septembre 2018 au 1er mars 2020. De prime abord, toutes les conditions semblaient réunies pour que la cohabitation soit conflictuelle : le nombre de migrants accueillis – 15% de la population municipale -, l’isolement du village situé dans les hauteurs de Draguignan avec très peu d’activité et de moyens de transports vers la côte urbanisée, et enfin le profil des clandestins – soixante-douze hommes jeunes et seuls – rendaient l’intégration des nouveaux arrivants improbable aux yeux des villageois. Du côté de certains villageois, l’intégration de cette population n’était pas seulement improbable, elle n’était pas souhaitable. Dans ce village où Marine Le Pen avait obtenu 45,53% des voix au deuxième tour de l’élection présidentielle de 2017, on pouvait légitimement supposer une certaine hostilité des villageois face à l’arrivée de migrants clandestins. Qui plus est, les villageois semblaient s’inquiéter pour l’avenir de ce village rural dont l’activité et la population sont en retrait par rapport à la côte dynamique. Si ces inquiétudes ont donné lieu au début à des manifestations d’hostilité laissant prévoir un risque de conflit entre villageois et migrants, aucun incident ne fut à déplorer jusqu’à aujourd’hui, et le village a été ensuite souvent brandi comme un modèle de cohabitation harmonieuse : le 24 janvier 2020, Var-Matin titrait par exemple “Le départ des migrants de Châteaudouble provoque émotion et tristesse dans le cœur des villageois”ii.

Je tenterai donc de montrer comment Châteaudouble nous donne un exemple de fabrication ex-nihilo d’un vivre-ensemble entre des populations étrangères l’une à l’autre, que l’on peut analyser dans les termes de la négociation et de la médiation. Après être revenu sur les facteurs de conflictualité de la situation du village, je montrerai les moyens de construire un vivre-ensemble qui ont été mobilisés dans ce cas précis.

Une situation de conflit potentiel

Une cohabitation imposée.

Pendant les deux mois qui ont précédé l’arrivée des migrants à Châteaudouble, deux manifestations d’hostilité au projet d’installation signalent l’ouverture d’un conflit, ou à tout le moins un risque élevé de conflit. Premièrement, le 13 juillet 2018 le conseil municipal décide d’annuler la “manifestation républicaine” prévue à l’occasion de la fête nationale. Deuxièmement, le 9 septembre 2018, une vingtaine de militants de Génération Nation (GN) (anciennement Front national de la jeunesse) déploient une banderole “Stop Migrants” et un drapeau tricolore dans le village. “Nous sommes venus soutenir la population et protester contre la colonisation de nos villages”, explique Dorian Munoz, responsable local de GN, au Figaro qui titre le même jour “Avec ses migrants, le petit village de Châteaudouble voit rouge”iii.

Bien que les titre des journaux interprètent ces manifestations comme des signes d’hostilité adressés aux migrants, la réalité au village est plus nuancée, comme le montre un reportage de France 3 PACA le 3 juilletiv : certains y voient une opportunité d’amener de la vie au village, tandis que le voisinage du centre s’inquiète de possibles nuisances. L’annulation des festivités du 13 juillet s’adresse bien plus à l’État qu’aux futurs arrivants : selon Var-Matin cette annulation est un geste symbolique qui fait suite à “la non-concertation de l’État sur les conditions d’implantation de réfugiés au village”v. En effet, l’installation du CAO est décidée de manière unilatérale par les Préfecture dans les communes disposant de locaux disponible pour accueillir les clandestins. C’est donc bien l’absence de consultation des acteurs locaux qui suscite ces manifestations d’hostilité au village. Quant à la manifestation des militants de GN, la citation ci-dessus laisse comprendre qu’il ne s’agit pas d’habitants du village, mais de militants des alentours ayant fait le déplacement. Ceci n’exclut pas qu’il ait pu y avoir des motivations racistes au rejet de cette nouvelle population, mais relativise le constat univoque de certains media.

