Réguler le risque émotionnel au travail

Margaux Rolland, étudiante en master de sociologie à l’ENS Paris-Saclay, a lu l’ouvrage de Thomas Bonnet, La régulation sociale du risque émotionnel au travail (Toulouse, Octarès, 2020).

À partir du constat selon lequel, en dépit des difficultés émotionnelles qui y sont associées, les professionnels des pompes funèbres, de l’hôpital et de la police mènent généralement à bien les tâches qui leur incombent, l’auteur cherche à identifier les fondements sociaux qui permettent cette bonne réalisation du travail.

Margaux Rolland nous en dit plus dans sa recension à découvrir sur Lectures !

« Make care » : des visières contre le Covid-19

Un programme de recherche présenté par Léo Chalet, Victor Chareyron et Maxence Dutilleul, étudiants en deuxième année à l’ENS Paris-Saclay, Volny Fages, enseignant au DER SHS & Emile Gayoso, post-doctorant,  à découvrir sur le site de La Vie des idées.

Cet article présente quelques analyses sur l’organisation et la nature de l’engagement des collectifs de makers pendant la crise liée au Covid-19 à travers le cas de la fabrication de visières de protection. Il s’agit de présenter le programme de recherche d’une enquête ethnographique en « terrain numérique » constituée d’observations en partie participantes et de 51 entretiens réalisés entre mars et novembre 2020. Cet article retrace l’émergence de règles organisationnelles structurant progressivement la mobilisation, tente de dégager les « répertoires organisationnels » (Clemens) dans lesquels elle puise et analyse la nature de l’engagement des makers, caractérisée de « convivialité attentionnée », remettant l’affectif au centre de l’action technique.

Incendie de l’usine Lubrizol : comment prévenir les risques industriels ?

La catastrophe de l’usine Lubrizol à Rouen, fin septembre 2019, a réactivé les débats récurrents, aux niveaux local et national, sur la gestion des risques industriels et l’exposition des populations locales à des risques souvent mal connus. Comment prévenir les accidents industriels ? Comment protéger les habitantes et habitants ? Comment réduire les dégâts associés ?

Julia Paul-Venturine, récemment diplômée de l’ENS Paris-Saclay et actuellement en thèse d’économie à PSE-École d’économie de Paris et à l’Université Panthéon-Sorbonne, fait le point dans un article publié sur le blog de la revue Regards croisés sur l’économie

 

« La France vend des armes ». Une approche critique-pragmatique d’un dossier complexe (2017-2019)

Dans le cadre du séminaire Socio-informatique des alertes et des controverses animé par Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz (EHESS, 2020-2021), Pierre-Emmanuel Metzger–Debrune, étudiant en 3e année à l’ENS Paris-Saclay et actuellement en master de sociologie à l’EHESS, s’est intéressé aux dynamiques temporelles et aux jeux d’acteurs du dossier des ventes d’armes de la France, sur la période 2017-2019. À l’aide du logiciel Prospero, il a analysé un corpus de textes publiés par plusieurs acteurs du champ médiatique. Ses résultats démontrent la fécondité d’une approche critique-pragmatique pour l’examen d’un dossier complexe.

Une analyse à découvrir sur le Carnet Hypothèses Socio-informatique et argumentation – Sociologie argumentative des controverses, concepts et méthodes socio-informatiques.

Les services de renseignement du régime de Vichy en Tunisie (juillet 1940 – novembre 1942)

Après la débâcle de 1940, lors de la signature de l’armistice, les Allemands exigent la dissolution de l’ensemble des services de renseignement français, à l’exception du « Bureau des Menées Antinationales » (ou « BMA »), chargé de protéger l’armée du régime de Vichy contre les ingérences étrangères[1]. Toutefois, l’ancien chef du renseignement français, le colonel Louis Rivet, parvient dans la clandestinité à reconstituer une structure de renseignements pour le nouveau régime, via deux services « camouflés » aux Allemands : d’une part, celui des « Travaux Ruraux » (ou « TR »), chargé du contre-espionnage sous la direction du colonel Paillole ; et d’autre part, le service d’espionnage (ou « SR ») proprement dit, du Lieutenant-Colonel Perruche. Ces différentes structures vont, avec l’assentiment plus ou moins clair d’une partie de l’Etat-Major de l’armée de Vichy, continuer une action de renseignements dirigée en grande partie contre l’Axe, mais également dans une moindre mesure contre les Alliés et les gaullistes.

Comme l’écrit l’historienne Claude d’Abzac-Epezy, ces services de renseignement sont « un de ces exemples de contradictions qui plongent les historiens dans la perplexité[2] » : ils représentent une partie du régime vichyste qui a effectivement, à plusieurs reprises, continué à affronter les Allemands après 1940. Leur exemple sera d’ailleurs mobilisé par les tenants de la théorie du « double-jeu » du Maréchal Pétain, selon laquelle les vichystes auraient en réalité tout fait pour lutter contre les Allemands en feignant la collaboration.

Mais cela est sans doute lié au fait que jusqu’à une date récente, les services de renseignement de Vichy ont été relativement peu abordés par les historiens, du fait de l’impossibilité d’accéder à leurs archives[3]. La vision de l’activité des services qui s’impose d’abord est donc celle des « anciens » du renseignement français, qui publient leurs mémoires après la guerre, comme le colonel Paillole[4]. Il relate la façon dont les services ont discrètement mais impitoyablement traqué les espions nazis en zone libre et en Afrique du Nord, de l’armistice jusqu’à l’invasion de la zone libre en novembre 1942. Il va également diffuser une vision particulière de l’activité des services pendant la guerre, qui sera reprise par tous les anciens des services : les agents de renseignement de Vichy, dès l’armistice, auraient en fait été obnubilés par l’idée de se venger des Allemands. Ils auraient transmis une grande partie de leurs renseignements aux Britanniques et aux Américains pour les aider dans leur lutte contre l’ennemi honni, et auraient également apporté une aide précieuse aux mouvements gaullistes, sans que ces derniers ne s’en rendent toujours compte, en arrêtant les espions allemands qui tentaient d’infiltrer les réseaux de résistants. Enfin, ils auraient mené toutes ces actions à l’insu du gouvernement collaborateur. Tout cela aurait presque fait d’eux des résistants avant l’heure. Les anciens des mouvements de résistants, dans leurs mémoires, montrent quant à eux une certaine circonspection face à cette version des faits[5]. Ils reconnaissent en général l’activité qui a été celle des services vichystes contre les espions allemands : le général de Gaulle lui-même, dans ses Mémoires de guerre, évoque « le service de renseignement [qui] continuait d’appliquer dans l’ombre des mesures de contre-espionnage[6] ». Mais ils mettent en doute l’action pro-gaulliste que les anciens des services spéciaux prétendent avoir menée.

En 2005, l’historien britannique Simon Kitson[7] parvient à réaliser un travail synthétisant l’action de ces services, en se basant sur des archives nouvellement disponibles. Il démontre que si les services ont bien fait de la « chasse aux espions nazis » leur priorité, ils n’ont en même temps pas hésité à arrêter certains gaullistes. Et si des contacts avec « l’Intelligence Service[8] » ont bien eu lieu, ils ont été beaucoup plus restreints que ce que le colonel Paillole laissait entendre. Enfin, Kitson montre que contrairement à ce que les anciens des services spéciaux prétendaient, le gouvernement était totalement au courant de leurs pratiques. Selon lui, leur action, plus qu’un soutien aux Alliés et aux gaullistes, a surtout consisté en une défense de la souveraineté du régime de Vichy. Elle éclaire d’ailleurs un de ses traits saillants : le maréchal et son gouvernement font le pari d’une collaboration étroite avec les Allemands ; mais ils tâchent en même temps de les garder à distance quand ceux-ci se font trop inquisiteurs, et ceci non dans le but de participer à leur défaite ou d’aider les Alliés, mais de défendre la souveraineté et la légitimité du régime pour pouvoir librement appliquer le programme de la « Révolution Nationale ».

Toutefois, Kitson parle très peu de la façon dont les services évoluent en contexte colonial, et notamment en Afrique du Nord, alors même que les services y possèdent plusieurs bureaux. Or en Tunisie, le climat qui règne de l’armistice de juin 1940 jusqu’au débarquement américain du 8 novembre 1942, est peut-être encore plus menaçant pour la souveraineté française qu’en métropole. En effet, les Italiens, qui s’introduisent dans le Protectorat[9] par l’intermédiaire de la Commission Italienne d’Armistice dès l’été 1940[10], ne cachent pas leur intention d’exercer une influence croissante sur le pays, pour, à terme, en prendre possession. Ils peuvent d’ailleurs s’appuyer sur une communauté italienne, aussi nombreuse que la communauté française, qui est tout à fait encadrée par des militants fascistes envoyés par l’Italie. S’ajoute à cela une certaine agitation de la population tunisienne, qui sous l’impulsion des partis indépendantistes Destouriens et Néo-Destouriens[11], réclame l’indépendance de façon de plus en plus virulente depuis le début des années 30. Enfin, comme dans tous les territoires de l’Empire, les autorités françaises craignent que la dissidence gaulliste, qui a réussi à gagner l’Afrique Equatoriale Française à sa cause, ne contamine les autres colonies.