Le village comme les réfugiés se trouvent donc placés en septembre 2018 dans une situation que ni les uns ni les autres n’ont choisie, et sur laquelle il n’ont aucun pouvoir de négociation : Fouad, réfugié afghan et peintre en bâtiment, déclare “Je pense que la vie va être un peu difficile au début. On nous a mis ici, on ne nous a pas demandé notre avis” dans un reportage de France 3 du 17 septembrevi. De son côté, le Maire confesse “ça me dépasse”, témoignant ainsi de son impuissance face à la situation. C’est donc notamment l’absence de consultation des acteurs locaux qui a créé cette situation de conflit potentiel. En imposant unilatéralement cette installation, le gouvernement et la Préfecture ferment la porte à tout possibilité de négociation, et ne restent plus aux acteurs que des modes agonistiques d’expression du mécontentement. Bien qu’à l’origine destinée à l’Etat, il était alors à craindre que cette hostilité ne se retourne contre les migrants lors de leur arrivée. Mais avant de montrer comment cette situation de conflit latent a pu être dépassée, examinons les raisons de l’inquiétude des villageois.

Un « village imprenable » : la question de l’appartenance du territoire.

Si l’on regarde simplement les résultats électoraux du Front National (45,53% au deuxième tour de l’élection présidentielle de 2017) on pourrait conclure hâtivement qu’il s’agit d’un village en partie acquis aux idées du Front National, et donc opposé aux migrants pour des raisons idéologiques. Pourtant un événement intervenu juste avant l’installation du CAO suggère que la situation est plus complexe. Le 12 septembre 2018, Marine le Pen s’est rendue en personne au village, à l’invitation de David Rachline – Maire de Fréjus, une commune voisine-, pour tenter un “coup de communication”. Elle amène avec elle des journalistes, des médias nationaux et prévoit une déambulation au village. Dès son arrivé, un comité « d’accueil » est présent pour manifester contre sa venue et tenter de l’empêcher d’avancer dans le village, criant « le village emmerde le Front National ». Elle restera en tout et pour tout 20 minutes, subissant les insultes des villageois, diffusées par exemple dans l’émission Quotidien sur TMCvii. Outre les insultes, Marine Le Pen et David Rachline sont chassés du village par des villageois perchés sur un tracteur, criant « à l’attaque! » ou encore « on va les écraser! », comme le montrent nombre de vidéos rediffusées sur les réseaux sociaux.

On peut s’étonner de cet accueil, mais surtout des mots qui sont prononcés par les villageois à l’encontre de la présidente du RN. En effet les villageois s’écrient de nombreuses fois “rentrez chez vous!”, “c’est notre village ici!”, ou encore “on les a pas invités ces gens là” (JT de France 3 le soir mêmeviii). Ces mots, quelques jours plus tôt, on aurait attendu qu’ils soient prononcés à l’encontre des migrants : ils relèvent d’une rhétorique communautaire et d’un lexique de l’appartenance au territoire. Lorsque les villageois sont interviewés, ils expriment leur hostilité face à toute tentative d’appropriation politique du village : Laure, une habitante, déclare par exemple « Nous n’avons pas besoin de parti politique dans notre village, on est assez grand pour gérer les affaires qui s’y passent » (reportage de France 3 le 17 septembreix). De même, le Maire Georges Rouvier, lorsque il apprend face caméra, dans le reportage “Enquête de Région” sur France 3 diffusé le 15 avril 2019, l’arrivée de Marine Le Pen, s’offusque de na pas avoir été prévenu et déclare “je vois pas pourquoi je la recevrais quoi”x. Cette étonnante mise en équivalence dans les discours de la venue de Marine Le Pen et de celle des migrants – “moi j’en pense rien, que chacun reste à sa place et c’est tout. S’ils sont là et qu’ils dérangent dégunxi ben ils resteront là, maintenant s’ils sont là et qu’ils foutent le bordel beh ça se passera comme ça c’est passé avec elle, voilà” déclare un villageois interviewé dans l’émission Enquête de Région sur France 3 – indique une volonté de protéger la communauté villageoise de toute appropriation et de lutter pour l’indépendance du village : “on a juste voulu défendre notre village contre une récupération politique” déclare un villageois dans Quotidien le 12 septembre 2018xii. Et le narrateur de dire “Les contre-manifestants posent sous la devise de la république, fiers d’avoir été à la hauteur de la réputation du village, imprenable”. La sociologie de la ruralité nous donne ici des outils pour comprendre les discours des acteurs à travers les concepts d’appartenance au territoire et d’autochtonie (Retière 2003 ; Renahy 2005). Cet enjeu est d’ailleurs exprimé dans une dispute entre une villageoise et un membre du RN accompagnant Marine Le Pen diffusée par Enquête de Région, la première s’écriant “la terre elle est à tout le monde” à quoi le second répond “oui mais la France elle est aux Français”.

L’angoisse du déclin rural, entre peurs et enthousiasme.

Cette volonté de protection de la communauté villageoise est à mettre en relation avec une peur pour l’avenir du village exprimée par certains. Tout d’abord, les villageois semblent s’inquiéter du déclin démographique du village. Certains voient dans l’installation des migrants une occasion de gonfler les rangs des villageois : “c’est de la vie pour la commune” et “c’est un bien parce que cette maison elle sert à rien pour l’instant, il y a plus personne donc c’est pas la peine de laisser des bâtiments vides. Après je pense que ça peut amener du monde au village en plus parce qu’il est en train de se mourir un petit peu” déclarent deux villageois (reportage, France 3 PACA, 13 juillet 2018xiii). D’autres au contraire s’inquiètent du faible nombre de villageois par rapport au nombre de migrants, comme le Maire de Chateaudouble dans le même reportage : “moi je suis inquiet en tant que maire parce que la Commune de Chateaudouble, bon ben on fait 380 habitants répartis avec Rebouillon, et je trouve que ça fait beaucoup au niveau de notre village quoi”. Enfin ce villageois par exemple explique à Valeurs Actuelles le 3 juillet qu’il ne croit pas en la capacité de ces 72 hommes seuls de redonner de la vie : “Je pense qu’il ne sera pas facile de les intégrer. C’est plutôt mal perçu dans le cœur du village. Depuis samedi, tout le monde en parle. Il aurait été plus intéressant d’accueillir des familles notamment pour augmenter l’effectif de l’école et la crèche”xiv. De plus les villageois s’inquiètent du déclin économique du village, notamment du départ du boulanger du village – “ça peut faire vivre le village un peu, animer au niveau des commerçants, parce qu’il n’y a plus de commerçants, le boulanger est parti” déclare un villageois (JT de France 2, 11 septembre 2018xv) -, de la fermeture d’un des deux restaurants du village, et de la baisse du nombre de touristes de passage en raison de la fermeture de la route ralliant les Gorges du Verdon à Draguignan qui autrefois passait par le village.

Pourtant, à regarder les statistiques du village, aucune ne semble indiquer que ce village connaît un “déclin”. Au contraire, la population municipale a augmenté de 275 habitants entre 1975 et 2016, et le solde démographique du village est supérieur à la moyenne nationale :

A l’échelle locale cependant, le dynamisme démographique du village est en recul par rapport au reste du département, ce qui s’explique probablement par l’attractivité de la côte par rapport à l’arrière-pays :

Enfin d’un point de vue économique la faible attractivité du territoire est attestée par le très faible taux de concentration des emplois : pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la commune, il y a à Châteaudouble 38,9 emplois en moyenne, ce qui indique que les habitants vont généralement travailler dans les communes voisines.

Ce déclin, ressenti relativement aux dynamiques locales ou réel, semble être vécu par les habitants comme une menace pour l’avenir du village, et ainsi pour leur autochtonie : il est d’autant plus important pour les villageois de défendre l’indépendance du village que celui-ci se trouve dans une dépendance croissante vis-à-vis des villes de la côte, Fréjus en tête – dont on peut rappeler que David Rachline est le maire ce qui contribue à expliquer l’hostilité des habitants à l’égard de M. Rachline et de Mme Le Pen le 12 septembre 2018. Ce lien entre les conditions concrètes d’existence et les visions du monde, plus précisément les affinités et comportements politiques communautaires des habitants des campagnes en déclin est par exemple explicité par Benoît Coquard selon le mode du “Déjà, nous” (Coquard 2019).

La construction d’un vivre-ensemble.