Dans ce contexte particulier, il est d’abord clair que les services de renseignement du régime de Vichy n’ont pas cessé leur action contre l’Allemagne et l’Italie[12]. A travers les commissions d’armistice, l’Axe tente non seulement d’espionner l’armée de Vichy, mais aussi d’exercer une propagande à l’intention des Tunisiens, pour s’assurer de leur soutien si la guerre atteint leur pays[13]. Les Français ayant tout intérêt à faire barrage à ces actions pour préserver leur pouvoir colonial, les services de renseignement vont s’efforcer de surveiller les agents allemands et italiens, et leurs informateurs. Des agents de police, officiellement chargés d’assurer la sécurité des commissions d’armistice, rapportent notamment aux services de renseignement français les allées et venues aux alentours de leurs bâtiments. En juin 1942, les « Travaux Ruraux » possèdent également 5 agents infiltrés au sein du service de renseignement italien en Tunisie. Plusieurs espions de l’Axe seront arrêtés, emprisonnés, et parfois condamnés à mort.

Toutefois, dans le même temps, les services de renseignement s’attachent aussi à entraver l’action des indépendantistes tunisiens. Après 1940, il devient vital pour le régime de Vichy de s’assurer une mainmise ferme sur son empire colonial, ce dernier servant notamment à justifier aux yeux des Allemands l’utilité d’un gouvernement français indépendant. Par conséquent, le Bureau des Menées Antinationales de Tunisie renseigne par exemple l’Etat-Major sur l’état de l’opinion des civils tunisiens vis-à-vis des indépendantistes. Parallèlement, le bureau local des « Travaux Ruraux » s’attache à infiltrer certains groupes indépendantistes pour les espionner, et faciliter leurs arrestations futures. Le service parvient par exemple à se renseigner sur les activités que le docteur Habib Thameur, l’un des leaders du mouvement néo-destourien, mène depuis sa prison[14], grâce à un de ses codétenus, un ancien espion allemand arrêté par le service et qui accepte de collaborer pour voir sa peine réduite. Les « Travaux Ruraux » espionnent même Moncef Bey, le nouveau souverain tunisien à partir de l’été 1942, qui passe pour soutenir les indépendantistes.

De plus, les services de renseignement tentent de défendre la souveraineté du régime contre ses ennemis de l’intérieur : il s’agit par exemple, pour le Bureau des Menées Antinationales, de prévenir le départ de militaires ou de civils du Protectorat vers Malte, qui est un territoire anglais, pour rejoindre les gaullistes. De manière générale, les services guettent toute forme de sympathie pour le général de Gaulle au sein de l’armée comme de la population. Après la découverte fortuite d’un réseau gaulliste dans toute la Tunisie, le groupe « Mounier[15] », qui renseigne les Britanniques sur les mouvements des navires italiens et allemands depuis les côtes du Protectorat, le Bureau des Menées Antinationales participe à l’enquête visant au démantèlement du réseau. Quelques mois plus tard, le poste des « Travaux Ruraux » parvient aussi à infiltrer un informateur auprès de certains membres restants du mouvement.

Cependant, il semble que les services fassent preuve d’une certaine indulgence vis-à-vis des mouvements gaullistes, tant que ceux-ci se contentent d’aider les Britanniques plutôt que de subvertir l’autorité vichyste sur le Protectorat. Le poste des « Travaux Ruraux », qui a découvert l’identité du chef secret du « réseau Mounier » grâce à son infiltration, ne provoque pas son arrestation. Le service d’espionnage (« SR ») de l’armée de terre en Tunisie, ou du moins certains de ses membres, a également apporté un soutien logistique et des renseignements au groupe, le BCRA[16] en faisant parfois même état.

Ce paradoxe apparent se retrouve aussi dans l’attitude des services vis-à-vis des Alliés : d’une part, le contre-espionnage français semble parfois hostile aux Anglo-Américains, et tente de s’informer sur les menées de leurs agents en Tunisie. En juin 1942, les « Travaux Ruraux » possèdent ainsi deux agents infiltrés au sein des services de renseignement américains. Il s’agit en particulier de se renseigner sur les filières qui permettent à des soldats de rejoindre la dissidence gaulliste, et qui sont souvent liées aux consulats américains. Mais d’autre part, il est clair que le SR soutient régulièrement les services de renseignement alliés, avec l’assentiment au moins tacite d’une partie de l’état-major. Le SR de l’armée de terre organise par exemple, depuis Sfax, la récupération de documents sensibles dans les épaves des navires italiens coulés au large de la Tunisie, pour les transmettre aux Britanniques. Le SR de l’armée de l’air, dirigé par le lieutenant Lacat, est même directement en contact par radio, depuis Tunis, avec Malte, et transmet des informations à « l’Intelligence Service ».

La réalité n’est donc pas celle, dépeinte par les « anciens », de services qui se seraient totalement concentrés, dès 1940, sur le combat contre l’Axe et en faveur des Alliés. Comme l’avait montré Simon Kitson, ils ont en fait bien été des organes vichystes, et leur action a visé avant tout à défendre un régime qu’ils soutenaient : en participant à la répression des indépendantistes tunisiens, en combattant la dissidence gaulliste, et en s’efforçant parfois de tenir à distance les Anglo-saxons. Ce soutien a cependant aussi impliqué, et c’est là toute la complexité de leur action, de déployer des efforts considérables pour entraver l’action des agents de l’Axe, péril majeur pour la souveraineté française en Tunisie. Comme il a aussi parfois impliqué d’aider les Alliés dans leur combat, quand cela ne menaçait pas la souveraineté du régime. Ce soutien aux Anglo-Saxons n’a toutefois pas été général ni massif, et a parfois seulement été le fait d’officiers de renseignements agissant indépendamment de leur service, pour qui la germanophobie l’emportait sur la fidélité au régime.

Si ces services ont bien été vichystes dans toute la complexité du terme, leurs agents auront finalement un parcours typique des « vichysto-résistants[17] » : soutenant sincèrement dans un premier temps le régime de Vichy et son projet, comme le meilleur moyen de préserver la souveraineté française, ils changeront de camp après novembre 1942 et l’invasion de la zone libre par les Allemands, en constatant l’impéritie du régime du maréchal. En Tunisie, la majorité des officiers de renseignement rejoindront ainsi le général Giraud et les Anglo-Américains, débarqués en Afrique du Nord le 8 novembre 1942, et les appuieront dans leur combat contre l’Axe.

Matthieu Charrié est titulaire d’un M2 d’histoire de l’Université Paris-Saclay. Il est actuellement en 4e année de scolarité à l’ENS Paris-Saclay et prépare les concours administratifs au sein de l’Ecole d’affaires publiques de l’IEP de Paris.

[1] Après l’armistice, les Allemands autorisent le régime de Vichy à garder une petite « armée d’armistice », aux moyens très faibles, dans les zones qu’il contrôle (la zone libre en France, et les colonies).

[2] Claude d’Abzac-Epezy, L’armée de l’Air des années noires : Vichy, 1940 – 1944, Paris, Economica, 1998.

[3] Les archives classées « secrètes » ou « très secrètes » demandent en effet un délai particulier avant de pouvoir être consultées. Par ailleurs, une grande partie des archives du régime de Vichy, dérobées par les Allemands lors de l’invasion de la zone libre en novembre 1942, puis par les Soviétiques à Berlin en 1945, ne seront restituées à la France que dans les années 1990, après la chute de l’URSS.

[4] Paul Paillole, Services Spéciaux (1939-1945), Paris, Robert Laffont, 1975.

[5] Colonel Passy, Mémoires du chef des Services secrets de la France libre, Paris, Odile Jacob, 2000 [1ère éd. 1951].

[6] Charles de Gaulle, Mémoires de guerre. L’appel : 1940 – 1942, Pocket, Paris, 2010 [1ère éd. 1954], p. 283.

[7] Simon Kitson, Vichy et la chasse aux espions nazis, 1940 – 1942 : complexités de la politique de collaboration, Paris, Autrement, 2005.

[8] Nom du service de renseignement britannique.

[9] Le régime du Protectorat, institué en 1881 par le traité du Bardo, garantit le maintien de la Tunisie comme Etat souverain, et le Bey de Tunis reste l’autorité suprême ; mais les Français s’assurent une mainmise solide sur le pays, par l’intermédiaire d’un résident général nommé par le gouvernement français. Ce dernier est officiellement subordonné au Bey, mais dans les faits il lui dicte sa politique.

[10] Il s’agit de la Commission chargée de vérifier que les Français respectent bien les clauses de l’armistice, et notamment qu’ils procèdent au désarmement de la majorité de leurs troupes.

[11] Le Destour, dirigé par le cheikh Thaalbi, est un parti indépendantiste modéré, qui regroupe surtout des notables, et prône une émancipation progressive. Le Néo-Destour d’Habib Bourguiba est quant à lui un parti de masse, qui vise l’indépendance par une action plus directe, en organisant des manifestations et des grèves par exemple. Après les événements du 9 avril 1938, où des émeutes néo-destouriennes sont durement réprimées par les Français, le parti est interdit, et Bourguiba emprisonné puis exilé en France.

[12] Les archives des services de renseignement vichystes en Tunisie sont consultables au Service Historique de la Défense à Vincennes – elles se trouvent pour certaines au sein du « fonds de Moscou », l’ensemble des archives rapatriées de Russie dans les années 1990 (série GR7NN), ainsi qu’au sein d’un fonds récemment constitué regroupant les archives des services secrets français de cette époque en Afrique du Nord (série GR28P13).

[13] Les Italiens et les Allemands combattent en effet, dès 1940, contre les troupes anglaises dans la Libye voisine, et les combats menacent régulièrement de s’étendre jusqu’en Tunisie – ce qui arrivera finalement à partir de novembre 1942

[14] Emprisonné à partir de l’automne 1940, Habib Thameur continue en effet de transmettre des directives à son mouvement depuis sa prison.

[15] Du nom d’un de ses fondateurs, André Mounier.

[16] Service de renseignement gaulliste, basé à Londres.

[17] Vergez-Chaignon, Bénédicte, Les Vichysto-résistants de 1940 à nos jours, Paris, Perrin, 2008.

Pour citer cet article : Charrié Matthieu, « Les services de renseignement du régime de Vichy en Tunisie (juillet 1940 – novembre 1942) », publié sur Saclay des Champs le 29 juin 2021. URL : http://saclaydc.hypotheses.org/?p=134

Philosophie du corps augmenté : peut-on faire corps avec la technique ?

Mieux comprendre Terminator grâce à la phénoménologie de Merleau-Ponty ?

C’est ce que nous propose de faire Héloïse Eloi-Hammer, qui a mené des études de sociologie et de philosophie lors de sa scolarité à l’ENS Paris-Saclay, dans un article à découvrir sur le site Outsiders.

Ce site, dédié à la formation et aux recherches des jeunes chercheurs et chercheuses en sciences humaines et sociales, a été récemment créé par Roxane Bonnardel-Mira & Julia Descamps, diplômées de l’ENS Paris-Saclay.

La privatisation de l’eau peut-elle améliorer la santé des populations des pays en développement ? Etude de l’expérience marocaine de privatisation de la distribution d’eau

Résumé
Conformément aux recommandations des économistes du consensus de Washington, de nombreux pays en développement ont développé des partenariats publics-privés afin de promouvoir une gestion de l’eau plus efficiente. Pourtant, la littérature économique montre que la privatisation de l’eau n’améliore pas toujours la qualité ni l’accessibilité de l’eau. La relation entre les privatisations de l’eau et la santé des populations ayant été peu étudiée dans la littérature économique, hormis quelques études portant sur des pays latino-américains, cet article utilise la méthode des doubles différences sur des données microéconomiques de santé marocaines issues des enquêtes DHS1 pour les années 1992, 1995, 2003-2004. A l’exception de la ville de Casablanca, la privatisation de l’eau n’a pas conduit à une amélioration de la santé des marocains, mesurée par la prévalence des diarrhées et par des retards de croissance. Des phénomènes d’exclusion par le prix, des inefficiences dans la gestion de l’eau ou des comportements compensatoires de la part des foyers peuvent expliquer pourquoi la privatisation de l’eau apparaît même parfois comme un facteur de détérioration de la santé des populations.

«Water and Sanitation is one of the primary drivers of public health. I often refer to it as “Health 101”, which means that once we can secure access to clean water and to adequate sanitation facilities for all people (…) a huge battle against all kinds of diseases will be won».

Lee Jong-Wook

A travers ces mots, le docteur Lee Jong-Wook, alors directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé, met en exergue le rôle primordial que joue la gestion de l’eau sur la santé des populations des pays en développement. C’est pourquoi le sixième objectif du développement durable vise à accroître l’accès des populations à une eau propre, et plus globalement à améliorer les dispositifs d’assainissement de l’eau.

Malgré d’importants progrès, l’OMS rappelle qu’aujourd’hui 1.8 million de personnes meurent toujours chaque année de maladies diarrhéiques (dont le choléra). Parmi eux, 90% sont des enfants de moins de cinq ans vivant dans des pays en développement. En particulier, 88% des maladies diarrhéiques sont dues à l’utilisation d’eau de mauvaise qualité ou à des problèmes d’hygiène. En cela, l’accès à une eau de bonne qualité est un facteur déterminant de la santé des populations des pays en développement. Or, à titre d’exemple, selon la Banque Mondiale, les systèmes de canalisation de la plupart des pays africains conduisent à des pertes d’eau de 50 à 70%, à cause de fuites. C’est notamment pour résoudre ce problème que la privatisation des systèmes de distribution d’eau a été préconisée par la Banque Mondiale et le Fond Monétaire International dès les années 1990.

La privatisation de l’eau désigne l’opération par laquelle un organisme public transfère la gestion de l’eau à une compagnie privée en charge d’une mission de service public. Cette dernière gère alors l’exploitation des systèmes de distribution et d’assainissement d’eau, en général au sein d’un partenariat public-privé.

Selon la théorie économique, la privatisation de l’eau vise en effet à réaliser des gains d’efficience dans les activités d’assainissement et de distribution d’eau, tout en tenant compte des particularités de l’eau en tant que bien économique. En termes économiques, si l’eau au sens large est un bien commun (Hardin, 1968) l’eau potable s’apparente plutôt à un bien de club : l’eau « du robinet » est en général non rivale, -c’est-à-dire que la consommation d’eau par un individu ne diminue pas les possibilités pour un autre individu d’en consommer-, mais exclusif, car la distribution et le traitement de l’eau sont coûteux, ce qui incite à établir un prix de marché à laquelle l’eau potable est accessible. Or, les biens de club sont produits par des industries dites de réseau : en effet, leur production nécessite des équipements et des infrastructures lourds, générant des coûts fixes élevés1 comparés aux couts variables2. En conséquence, la production à grande échelle génère des rendements d’échelle croissants, c’est-à-dire que le coût marginal3 diminue avec la quantité produite. C’est pourquoi il apparaît optimal d’instaurer un monopole naturel (Sharkey, 1982) pour minimiser le coût marginal. Pour limiter le pouvoir de marché4 inhérent à l’existence d’un monopole, et cela afin d’éviter l’exclusion des personnes les plus pauvres du marché de l’eau, une régulation publique est dès lors nécessaire, et cela d’autant plus que le marché de l’eau est sujet à un autre type de défaillance de marché : la production d’eau génère des externalités, soit des effets externes non pris en compte par le marché. Il peut s’agir d’externalités environnementales, de genre (dans les pays en développement, le coût d’opportunité pour aller chercher l’eau étant important pour les femmes, Devoto et al, 2012) et aussi et en particulier ici, de santé, car l’accès et la qualité de l’eau sont directement liés à de nombreuses maladies.

Dès lors, l’existence de défaillances de marché est-elle un argument contre la privatisation de l’eau ? Pas nécessairement, puisque le concept même de partenariat public-privé consiste à confier la production d’un bien à un acteur privé en charge d’une mission de service public sous le contrôle d’un régulateur public. Dans le cas de l’eau, il s’agit en général de contrats de concession par lesquels une personne publique (régie, collectivité publique…) concède la gestion de l’assainissement et/ou des réseaux de distribution d’eau à un concessionnaire. La personne publique reste propriétaire de l’actif (infrastructures etc.). Elle devient également propriétaire des nouveaux investissements réalisés par son partenaire et peut en disposer librement à la fin du contrat de concession (en général, 25-30 ans). Ainsi, la privatisation de l’eau permet de réaliser de nouveaux investissements et d’entretenir les infrastructures sans accroître la charge fiscale des populations concernées, ce qui paraît particulièrement adapté aux pays en développement au regard des faiblesses fiscales qui les caractérisent fréquemment. De plus, selon la théorie néoclassique, la logique de maximisation du profit des entreprises privées les incite à réaliser des gains d’efficience, en tirant notamment profit des ressources comme de l’expertise technologique et des innovations dont elles disposent. Enfin, les théories d’économie politique et en particulier l’école du choix public soulignent que la mise en place de partenariats publics-privés peut limiter les risques de clientélisme et de corruption, sources d’inefficiences, en marginalisant des acteurs directement ou indirectement engagés dans la compétition électorale aux bénéfices d’experts (théorie des inefficiences X, Leibenstein, 1996).

Le but de cette étude économétrique est précisément de vérifier si la privatisation de l’eau au Maroc a permis de générer des gains d’efficience, soit une amélioration de la qualité de l’eau et de son accessibilité pour les populations locales, ou si au contraire, des phénomènes d’exclusion par les prix ou une mauvaise gestion de l’eau ont diminué l’accès de certaines populations à l’eau. Le canal choisi ici est ainsi celui de la santé car il s’agit d’un canal peu étudié, très lié à la qualité et à l’accès des populations à l’eau, et source de nombreuses externalités qui influent directement sur le développement économique et social des pays.