Si certains sont donc opposés, d’autres expriment des témoignages d’hospitalité : « Moi je veux que ces gens-là ils sachent que nous on va les accueillir, qu’ils ont intérêt de se tenir à carreau quand même hein. Mais on va faire pour que ça se passe bien » (Quotidien, TMC, 14/09/2018).

Dans la mesure où les deux populations se trouvaient dans un voisinage “forcé”, ils n’avaient en effet d’autre choix que d’apprendre à cohabiter. Pour ainsi dire, tous avaient intérêt à ce que tout se passe bien, et c’est donc une négociation de nature intégrative qui s’est mise en place.

La médiation comme moyen de développer une compréhension réciproque.

Une première étape nécessaire à la construction d’un vivre-ensemble fut d’apaiser les tensions. Pour cela, on peut mentionner un certain nombre de supports de médiation, humains et non-humains, qui se sont mis en place de manière à permettre la compréhension réciproque des villageois et des migrants, en somme de développer une empathie. Comme le montrent en effet Roger Fisher et William Ury (1981), le développement d’une inter-subjectivité est un principe central en vue d’une négociation intégrative, envisagée comme un processus créatif, ici du vivre-ensemble, et non comme une opposition frontale ou un jeu à somme nulle.

En premier lieu, ce sont les acteurs associatifs qui ont fait office de tiers-médiateur entre les demandeurs d’asile et les villageois d’une part, et entre les demandeurs d’asile et l’administration d’autre part. Les CAO sont en effet gérés par des associations mandatées par les Préfectures, et à Châteaudouble il s’agit du “Forum Réfugiés Cosi”, une association de dimension nationale qui emploie 7 salariés au centre et des bénévoles. Tout d’abord, elle fait office de médiateur avec les villageois et les médias : c’est elle qui organise les visites à l’intérieur du centre, mobilise éventuellement des traducteurs quand c’est nécessaire et qui est l’interlocuteur prioritaire sur place. L’association a aussi joué un rôle très important dans l’organisation d’événements collectifs pour permettre aux réfugiés et aux villageois de se rencontrer. En outre l’association sert d’intermédiaire entre les réfugiés et l’administration française, pour la réalisation et le dépôt de leurs éventuelles demandes d’asile notamment. L’association présente d’ailleurs elle-même son mandat dans les termes de la négociation : “Dans ces domaines, d’être un interlocuteur privilégié des pouvoirs publics aux plans local, départemental, régional, national, européen et international (notamment le HCR et les autres agences de l’ONU), tant pour la négociation des meilleures conditions possibles d’accueil et d’insertion des réfugiés que pour la promotion et la défense des droits de l’Homme et de l’état de droit”xvi.

Par ailleurs, le développement d’une inter-subjectivité entre les acteurs en présence passe par des supports de médiation non-humains. Dans les échanges que j’ai eus avec les villageois il revient de manière récurrente que le terrain de football a permis le développement de nombreuses sociabilités entre les jeunes du village et les résidents du centre. Ainsi, un jeune du village me dit : “Beaucoup de foot dans notre City à Sainte- Anne, des repas, la fête donc musique dance…, jeux de carte”. De même dans le reportage Enquête de Région, le terrain de foot est présenté comme “le rendez-vous quotidien avec les jeunes de Châteaudouble”. C’est également ce que rapporte Elie, avec qui j’ai pu m’entretenir, et aussi dans le reportage de Quotidien du 08 octobre 2019xvii : “Le foot a pu aider aujourd’hui pour faire les premières rencontres, mais à l’heure d’aujourd’hui on les connaît tous, ils nous connaissent donc si on vient c’est juste pour jouer comme si c’était nos potes quoi”.

On peut également mentionner les concerts qui ont lieu tous les vendredi soir pendant l’été au village, qui sont l’occasion de danser collectivement, comme le déclare ainsi une villageoise à Var-Matin le 20 juillet 2019xviii. Ces supports sont autant de médiateurs de la relation entre les résidents du centre et les villageois, qui permettent de développer une compréhension réciproque et ainsi de faire baisser les tensions, comme me l’explique un villageois lors d’un entretien après que je lui demande “à ton avis pourquoi ça c’est si bien passé?” : “La simple compréhension et juste une ouverture d’esprit des plus franche. On n’est pas des animaux quand même.”