Revue de littérature

L’étude de la littérature économique ne permet en effet pas de conclure quant à l’impact des politiques de privatisation de l’eau sur la gestion de l’eau et l’accès à l’eau des populations. Ainsi, les régressions menées par Clarke et al (2004) sur des données Boliviennes, Brésiliennes et Argentines ne révèlent aucun effet significatif de la gestion privée de l’eau sur le taux de couverture en eau des populations locales. De façon analogue, Wallsten et al (2005) trouvent « peu de différence entre les systèmes publics et privés » de gestion de l’eau quant à son accessibilité. Inversement, Mc Kenzie et Mookherjee (2003) observent un effet positif de la privatisation de l’eau sur les possibilités d’approvisionnement en eau des populations les plus pauvres d’Argentine, Bolivie, Mexique et Nicaragua, mais aussi une augmentation du prix de l’eau.

De façon générale, la littérature économique ayant évalué l’impact des privatisations d’eau dans les pays en développement porte presque exclusivement sur l’Amérique Latine. Ainsi, les études quantitatives portant sur l’Afrique et notamment sur le Maroc sont très peu nombreuses, alors même que les pays africains ont des caractéristiques très spécifiques qui peuvent influer sur l’objet d’étude : le Maroc est ainsi un pays très rural (38% de sa population) et est le pays le plus inégalitaire d’Afrique du Nord. Ainsi, pour des raisons climatiques comme socio-économiques, l’accès à une eau de qualité est un véritable enjeu pour ce pays.

Une des rares études empiriques mesurant l’impact de la privatisation de l’eau en Afrique est celle de Kilpatrick et al (2006) qui ne trouvent pas de gains d’efficience consécutifs à la privatisation de l’eau. En revanche, les études qualitatives portant sur cette thématique sont plus nombreuses : l’étude socio-économique de Saadi (2012) est plutôt pessimiste quand à l’impact de la privatisation de l’eau dans la ville marocaine de Casablanca sur la qualité de l’eau et rappelle l’ampleur des protestations populaires.

Les études empiriques qui évaluent l’impact de la privatisation de l’eau sur la santé sont encore plus rares et révèlent également des résultats hétérogènes. Galiani et al (2003) trouvent un impact positif et significatif de la privatisation de l’eau sur la santé, mesuré par une baisse de 5% dans les taux de mortalité infantile, dans son étude sur l’expérience argentine de privatisation de l’eau. Alors que Barrera-Osorio et al (2007) observent une baisse de 15% dans la prévalence de la diarrhée dans les zones rurales de Colombie, ils trouvent néanmoins que la privatisation de l’eau provoque un déclin de 50% de l’accès à l’eau dans les zones rurales et une hausse de prix de 7 à 11% pour les plus pauvres. Une des rares études portant sur le Maroc est celle de Devoto et al (2011), qui ne constatent aucun effet sur la qualité de l’eau ni sur les maladies liées à l’eau dans la ville de Tanger. Toutefois, cette étude ne vise pas à évaluer l’impact de la privatisation de l’eau sur la santé mais à mesurer le coût d’opportunité et les inégalités de genre liées aux pratiques genrées d’approvisionnement en eau. En cela, l’approche présentée ici complète celle de Devoto et al., en étudiant des données microéconomiques mais représentatives de la population totale, et sous le prisme de l’économie publique.

Stratégie d’estimation et données utilisées

Un processus marocain de privatisation de l’eau a commencé en 1997 avec l’octroi d’une concession à Lydec, filiale de l’entreprise française Suez dans la zone de Casablanca. Deux autres vagues de privatisation ont suivi en 1999 et en 2002 avec des contrats de concessions de gestion de l’eau remportés dans les villes de Rabat et Tanger par deux filiales de Veolia, respectivement Redal et Amendis. Dans le reste du pays, le secteur de l’eau est toujours géré par les régies municipales (31%) ou par l’Office Nationale de l’Eau Potable (28%). En 2015, un processus de remunicipalisation de la gestion de l’eau a commencé mais n’a pu être étudié ici faute de données disponibles.

Ainsi, les expériences de privatisation marocaines offrent des contrefactuels spatio-temporels5 permettant de mesurer l’impact de la privatisation de l’eau sur la santé.


Par conséquent, la principale stratégie d’estimation utilisée ici est une double différence : il s’agit de mesurer l’impact causal de la privatisation de l’eau sur plusieurs indicateurs de santé (principalement : la prévalence et la sévérité de la diarrhée chez les enfants de moins de cinq ans, des indicateurs anthropométriques mesurant les retards de croissance et les problèmes de malnutrition, la mortalité juvénile).

Figure 1 : Carte du réseau de distribution de l’eau au Maroc.
Figure 2 : Consommateurs d’eau potable urbaine par fournisseur.
Source : DRSC (2003), except Régies Directes estimates. Alternative and self-provision not accounted for.

 

Cet impact correspond en effet à la variation de ces indicateurs de santé avant (soit en 1995) et après le processus de privatisation de l’eau (soit en 2003-04) dans chaque groupe étudié, et toutes choses égales par ailleurs. Pour mesurer l’impact pur de la privatisation de l’eau, une hypothèse doit nécessairement être posée : il s’agit de l’hypothèse de tendance commune, selon laquelle les caractéristiques inobservables des individus de chaque groupe doivent varier de façon identique dans chaque groupe entre les deux périodes, à moins que les caractéristiques inobservables des individus du groupe traité soient identiques à celles des individus du groupe de contrôle à chaque période (c’est-à-dire avant et après la privatisation).

Les données utilisées ici pour connaître les différents modes de gestion de l’eau ont été obtenues auprès de Suez, de Veolia et de l’ONEP. Les données de santé ont, quant à elles, été extraites de l’Enquête sur la Population et la Santé Familiale réalisée par le ministère de la santé marocain en partenariat avec la Banque Mondiale (Demographic and Health Survey). Ces données sont disponibles pour les années 1992 (avec 9 526 individus interrogés), 1995 (avec 4 753 femmes âgées de 15 à 49 ans interrogées) et 2003-04 (avec 16 798 femmes âgées de 15 à 49 ans interrogées).

Pour compléter cette approche, une autre méthode économétrique a été utilisée : il s’agit du « generalized difference-in-difference propensity score matching ». Cette méthode consiste dans un premier temps à associer à chaque individu du groupe traité (soit ceux qui vivent dans les communes où la privatisation de l’eau a eu lieu) un ou des individus du groupe de contrôle sur la base de leurs caractéristiques observées en commun. (Heckman, Ichimura, Todd, 1997). L’objectif est ainsi de constituer des groupes de traitement et de contrôle constitués d’individus similaires et ne différant que (ou presque) par leur exposition au traitement. Dans un second temps, il s’agit d’appliquer la méthode des doubles différences sur chaque nouveau groupe traité et de contrôle ainsi constitués. En cela, cette méthode permet de réduire le biais de sélection, c’est-à-dire le fait que les individus des deux groupes ne sont pas toujours comparables. Une limite à cette méthode résulte dans l’impossibilité de prendre en compte les caractéristiques inobservables des individus lors de l’étape d’appariement. Toutefois, on peut supposer qu’un certain nombre de caractéristiques inobservables sont corrélées aux caractéristiques observables sur le fondement desquels a été effectué l’appariement, ou encore que les caractéristiques des individus appariés évoluent de façon similaire entre les deux périodes. Finalement, la principale limite de cette méthode réside dans la nécessité de réduire la taille de l’échantillon et donc la variance (dispersion), pour pouvoir comparer des individus les plus similaires possibles et donc réduire le biais de sélection.

Résultats et interprétation des résultats 

Dans l’ensemble, cette étude révèle l’absence d’effet bénéfique sur la santé de la privatisation de l’eau.

En effet, la méthode des doubles différences indique que la privatisation de l’eau n’a causé aucun effet significatif sur la prévalence de la diarrhée.

Les estimations réalisées par la méthode des doubles différences (dont la validité repose sur l’hypothèse de tendance commune) indiquent même que la privatisation de l’eau a eu des effets négatifs sur les indicateurs anthropométriques des enfants. En effet, la privatisation de l’eau a causé un déclin de plus de 26% des ratios de poids-pour-taille et de poids-pour-âge des jeunes enfants (résultats significatifs au seuil de 95%). Ces estimations montrent également que la privatisation de l’eau pourrait avoir renforcé les retards de croissance des enfants à long-terme. Par ailleurs, les indicateurs de mortalité infantile révèlent que le nombre d’enfants de moins de cinq ans décédés a diminué de façon moindre dans le groupe de traitement que dans le groupe de contrôle au cours de la période, avec un surplus de mortalité juvénile de 4% dans le groupe de traitement, comparé au groupe de contrôle, entre 1995 et 2003 (résultats significatifs au seuil de 95%). Toutefois, à la différence des autres indicateurs étudiés, les indicateurs de mortalité ne sont pas robustes à la stratégie d’estimation, ce qui prouve que les effets de la privatisation de l’eau sur la santé sont ténus.