Le partage des ressources d’autochtonie.

Qui plus est, la construction du vivre-ensemble doit passer par le développement d’une manière d’habiter le territoire pour les nouveaux arrivants. C’est ce que souligne Fouad dès le premier jour au micro du 13h de France 2 le 18 septembrexix : « Les jeunes doivent être dans des métropoles, des grandes villes, quelque chose comme ça. Mais là je suis arrivé dans ce village, je dois faire avec, je dois vivre ici ». Pour cela, il s’agit de “domestiquer” l’environnement par des formes d’agencements à l’échelle de la proximité, de construire un rapport personnel à son environnement d’habitation, en somme de s’approprier les lieuxxx. Des formes de transactions socialesxxi autour des ressources locales se sont ainsi mises en place en vue de la construction d’une manière d’habiter ensemble. Bien entendu, ces formes de négociations ou d’arrangements au quotidien restent limitées dans la mesure où cet habitat n’a été que temporaire. Un premier type de transaction sociale que l’on a pu observer a consisté en un partage de ces ressources d’autochtonie entre les réfugiés et les villageois, à travers des activités de découverte des traditions provençales pour les uns (soupe au pistou, Aïoli, musique et traditions populaires…) et des traditions de leurs pays d’origine pour les autres (traditions culinaires, art africain, musique…). Par exemple, le 20 juillet 2019 est organisé à l’initiative des résidents du centre, de l’association et de la mairie un “Repas de la fraternité entre migrants et habitants” (France 3 Côte d’Azur ce même jourxxii). Comme l’explique le Maire à France 3 PACA il s’agit de permettre un échange culturel pour les “intégrer” : « Depuis qu’il y a des migrants à Châteaudouble on essaye de les intégrer avec nous, essayer de faire des trucs ensemble, et là on avait pensé grâce aux associations, tout du bénévolat qui sont là comme vous avez pu le voir de faire un repas avec la population, avec tout le monde, avec leurs spécialités et aussi bien sûr les traditions provençales ».

On peut mentionner d’autres échanges : par exemple certains villageois et habitants des alentours avaient l’habitude de venir au centre les bras chargés, comme dans le reportage d’Enquête de Région où un couple vient rendre visite aux résidents apportant un panier de légumes et des sacs de fruits secs; certains migrants ont aussi été invités chez des villageois pour la Noël, comme le raconte Cheik dans le même reportagexxiii. Ces formes de don/contre-don sont autant de transactions sociales qui permettent de créer du lien et de développer des manières de vivre-ensemble. La construction d’un habitat commun est aussi passée par une phase d’appropriation de l’environnement local : il a fallu apprendre à composer avec l’isolement, avec la ruralité de manière à développer un rapport personnel au territoire. Premièrement, pour pallier l’isolement géographique du centre, il a été convenu entre les salariés de l’association forum-réfugié et la mairie, de mettre à disposition des résidents un service de transport leur permettant de se rendre plusieurs fois à Draguignan, la ville la plus proche, sans voiture personnelle. Par ailleurs des activités de découverte du paysage environnant ont été mises en place, par exemple à travers des balades organisées entre villageois et migrants dans les forêts alentours. Enfin, l’appropriation de leur lieu de vie est aussi passée par un sommaire aménagement des espaces entourant le centre : les migrants et bénévoles du centre réalisaient régulièrement des travaux de jardinage autour du centre, mais surtout entretenaient un potager créé collectivement sur un lopin de terre à proximité.