Ces résultats sont cohérents avec ceux obtenus à partir de données déclaratives des médecins marocains sur les maladies liées à l’eau. Les régressions effectuées sur ces indicateurs révèlent en effet que la privatisation de l’eau entretient une relation causale forte avec le nombre de patients souffrants de fièvre typhoïde (+227 cas dans le groupe de traitement), de dysenterie (+229 cas), de diarrhée persistante (+734 cas) ou de malnutrition (+6 243 cas). Tous ces coefficients sont significatifs au seuil de 99%.

D’un point de vue général, les résultats obtenus par la méthode des doubles différences après appariement des individus (matching-generalized-difference-in-difference) confirment les résultats obtenus. Ils montrent en particulier que la privatisation de l’eau n’a pas eu d’effet significatif sur la prévalence de la diarrhée, ni sur sa sévérité (symptômes de dysenterie). Ils révèlent également que la privatisation de l’eau au Maroc a eu un effet néfaste sur les indicateurs anthropométriques des enfants, mais n’a eu aucun effet sur l’indice de masse corporelle de leurs mères (contrairement aux résultats obtenus par la méthode ordinaire des doubles différences). Par ailleurs, les enfants souffrant préalablement de malnutrition ou de retard de croissance ne semblent pas impactés (pas d’aggravation). Cela peut s’expliquer par le fait que le gouvernement marocain s’est engagé au cours de la période (de 1990 à 2000) à combattre activement les phénomènes de sous-nutrition des enfants, en particulier dans les zones les plus désavantagées.

Ces résultats sont hétérogènes lorsqu’on s’intéresse à des sous-groupes d’individus. En effet, les résultats obtenus sur l’échantillon entier d’individus (soit l’absence d’effet bénéfique et significatif sur la santé) reflètent principalement la situation des ménages urbains de classe moyenne. En réalité, les résultats diffèrent selon la compagnie qui a remporté le contrat de concession : alors que dans la zone du grand Casablanca la privatisation de l’eau a conduit à une baisse de 14% dans la prévalence de la diarrhée (significative au seuil de 99%), c’est une hausse respective de 7% (significative au seuil de 90%) dans la zone de Rabat-Salé et de 13% (significative au seuil de 95%) dans la zone de Tanger-Tetouan qui est mesurée. Ces résultats révèlent probablement des mécanismes d’apprentissage par l’expérience puisque la compagnie Lydec, présente à Casablanca, opère depuis plus longtemps que les filiales de Veolia, ce qui a pu lui permettre d’améliorer l’efficacité de son activité.

Par ailleurs, il semble que la privatisation de l’eau n’a pas affecté de la même manière les ménages selon leur niveau de richesse : ainsi, lorsque l’on compare les ménages les plus pauvres des deux groupes, on constate que la privatisation de l’eau s’est traduite par un surplus de 9% dans la prévalence de la diarrhée des enfants de moins de 5 ans du groupe traité, comparés à ceux du groupe de contrôle. Ce résultat est significatif au seuil de 95% et est robuste à l’appariement. Ce résultat pourrait résulter d’un mécanisme d’exclusion par les prix : de façon concomitante avec les vagues de privatisation de l’eau, les fontaines publiques ont en effet été supprimées dans les zones concernées. Cela a généré des difficultés pécuniaires dans l’approvisionnement en eau des populations les plus pauvres. Enfin, des mécanismes de comportements compensatoires (Benett, 2012) pourraient aussi expliquer l’absence d’effet positif de la privatisation de l’eau sur la santé (hormis dans la zone de Casablanca sur la prévalence de la diarrhée), dès lors que l’hygiène et la santé sont considérées comme tous les deux coûteux et substituables. Benett (2012) trouve en effet aux Philippines une corrélation positive entre la diarrhée et l’existence de canalisation d’eau. Selon, lui, la consommation d’eau potable dans les pays en développement pourrait amener les individus à délaisser d’autres facteurs bénéfiques à la santé pour respecter leur contrainte budgétaire plus serrée après leur consommation d’eau.

Conclusion

Les récentes manifestations et protestations de la population marocaine en vue d’obtenir une remunicipalisation de l’eau dans les zones de Rabat-Salé et Tanger-Tétouan et l’absence d’effet positif de la privatisation de l’eau sur la santé, en particulier dans ces zones géographiques, soulèvent de nombreuses questions. En particulier, cela invite à interroger l’efficacité des partenariats publics-privés et leur capacité à remplir des missions de service public. Les vagues de remunicipalisation de l’eau dans un certain nombre de pays développés tels la France, où de nombreuses communes ont décidé de ne pas renouveler leur contrat de concession, révèlent la difficulté des compagnies privées à réaliser les investissements nécessaires pour maintenir un accès large à une eau de qualité, sans exclure les plus pauvres par une pratique tarifaire trop élevée. La nature vitale de l’eau explique certainement le désir de nombreux états et municipalités de préserver leur contrôle sur le secteur de l’eau, comme aux Etats Unis notamment contrairement aux recommandations passées d’institutions telles la Banque Mondiale et le Fond Monétaire International.

 

Maillane Peretti, formée au département de sciences sociales de l’ENS Paris-Saclay, est titulaire d’un M2 en économie du développement  et d’un M2 Affaires publiques de l’Université Panthéon-Sorbonne. Elle est actuellement élève directrice d’hôpital à l’Ecole des hautes études en santé publique (EHESP). 

Bibliographie

Allain-El Mansouri, B., & BACCOUCHE, T. (2001). L’eau et la ville au Maroc. Rabat-Sale et sa périphérie, 20.

Bakker, K. (2010). Privatizing water: governance failure and the world’s urban water crisis. Cornell University Press.

Barja, G., & Urquiola, M. (2001). Capitalization, regulation and the poor: access to basic services in Bolivia.

Barrera‐Osorio, Felipe., Olivera, M., & Ospino, C. (2009). Does society win or lose as a result of privatization? The case of water sector privatization in Colombia. Economica, 76(304), 649-674.

Baumol, P., & Panzar, R. D. Willig (1982). Contestable markets and the theory of industry structure.

Bennett, D. (2012). Does clean water make you dirty? Water supply and sanitation in the Philippines. Journal of Human Resources, 47(1), 146-173.

A. K. Biswas, J. I. Uitto. (1999) Water for Urban Areas : Challenges and Perspectives. United Nations University Press.

Bouchaou, L. (2004). Les problèmes majeurs de la gestion de l’eau au Maroc. Science et changements planétaires/Sécheresse, 15(2), 187-194.

Bourguignon, F. (2008). Privatisation et développement: quelques leçons tirées de l’expérience. Revue d’economie du developpement, 16(4), 109-126.

Briand, A., & Lemaître, A. (2004). Privatisation de la distribution de l’eau potable en Afrique: une aubaine?. Actes de la journée d’études «Les territoires de l’eau, 98-115.

Budds, Jessica et Mc Granahan, Gordon. (2003) Are the debates on water privatization missing the point? Experiences from Africa, Asia and Latin America. Environment and Urbanization, vol. 15, no 2, p. 87-114.

Choukr-Allah R. (2011). Comparative study between Moroccan water strategies and WFD. In : Junier S. (ed.), El Mou jabber M. (ed.), Trisorio-Liu zzi G. (ed.), Tigrek S. (ed.), Sern egu et M. (ed.), Choukr-Allah. p. 1 81 -1 88

Clarke, G., Kosec, K., & Wallsten, S. (2004). Has private participation in water and sewerage improved coverage? Empirical evidence from Latin America. The World Bank.

Dehejia, R. H., & Wahba, S. (2002). Propensity score-matching methods for nonexperimental causal studies. Review of Economics and statistics, 84(1), 151-161..

Devoto, F., Duflo, E., Dupas, P., Parienté, W., & Pons, V. (2012). Happiness on tap: piped water adoption in urban Morocco. American Economic Journal: Economic Policy, 4(4), 68-99.

Doukkali, M. (2005). Water institutional reforms in Morocco. Water Policy, 7(1), 71-88.

Faruqui, N. I., Biswas, A. K., & Bino, M. J. (2001). Water management in Islam. IDRC, Ottawa, ON, CA.

Galiani, S., Gertler, P., & Schargrodsky, E. (2005). Water for life: The impact of the privatization of water services on child mortality. Journal of political economy, 113(1), 83-120.

Hailu, D., Osorio, R. G., & Tsukada, R. (2012). Privatization and renationalization: What went wrong in Bolivia’s water sector?. World Development, 40(12), 2564-2577.

Hall, D. (1999). Water and Privatisation in Latin America, 1999. Public Services International Research Unit, University of Greenwich, September.

He, L., Tyner, W. E., Doukkali, R., & Siam, G. (2006). Policy options to improve water allocation efficiency: analysis on Egypt and Morocco. Water International, 31(3), 320-337.

Heckman, J. J., Ichimura, H., & Todd, P. E. (1997). Matching as an econometric evaluation estimator: Evidence from evaluating a job training programme. The review of economic studies, 64(4), 605-654.

Heckman, J. J., & Todd, P. E. (2009). A note on adapting propensity-score-matching and selection models to choice based samples. The econometrics journal, 12(suppl_1), S230-S234.