Conclusion

Il est indéniable qu’il existait des tensions dans les mois qui ont précédé l’arrivée des réfugiés au village de Châteaudouble, qui se sont d’ailleurs matérialisées dans des actes d’hostilité manifestes et qui apparaissaient à tous comme les signes annonciateurs d’un conflit. Il semble que ce soit l’absence de concertation avec les acteurs locaux qui cause ces tensions car elle empêche toute possibilité de négociation. L’enjeu de cette hostilité était très connecté aux enjeux ruraux du territoire : les villageois affichent leur volonté de défendre le village contre toute appropriation, qu’elle soit par un parti politique ou par les réfugiés. Tant dans leur attitude de protestation face à la non-concertation de l’État, que dans leur hostilité au Rassemblement National ou aux migrants ils affichent une volonté de défendre l’indépendance du village, défense qui est souvent justifiée par une peur du déclin rural. Face à ce risque de conflit, une première étape fut d’apaiser les tensions et les réticences des deux populations, qui étaient placées dans une situation que ni l’une ni l’autre n’avaient choisie et qui se trouvaient donc contraintes d’apprendre à vivre-ensemble. Pour cela un ensemble de supports de médiation ont été mobilisés pour permettre de développer une compréhension réciproque. Par la suite, il s’est agit de mettre en place une sorte de négociation intégrative, afin de trouver des arrangements sur les manières d’habiter ensemble. On a ainsi pu observer un ensemble de transactions sociales autour de ressources locales et des ressources d’autochtonie (culture locale, paysages…), qui ont permis d’une part aux nouveaux résidents de s’approprier leur lieu de vie, et d’autre part de trouver des manières de partager ce lieu avec les villageois. Bien entendu cette négociation resta très inachevée dans la mesure où l’installation des réfugiés sur place n’était que provisoire. Pourtant, c’est le lexique de l’intégration et non celui de la cohabitation qui était sur toutes les lèvres. Ce glissement de problématique et l’appropriation médiatique et politique du cas de Chateaudouble qui en est la raison sera l’objet d’un second article.

 

Maxence Dutilleul est élève en 3e année à l’ENS Paris-Saclay et suit cette année le master 2 “Institutions, Organisations, Economie et Société” de PSL. Il s’intéresse principalement à la sociologie économique de la monnaie et de la finance. Dans cet article il rend compte d’un travail réalisé pour le cours de “Sociologie du conflit” en Licence 3 de Sociologie à l’ENS Paris-Saclay.

i« La “Jungle” de Calais, plus grand bidonville d’Europe », France 3 Hauts-de-France, publié le 03/11/2015 à 16:49, mis à jour le 03/11/2015 à 17:23, https://france3-regions.francetvinfo.fr/hautsde-france/la-jungle-de-calais-plus-grand-bindonville-d-europe-843851.html (29/04/20)

iiCarine Bekkache, « VIDÉO. Le départ des migrants de Châteaudouble provoque émotion et tristesse dans le cœur des villageois », Var-matin (Châteaudouble), 25/01/2020 à 07:45, https://www.varmatin.com/faits-de-societe/video-le-depart-des-migrants-de-chateaudoubleprovoque-emotion-et-tristesse-dans-le-coeur-des-villageois-452214 (29/04/20).

iiiVincent-Xavier Morvan, « Avec ses migrants, le petit village de Châteaudouble voit rouge » (reportage), Le Figaro, Publié le 9 septembre 2018 à 18:50, mis à jour le 10 septembre 2018 à 11:55, https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/09/09/01016-20180909ARTFIG00130-avecses-migrants-chateaudouble-voit-rouge.php (29/04/20).

ivFrancis Malory et Alexandre Dequidt, « Châteaudouble dans le Var accueillera 72 migrants en septembre », France 3 PACA, 03/07/18, https://www.youtube.com/watch?v=5_0jqXQDQ-E (29/04/20).

vB.G, « Le conseil municipal annule la Fête nationale pour protester contre l’arrivée des réfugiés au village », Varmatin (Draguignan), Publié le 13/07/2018 à 10:20, Mis à jour le 13/07/2018 à 12:06, https://www.varmatin.com/vie-locale/le-conseil-municipal-annule-la-fete-nationale-pour-protestercontre-larrivee-des-refugies-au-village-245887 (29/04/20).

vi« Migrants : les premiers réfugiés arrivent à Châteaudouble », France 3 National (19/20), 17/09/18, https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/mig

vii« Moment de vérité : qui a perturbé la visite de Marine Le Pen à Châteaudouble ? », Quotidien, TMC, 14/09/18, https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/moment-de-verite-aperturbe-visite-de-marine-pen-a-chateaudouble.html (29/04/20).