Hodges, T. (2004) “Angola: Anatomy of an Oil State”. 2nd Edition. Oxford: Indiana University Press.

Hugon, P. (2007). Vers une nouvelle forme de gouvernance de l’eau en Afrique et en Amérique latine. Revue internationale et stratégique, (2), 65-78.

Kirkpatrick, C., Parker, D., & Zhang, Y. F. (2006). An empirical analysis of state and private-sector provision of water services in Africa. The World Bank Economic Review, 20(1), 143-163.

Kosec, K. (2014). The child health implications of privatizing Africa’s urban water supply. Journal of health economics, 35, 1-19.

Leibenstein, H. (1966). Allocative efficiency vs. » X-efficiency ». The American Economic Review, 56(3), 392-415.

McKenzie, D., Mookherjee, D., Castañeda, G., & Saavedra, J. (2003). The distributive impact of privatization in Latin America: Evidence from four countries [with comments]. Economia, 3(2), 161-233.

Miras, C. D., & Le Tellier, J. (2005). Gouvernance urbaine et accès à l’eau potable au Maroc: partenariat public-privé à Casablanca et Tanger-Tétouan.

Mulreany, J. P., Calikoglu, S., Ruiz, S., & Sapsin, J. W. (2006). Water privatization and public health in Latin America. Revista Panamericana de Salud Pública, 19, 23-32.

Mutin, G. (2009). Le Monde arabe face au défi de l’eau. Enjeux et Conflits. Institut d’Etudes Politiques de Lyon. Hal-00352860, version, 2

Nikoloski, Z., & Ajwad, M. I. (2013). Do economic crises lead to health and nutrition behavior responses? Analysis using longitudinal data from Russia. The World Bank.

Ostrom, E. E., Dietz, T. E., Dolšak, N. E., Stern, P. C., Stonich, S. E., & Weber, E. U. (2002). The drama of the commons. National Academy Press.

Pérard, E. (2009). Water supply: Public or private? An approach based on cost of funds, transaction costs, efficiency and political costs. Policy and society, 27(3), 193-219.

Polanyi, K., & Pearson, H. W. (1977). Livelihood of man. Academic Press.

Rawls, J. (2009). A theory of justice. Harvard university press.

Rosenbaum, P. R., & Rubin, D. B. (1985). Constructing a control group using multivariate matched sampling methods that incorporate the propensity score. The American Statistician, 39(1), 33-38.

Ruger, J. P. (2005). The changing role of the World Bank in global health. American journal of public health, 95(1), 60-70.

Saadi, M. S. (2012). Water privatization dynamics in Morocco: A critical assessment of the Casablancan case. Mediterranean Politics, 17(3), 376-393.

Saleth, R. M., & Dinar, A. (2005). Water institutional reforms: theory and practice. Water Policy, 7(1), 1-19.

Spronk, S. (2007). Roots of resistance to urban water privatization in Bolivia: The “New Working Class,” the crisis of neoliberalism, and public services. International Labor and Working-Class History, 71(1), 8-28.

Thomson, A. (2010) An Introduction to African Politics, 3rd Edition. New York: Taylor & Francis.

Troesken, W. (1999). Typhoid rates and the public acquisition of private waterwork, 1880–1920. The Journal of Economic History, 59(4), 927-948.

Wallsten, S., & Kosec, K. (2008). The effects of ownership and benchmark competition: An empirical analysis of US water systems. International Journal of Industrial Organization, 26(1), 186-205.

Williams, G. (2007) Why Structural Adjustment Is Necessary And Why It Doesn’t Work. Review of African Political Economy. 21 (60), pp.214-225

Yeboah, I. (2006). Subaltern strategies and development practice: urban water privatization in Ghana. Geographical Journal, 172(1), 50-65.

Liens internet:

https://www.who.int/water_sanitation_health/publications/facts2004/en/

http://www.un.org/millenniumgoals/

https://sustainabledevelopment.un.org/sdg6

http://www.serageldin.com/CommissionReport.pdf

http://www.worldbank.org/en/topic/water/publication/high-and-dry-climate-change-water-and theeconomy

https://www.hcp.ma/

.https://www.oxfam.org/sites/www.oxfam.org/files/etats_des_lieux_inegalites_maroc.pdf

https://www.unicef.fr/article/21-milliards-de-personnes-n-ont-pas-acces-l-eau-potable-salubre

http://www.latinobarometro.org/latNewsShow.jsp

http://www.remunicipalisation.org/

Rapports :

Azelmat M., Ayad M, Housni E. (1993). Enquête Nationale sur la Population et la Santé (EPPS-II). Ministère de la Santé publique, Direction de la Planification et des Ressources Finanicères, Services des Etudes et de l’Information Sanaitaire, Rabat, Maroc. Macro International Inc., Calverton, Maryland USA.

Azelmat M., Ayad M, Housni E. (1996). Enquête de Panel sur la Population et la Santé (EPPS). Ministère de la Santé publique, Rabat, Maroc. Macro International Inc., Calverton, Maryland USA.

Commission Permanente chargée des Affaires de l’Environnement et du Développement Régional du Maroc (2015). La gouvernance par la gestion intégrée des ressources en eau au Maroc : levier fondamental de développement durable. Conseil Economique, Social et Environnemental.

Ministère de la Santé [Maroc], ORC Macro, et Ligue des États Arabes. 2005. Enquête sur la Population et la Santé

Familiale (EPSF) 2003-2004. Calverton, Maryland, USA : Ministère de la Santé et ORC Macro.

Bzioui M. (2004). Rapport national 2004 sur les resources en eau au Maroc. UN WATER-AFRICA

Sommerfelt E., Stewart K. (1994) , Comparative studies 12, children’s nutritional status. Demographic and Health Surveys.

Division des statistiques générales, Haut Commissariat au plan (1992). Annuaire statistique du Maroc.

Division des statistiques générales, Haut Commissariat au plan (1995). Annuaire statistique du Maroc.

Division des statistiques générales, Haut Commissariat au plan (2003). Annuaire statistique du Maroc.

Division des statistiques générales, Haut Commissariat au plan (2004). Annuaire statistique du Maroc.

Lydec (2010). Note d’information. Ref. VI/EM/022/2010

PSIRU, France Eau Publique, Food & Water Watch, Corporate Accountability International, Remunicipalisation Tracker

World Bank (2004). Recent Economic Developments in Infrastructure (REDI), Water Supply and Sanitation Sector, report No. 29634-MOR

1 Demographic and Health Survey, Banque Mondiale

1 Coûts dont il faut s’affranchir pour commencer à produire.

2 Coûts générés par les activités de production une fois les investissements lourds réalisés.

3 Coût pour produire une unité supplémentaire d’eau.

4 Capacité à influer sur les prix et les quantités vendues

5 C’est-à-dire des éléments de comparaisons entre villes, selon si la gestion de l’eau est publique ou non, et dans le temps, c’est-à-dire avant et après la privatisation de l’eau

Pour citer cet article : Maillane Perreti, « La privatisation de l’eau peut-elle améliorer la santé des populations des pays en développement ? Etude de l’expérience marocaine de privatisation de la distribution d’eau. », publié sur Saclay des Champs le 21 juin 2021. Lien : https://saclaydc.hypotheses.org/?p=61

Récit des expéditions de 1849-1850 dans les Alpes de Daniel Dollfus-Ausset (1893)

Édité à moins d’une dizaine d’exemplaires, le Récit des expéditions dans les Alpes de 1849-1850 de Daniel Dollfus-Ausset mérite que l’on s’y attarde pour mieux comprendre tout à la fois l’histoire de l’industrie mulhousienne, celle de la science des glaciers et celle du voyage dans les Alpes au 19e siècle.

Photographies à l’appui, Agathe Frochot nous fait découvrir ce récit étonnant sur le site de la Bibliothèque universitaire de l’Université de Mulhouse .

Elle en propose également une analyse dans un article récemment publié dans la revue Romantisme (2020/3, n° 189, p. 41-51) : Science, épreuve et passion des glaces chez Daniel Dollfus-Ausset (1797-1870)

Résumé : En 1843, l’industriel mulhousien Daniel Dollfus-Ausset (1797-1870) rejoint les expéditions glaciaires de Louis Agassiz et se prend de passion pour l’étude de ces masses figées par le froid qu’il continue à côtoyer, à parcourir et à analyser chaque été jusqu’à sa mort. Sa trajectoire de mécène, naturaliste, ascensionniste et ami des montagnards offre un prisme original pour l’étude du groupe de savants qui gravitent autour d’Agassiz. Leurs pratiques scientifiques ainsi que leurs productions textuelles et visuelles dessinent une « économie morale » spécifique dans laquelle la construction savante du monde des glaces s’accompagne de subjectivités marquées par une forte sensibilité aux paysages glaciaires.

Des visières à haut débit : un regard sociologique sur la mobilisation des makers face à la crise sanitaire.