viii« Migrants : tensions dans un village du Var pendant la visite de Marine Le Pen », France 3 National (19/20), 12/09/2018, https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/migrantstensions-dans-un-village-du-var-pendant-la-visite-de-marine-le-pen_2937681.html (20/04/20).

ix« Migrants : les premiers réfugiés arrivent à Châteaudouble », France 3 National (19/20), 17/09/18, https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/migrants-les-premiers-refugiesarrivent-a-chateaudouble_2944989.html (29/04/20).

xNathalie Jourdan, Richard de Silvestro, Fabrice Gras, Eric El Koubi, Francis Malory Huss, Alexandre Dequidt, Thomas Gauthier, “Bienvenue à Châteaudouble” dans Enquêtes de Région, Enquête de Région, France 3 PACA, 15/04/19, https://www.youtube.com/watch?v=B6jKKXxZ0E4 (29/04/20).

xiSignifie « personne » en provençal.

xii« Moment de vérité : qui a perturbé la visite de Marine Le Pen à Châteaudouble ? », Quotidien, TMC, 14/09/18, https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/moment-de-verite-aperturbe-visite-de-marine-pen-a-chateaudouble.html (29/04/20).

xiiiLaurent Verdi, « Ce village du Var annule la fête nationale pour protester contre l’arrivée de migrants », France 3 PACA, publié le 13/07/2018 à 15:37, mis à jour le 13/07/2018 à 18:45, https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/var/ce-village-du-var-annulefete-nationale-protester-contre-arrivee-migrants-1512141.html (29/04/20).

xiv« Châteaudouble : 72 migrants pour 470 habitants », Valeurs Actuelles, 03/07/20 à 17:46, https://www.valeursactuelles.com/societe/chateaudouble-72-migrants-pour-470-habitants-96937 (29/04/20).

xv« Var : à Chateaudouble, un centre d’accueil pour migrants fait polémique », France 2 (JT 13h), 11/09/2018, https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/var-a-chateaudouble-un-centre-daccueil-pour-migrants-fait-polemique_2935767.html (20/04/20).

xvihttps ://www.forumrefugies.org/l-association/notre-mandat-nos-valeurs

xvii« Le Moment de vérité : retour à Châteaudouble, un an après l’installation de 104 migrants » (vidéo), Quotidien, TMC, 08/10/19, https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/lemoment-de-verite-retour-a-chateaudouble-un-an-apres-linstallation-de-104-migrants80203268.html (29/04/20).

xviiiM.B., « À Châteaudouble, il y a de l’humanisme ! » Var-matin (Draguignan), 20/07/2019 à 10:27, https://www.varmatin.com/vie-locale/a-chateaudouble-il-y-a-de-l-humanisme–399196 (29/04/20).

xix« Migrants : quel accueil pour les premiers réfugiés de Châteaudouble ? », JT de 13h, France 2, 18/09/18, https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/migrants-quel-accueil-pour-lespremiers-refugies-de-chateaudouble_2946093.html (29/04/20).

xxBulle S., “Domestiquer son environnement. Une approche pragmatiste d’un territoire confiné : le camp de réfugiés de Shu’faat à Jérusalem “, Asylon(s), N°2, 2007, Terrains d’ASILES.

xxiRémy J., « Négociations et transaction sociale », Négociations, 2005, 3, 81-95.

xxii« Repas de la fraternité entre migrants et habitants de ce village du Var », France 3 PACA, 20/07/19, https://www.youtube.com/watch?v=1ybNmYxC1DM (29/04/20).

xxiiiNathalie Jourdan, Richard de Silvestro, Fabrice Gras, Eric El Koubi, Francis Malory Huss, Alexandre Dequidt, Thomas Gauthier, “Bienvenue à Châteaudouble” dans Enquêtes de Région, Enquête de Région, France 3 PACA, 15/04/19, https://www.youtube.com/watch?v=B6jKKXxZ0E4 (29/04/20).

 

Pour citer cet article : Dutilleul Maxence, « Construire la co-habitation sur un territoire rural. Étude de cas sur l’installation d’un centre d’accueil et d’orientation pour migrants à Châteaudouble dans le Var », publié sur Saclay des champs le 11 octobre 2021 : http://saclaydc.hypotheses.org/?p=287