Article publié par Léo Chalet (M1 Sociologie contemporaine, ENS Paris-Saclay, Université Paris-Saclay), Maxence Dutilleul (M1 Sociologie contemporaine, ENS Paris-Saclay, Université Paris-Saclay), Émile Gayoso (post-doctorant, IDHES) et Volny Fages (maître de conférences en épistémologie et histoire des sciences, ENS Paris-Saclay, IDHES) dans la série « Enjeux Numériques » des Annales des Mines (n° 14 – 2021 – p. 89-94).

Texte également disponible ici.

Résumé
Au printemps 2020, peu après l’annonce du premier confinement, un large mouvement de solidarité a mobilisé la communauté des makers qui s’est rapidement auto-organisée pour produire du matériel médical. Leur action la plus spectaculaire fut la production et la distribution gratuite, en quelques semaines, de centaines de milliers de visières de protection aux populations les plus exposées. Ce texte retrace l’émergence du mouvement en soulignant le rôle central joué par les dispositifs numériques dans l’organisation de l’action, dans la nature des échanges qui ont accompagné celle-ci, et dans la construction d’un espace public numérique convivial malgré la situation de confinement qui empêche les rencontres en face-à-face. Par des usages détournés de plateformes préexistantes, les makers se sont approprié des outils numériques, adaptant leur utilisation aux besoins et aux contraintes émergeant au fil de la crise.

Abstract
Last spring, shortly after the announcement of the first lockdown, a large solidarity movement mobilized the community of makers who quickly self-organized to produce medical equipment. Their most spectacular action was the production and free distribution, within a few weeks, of hundreds of thousands of protective face shields to the most exposed populations. This text traces the emergence of the movement by underlining the central role played by digital devices in the organization of the action, in the nature of the exchanges that accompanied it, and in the construction of a convivial digital public space in spite of the lockdown context that prevented face-to-face meetings. Through an unusual use of pre-existing platforms, the makers got hold of digital tools, adapting them to the needs and constraints that emerged during the crisis.

Comment mesurer l’impact du changement climatique sur les phénomènes économiques et sociaux ? La réponse de l’économétrie climatique

De plus en plus de scientifiques pointent aujourd’hui la responsabilité du changement climatique dans la hausse de fréquence et d’intensité des événements météorologiques extrêmes, comme les vagues de chaleurs, les inondations ou encore les ouragans, et soulignent que cette responsabilité risque d’aller en s’accroissant au cours des années à venir (GIEC, 2014). Ces phénomènes extrêmes, qui conduisent parfois à de graves crises humanitaires et sociales, questionnent le rôle du changement climatique dans des événements comme les conflits, les déplacements de population ou les alternances politiques. C’est par exemple un débat qui se retrouve autour de la guerre en Syrie (Selby et al., 2017). La difficulté est alors d’identifier la véritable responsabilité du climat parmi de multiples facteurs, souvent interdépendants les uns des autres, afin d’anticiper les conséquences des changements à venir sur les sociétés humaines. Les économistes, accompagnés de scientifiques et d’analystes de données, se sont saisis de cette question et proposent aujourd’hui des méthodes innovantes pour identifier la responsabilité des différents facteurs. Il s’agit ici de se concentrer sur l’économétrie climatique, qui connait un véritable essor depuis quelques années, afin de comprendre les méthodes qu’elle utilise et d’apprécier ses résultats à leur juste valeur.

Après avoir défini les concepts clefs de l’économétrie, nous présenterons la démarche adoptée en économétrie climatique, que nous illustrerons à l’aide d’un travail récent sur la saisonnalité de la COVID-19.

Définissons tout d’abord l’économétrie. Il s’agit d’une branche de l’économie s’appuyant sur des méthodes statistiques et d’analyse de données pour tester une théorie économique, mettre des chiffres sur une relation théorique ou encore pour réaliser une étude d’impact. Nous pourrions ainsi nous poser la question de savoir si le fait de connaitre des jours plus chauds augmentera la probabilité de voir émerger des conflits violents. L’objectif est alors de réaliser des prédictions à partir des relations identifiées, de concevoir des politiques publiques cohérentes avec les résultats obtenus ou d’évaluer des dispositifs existants.

Le grand défi de l’économétrie est de mettre en lumière une relation de causalité. En effet, il est possible que les pays les plus chauds, du fait de leur histoire ou de leurs institutions par exemple, soient plus propices à l’émergence de conflits armés. Il est alors difficile d’identifier le rôle joué par le changement climatique. Il en va ici de la question de l’identification en économétrie, qui repose sur l’idée qu’avec une quantité infinie de données le modèle économétrique testé conduirait à l’identification de la « vraie » valeur du paramètre estimé, ici le rôle des températures, corrigé de l’influence de tous les autres facteurs. Pour ce faire, il faudrait pouvoir comparer deux planètes identiques en tout point, et ne faire varier que la température de l’une. Cela n’est bien sûr pas possible : c’est ce que Paul W. Holland a désigné comme le problème fondamental de l’inférence causale en 1986 (Holland, 1986). Le rôle des économètres est alors de trouver des solutions pour apporter une réponse à ces questions.

Car ce sont bien des réponses à ces questions que les économistes se proposent de trouver, en affirmant par exemple que le changement climatique pourrait – sous certaines hypothèses – conduire à une augmentation de 54 % du nombre de conflits armés en Afrique subsaharienne d’ici 2030 (Burke et al., 2009). Pour arriver à de tels résultats, ils doivent redoubler d’inventivité et trouver des situations existantes reproduisant le schéma d’une expérience en laboratoire, comme des variations significatives et imprévues des températures, et s’appuyer sur des méthodes économétriques innovantes qui mettent à profit l’immense quantité de données disponibles aujourd’hui. C’est cette deuxième approche qui est adoptée en économétrie climatique.

Si ses racines se retrouvent dans la seconde moitié des années 1990[1], cette discipline a connu un véritable essor au cours des cinq dernières années autour de chercheurs comme Solomon Hsiang, de l’UC Berkeley. Recoupant des thèmes aussi variés que la santé, la démographie, les rendements agricoles ou encore la violence et les conflits, l’économétrie climatique est caractérisée par un usage très rigoureux des données météorologiques à une échelle géographique et temporelle très fine (Carleton et Hsiang, 2016).

Bien que le climat et la météo soient deux choses à ne pas confondre, le climat désignant les tendances de fond et la météo ses réalisations empiriques, il a été montré que l’utilisation de données météorologiques pouvait servir d’appui à l’analyse des changements climatiques (Hsiang, 2016). En d’autres termes, bien qu’un hiver particulièrement froid ne suffise pas à remettre en cause l’idée de réchauffement climatique, la réaction des individus ou sociétés face à une succession d’événements météorologiques anormaux – au sens statistique du terme – pourrait permettre d’en savoir plus sur les comportements qui seraient adoptés si cela devenait la norme. Le grand avantage de ce résultat est que, grâce aux images satellites, les données météorologiques sont très facilement accessibles partout dans le monde.

A partir de ces données, la méthode la plus utilisée en économétrie climatique est l’étude des séries temporelles, qui se focalise sur un temps relativement court pour répondre au problème de disponibilité de données homogènes sur le temps long. Concrètement, il s’agira de rendre comparable des séries de variables dans l’espace et dans le temps en se concentrant sur les variations les plus remarquables, que l’on qualifiera alors d’ « aléatoires » ou de « quasi-aléatoires ». Dans la pratique, il s’agit de demander au logiciel statistique de tester une relation entre la température observée et le déclenchement de conflits en le forçant à tenir compte de la localisation et de la date pour chaque observation. Cela permet de corriger les différences de climat entre pays, voire entre régions d’un même pays, mais également les différences de température tout au long de l’année en fonction des saisons. On parle alors d’effets fixes, ou fixed effects en anglais, qui contrôlent tous les facteurs qui ne varient pas au cours de la période considérée, comme la géographie particulière d’une localisation, son histoire spécifique et les institutions qui en ont découlé, mais également le fait qu’il fasse généralement plus chaud en été. On pourrait ainsi se retrouver à comparer les températures du 30 novembre 2020 au Mali avec les températures du 30 novembre de toutes les autres années au même endroit, et regarder si un 30 novembre particulièrement chaud ou sec est plus susceptible de conduire à une manifestation de violence. L’analyse est ensuite répétée pour tous les jours et toutes les localisations afin de chercher un résultat généralisable. Le plus souvent, les modèles économétriques font intervenir des fonctions un peu plus complexes pour mieux coller aux données, mais le principe est là.

Pour illustrer ces propos, intéressons-nous à un article plus pédagogique sur les méthodes de l’économétrie climatique. Rédigé par Tamma Carleton, de l’UC Santa Barbara et ses co-auteurs, dont moi-même, il porte sur la saisonnalité de la COVID-19 et cherche à rendre ses méthodes accessibles à un public plus large que les économistes, et en particulier aux épidémiologistes (Carleton et al., 2020). Le contexte d’écriture de cet article est celui du discrédit jeté par l’Académie des Sciences étatsunienne sur toutes les études cherchant à établir une relation entre spécificités climatiques et progression de l’épidémie en croisant simplement les coordonnées géographiques des pays avec leur nombre total de cas (National Academies of Sciences, Engineering, and Medicine, 2020). Ces études, en effet, ne prennent pas en considération une multitude de facteurs comme les différences de saison selon les hémisphères, mais également les différences de système de santé, de dénombrement des malades et des tests, l’inscription dans les échanges internationaux, l’origine des données ou encore la précision des appareils statistiques nationaux. Les données ne sont donc pas comparables en tant que telles et les résultats de telles études ne peuvent qu’être biaisés. Notre article propose donc de se ressaisir de cette question – en suivant l’idée que les facteurs climatiques pourraient jouer un rôle similaire à celui joué pour des virus comme la grippe ou les précédents coronavirus – en mobilisant les méthodes plus rigoureuses de l’économétrie climatique. La première spécificité de cet article est de s’appuyer sur des données quotidiennes et infranationales. La seconde est de rendre comparable les données entre pays à l’aide d’effets fixes, afin de proposer une relation de causalité convaincante entre données climatiques et progression de l’épidémie.

Nous avons choisi trois effets fixes. Le premier est un effet fixe spatial, à l’échelle de l’unité administrative de référence (comme les régions en France ou les provinces en Italie). Il permet d’éviter tous les biais associés aux différences d’institution ou de système de santé par exemple, en étudiant la progression de l’épidémie au sein de chaque unité administrative et non entre pays. Le second effet fixe est spatio-temporel : il comporte le pays et la semaine des observations. Cela permet d’intégrer à l’analyse les spécificités saisonnières de chaque pays, et de ne pas comparer les températures ou précipitations de saisons différentes, à la fois entre pays et au sein de chaque pays. Enfin, le dernier effet fixe est le jour de l’observation, pour tenir compte des événements globaux susceptibles d’affecter la mesure des cas confirmés, comme la déclaration de pandémie par l’OMS le 11 mars 2020. En d’autres termes, au lieu de comparer directement la situation globale entre deux pays, comme l’Italie et l’Iran, il s’agit de regarder si un jour particulièrement froid, ou humide, ou couvert, dans une région d’un pays, durant une semaine donnée, a conduit à une plus forte augmentation du nombre de personnes testées positives au coronavirus dans cette région, et ensuite de regarder si cette relation entre variables météorologiques et COVID-19 se retrouve dans toutes les régions de tous les pays pour toutes les semaines afin d’obtenir un effet moyen de chaque variable.

Figure 1 : Réaction des séries de données à l’introduction des effets fixes
Source : Carleton et al., 2020

Notre article propose une série de graphiques illustrant les principes de cette méthode. La figure 1, qui en est issue, présente l’évolution des rayonnements UV, des températures, de l’humidité et des cas avérés de coronavirus en Ile-de-France et dans la région de Santiago au Chili. Concentrons-nous sur l’exposition lumineuse, en première ligne. La colonne de gauche représente les données brutes. Sur la période, qui correspond à la fin de l’hiver à Paris et à la fin de l’été au Chili, nous remarquons que les radiations UV sont globalement plus importantes au Chili, mais décroissantes, tandis qu’elles s’accroissent en France avec la fin de l’hiver. Il serait alors trompeur de comparer l’évolution des cas de coronavirus en l’état, puisque la progression de l’épidémie correspond à une augmentation continue de l’intensité lumineuse dans un pays, et à des rayonnements UV plus limités dans l’autre, conduisant à une impossibilité de conclure sur le sujet. Dans la seconde colonne, la localisation est contrôlée par l’effet fixe spatial correspondant à la région administrative. Cela conduit à l’annulation des différences de niveau, puisque les différences de climat entre la France et le Chili sont bien intégrées, mais laisse les tendances saisonnières intouchées. Pour corriger ces tendances, des effets fixes temporels sont introduits : dès que la semaine rapportée au pays est à son tour prise en considération, les variations saisonnières disparaissent et ne restent que les variations que l’on appelle alors « quasi-aléatoires », c’est-à-dire la présence d’un jour particulièrement ensoleillé dans l’hiver parisien, ou particulièrement couvert dans l’été chilien. Ce sont ces variations qui nous intéressent pour savoir si un jour particulièrement ensoleillé impliquera une décélération dans la progression de l’épidémie ou non. Le raisonnement est le même pour les autres variables météorologiques.


Figure 2 : Comparaison des résultats proposés par les différentes méthodes
Source : Carleton et al., 2020

La figure 2, également tirée de notre article, souligne l’importance de la méthode utilisée. En se concentrant sur les UV, ce graphique montre que les trois méthodes, à savoir l’utilisation des données brutes, en vert, l’introduction d’un effet fixe seulement spatial, en marron et l’utilisation d’effets fixes à la fois spatiaux et temporels, en jaune, conduisent à des résultats contradictoires. En particulier, la méthode décriée par l’Académie des sciences, en vert, propose des résultats opposés aux nôtres, en jaune.

Pour conclure sur cet article, nous avons trouvé une relation négative entre ensoleillement et progression de l’épidémie, mais aucune influence des autres variables (température, humidité et précipitations). Ces résultats dépendent des données disponibles au moment de la rédaction. Il convient néanmoins de noter que la magnitude de cette relation est relativement négligeable par rapport à d’autres facteurs comme les politiques de confinement mises en place, et c’est finalement la méthode présentée qui importe plus que les résultats trouvés.

Comme le souligne cet article sur la relation entre variables climatiques et COVID-19, la méthode peut jouer un rôle très important dans la recherche sur les manifestations et conséquences du réchauffement climatique. De ce point de vue, les progrès en matière d’économétrie climatique et de disponibilité des données représentent certainement une avancée prometteuse. Bien que nous ayons insisté sur les qualités de l’économétrie climatique, il ne faut pas pour autant négliger ses limites persistantes comme la très forte dépendance à la qualité des données disponibles, la magnitude des effets souvent décevante et la possibilité de ne contrôler que des facteurs considérés comme invariants au cours de la période de référence. Enfin, il est important de souligner la difficulté pour les chercheurs de communiquer sur des résultats discutés au sein de leur propre discipline, discipline dont ils ne sortent que rarement. S’il reste donc encore du chemin à parcourir, il est important de disposer d’un éventail d’outils pour éviter les raccourcis et contredire certains articles qui préfèrent la facilité à la rigueur. On ne peut alors qu’espérer voir une part plus importante de la recherche se concentrer sur la diffusion des résultats à un public moins restreint, tout en prenant toujours soin de signaler les éventuelles limites.

[1] Voir par exemple Mendelsohn et al., 1994 ou Stern et Kauffman, 1996.

Jules Cornetet est un ancien élève de l’ENS Paris-Saclay et de l’Ecole d’Economie de Paris. Lors d’un séjour de recherche à l’Environmental Market Solution Lab de l’Université de Santa Barbara, en Californie, il a travaillé sur l’adaptation face aux phénomènes de sécheresse, la déforestation et la saisonnalité de la COVID-19. Il est co-auteur de l’article « Global evidence for ultraviolet radiation decreasing COVID-19 growth rates », paru en janvier 2021 dans PNAS.

 

Bibliographie :

Burke, M. B., Miguel, E., Satyanath, S., Dykema, J. A., & Lobell, D. B. (2009). Warming increases the risk of civil war in Africa. Proceedings of the national Academy of sciences, 106(49), 20670-20674.

Carleton, T. A., & Hsiang, S. M. (2016). Social and economic impacts of climate. Science, 353(6304).

Carleton, T., Cornetet, J., Huybers, P., Meng, K., & Proctor, J. (2020). Ultraviolet radiation decreases COVID-19 growth rates: Global causal estimates and seasonal implications. Available at SSRN 3588601.

GIEC, 2014: Changements climatiques 2014: Rapport de synthèse. Contribution des Groupes de travail I, II et III au cinquième Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat [Sous la direction de l’équipe de rédaction principale, R.K. Pachauri et L.A. Meyer].GIEC, Genève, Suisse, 161 p.

Holland, P. W. (1986). Statistics and causal inference. Journal of the American statistical Association, 81(396), 945-960.

Hsiang, S. (2016). Climate econometrics. Annual Review of Resource Economics, 8, 43-75.

Mendelsohn, R., Nordhaus, W. D., & Shaw, D. (1994). The impact of global warming on agriculture: a Ricardian analysis. The American economic review, 753-771.

National Academies of Sciences, Engineering, and Medicine (2020). Rapid Expert Consultation on SARSCoV-2 Survival in Relation to Temperature and Humidity and Potential for Seasonality for the COVID-19 Pandemic (April 7, 2020). The National Academies Press, Washington, DC.

Selby, J., Dahi, O. S., Fröhlich, C., & Hulme, M. (2017). Climate change and the Syrian civil war revisited. Political Geography, 60, 232-244.

Stern, D. I., & Kaufmann, R. K. (1999). Econometric analysis of global climate change. Environmental Modelling & Software, 14(6), 597-605.

 

Pour citer cet article : Cornetet Jules, « Comment mesurer l’impact du changement climatique sur les phénomènes économiques et sociaux ? La réponse de l’économétrie climatique. », publié sur Saclay des Champs le 11 juin 2021. Lien : https://saclaydc.hypotheses.org/?p=54